A la une

S'abonner à flux A la une
Mis à jour : il y a 40 min 12 sec

Comparution des hommes d'affaires Kouninef devant le Procureur de la République

mar, 23/04/2019 - 21:25
Les hommes d'affaires Kouninef, les frères Reda, Abdelkader, Karim et Tarek, ont comparu mardi après-midi devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed à Alger pour être auditionné dans le cadre des affaires de corruption.     Les hommes d'affaires devront répondre des chefs d'accusation de "non respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets publics, trafic d'influence avec des fonctionnaires publics pour l'obtention de privilèges et détournement de fonciers et de concessions". Interpellés dans la journée du lundi par des éléments de la Gendarmerie nationale, les hommes d'affaires Kouninef avaient été auditionnés par la section de recherches qui poursuit ses enquêtes préliminaires à l'encontre de plusieurs hommes d'affaires dont certains interdits de sortie du territoire national pour leur implication dans des affaires de corruption. aps

Nomination de Mohamed Anouar Benabdelouahad à la tête d'Algérie Télécom

mar, 23/04/2019 - 20:52
Par ailleurs, Benabdelouahad Mohamed Anouar a été nommé Président-directeur général d'Algérie Télécom en remplacement de Adel Khemane, appelé à assumer d'autres fonctions, a annoncé mardi l'opérateur historique. "L’assemblée générale ordinaire d’Algérie Télécom, a nommé M. Benabdelouahad Mohamed Anouar en qualité de Président directeur général, en remplacement de M. Adel Khemane, qui a exprimé sa volonté de quitter Algérie Télécom et rejoindre le groupe GTA", a-t-il indiqué dans un communiqué. Ce dernier "se verra confier la mission de supervision de la road-map technologique des entités du groupe", a ajouté la même source, rappelant qu'Algérie télécom a réalisé de "bonnes performances", durant les deux dernières années, sous sa présidence. Le nouveau P-DG d'Algérie Télécom a été porteur de plusieurs projets, bénéfiques au secteur des Télécoms en Algérie, au sein d'Algérie télécom Satellite (ATS) où il a exercé ces dernières années.

Ould Kadour limogé : Rachid Hachichi nouveau P-DG du groupe Sonatrach

mar, 23/04/2019 - 20:51
Abdelkader Bensalah, chef de l'Etat, a nommé  mardi Rachid Hachichi, à la fonction de Président Directeur Général du groupe SONATRACH en remplacement de Abdelmoumen Ould Kaddour dont il a été mis fin à ses fonctions, indique un communiqué de la présidence de la République.

Les étudiants rassemblés à la Grande poste : forte mobilisation autour de « système dégage ! »

mar, 23/04/2019 - 17:38
Ils sont venus en grand nombre pour le rituel du mardi organisé depuis 9 semaines. Les étudiants n’ont pas manqué le rassemblement de la Grande poste où affiches et banderoles souligne « la révolution continue jusqu’à aboutissement des revendications citoyennes » ou « unis pour la souveraineté nationale », a constaté ce matin Hcène Chemache dépêché sur la place mythique du hirak estudiantin. « Vous avez vendu le pays malgré votre richesse, nous l’achetons malgré notre pauvreté », peut-on lire encore sur des pancartes brandies au coté du mot d’ordre du neuvième mardi de mobilisation des étudiants grévistes qui refusent de plier ou fléchir en dépit des acquis enregistrés : « Système dégage ! ».

Entrée en service lundi prochain de la nouvelle aérogare d'Alger

mar, 23/04/2019 - 17:36
La nouvelle aérogare de l'Aéroport international d'Alger, Houari-Boumediene, d'une capacité de 10 millions de passagers/an, sera mise en service lundi prochain, a annoncé mardi le ministre des Travaux publics et des Transports, Mustapha Kouraba. "Sur instruction du gouvernement, l'entrée en service de la nouvelle aérogare se fera lundi 29 avril 2019. La desserte ferroviaire de l'Aéroport d'Alger sera lancée le même jour", a déclaré M. Kouraba à la presse à l'issue d'une visite d'inspection à cette nouvelle infrastructure aéroportuaire. Il s'agit d'une "énorme réalisation qui devrait servir d'exemple et constituer une source de fierté pour les Algériens", selon le ministre. Cette nouvelle infrastructure qui "reflète l'image de l'Algérie moderne", a été construite "conformément aux standards internationaux, avec des matériaux de haute qualité", assure M. Kouraba. Sur une superficie de 200.000 m2, la nouvelle aérogare de l'Aéroport international d'Alger est dotée de 120 banques d'enregistrement, 12 tapis bagages, 54 ascenseurs, 37 escaliers mécaniques, 9 tapis roulants et 21 passerelles. Elle comprend aussi 20 postes de contact pour avions, 2 postes stations pour avion gros-porteurs A380 et 16 groupes électrogènes, qui se déclenchent automatiquement en cas de coupure électrique, ainsi que des dizaines de locaux commerciaux et de services, un grand carrousel sophistiqué de tri de bagages, outre un parking de 4.200 places.  Air Algérie sera la première compagnie aérienne a exploiter cette nouvelle aérogare avec des vols destinés à Paris, selon les explications données lors de la visite. La nouvelle aérogare de l'Aéroport international d'Alger a été réalisé par la société chinoise China state construction engineering corporation (CSCEC). Parallèlement à la mise en service de la nouvelle aérogare, la ligne ferroviaire reliant l'Aéroport international Houari-Boumediene à la gare de Bab Ezzouar, sera ouverte aux passagers. Elle s'étend sur un linéaire de 2,8 km, dont 1,6 km de tunnel réalisé sous la rocade autoroutière sud, reliant Dar el Beida à Ben Aknoun.  La gare ferroviaire de l'Aéroport d'Alger comprend des surfaces commerciaux et de restauration disponibles pendant les horaires d'exploitation fixés de 6h00 à 21h00. Cette gare, construite en trois niveaux, est équipée d’ascenseurs pour les personnes à mobilité réduite et des escaliers mécaniques.

AG Elective de la Fédération algérienne de cyclisme : Barbari Kheiredine, seul candidat à la présidence

mar, 23/04/2019 - 17:24
23/04/2019 - 17:24

Barbari Kheiredine, président de la Ligue de Biskra, est le seul candidat pour le poste de président de la Fédération algérienne de cyclisme (FAC) dont l'assemblée générale élective (AGE) est prévue le 27 avril (10h00) au Complexe sportif de Ghermoul (Alger), a appris l'APS lundi de la Commission de candidatures.

L'opération de dépôt des candidatures a été clôturée ce lundi à 15h00, alors que celle des recours entamera son travail mercredi et devra se clôturer le lendemain (jeudi) à 14h00, avant de laisser place à l'affichage de la liste des candidatures.

Contacté par l'APS, Barbari Kheiredine, déjà vice-président de l'instance fédérale et président de la Ligue de Biskra, a justifié sa volonté de se porter candidat à la présidence de la FAC pour "aller de l'avant dans le seul objectif est de redonner au cyclisme la place qui lui sied sur le plan national en premier lieu puis sur les scènes régionale et continentale et aller chercher les qualifications aux championnats du monde et les Jeux olympiques.".

"Comme nous sommes des membres de l'ancien bureau, nous allons assurer la continuité du travail,entamé depuis 20 mois en apportant les correctifs nécessaires. Notre programme repose sur une priorité absolue en direction des ligues, leurs conditions de travail en termes de moyens et leurs actions pour la promotion de la discipline par l'émergence de talents, leur encadrement et l'amélioration des performances.", a-t-il expliqué.

Pour lui, la direction technique nationale (DTN) a été le maillon faible depuis les dernières élections, ce qui a énormément perturbé le travail de la FAC."C'est pour cette raison que l'installation d'un DTN sera l'une des opérations à concrétiser en premier lieu et pour laquelle tout l'intérêt voulu sera accordé, avec la désignation d'un Directeur des équipes nationales (DEN), Directeur de l'organisation sportive (DOS), Directeur des jeunes talents sportifs (DJTS) et directeur du développement et de formation (DDF).".         

Le nouveau président qui sera élu samedi prochain remplacera le président démissionnaire, Mabrouk Kerboua, qui s'est retiré en novembre 2018 pour des raisons "personnelles et de santé", après avoir été élu en février 2017. 

Gaïd Salah appelle le peuple à faire preuve de "sagesse" pour déjouer "les conspirations" contre l'Algérie

mar, 23/04/2019 - 17:17
Le Général de Corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, Chef d’Etat-Major de l’Armée nationale populaire (ANP) a appelé mardi le peuple algérien à faire preuve de "davantage de sagesse" pour "mettre en échec toutes les conspirations" fomentées contre l'Algérie, réitérant la "détermination" de l'armée à l'accompagner "jusqu’à la concrétisation de ses attentes légitimes". Lors d'une visite  de travail et d’inspection en 1ère Région militaire (Blida), le vice-ministre de la Défense nationale a appelé le peuple algérien à prendre toutes les mesures de précaution et de vigilance dans ces circonstances qui exigent davantage de sagesse pour déjouer toutes les conspirations fomentées contre notre pays. Tout en saluant la compréhension et la conscience du peuple algérien quant à la sensibilité de cette phase, le vice-ministre de la Défense nationale a invité encore une fois, les "enfants de la patrie, à faire preuve davantage de prudence et de précaution" afin que les "marches préservent leur aspect pacifique et civilisé et ce, en oeuvrant à les encadrer et les organiser en vue de les prémunir de toute infiltration ou dérapage, comme fut le cas durant les marches du vendredi passé, qui se sont caractérisées par le calme et la sérénité, déjouant ainsi comme à l'accoutumée, tous les plans ciblant la sécurité et la stabilité de notre patrie". "Ce à quoi vous aspirez par votre élan populaire, en termes de nobles objectifs, que nous saluons, requiert de nous tous de faire preuve de perspicacité et de sagesse afin de mettre en échec toutes les conspirations qui se trament contre notre patrie", a-t-il affirmé, assurant que le peuple algérien et son armée dépasseront "ensemble et en toute sécurité cette étape dans l’histoire de notre nation". Le Général de Corps d’Armée soutenu, en outre, que l'Algérie est, depuis 2015, la cible de "complots abjects" visant  à "mettre en péril sa sécurité". "Nous rappelons que notre pays n'a cessé d'être la cible de complots abjects, pour le déstabiliser et mettre en péril sa sécurité, en raison de ses positions constantes et sa décision souveraine refusant tout diktat", a-t-il affirmé dans son allocution prononcée devant les cadres de la 1ère RM. Selon le vice-ministre de la Défense nationale, les services de sécurité algériens ont recueilli des "informations avérées faisant état d'un plan malveillant pour mener le pays à l’impasse", dont "les prémices remontent à 2015, lorsque les trames et les visées du complot ont été révélées". "Nous oeuvrons sereinement et avec patience à démanteler les bombes à retardement qu’ont implantées ces corrompus et corrupteurs dans les différents secteurs et structures vitales de l’Etat", a-t-il assuré, soulignant que "ces secteurs seront assainis grâce à la conjugaison des efforts de toutes les personnes de bonne foie, ainsi qu'à la conscience du peuple algérien jaloux pour sa patrie et la disponibilité de ses enfants et frères au sein de l’Armée nationale populaire, déployés dans tous les recoins du pays, veillant à préserver l'autorité de l’Etat et la crédibilité des institutions et leur fonctionnement normal". Il a mis en garde, également, contre "ce phénomène étrange qui consiste à l’incitation à entraver l’action des institutions de l’Etat et d’empêcher les responsables d’accomplir leurs missions". "Ce sont là des comportements contraires aux lois de la République que ne peut accepter le peuple algérien jaloux des institutions de son pays et que ne peut tolérer l’Armée nationale populaire, qui s’est engagée à accompagner ces institutions conformément à la Constitution", a-t-il averti. Le Chef d’Etat-Major de l'ANP a appelé, en outre, les Algériens "à ne pas tomber dans le piège de la généralisation et de se garder de faire des préjugés concernant l’intégrité et le dévouement des cadres de l’Etat, qui comptent parmi eux, beaucoup de cadres honnêtes, intègres et loyaux, qui veillent à garantir la continuité des institutions de l’Etat et assurer le bon fonctionnement des affaires publiques au service de la nation et des intérêts des citoyens", soutenant que "l’Algérie compte parmi ses enfants des compétences dévouées dans tous les secteurs, qui la portent dans leurs coeurs et n’ont d’allégeance qu’envers la patrie, leur unique souci étant de servir leur pays et le voir fort et fier dans le concert des nations". L'ANP résolue à accompagner le peuple algérien  Soulignant que le pays traverse "une étape décisive dans son histoire" qui "exige de tout un chacun de préserver l’unité et la cohésion qui ont toujours marqué le parcours de l’Algérie indépendante, Gaid Salah a tenu à "rassurer de nouveau le peuple algérien et lui assurer que l’Armée nationale populaire continuera à l’accompagner avec la même détermination et résolution, suivant une stratégie bien étudiée, jusqu’à la concrétisation de ses attentes légitimes". Il a fait remarquer, à ce propos, qu'elles "commencent, Dieu merci, à porter leur fruit progressivement, jusqu’à ce qu’elles soient totalement concrétisées, selon les étapes  préconisées par l’Armée nationale populaire", rappelant que l'ANP "a de tout temps fait prévaloir l’intérêt de la nation et du peuple et en a fait un objectif au-dessus de tout". Le vice-ministre de la Défense nationale a souligné que les étapes préconisées par l'armée et qui visent à parachever le projet de l’édification nationale, "requièrent de la raison, de la clairvoyance et de la sérénité afin de les parachever en toute quiétude et sécurité". Il a regretté, à ce titre, "l’apparition de certaines voix qui ne veulent aucun bien à l’Algérie, appelant à l’entêtement et l’acharnement à maintenir les mêmes positions préétablies, sans tenir compte de tout ce qui a été réalisé, le rejet de toutes les initiatives et le boycotte de toutes les démarches, y compris l’initiative de dialogue qui est censée être un des mécanismes civilisées qu’il y a lieu de valoriser, notamment dans ces circonstances particulières que vit notre pays". Le Chef d’Etat-Major de l'ANP a appelé, dans ce contexte, à "mettre à profit toutes les opportunités pour aboutir à une convergence des visions et un rapprochement des points à même de permettre d'aboutir à une solution, voire plusieurs, à la crise dans les plus brefs délais, car si la situation perdure davantage elle aura des conséquences néfastes sur l’économie nationale et sur le pouvoir d’achat des citoyens, surtout que nous sommes à la veille du mois sacré de Ramadhan". Pour le Général de Corps d’Armée, "cela confirme que ces voix et ces positions obstinées oeuvrent à entrainer le pays vers le piège du vide constitutionnel et le faire entrer dans la spirale de la violence et de l’anarchie, ce que refuse catégoriquement, à la fois, tout citoyen dévoué à sa patrie et l’Armée nationale populaire". "A tous ceux-là nous dirons que le peuple algérien est souverain dans ses décisions, et c’est à lui qu'il appartient de trancher la question lors de l’élection du nouveau président de la République, qui aura la légitimité requise pour satisfaire le reste des revendications populaires légitimes", a-t-il ajouté. Par ailleurs, le vice-ministre de la défense nationale a valorisé la réactivité de l'appareil de la justice à l’appel qu’il lui a adressé afin d’accélérer la cadence des poursuites judiciaires concernant les affaires de corruption et de dilapidation des deniers publics. "J’ai appelé l'appareil de la justice, dans mes interventions précédentes, à accélérer la cadence des poursuites judiciaires concernant les affaires de corruption et de dilapidation des deniers publics et de juger tous ceux qui ont pillé l’argent du peuple. Dans ce contexte, précisément, je valorise la réponse de la justice quant à cet appel qui représente un volet important des revendications légitimes des algériens, ce qui permettra de rassurer le peuple que son argent pillé sera récupéré par la force de la loi et avec la rigueur requise", a-t-il affirmé.

FLN : Session extraordinaire et houleuse du Comité central à l'ouverture mardi

mar, 23/04/2019 - 15:55
Les travaux de la session extraordinaire du Comité Central (CC) du parti du Front de libération nationale (FLN) ont débuté, mardi à Alger, pour l'élection d'un nouveau secrétaire général, en présence de 347 membres sur les 504 que compte le comité. La séance d'ouverture, émaillée de quelques escarmouches entre les membres du CC, car certains se sont opposés au choix du membre désigné pour présider les travaux, en sa qualité de membre le plus âgé, tel que prévu dans les statuts du parti, a vu la présence d'anciens visages du parti, voire des ministres "contestés par le peuple".            Le CC a entamé ses travaux par le retrait de confiance du SG Djamel Ould Abbas absent à cette séance, à l'unanimité des membres du CC qui ont décidé également de geler sa qualité de membre au sein du CC. La séance d'ouverture a été levée suite à des désaccords survenus au sujet de la liste proposée pour les membres du bureau de la session, et concernant l'élaboration de la liste des membres du comité de candidatures pour le poste de SG. Les membres du CC devront proposer deux membres représentants pour chaque région du pays en ce qui concerne le bureau de la session et trois membres pour chaque région pour le comité de candidatures. Le comité de candidatures se chargera de trancher sur les dossiers de candidatures pour le poste de SG, sachant qu'un nombre important des membres du CC se sont portés candidats à ce poste, dont de vieux membres et des jeunes. La wilaya d'Alger avait donné son autorisation pour la tenue d'une session extraordinaire du comité central du FLN, à la demande de l'ex-SG, Djamal Ould Abbes et de membres du CC. Le membre du bureau politique du FLN et chargé de la communication, Hocine Khaldoun, avait souligné, la veille de la tenue de cette session, "l'importance" de la reporter et de revoir l'aspect juridique, objet de polémique, à travers la publication de la liste officielle des membres du CC issue du 10e congrès".   L'instance dirigeante du FLN avait démenti, récemment, la démission de son coordonnateur, Mouad Bouchareb, affirmant "exercer normalement ses missions". Elle a également rappelé que les "portes du parti restent ouvertes à tous les cadres et militants, sans exclusive".  

Présidentielle du 4 juillet : fin mardi de l'opération de révision exceptionnelle des listes électorales

mar, 23/04/2019 - 14:46
L'opération de révision exceptionnelle des listes électorales, en prévision de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain, s'achève ce mardi, conformément au délai fixé par le ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire. Dans le cadre de cette opération ouverte le 16 avril dernier, le ministère de l'Intérieur a invité tous les citoyens et citoyennes non-inscrits sur les listes électorales et âgés de 18 ans révolus le jour du scrutin, soit le 4 juillet 2019, à demander leur inscription sur la liste électorale de la commune de résidence. Les électeurs ayant changé de résidence devaient, quant à eux, se rapprocher de leur nouvelle commune de résidence qui prend en charge la procédure de radiation et d'inscription.   Le nombre d'électrices et d'électeurs portés sur les listes électorales lors des élections locales du 23 novembre 2017 s'élevait à 22.883.772. Cependant, des présidents d'Assemblées populaires communales (APC) dans certaines wilayas, telles que Tizi-Ouzou, Bejaia et Tipasa, ont annoncé leur refus de procéder à la révision des listes électorales et de participer à la préparation de l'élection présidentielle, estimant que cette consultation est "rejetée" par le peuple algérien.  Des magistrats ont également annoncé leur refus de superviser l'opération électorale, affirmant qu'ils se tiennent du côté du mouvement populaire de contestation (hirak) et revendiquant une justice indépendante.     Une rencontre de concertation sur les mécanismes de la mise en place d'une instance nationale indépendante chargée de la préparation et de l'organisation de l'élection présidentielle s'est tenue lundi à Alger. Des responsables de partis politiques, de représentants de la société civile, des personnalités nationales, des juristes, notamment des constitutionnalistes, ont été conviés à cette rencontre dont les travaux se sont déroulés à huis clos. Les participants à cette rencontre ont appelé à "préserver le processus constitutionnel et électoral et son accompagnement par des mesures d'apaisement en direction de l'opinion publique", selon le document qui a sanctionné leurs travaux, et dans lequel il est précisé que l'instance nationale indépendante chargée de la préparation et de l'organisation de l'élection présidentielle sera dotée de "larges prérogatives". Plusieurs partis politiques et personnalités nationales ont décliné l'invitation de la présidence de la République à cette rencontre de concertation, considérant qu'elle n'est pas en phase avec les revendications exprimées par le hirak. Parmi les partis qui ont refusé de prendre part à la réunion figurent, entre autres, TAJ et le Mouvement populaire algérien (MPA), qui faisaient partie de l'Alliance présidentielle, le Front des forces socialistes (FFS), le Parti des travailleurs (PT), le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Talaie el Hourriyet et le Mouvement de la société de la paix (MSP). Abdelkader Bensalah, qui assume, en application des dispositions de l'article 102 de la Constitution, les fonctions de chef de l'Etat pour une durée de 90 jours, suite à la démission du président Abdelaziz Bouteflika, a signé le 10 avril le décret présidentiel convoquant le corps électoral pour l'élection présidentielle.  Selon un bilan provisoire rendu public lundi, 32 postulants ont déposé à ce jour auprès du ministère de l'Intérieur des lettres d'intention de se porter candidats à l'élection présidentielle du 4 juillet.  Lors d'un message à la nation, Bensalah, qui ne peut, selon la Constitution, se porter candidat à l'élection présidentielle, a fait part de son intention de créer, en concertation avec la classe politique et la société civile, une institution nationale collégiale, "souveraine" dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions d'organisation d'élections nationales "honnêtes et transparentes".  Le chef de l'Etat a tenu à préciser que le rôle du gouvernement et des services administratifs concernés se limitera à "soutenir et accompagner" cette institution dans l'accomplissement de ses missions "en toute liberté".  Le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), a assuré, de son côté, que l'ANP accompagnera la période de transition destinée à la préparation de l'élection présidentielle et veillera à son suivi dans "le strict respect des règles de transparence et d'intégrité et des lois de la République". Les partis de l'opposition ont toutefois exprimé leur rejet de l'installation de M. Bensalah en qualité de chef de l'Etat, estimant que cette démarche est "incompatible" avec les revendications du peuple algérien, qui réclame un changement radical du système politique et le départ des personnalités qui en sont les symboles. Les partis de l'opposition ont estimé aussi que l'approche constitutionnelle dans la résolution de la crise mènera à "l'impasse", le problème étant fondamentalement d'ordre politique.

CAN-2019 : l'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en phase finale

mar, 23/04/2019 - 12:57
La sélection algérienne de football occupe la 5e place au classement des équipes les plus chères présentes à la phase finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2019) en Egypte du 21 juin au 19 juillet, selon le site spécialisé Transfermarkt. Dans ce classement établi en tenant compte de la valeur marchande des joueurs composant chaque sélection, les Verts cumulent 141,5 millions d'euros, loin derrière le Sénégal, équipe la plus chère avec 343,5 millions d’euros, selon le portail allemand considéré comme une référence en matière de montant des transferts par les médias. La Mauritanie est dernière avec seulement 3,25 millions d’euros.                 Le classement :  1. Sénégal              343,5 millions d’euros. 2. Côte d’Ivoire        270,95 millions d’euros. 3. Egypte               184 millions d’euros. 4. Ghana               142, 70 millions d’euros. 5. Algérie               141,5 millions d’euros. 6. Nigeria               135,25 millions d’euros. 7. Maroc                129,6 millions d’euros. 8. Cameroun         111, 6 millions d’euros. 9. Mali                     92,5 millions d’euros. 10. RD Congo         66,45 millions d’euros. 11. Tunisie              42,1 millions d’euros. 12. Guinée              36,7 millions d’euros. 13. Afrique du Sud  33,63 millions d’euros. 14. Kenya               27,93 millions d’euros. 15. Zimbabwe         21,05 millions d’euros. 16. Angola              18,15 millions d’euros. 17. Bénin                17 millions d’euros. 18. Guinée-Bissau  13,75 millions d’euros. 19. Madagascar      10,43 millions d’euros. 20. Tanzanie           10,1 millions d’euros. 21. Burundi             9,5 millions d’euros. 22. Ouganda           4,23 millions d’euros. 23. Namibie             3,5 millions d’euros. 24. Mauritanie          3,25 millions d’euros.

Un colloque international sur le Sahara occidental à Amiens le 27 mai prochain

mar, 23/04/2019 - 12:48
Un colloque international sur le Sahara Occidental se tiendra les 27 et 28 mai prochain à Amiens (nord de la France), a-t-on appris mardi auprès des organisateurs. Intitulé "Le Sahara occidental : Actualités d'une question ancienne", le colloque pluridisciplinaire est organisé par l'Université Picardie Jules-Verne qui a invité des universitaires de renommée internationale, spécialistes en droit, relations internationales, histoire, politique et anthropologie. Selon un programme provisoire dont l'APS a obtenu une copie des organisateurs, plusieurs table-rondes sont prévues. La première sera consacré à la notion du territoire au cours de laquelle les participants examineront l'approche coloniale du territoire, l'approche marocaine du territoire en tant que puissance occupante, l'approche juridique de la notion du territoire et l’intérêt économique du territoire du Sahara Occidental. Les participants auront à analyser la question de "Quel gouvernement pour le Sahara Occidental ?" en examinant notamment  l'approche juridique croisée internationale et constitutionnelle de la notion de gouvernement, le Sahara Occidental dans le contexte maghrébin et l'effet en France des actes et décisions de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Le deuxième jour du colloque sera consacré à la population du Sahara Occidental sous les aspects de l'histoire de la notion de la nationalité et les changements sociaux affectant une partie de la population qui est refugiée. Les universitaires participants à ce colloque se pencheront également sur le rôle de la diaspora  sahraouie et ses soutiens et l'action de la société civile auprès des institutions européennes. Les prisonniers politiques sahraouis de Gdeim Izik n'ont pas été omis puisque l'avocate Olfa Ouled fera le point sur leur situation et leur défense. En dernière instance, la question du Sahara Occidental sera examinée au plan des institutions internationales pour se pencher sur leur rôle dans la solution du conflit. Ainsi, le colloque propose de la revisiter auprès des Nations unies, à l’Union africaine et à l'Union européenne. Ce dernier point fera l'objet d'une table-ronde pour étudier l'avenir de la question du Sahara Occidental au sein de cette institution qui accorde au Maroc des contrats commerciaux concernant les territoires occupés du Sahara Occidental, alors que la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a clairement souligné dans deux arrêtés que le Maroc et le Sahara Occidental sont deux territoires distincts et que toute transaction commerciale concernant le territoire du Sahara occidental doit être négocier avec le Front Polisario. C'est ainsi que le colloque a prévu de faire le point sur la position de la Commission européenne dans le contentieux de la CJUE et d'étudier les rapports de force et enjeux au Parlement européen. Plusieurs professeurs de grandes universités interviendront à ce colloque, dont on peut citer l'historien Pierre Vermeren (Université Paris I - Panthéon Sorbonne), l'Algérien Yahia Zoubir (Kedge Business School), la conseillère scientifique du colloque Marjorie Beulay (Université Picardie Jules Verne) et Francesco Bastagli (ancien Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Sahara Occidental et Chef de la MINURSO).

Coupe d'Algérie (demi-finales / retour) : CRB-CSC et JSMB-ESS à l’affiche

mar, 23/04/2019 - 12:39
Prévus les mercredi et jeudi, 24 et 25 avril courant, les deux matchs des demi-finales retour de la coupe d’Algérie de football seront animés respectivement à Constantine (16h00) et à Sétif (17h00) selon le programme établi comme suit :                 Mercredi 24 avril :  CR Belouizdad - CS Constantine (16h00)                  Jeudi 25 avril :  JSM Béjaïa - ES Sétif (17h00)  NB. Rappelons que la manche aller le CSC l'a emporté par la plus petite des marges (1-0) face au CRBelouizdad alors que l'ES Sétif s'est incliné face à la JSMBéjaia (2-1).

Deux éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés à Oran

mar, 23/04/2019 - 11:40
23/04/2019 - 11:40

Deux (2) éléments de soutien aux groupes terroristes ont été arrêtés, lundi à Oran, par un détachement de l'Armée nationale populaire (ANP), indique mardi le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. 

"Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détachement de l’Armée nationale populaire a arrêté, le 22 avril 2019, à Oran (2e Région militaire), deux (2) éléments de soutien aux groupes terroristes", précise la même source 

En outre, et dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, un détachement de l’Armée nationale populaire, en coordination avec les éléments de la Gendarmerie nationale, "a appréhendé à Tamanrasset (6e RM), 21 orpailleurs et saisi deux (2) véhicules, trois (3) groupes électrogènes et trois (3) marteaux piqueurs", tandis que d’autres détachements combinés de l’Armée nationale populaire"ont arrêté à In-Guezzam (6e RM), 22 contrebandiers et saisi deux (2) véhicules tout terrain, 1322 unités de produits pharmaceutiques et divers objets".

Dans le même contexte, des éléments de la Gendarmerie nationale "ont arrêté, à Tébessa (5e RM), un (1) narcotrafiquant en possession de 5.3 kilogrammes de kif traité, 400 comprimés psychotropes, ainsi que 520 cartouches et 38 kilogrammes de produits servant dans la confection de cartouches".

Par ailleurs, "11 immigrants clandestins de différentes nationalités ont été appréhendés à Tamanrasset et Tlemcen", rapporte également le communiqué.

Pétrole : le panier de l'Opep à plus de 72 dollars le baril

mar, 23/04/2019 - 11:34
Le prix du panier de quatorze pétroles bruts, qui sert de référence à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a progressé à  72,44 dollars le baril lundi, contre 70,83dollars jeudi dernier, a indiqué l'Organisation pétrolière mardi sur son site web.  Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l'Opep (ORB) comprend actuellement le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djen(Congo),Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale),Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran),Basra Light (Irak), Kuwait Export ( Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela). Le même jour,  les cours de l'or noir ont fini en hausse. A Londres le baril de Brent pour juin, référence européenne, a progressé de 2,88%, ou 2,07 dollars, à 74,04 dollars. A New York le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai, référence américaine du brut, a gagné 2,66%, ou 1,70 dollar, à 65,70 dollars. Les deux types de barils ont clôturé lundi à leur plus haut niveau depuis le 31 octobre pour le WTI et depuis le 1er novembre pour le Brent. Cette hausse intervient dans le sillage de l'officialisation par la Maison Blanche de la fin des exemptions qui permettaient à huit pays l'achat de pétrole iranien malgré des sanctions américaines. Lundi , la Maison Blanche a annoncé que le président des Etats-Unis Donald Trump a décidé de  mettre fin aux exemptions permettant à huit pays d'acheter du pétrole iranien, afin de "porter à zéro les exportations" de brut iranien. A partir de début mai, ces pays : la Chine, l'Inde et la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l'Italie et la Grèce seront exposés à des sanctions américaines s'ils continuent d'acheter du pétrole iranien. L'Arabie saoudite, chef de fil de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole(Opep) , s'est de son côté dite prête à "stabiliser" le marché après la décision américaine, et l'Irak est "prêt" à exporter 250.000 barils supplémentaires. Le président américain a promis sur Twitter que l'Arabie saoudite et d'autres pays "compenseront" la baisse de l'offre iranienne. L'Iran a jugé  "illégales" les sanctions américaines à son encontre. "Puisque les sanctions en question sont illégales dans leur principe même, la République islamique d'Iran n'avait attaché et n'attache aucune valeur ni aucune crédibilité aux dérogations accordées relativement aux dites sanctions", a indiqué le ministère des Affaires étrangères iranien dans un communiqué. L'Iran a exporté en moyenne 1,7 million de barils par jour en mars, dont près de 628.000 vers la Chine, selon l'agence spécialisée S&P Global Platts, A noter qu'une réunion de l'Opep et ses partenaires est programmée pour  juin prochain afin de discuter de la décision de renouvellement de leur accord de réduction de la production. Cette rencontre sera précédée par la quatorzième  réunion du comité ministériel de suivi Opep et non-Opep (JMMC) prévue en mai  à Djeddah en Arabie saoudite. L'Organisation et ses partenaires, à leur tête  la Russie réduisent leur production de 1,2 million de bpj à compter du 1er janvier 2019 pour six mois. Selon des données de JMMC,  la conformité globale des participants à l'accord de l'Opep a presque atteint 90% pour le mois de février 2019, contre 83% au mois de janvier. Dans son dernier rapport mensuel , l'Opep a indiqué que sa production préliminaire totale de pétrole brut s’élevait en moyenne à  30,022 Mbj en mars, une diminution de 534.000 barils par jour .

Excellence : le HBC El-Biar et le CR El-Harrouch officiellement relégués

mar, 23/04/2019 - 11:34
Le HBC El-Biar et le CR El-Harrouch ont officiellement quitté le Championnat Excellence de handball pour la Nationale 1 au terme de la saison 2018-2019, selon le classement publié mardi par la Fédération algérienne de la discipline (FAHB). Le dossier des clubs relégués en Nationale 1 était à l'étude au niveau de la FAHB, une véritable cacophonie ayant entouré l'identité des deux formations devant quitter l'élite à l'issue de la 8e et dernière journée des play-downs pour le maintien en Excellence (messieurs), après que le MB Tadjenanet, l'ES Arzew, le HBC El-Biar et le CR El-Harrouch ont bouclé le championnat à égalité de points (8). Selon une précédente explication de la FAHB à l'APS, "un alinéa du règlement en cas d'égalité de points (tiré des règlements de la Fédération internationale de handball) a été mal interprété et mal compris, surtout que les quatre équipes en question ne se sont pas rencontrées toutes durant les play-downs". "De ce fait, il faut aller jusqu'au point qui parle du plus grand nombre de buts marqués dans tous les matchs et là, sous réserves je dis bien sous réserves, c'est le CR El-Harrouch et le HBC El-Biar qui seront relégués", avait indiqué un responsable de la fédération. Dans le règlement publié par la FAHB, l'article concernant le cas d'"égalité de points" touche les "deux ou plusieurs équipes" qui se sont rencontrées en play-downs. Or, certaines équipes qui s'étaient déjà affrontées durant la première phase du championnat n'ont pas récidivé en play-downs, selon le système de compétition adopté par la fédération. Dans ce cas, c'est le plus grand nombre de buts marqués dans tous les matchs de play-downs qui a été décisif dans le classement publié par l'instance fédérale : 210 pour Arzew, 178 pour Tadjenanet, 174 pour El-Biar et 168 pour El-Harrouch, synonyme de relégation pour ces deux derniers. Ils seront remplacés par le MC Oued-Tlélat et le MM Batna, promus de la Nationale 1 après avoir dominé respectivement les groupes Centre-Ouest et Centre-Est du deuxième palier.

Conférence nationale consultative : la présidentielle maintenue au 4 juillet 2019

mar, 23/04/2019 - 11:21
En dépit du boycott quasi entier de la classe politique et des personnalités nationales prétextant l’impossible tenue des présidentielles dans les délais fixés par la Constitution suite à la vacance de la présidence de la république, la date du 4 juillet est reconduite par la conférence consultative en l’absence du chef de l’Etat sensé présider ladite réunion convoquée lundi à cet effet. C’est en présence de cinq partis – FLN, RND, ANR, El Islah, UND et quatre associations – que le Secrétaire général de la présidence  Habba El Okbi, qui a présidé au nom du chef d’Etat intérimaire la réunion de Club des pins, a proclamé le non-report de l'élection présidentielle du 4 juillet conformément à l’esprit de l’article 102 de la Constitution stipulant une transition de 90 jours suite à la démission du président de la République. Mohamed Saim y a assisté au Palais des conférences et a recueillis les propos dans cette correspondance pour la radio chaine 3.

Ligue 2 (27e journée) NC Magra- MC Saida: l'arbitre assistant Doulache suspendu 3 mois

mar, 23/04/2019 - 10:54
23/04/2019 - 10:54

L'arbitre assistant Doulache Nassim est suspendu 3 mois à partir du 22 avril 2019 pour "agression envers un joueur du NC Magra", lors du match contre le MC Saida disputé le 15 avril dernier pour le compte de la 27e journée de Ligue 2 Mobilis, a indiqué la Ligue de football professionnel (LFP) lundi.

Après l’égalisation par l’équipe MC Saïda à la 85e minute, et suite à une réclamation par les joueurs de NC Magra d’un corner, l’arbitre assistant Doulache Nacim a asséné un coup de tête au capitaine de l’équipe NC Magra Bibi Nabil, précise la LFP sur son site officiel.

La sanction a été prise ce lundi par la commission de discipline après avoir auditionné l’arbitre assistant et sur la base des images  la vidéo de l’agression. Doulache a reconnu et il  a demandé des excuses, selon la même source.

Pour mémoire, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) avait décidé le 15 avril match perdu à l'équipe du NC Magra sans attribuer de point au club adverse le MC Saida suite aux incidents survenus lors de cette rencontre.

La commission a également défalqué trois points à l'équipe du NC Magra en plus de quatre matchs à huis clos dont les deux premiers se joueront à l'exterieur de Magra.

En outre, le NC Magra devra s'acquitter d'une amende de 400.000 DA pour le NC Magra pour envahissement de terrain à l'issue de la rencontre entrainant des blessures graves aux officiels du matchs.

Préparation de la 25ème opération de relogement en faveur des habitants de la Casbah

mar, 23/04/2019 - 10:09
Les services de la wilaya d'Alger ont annoncé lundi la préparation de la 25ème opération de relogement en faveur des habitants de la Casbah, dont les dossiers sont en cours d'examen, indiquent les mêmes services dans un communiqué. Le communiqué des services de la wilaya intervient suite à l'effondrement dans la matinée d'un immeuble de 4 étages, sis rue Tamglit à la basse Casbah, ayant fait 5 morts (deux hommes de 50 et 36 ans, une femme de 26 ans et deux enfants de 7 ans et 3 mois), selon les services de la protection civile. "Les services de la wilaya rassurent les habitants de la capitale que tous les dossiers sont en cours d'examen en vue de poursuivre la 25ème opération de relogement en cours de préparation", a ajouté la même source qui a souligné que "cette préparation se déroule parallèlement à l'achèvement de la réalisation des projets de logement". Les opérations de relogement à la commune de la Casbah sont passé par plusieurs étapes dans le cadre "des grandes opérations entamées par la wilaya d'Alger depuis 2014", soit "614 familles au total" habitant la Casbah. Il s'agit notamment du relogement de 392 familles en 2014 et de 222 autres en 2018", a-t-on expliqué.    A rappeler que les services de la wilaya d'Alger ont indiqué dans un communiqué que les données de l'instance chargée du contrôle technique des constructions "démontrent que la bâtisse a été classé dans la case orange -4- après le séisme qui a frappé Alger en 2003". Suite à quoi, les services de la wilaya d'Alger ont lancé des "mesures pour reloger les familles occupant l'immeuble mais ces dernières ont refusé d'habiter dans des chalets". Les "contrats de location souscrits par les habitants de l'immeuble auprès de l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) de Bir-Mourad Rais sont arrivés à échéance en 2000", a ajouté le communiqué.

Bechar : arrestation de trois trafiquants de drogue et saisie de 52 kg de kif traité

mar, 23/04/2019 - 09:51
Trois trafiquants de drogue qui essayaient d’introduire à partir des frontières Sud-ouest du pays une quantité de 52 kilogrammes de kif traité ont été arrêtés par les éléments de la brigade régionale de lutte contre le trafic de drogue, a-t-on appris mardi de la cellule de communication et d’information de la Sureté de wilaya de Bechar. Agissant sur renseignements faisant état de l’imminente introduction d’une importante quantité de kif à travers les frontières algéro-marocaines, les éléments de la brigade précitée, en collaboration avec le secteur militaire de la troisième région militaire (3ème RM) à Bechar, ont mis en place un dispositif de recherches discret et mis la main sur 52 kg de kif qui étaient cachés dans un lieu désert à proximité de la route reliant la commune frontalière de Béni-Ounif à celle de Bechar, a-t-on précisé. Les investigations entreprises par les enquêteurs de la même brigade et de la gendarmerie nationale ont permis l’identification des trois trafiquants mêlés à cette affaire, a-t-on souligné. L’arrestation de ces trois individus a permis aussi la saisie d’un véhicule particulier qui devait acheminer la drogue vers une autre région du pays, de même qu’un montant de 180.000 DA, a-t-on signalé. Les trois trafiquants ont été présentés à la justice et mis en détention préventive par le juge d’instruction en attendant leur comparution devant le tribunal compétent, a-t-on ajouté.

Cinq morts à l'effondrement d'un immeuble à la Casbah : le procureur de la République ouvre une enquête

mar, 23/04/2019 - 09:51
Le procureur de la République près le tribunal de Bab El Oued a annoncé, lundi soir, l'ouverture d'une enquête suite à l'effondrement d'un immeuble à Alger.    "Le procureur de la République près le tribunal de Bab El Oued a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de l'effondrement de l'immeuble à la Casbah qui a fait 5 morts parmi les habitants de la Casbah", a indiqué un communiqué dudit tribunal.  Pour rappel un immeuble de 4 étages sis à la rue Tamglit à Bab el Oued s'est effondré lundi matin faisant cinq morts.   

Pages