A la une

S'abonner à flux A la une
Mis à jour : il y a 13 min 44 sec

La Chine veut lancer une «Lune artificielle» dans l'espace pour réaliser des économies d'éclairage

il y a 1 heure 21 min
La Chine veut lancer dans l'espace d'ici 2020 une «Lune artificielle», qui réfléchirait sur Terre la lumière du soleil durant la nuit et permettrait de réaliser des économies d'éclairage au  pays, a annoncé vendredi un média d'Etat. Ce satellite équipé d'une pellicule réfléchissante serait chargé d'illuminer la grande ville de Chengdu (sud-ouest) et devrait être huit fois plus lumineux que l'astre lunaire, rapporte le journal China Daily. Un premier exemplaire devrait d'abord être envoyé dans l'espace, suivi en cas de réussite de trois autres en 2022, a expliqué au quotidien Wu Chunfeng, le chef de la Tian Fu New Area Science Society, l'organisme responsable du projet. «La première Lune sera principalement expérimentale, mais les trois envoyées en 2022 constitueront le véritable produit fini. Elles auront un grand potentiel en termes de services à la population et d'un point de vue commercial», selon M. Wu. En renvoyant sur Terre la lumière du soleil, le satellite, qui évoluerait à 500 km d'altitude, est censé pouvoir se substituer partiellement à des lampadaires. Il pourrait ainsi faire économiser environ 1,2 milliard de yuans (150 millions d'euros) d'électricité par an à la ville de Chengdu s'il arrive à illuminer une superficie de 50 km2. La source de lumière artificielle pourrait également être utilisée après des catastrophes naturelles, en déviant les rayons solaires vers des zones terrestres où l'alimentation électrique a été coupée, a souligné Wu Chunfeng. Pékin mène depuis de nombreuses années un ambitieux programme spatial. Le pays prévoit notamment d'envoyer un petit robot nommé Chang'e-4 sur la face cachée de la Lune d'ici fin 2018. La Chine n'est pas le premier pays à tenter de réfléchir les rayons du soleil sur la Terre. Dans les années 1990, des scientifiques russes avaient mis au point un projet similaire baptisé Znamya («Bannière»), arrêté après quelques essais. APS

Coupe de la Confédération 2019: l’USM Bel Abbès dépose son dossier d'engagement

il y a 1 heure 21 min
L'USM Bel Abbès s'est finalement engagée jeudi en Coupe de la Confédération de football (CAF), soit le dernier jour des délais impartis par l’instance footballistique africaine de football, a-t-on appris vendredi du club de Ligue 1. L’USMBA, qui traverse une crise multidimensionnelle, a évité ainsi un forfait qui se profilait à l’horizon, au moment où la direction du club est confrontée à d’énormes problèmes financiers et son effectif est toujours sans entraineur en chef. Les gars de la "Mekerra" participeront à la Coupe de la Confédération pour la deuxième fois de l’histoire du club grâce à leur trophée de Coupe d’Algérie remporté en mai dernier. Cette participation africaine intervient au moment où le président Abdelghani El Hennani brande la menace de jeter l’éponge, indique-t-on encore. Ce responsable, qui a succédé à Okacha Hasnaoui il y a quelques semaines, n’a pas apprécié la pression exercée sur lui par les supporters après avoir échoué à engager l’entraineur Cherif El Ouezzani dont le retour au club est vivement réclamé par la galerie locale, informe-t-on. Cherif El Ouezzani, qui a mené les Vert et Rouge à triompher en Coupe d’Algérie, a exigé, au cours de ses négociations pour succéder au suisso-tunisien, Moez Bouakaz, d’obtenir les arriérés de ses salaires au titre de la saison passée, une revendication qu’El Hennani s’est dit incapable de satisfaire pour le moment, précise-t-on de même source. Le président de l’USMBA devait même vendre ses actions estimées à près de 5 millions DA à l’ex-directeur général du club, Kaddour Benayad, dans la journée de jeudi, mais l’opération est tombée dans l’eau, selon ce dernier. La formation phare de Sidi Bel Abbès, qui occupe la 15e et avant dernière place au classement du championnat avec seulement six points, accueille vendredi l’USM Alger dans un match en retard.

Coupe de la Confédération 2019: l’USM Bel Abbès dépose son dossier d'engagement au dernier moment

il y a 1 heure 44 min
19/10/2018 - 12:21

L'USM Bel Abbès s'est finalement engagée jeudi en Coupe de la Confédération de football (CAF), soit le dernier jour des délais impartis par l’instance footballistique africaine de football, a-t-on appris vendredi du club de Ligue 1 «Mobilis».

L’USMBA, qui traverse une crise multidimensionnelle, a évité ainsi un forfait qui se profilait à l’horizon, au moment où la direction du club est confrontée à d’énormes problèmes financiers et son effectif est toujours sans entraineur en chef.

Les gars de la «Mekerra» participeront à la Coupe de la Confédération pour la deuxième fois de l’histoire du club grâce à leur trophée de Coupe d’Algérie remporté en mai dernier.

Cette participation africaine intervient au moment où le président Abdelghani El Hennani brande la menace de jeter l’éponge, indique-t-on encore.

Ce responsable, qui a succédé à Okacha Hasnaoui il y a quelques semaines, n’a pas apprécié la pression exercée sur lui par les supporters après avoir échoué à engager l’entraineur Cherif El Ouezzani dont le retour au club est vivement réclamé par la galerie locale, informe-t-on.

Cherif El Ouezzani, qui a mené les Vert et Rouge à triompher en Coupe d’Algérie, a exigé, au cours de ses négociations pour succéder au suisso-tunisien, Moez Bouakaz, d’obtenir les arriérés de ses salaires au titre de la saison passée, une revendication qu’El Hennani s’est dit incapable de satisfaire pour le moment, précise-t-on de même source.

Le président de l’USMBA devait même vendre ses actions estimées à près de 5 millions DA à l’ex-directeur général du club, Kaddour Benayad, dans la journée de jeudi, mais l’opération est tombée dans l’eau, selon ce dernier.

La formation phare de Sidi Bel Abbès, qui occupe la 15e et avant dernière place au classement du championnat avec seulement six points, accueille vendredi l’USM Alger dans un match en retard. APS

MC Oran : le wali dit "oeuvrer" pour convaincre une société étatique à accompagner le club

il y a 1 heure 54 min
19/10/2018 - 12:11

Le wali d’Oran, Mouloud Cherifi a révélé avoir entamé des démarches auprès de certains ministères et des sponsors dans le but d’ouvrir le capital social de la société sportive par actions (SSPA) du MCO à une entreprise étatique.

S’exprimant devant la presse en marge de la visite qu’il a rendue aux joueurs du MCO la veille de leur match à domicile contre le co-leader de la Ligue 1 de football la JS Kabylie, ce vendredi (17h00) au stade Ahmed-Zabana, le responsable a indiqué qu’il oeuvrait depuis quelques temps afin de convaincre une entreprise nationale de prendre en charge le MC Oran en bute à des problèmes financiers énormes.

" On veut donner au MCO une assise financière solide. On est en train d’activer pour également convaincre des sponsors à rejoindre le club. Et puis, nous en tant qu’autorités locales, sommes tout le temps au chevet du club en mettant les joueurs dans les meilleurs dispositions quelle que soit la situation", a-t-il assuré.

Il est à rappeler qu'une première démarche dans ce sens a été effectuée par les dirigeants mouloudéens en direction de Naftal en fin 2012 afin que cette filiale de Sonatrach rachète la majorité des actions de la SSPA de la formation oranaise, mais elle a été vouée à l’échec.

La wilaya d’Oran avait accordé au "Mouloudia" un subvention de près de 20 millions DA avant le début de cet exercice. Elle s’est chargée dernièrement de réhabiliter l’ancien siège du club situé au centre ville, tout en s’engageant à s’acquitter des dettes cumulées auprès de l’office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) de la ville, propriétaire du siège resté fermé depuis plus de 20 ans.

Le chef de l’exécutif, qui a également assisté les "Hamraoua" par près de 40 millions DA la saison passée émanant du fond de la wilaya et de la contribution des industriels de la ville, a exhorté pour l’occasion les joueurs à faire de la réception de la JSK "leur véritable départ cette saison", après avoir réalisé jusque-là des résultats mitigés comme l’atteste la 9e place qu’ils occupent au classement avec 12 points, distancés de 10 unités par leur adversaire du jour, seule formation invaincue depuis le début de saison.

Ouargla : intérêt croissant des agriculteurs pour la culture de la lentille d’eau

il y a 1 heure 56 min
Un intérêt croissant pour la culture de la lentille d’eau et de l’Azolla est manifesté par les agriculteurs de la wilaya d’Ouargla, au regard de ses bienfaits comme aliment pour les poissons d’eau douce et comme engrais vert, selon les responsables de la Chambre inter-wilayas de la pêche et de l’aquaculture (CIWPA, basée à Ouargla). La réussite de l’expérience, menée en mars dernier par la Ferme de démonstration et de production de semences (FDPS) de Hassi-Benabdallah (Est d’Ouargla), après avoir obtenu une souche de ce type de fougères aquatiques d’Egypte, a encouragé les agriculteurs de la wilaya d’Ouargla et d’autres wilayas à se lancer dans l’activité, a indiqué à l’APS le président de la CIPWA, Faouzi Habita. L’expérience a été adoptée jusqu’ici par une centaine d’agriculteurs au Sud, ayant bénéficié d’une formation sur les avantages du développement de cette filière et sur les techniques de culture de cette plante aquatique (lentilles de mer et Azolla) dans les bassins aquacoles, a-t-il précisé. Cette plante riche en protéines (près de 40%) a été cultivée dans une large superficie, à travers l’ensemencement de 200 grammes pour chaque mètre carré de bassin aquacole, donnant lieu, en l’espace d’une semaine seulement, à la réalisation d’une production ‘‘intéressante’’ de lentilles d’eau, une plante aquacole flottante qui constitue à la fois un complément dans l’aliment de poisson d’eau douce et un engrais végétal, a expliqué la responsable de la station, Wafa Mouffi. Cette quantité ensemencée dans les bassins d’élevage de poissons d’eau douce est destinée à doter les aquaculteurs d’Ouargla et d’autres wilayas du Sud de cette plante à la croissance rapide et au rendement élevé, pouvant aussi figurer comme source d’aliment de volailles, a-t-elle fait savoir. L’expérience de la culture de la lentille d’eau menée à Ouargla mérite d’être généralisée’, sachant qu’un simple agriculteur peut développer cette activité comme substitut à bas coût des aliments de poissons, facile à entreprendre et ne nécessitant pas de gros moyens, poursuit Mme Mouffi. Une de ces expériences a été menée avec succès par un agriculteur de la région de N’goussa (Nord-ouest d’Ouargla), qui a obtenu, en un laps de temps relativement court, une bonne production de cette plante aquatique ensemencée dans trois (3) bassins. "Après une période de doute, voici que la lentille d’eau que j’ai expérimenté dans mes bassins s’est mise à se développer rapidement dès que les conditions climatiques se sont améliorées, et aussi grâce aux précieux conseils des instances spécialisées qui m’ont permis d’approfondir mes connaissances et de réajuster mes méthodes d’intervention’’, a affirmé l’agriculteur, Abderrazak Bouguettaya. La FDPS de Hassi-Benabdallah mène actuellement plusieurs autres expériences sur les bienfaits de la lentille d’eau comme aliment de volailles, et devra en lancer une autre en décembre prochain, selon sa responsable. Cette ferme a pour principale mission la prise en charge des différents programmes de développement agricole initiés par l’Etat ciblant les zones sahariennes, notamment ceux liés aux cultures stratégiques, telles que la phoeniciculture, la céréaliculture, le maraîchage, l’arboriculture et  l’apiculture, a-t-elle fait savoir.  Démarches pour introduire l’activité dans la nomenclature agricole de la wilaya d’Ouargla  La Chambre inter-wilayas de la pêche et de l’aquaculture (CIWPA) oeuvre pour l’introduction de l’activité d’ensemencement de cette souche de plante aquatique dans la nomenclature agricole de la wilaya d’Ouargla, à l’effet de permettre aux jeunes agriculteurs de l’adopter à l’avenir comme complément d’aliment, a affirmé son président, M. Habita. La démarche s’inscrit dans le sillage des efforts déployés pour l’encouragement de la pisciculture dans les wilayas du Sud et le renforcement de la ressource en poissons afin de satisfaire les besoins de consommation de leur population, en plus d’exploiter les eaux des bassins aquacoles, riches en matières organiques, à des fins d’irrigation agricole, a-t-il expliqué. L’aquaculture dans la région connait ces dernières années une dynamique telle qu’elle pourrait la transformer en ‘‘pôle prometteur’’ dans la production de poissons d’eau douce et contribuer à l’autosuffisance, au développement national et à la sécurité alimentaire, à travers la diversification des sources de production aquacole, sans compter les emplois qu’elle génère, selon le même responsable.      De plus, "est-il attendu des efforts des agriculteurs de la région qu’ils contribuent à une diversification de l’action de développement et une professionnalisation" de la filière, notamment à travers la création de coopératives s’intéressant aux volets de production, de promotion et de commercialisation des produits aquacoles et halieutiques dans les wilayas du Sud, ainsi qu’à un accroissement de la consommation de poissons d’eau douce", a-t-il soutenu.

Ouargla: intérêt croissant des agriculteurs pour la culture de la lentille d’eau

il y a 1 heure 59 min
19/10/2018 - 12:06

Un intérêt croissant pour la culture de la lentille d’eau et de l’Azolla est manifesté par les agriculteurs de la wilaya d’Ouargla, au regard de ses bienfaits comme aliment pour les poissons d’eau douce et comme engrais vert, selon les responsables de la Chambre inter-wilayas de la pêche et de l’aquaculture (CIWPA, basée à Ouargla).

La réussite de l’expérience, menée en mars dernier par la Ferme de démonstration et de production de semences (FDPS) de Hassi-Benabdallah (Est d’Ouargla), après avoir obtenu une souche de ce type de fougères aquatiques d’Egypte, a encouragé les agriculteurs de la wilaya d’Ouargla et d’autres wilayas à se lancer dans l’activité, a indiqué à l’APS le président de la CIPWA, Faouzi Habita.

L’expérience a été adoptée jusqu’ici par une centaine d’agriculteurs au Sud, ayant bénéficié d’une formation sur les avantages du développement de cette filière et sur les techniques de culture de cette plante aquatique (lentilles de mer et Azolla) dans les bassins aquacoles, a-t-il précisé.

La quantité ensemencée dans les bassins d’élevage de poissons d’eau douce est destinée à doter les aquaculteurs d’Ouargla et d’autres wilayas du Sud de cette plante à la croissance rapide et au rendement élevé, pouvant aussi figurer comme source d’aliment de volailles.

L’expérience de la culture de la lentille d’eau menée à Ouargla mérite d’être généralisée, sachant qu’un simple agriculteur peut développer cette activité comme substitut à bas coût des aliments de poissons, facile à entreprendre et ne nécessitant pas de gros moyens, affirme Mme Mouffi.

La FDPS de Hassi-Benabdallah mène actuellement plusieurs autres expériences sur les bienfaits de la lentille d’eau comme aliment de volailles, et devra en lancer une autre en décembre prochain, selon sa responsable.

Cette ferme a pour principale mission la prise en charge des différents  programmes de développement agricole initiés par l’Etat ciblant les zones sahariennes, notamment ceux liés aux cultures stratégiques, telles que la phœniciculture, la céréaliculture, le maraîchage, l’arboriculture et  l’apiculture, a-t-elle fait savoir.

Des chiens défilent pour un nouveau vote sur le Brexit à Londres

il y a 2 heures 5 min
Des centaines d’animaux ont défilé dans le centre de la capitale britannique deux semaines avant une grande manifestation pour réclamer un nouveau vote. Selon un cliché bien ancré, les Britanniques vouent un amour sans borne pour leurs animaux domestiques. Alors quand il s’agit de réclamer un nouveau vote sur le Brexit, certains n’hésitent pas à mettre à contribution leurs compagnons à quatre pattes. Ce dimanche à Londres, des centaines de chiens de toutes races et leurs maîtres ont défilé lors d’une marche rythmée par les aboiements et baptisée… « ouaférendum ». Pourquoi défiler avec des chiens ? Parce « tous les moyens sont bons quand on fait campagne », a expliqué Alastair Campbell, ancien porte-parole du gouvernement travailliste dans les années 1990 et 2000 et qui a manifesté aux côtés de Skye, un Cavalier King Charles Spaniel âgé de cinq mois. « Nous savons que le Brexit sera désastreux pour les humains mais il pourrait s’avérer tout aussi nocif pour nos animaux de compagnie », a souligné un des organisateurs du ouaférendum, Dominic Dyer. Pénurie de vétérinaires, hausse du prix des soins et des aliments ou fin du passeport européen pour les animaux… il va jusqu’à brosser le noir scénario d’une récession obligeant par manque de moyens les propriétaires à abandonner leurs animaux à des refuges débordés.

Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel sur la Syrie à Istanbul le 27 octobre

il y a 2 heures 13 min
Un sommet axé sur la Syrie réunira le 27 octobre à Istanbul les dirigeants turc Recep Tayyip Erdogan, russe Vladimir Poutine, français Emmanuel Macron et allemande Angela Merkel, a annoncé vendredi le porte-parole de la présidence turque. Ce sommet portera notamment sur la situation à Idleb, dernier grand bastion de l'opposition en Syrie et sur "le processus politique" censé aboutir à un règlement au conflit qui ravage le pays depuis 2011, a précisé le porte-parole Ibrahim Kalin. A Paris, l'Elysée a confirmé la présence de M. Macron à ce sommet. "La France entend prioritairement favoriser le maintien du cessez-le-feu dans la province d'Idleb afin d'éviter une catastrophe humanitaire et une nouvelle vague massive de réfugiés, et le lancement effectif d'un processus politique inclusif", a indiqué une source à la présidence française. "Ces deux objectifs seront au centre des discussions entre les chefs d'Etat et de gouvernement". La Russie et la Turquie ont scellé le 17 septembre un accord portant sur l'instauration d'une zone "démilitarisée" séparant les territoires insurgés d'Idleb des secteurs avoisinants tenus par Damas. Le délai officiel pour la création de cette zone tampon est arrivé à échéance lundi et les deux puissances se sont montrées optimistes, même si sur le terrain certaines dispositions de l'accord n'ont pas été respectées. Les deux pays ont en effet donné un délai supplémentaire aux terroristes de la province d'Idleb pour quitter la zone démilitarisée. M. Erdogan avait indiqué cet été qu'un sommet à quatre était prévu pour début septembre mais il n'avait pas eu lieu. Des collaborateurs des quatre dirigeants s'étaient en revanche réunis à Istanbul le 14 septembre pour préparer un futur sommet.

Le 10 ème festival de la musique symphonique clos vendredi : Mozart à l’Opéra d’Alger

il y a 2 heures 20 min
Une soirée exceptionnelle qu’a vécue le public présent jeudi à l’Opéra d’Alger où la musique symphonique est en fête depuis l’ouverture, samedi dernier, du 10ème festival international de la musique universelle a noté Hayet Rahmani pour la radio Chaine 3. Le festival ayant enchanté un public avide et attentionné prend fin ce soir à l’Opéra d’Alger Boualem Bessaieh où la cérémonie de clôture, prévue à partir de 19 heures, sera animée par l’orchestre philarmonique de Chine. Hier "La flute enchantée", ultime chef d’oeuvre lyrique de Mozart, mis en espace par un ensemble instrumental franco-allemand, a été présenté devant un public agréablement servie par des consonances à l'occasion du 10e Festival international de musique symphonique sept jours durant. Mise en espace par Arnaud Arnaud Marzorati, qui dirige La clique des Lunaisiens qui s'est associé à Daniel Isoir, pianiste et chef d’orchestre de "La petite symphonie", La flute enchantée, composée en 1791 par Mozart, est un des opéras les plus joués en version théâtre et concert dans le monde. Accompagnés d'un ensemble instrumental d'une quinzaine de musiciens, dirigés par Daniel Isoir, des conteurs et chanteurs d’opéra à l’image de Marie Bénédicte Souquet, Jenny Daviet, Céline Lay, Camille Poul et Ronan Nédélec, ont réussi à restituer la poésie de cet opéra mythique où le rire, l’émerveillement, la stupéfaction et la mélancolie se côtoient. L’Ensemble a également revisité, en plus des concertos de Mozart, des oeuvres classiques du XVIIe siècle, composées par de grands noms de la musique univesrelle à l’image de l’Allemand Joseph Martin Kraus (1756-1792) et l’autrichien Joseph Haydn (1732-1809). Ces partitions ont été exécutées sur pianoforte, instrument à cordes minces, qui leur a donné une couleur percussive. Outre l'Algérie, treize pays dont la Tunisie, l’Autriche, la Syrie et la Russie, invitée d’honneur de cette édition, participent à ce festival, ouvert le 13 octobre dernier.

AG de l'UIP: M. Bensalah s'entretient avec nombre de présidents de parlements des pays participants

il y a 2 heures 21 min
19/10/2018 - 11:43

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, s'est entretenu avec les présidents des parlements de Tunisie, d'Oman, d'Egypte et du Zimbabwe, en marge de sa participation à Genève aux travaux de la 139ème Assemblée générale (AG) de l'Union Interparlementaire  (UIP), indique jeudi un communiqué du Conseil.

M. Bensalah a tenu une rencontre avec le président des représentants du peuple de Tunisie, Mohamed Ennaceur, avec lequel il a passé en revue «les relations parlementaires entre les deux pays et les voies et moyens de les promouvoir au rang d'excellence sur tous les domaines».

A cette occasion, les deux parties ont «échangé leurs vues sur les questions d'intérêt commun», affirmant «la nécessité de coordonner les positions au niveau des fora internationaux».

D'autre part, le président du Conseil de la nation s'est réuni avec le président du conseil consultatif (choura) d'Oman, Khaled Ben Hilal, une rencontre qui s'est articulée autour des relations parlementaires entre les deux pays.

Les deux parties ont mis l'accent sur «l'impératif de hisser le niveau de ces relations par l'échange de visites et des délégations en vue d'accompagner l'action gouvernementale visant à raffermir la coopération économique, commerciale et historique entre les deux pays».

Ils ont échangé, dans ce cadre, leurs points de vues sur «les réformes encours au sein de l'UIP, en sus de plusieurs questions d'intérêt commun».

M. Bensalah s'est également entretenu avec le président de la chambre des représentants d'Egypte, Ali Abdelaal, avec qui il a évoqué «l'importance de hisser le niveau des relations entre le Conseil de la nation et la chambre des représentants, outre certaines questions liées à leurs actions au  niveau de l'UIP».

Ils ont, par ailleurs, réaffirmé «leurs disponibilités à coordonner les positions dans les fora parlementaires, tant au niveau continental que local et régional».

M. Bensalah s'est réuni également avec le président de l'Assemblée nationale du Zimbabwe, Jacob Francis Mudenda, avec lequel il a passé en revue «les relations bilatérales dans les domaines économique et commercial, et les voies et moyens de les hisser au niveau des relations politiques et historiques ainsi que les voies de développer les relations entre les deux instances législatives». APS

Situation en Palestine : Gaza « au bord du précipice »

il y a 3 heures 42 min

Ph.DR

L'envoyé de l'ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a réitéré son appel à toutes les parties à éloigner Gaza du bord du précipice et à respecter leurs engagements pris lors du cessez-le-feu de 2014. «Gaza est en train d'imploser. Ce n'est pas une hyperbole. Ce n'est pas de  l'alarmisme. C'est une réalité», a déclaré jeudi M. Mladenov, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, aux membres du Conseil de sécurité réunis pour discuter de la situation au Moyen-Orient. Avec un taux de chômage de 53% - plus de 70% chez les jeunes palestiniens  - et une personne sur deux vivant sous le seuil de pauvreté, l'économie gazaouie est en chute libre, a-t-il rappelé. Selon l'envoyé onusien, «nous sommes au bord du précipice d'un autre conflit potentiellement dévastateur». «Un conflit que personne ne prétend vouloir, mais un conflit qui nécessite bien plus que des mots pour l'empêcher», a-t-il dit. Pour M. Maldenov, atténuer la pression humanitaire à Gaza permettrait de réduire la menace d'escalade sur le terrain et de faire place aux efforts menés par l'Egypte pour y ramener «l'autorité du gouvernement palestinien  légitime». M. Mladenov a également déploré la hausse des violences en Cisjordanie occupée  où les autorités de l'occupation poursuivent la démolition et la confiscation de structures appartenant aux Palestiniens. Sur le site de Khan al-Ahmar, la construction d'une nouvelle colonie israélienne séparant Jérusalem-Est de la localité cisjordanienne de Ma'ale Adumim compromet la contiguïté d'un futur Etat palestinien, a-t-il  alerté. APS

11e journée : déplacement périlleux de la JSK à Oran

jeu, 18/10/2018 - 19:14
La 11e journée du championnat de Ligue 1 débutera ce vendredi et s’étalera jusqu’à mardi prochain. La première partie de cette 11e manche sera marquée par le déplacement périlleux de la JS Kabylie, co-leader, à Oran pour donner la réplique au MCO, alors que le CR Belouizdad joue gros face au NA Hussein Dey. Rejoint en tête du championnat par l’USM Alger (22 pts), la JS Kabylie veut absolument récupérer son fauteuil de leader. Pour y parvenir, les Canaris doivent passer avec succès un autre test qui a pour nom le MC Oran. Seule équipe à n’avoir pas encore perdu le moindre match, la JSK se présentera à El Bahia  avec de sérieux arguments. Les Lions du Djurdjura savent également que le MCO est un adversaire fébrile à domicile et qui reste sur défaite enregistrée face à l’ES Sétif. Côté MCO, les Hamraoua entendent bien prendre un nouveau départ dans le championnat, notamment après la fin du feuilleton Badou Zaki et le come-back de Omar Belatoui à la tête de la barre technique. Un retour au bercail de l’enfant du club appelé à réaliser le fameux déclic psychologique au sein d’une formation inconstante dans ses performances. Le NAHD en quête de son premier succès dans un derby A Alger, le NA Hussein Dey s’apprête à disputer son 3e derby de suite. Après le Paradou AC et le MC Alger, les Sang et Or vont donner la réplique au CR Belouizdad dans un classique du championnat programmé au stade du 5 Juillet 1962. Face à une équipe du CRB, très mal en point (16e – 3 pts), le NAHD (4e – 16 pts) tentera de profiter de la mauvaise passe que traverse son voisin pour gagner son premier derby de la saison après avoir perdu les trois autres. Pour le Chabab, seule la victoire compte. Cloués à la dernière place du classement, les Rouge et Blanc doivent impérativement gagner afin d’amorcer leur opération de sauvetage. Le PAC en péril à Bechar Du côté de Bechar, la JS Saoura verra la visite du Paradou AC. Invaincus depuis 3 sorties (2 victoires, 1 nul), les gars du Sud tenteront de surfer sur cette vague de résultats positifs pour engranger une nouvelle victoire et rester dans le sillage du peloton de tête. Pour sa part, le PAC se présentera sur la pelouse du stade du 20 Aout 1955 avec l’intention de mettre un terme à sa série de trois défaites consécutives. Les Pacistes tenteront de jouer un mauvais tour à leur hôte pour ramener le point du nul, au minimum. A noter également que durant ce vendredi la Ligue de football professionnel (LFP) a programmé un match de mise à jour de la 6e journée prévu à Sidi Bel Abbès (17h45) entre l’Union sportive locale et son homologue algéroise. A l’image de la JSK, l’USMA va tout faire pour conserver les commandes du championnat.   La suite ce samedi Le deuxième acte de cette 11e journée aura lieu samedi avec trois rencontres au menu. Le CS Constantine recevra l’Olympique Médéa, le MO Béjaia accueillera l’AS Ain M'lila, dans une opposition entre promus, alors le MC Alger ira défier le CABB Arreridj. Pour ce qui est des deux derniers matchs, DRB Tadjenanet - USM Bel Abbès et USM Alger - ES Sétif, le premier aura lieu le mardi 23 octobre alors que le second a été repoussé au jeudi 29 novembre. Programme des rencontres : Vendredi : 17h00 : NA Husseïn Dey - CR Belouizdad 17h45 : MC Oran - JS Kabylie                    17h45 : USM Bel Abbès - USM Alger  19h00 : JS Saoura - Paradou AC    Samedi : 17h00 : CS Constantine - Olympique Médéa 17h45 : MO Béjaia - AS Ain M'lila                     17h45 : CABB Arreridj - MC Alger                     Mardi 23 octobre (15h00) :   DRB Tadjenanet - USM Bel Abbès    Jeudi 29 novembre (17h45): USM Alger - ES Sétif          

Affaire Jamal Khashoggi : des ministres européens boudent le sommet économique de Ryad

jeu, 18/10/2018 - 19:03
D'importants ministres français, britannique et néerlandais ont annulé jeudi leur venue au sommet économique saoudien à Ryad la semaine prochaine, en pleine inquiétude autour de la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Les ministres français de l'Economie, Bruno Le Maire, britannique du Commerce international, Liam Fox, et néerlandais des Finances, Wopke Hoekstra, ont coup sur coup fait savoir qu'ils ne se déplaceraient pour cet événement qui a subi de nombreuses défections ces derniers jours. "Je n'irai pas à Ryad la semaine prochaine", a déclaré M. Le Maire, invité de l'émission télévisée "Territoires d'infos", estimant que les conditions n'étaient "pas réunies aujourd'hui" pour qu'il se rende à ce forum d'investisseurs du 23 au 25 octobre.              La liste des dirigeants renonçant à cette conférence, organisée par le fonds souverain saoudien, s'est allongée, deux semaines après la disparition de Jamal Khashoggi.  Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, doit décider ce jeudi s'il se rend à cette conférence. Interrogé sur le fait de savoir si l'annulation de sa participation remettait en cause les relations entre Paris et Ryad, Bruno Le Maire a assuré qu'"absolument pas". Au Royaume-Uni, le ministre du Commerce international Liam Fox a pris une décision similaire, annoncée jeudi à la mi-journée. "Le ministre du Commerce international a décidé qu'il n'était pas approprié pour lui de se rendre à l'Initiative pour l'investissement futur à Ryad le 23 octobre", a expliqué un porte-parole du gouvernement, ajoutant que le Royaume-Uni était "très inquiet de la disparition de Jamal Khashoggi". "Nous encourageons la coopération turco-saoudienne et attendons que le Royaume d'Arabie saoudite conduise une enquête fouillée, crédible, transparente et rapide comme annoncé", a souligné ce porte-parole. Côté néerlandais, le ministre des Affaires étrangères, Stef Blok, a souligné sur Twitter que la disparition de M. Kashoggi était "une affaire très grave", à laquelle l'Arabie saoudite n'avait "pas encore été en mesure de fournir une clarification". "C'est pourquoi nous avons décidé aujourd'hui que Wopke Hoekstra ne se rendrait pas à Ryad. Les Pays-Bas défendent la liberté de la presse dans le monde", a-t-il ajouté. Jamal Khashoggi, 59 ans qui collaborait notamment avec le Washington Post, est entré le 2 octobre au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul et n'est pas reparu depuis. APS

JOJ 2018 – Bilan : belle moisson de 5 médailles pour l’Algérie

jeu, 18/10/2018 - 18:53
La délégation algérienne a bouclé sa participation à la 3e édition des Jeux Olympiques de la jeunesse (JOJ 2018) de Buenos Aires (Argentine) avec une très honorable moisson de médaille. Présente avec un contingent de 30 ans athlètes, l’Algérie a récolté 5 médailles en argent. Après 13 jours d’épreuves et de compétition, le rideau va tomber sur les 3es JOJ ce jeudi avec la traditionnelle cérémonie de clôture. Les 30 ans athlètes algériens présents dans ce rassemblement sportif vont quitter la capitale argentine avec des souvenirs plein la tête mais également avec une récolte de 5 médailles en argent.       Premiers à se mettre en évidence, les judokas Yassamine Djellab et Ahmed Rebahi (équipe mixte) ont montré la voie à leurs camarades en montant sur la troisième marche du podium. Toutefois, ces deux premières consécrations n’ont pas été comptabilisées car réalisées dans une épreuve de démonstration. Une bonne entrée en matière qui s’est confirmée par la suite. En effet, Loubna Benhadja et Mohamed Ali Gouaned ont récolté l’argent en athlétisme, respectivement, dans les épreuves du 400m haie et du 800m. Le lutteur Fateh Benferdjallah a fait de même dans en terminant second en la lutte libre. De leur côté, les boxers Farid Douibi (75 kg) et Mohamed-Amine Hacid (91 kg) avaient la possibilité de valoriser d’avantage la moisson algérienne en raflant l’or, mais ces derniers sont tombés sur plus forts qu’eux en finale et repartent néanmoins avec deux belles breloques en argent. Bilan positif, mais…   Le bilan de la participation algérienne dans ces JOJ est positif, au regard des moyens plus que limités dont bénéficient nos athlètes. Cependant, la récolte aurait pu être importante si les Chaïb Ichrak (boxe), Oussama Laribi (lutte) et autre Ahmed Rebahi (judo) n’avait pas terminé au pied du podium. La 5e place du nageur Moncef Aymen Balamane, en finale du 200m quatre nages, reste également en travers de la gorge si ce dernier avait eu tous les moyens à sa disposition pour préparer ce rendez-vous, au même titre que les autres représentants algériens. Avec peu de ressources, les athlètes algériens ont réussi encore une fois à déjouer les pronostics et briller dans un évènement de l’ampleur des JOJ. A présent, la balle est dans le camp des responsables pour entretenir ces athlètes pour en faire de futurs champions.   

Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de L’environnement

jeu, 18/10/2018 - 17:44
  Une application mobile, permettant aux citoyens d’alerter l’administration sur tout acte ou incident nuisibles à l’environnement, sera lancée fin novembre en Algérie, a annoncé jeudi la ministre de l'Environnement et des Energies Renouvelables, Fatima Zohra Zerouati.  La mise en place de cette application, baptisée « Biati » mon environnement, entre « dans le cadre d’une approche participative incitant les citoyens à s’impliquer dans la protection de l’environnement et l’amélioration des conditions de vie », a souligné la ministre lors d’une journée d’études sur la numérisation de l’information liée à l’environnement.  L’application, téléchargeable sur Play Store, sur les appareils Androïd et IOS IPhone, a été conçue par Spider Network, une entreprise algérienne de conseil spécialisée dans les systèmes d’information et les applications internet, en collaboration avec l’Observatoire national de l’environnement et du développement durable.  « Nous avons développé un système d’alerte et de suivi des anomalies liées à l’environnement. C’est un système très facile à utiliser : dès que  le citoyen constate une anomalie comme une décharge interdite ou un canal d’eau qui a explosé par exemple, il rentre dans l’application et il fait son alerte » explique Samira Berdjene, représentante de Spider Network.  Dans la pratique, l’utilisateur de l’application doit cliquer sur « signaler une anomalie » pour être redirigé vers un formulaire qu’il va remplir et appuyer avec des photos et une description de l’anomalie constatée dont il précisera le lieu exact, détaille la même responsable.   Une fois l’alerte envoyée, elle est aussitôt reçue par la Direction de l’environnement de wilaya qui va la traiter et l’envoyer directement aux autorités concernées, a-t-elle ajouté, invitant les citoyens à travers tout le territoire national à s’y impliquer pour améliorer les conditions environnementales. Une autre initiative liée à la numérisation dans le secteur de l’environnement a été annoncée lors de cette journée d’études. Il s’agit d’un système numérique intersectoriel de gestion de la planification stratégique du secteur de l’environnement.  « L’élaboration de ce système a été finalisée pour ce qui est du secteur de l’environnement, en attendant sa généralisation à tous les autres secteurs », a souligné M. Boualem Aissani, responsable de Geosystem-Consult, le bureau d’études qui a mis en place ce système.    Grâce au GIPSE, auquel sont connectées les 48 directions de wilayas de l’environnement, la stratégie nationale de l’environnement et du développement durable y compris le plan d’action pour 2018-2022, a été totalement codifiée ce qui permettra un meilleur suivi et une meilleure évaluation des projets », a-t-il soutenu.  Le même bureau d’études, poursuit son responsable, a également doté le secteur de l’environnement d’autres systèmes pour la gestion du littoral, la gestion d’un plan d’aménagement côtier, de la zone humide de Tanga  et enfin pour le suivi de la végétation dans les régions désertiques.  Pour la ministre, « tous ces projets sont de très grande importance »  D’autant plus que la numérisation du secteur et de l’ensemble des secteurs constitue aujourd’hui « une priorité pour le Gouvernement ».  Rappelant les 600 actions intersectorielles inscrites dans le cadre du Plan d’action national pour l’environnement et le développement durable pour la période 2018-2022, Mme Zerouati a cité 156 actions relatives au Plan national sur le climat, qui sera bientôt, précise-t-elle, examiné par le Gouvernement.  Il s’agit également de 113 actions relatives à la préservation de la biodiversité, 67 pour la diminution de la pollution terrestre, 40 relatives à la consommation et à la production durables et 65 pour l’application de la convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants. En outre, 30 actions sont inscrites entre 2018 et 2022 pour la gestion industrielle des déchets dangereux, 50 actions pour la gestion intégrée des ordures ménagères et 30 pour ce qui est des énergies renouvelables. Pour la même période, le secteur a inscrit 100 projets sectoriels dans le cadre du Fonds national de l’environnement et du littoral ,a encore rappelé la ministre.  

Le DGSN s'entretient avec l'ambassadeur russe à Alger sur les moyens de renforcer la coopération policière

jeu, 18/10/2018 - 17:42
18/10/2018 - 17:42

Le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le Colonel Mustapha El-Habiri a examiné jeudi, avec l'ambassadeur de la Fédération de Russie à Alger, Igor Beliaev, les moyens de dynamiser  les mécanismes de renforcement de la coopération entre les polices, algérienne et russe, en matière de formation et d'entrainement, a indiqué un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

La rencontre qui s'est déroulée au siège de la DGSN a constitué «une occasion pour les deux parties d'examiner les moyens de dynamiser les mécanismes de renforcement de la coopération policière entre les deux pays, notamment en ce qui concerne la formation et l'entrainement, la police  scientifique et technique et la lutte contre les différentes formes de criminalité», ajoute le communiqué.

Les domaines d'échange d'expériences et d'expertises professionnelles sur le terrain et les moyens de les consolider dans le cadre du rapprochement des vues entre les deux parties ont également été débattus», selon la même source.

L'ambassadeur russe a salué les efforts consentis par la police dans la lutte contre la criminalité sous ses différents aspects et en matière de préservation de la sécurité», conclut le document. APS

Djamel Kaouane :La presse doit renforcer les valeurs de la paix et du vivre ensemble

jeu, 18/10/2018 - 17:20
Le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, a insisté jeudi à Mostaganem sur le rôle d'intermédiaire que doit assumer la presse pour renforcer les valeurs de paix, de dialogue et du  vivre ensemble. A l’ouverture d'une conférence nationale sur le rôle des médias dans la consécration des valeurs du vivre ensemble en paix, Djamel Kaouane a souligné que la presse plurielle doit œuvrer avec professionnalisme pour offrir des tribunes d’expression libre et de débat responsable, rapprocher les points de vue et jeter les ponts de la connaissance et de l’acceptation  de l’Autre. « Un tel climat aide le journaliste à faire preuve d'esprit de responsabilité et de respect de l’éthique de la profession dans la recherche de la véracité de l’information en se démarquant de la  propagande, de la rumeur, de la manipulation et des tendances qui favorisent la haine et la discorde », a souligné le ministre.  « La presse nationale a accompagné avec engagement et efficacité la démarche et le processus de paix initiés par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et plébiscités par le peuple algérien, ce qui a permis l’ouverture d’une nouvelle ère de réconciliation et de renforcement  de la foi dans une Algérie stable qui prône cette valeur dans ses relations internationales », a-t-il rappelé. Djamel Kaouane a estimé que le vivre ensemble en paix est un mécanisme nouveau qui renforce les acquis par une approche participative de tous les acteurs, à leur tête les journalistes, dans une démarche positive se démarquant de la subversion et de l'incitation à l'hostilité et à la haine. « La participation constructive des médias à la promotion des valeurs de l’humanité, de la culture de la paix et de la tolérance, à l'ère de la mondialisation et des technologies modernes, contribue à la consolidation de la démocratie et des droits de l’homme et à la  concrétisation du développement durable », a-t-il ajouté à ce propos. Cette conférence nationale, organisée à l’initiative du ministère de la Communication dans le cadre des festivités de la Journée nationale de la presse célébrée le 22 octobre de chaque année, enregistre la participation de spécialistes, de professionnels de la presse et d'universitaires, en présence du président de l’association mondiale soufie alaouie, cheikh Khaled Bentounes.

Brexit: Les dirigeants de l'UE constatent l'absence de nouvelles propositions de Theresa May

jeu, 18/10/2018 - 16:22
Les 27 dirigeants de l'UE ont acté mercredi soir l'absence de percée dans les négociations sur le Brexit malgré la «bonne volonté» de Theresa May, qui s'est montrée ouverte sur l'idée d'une prolongation de la période de transition après le divorce. L'UE à 27  n'a pas reçu de nouvelles propositions de la Première ministre qui auraient permis de relancer des négociations dans l'impasse. Le sommet extraordinaire évoqué au mois de novembre n'est pour l'instant pas planifié, a indiqué une source européenne à l'issue du sommet. «Malgré des négociations intensives, il n'y pas eu assez de progrès enregistrés», a résumé cette source à l'issue du dîner entre dirigeants. «Je ne m'attendais pas à une percée, et il n'y a pas eu de percée» sur le sort de la frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, le point principal sur lequel les négociations échouent actuellement, a déclaré le chancelier autrichien Sebastian Kurz. Le dirigeant dont le pays occupe la présidence tournante de l'UE, s'est toutefois dit «optimiste» sur une solution «dans les prochaines semaines ou mois». L'UE attendait de Mme May des propositions «concrètes» et «créatives», avait dit le président du Conseil européen Donald Tusk à la veille de la réunion. Elle ne les a pas obtenues. «Je n'ai pas constaté de nouveautés majeures», a dit le président du parlement européen Antonio Tajani, qui a assisté à l'intervention de la dirigeante britannique lors du sommet. Theresa May a parlé une quinzaine de minutes devant ses pairs qui commencent à s'inquiéter face à la nécessité urgente de trouver un accord de divorce, prévu le 29 mars 2019, pour qu'il se déroule de façon ordonnée. «Nous avons montré que nous pouvons trouver des accords difficiles ensemble et de façon constructive. Je reste confiante», a déclaré la Première ministre à ses collègues, selon son porte-parole. «La dernière étape demandera du courage, de la confiance et du leadership des deux côtés», a-t-elle ajouté. A son arrivée à Bruxelles, devant les journalistes, elle avait martelé qu'un accord était «réalisable». «On a la volonté collective d'avancer mais nous n'y sommes pas encore», avait pour sa part estimé le président français Emmanuel Macron. Pour la chancelière allemande Angela Merkel, l'accord est prêt à «90%» mais «il y a encore du travail devant nous». «Calme et patience» ont été les maîtres mots du négociateur en chef de l'UE Michel Barnier à son arrivée au sommet. «Nous avons besoin de temps, de plus de temps» pour arriver à un compromis à la fois sur les conditions du divorce et sur la future relation, a-t-il souligné. Ce sommet était initialement présenté comme un «moment de vérité». Mais les dernières discussions entre l'UE et Londres sont restées vaines, butant principalement sur la solution qui permettrait d'éviter le rétablissement d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord, afin de sauvegarder les Accords de paix de 1998. Afin de débloquer les négociations, l'une des options serait d'accepter de prolonger d'un an, soit jusqu'au 31 décembre 2021, la période de transition suivant le départ officiel, ont indiqué des sources diplomatiques citées par des médias.APS

Le Groupe Sonelgaz a réussi à recouvrer 27% de ses créances en 2018

jeu, 18/10/2018 - 16:12
Le Groupe Sonelgaz a réussi à recouvrer 27% de ses créances en 2018, détenues par différents clients, sur un chiffre d’affaires global de 393 milliards de dinars. « Nous avons avancé de 27% par rapport à l’exercice passé. C’est très important 27% pour un chiffre d’affaires de 393 milliards de dinars », a annoncé, jeudi, le DG Du Groupe Sonelgaz, Mohamed Arkab au micro de Noureddine Himed de la radio Chaine 3, en marge d’une rencontre, organisée à Alger par l’association générale des entrepreneurs algériens (AGEA), sur la mise à niveau des entreprises.   La Sonelgaz compte maintenir cette dynamique de recouvrement de ses créances, en poursuivant ses efforts de sensibilisation en directions de ses clients industriels et particuliers.     

Sanction : six mois de suspension pour le président de l'US Biskra

jeu, 18/10/2018 - 15:31
Le président de l’US Biskra, Farès Benaissa, a écopé d’une suspension de six mois, dont trois avec sursis, pour tentative d'agression envers officiel de match. La sanction a été infligée mercredi par la commission de discipline de la ligue de football professionnel (LFP). Les faits reprochés au président de l’USB remontent au 13 octobre dernier à l’occasion de la rencontre US Biskra – MC Saida, comptant pour la 10e journée de la Ligue 2, soldée sur un score nul (1-1).    Selon la même source, Benaissa a été sanctionné « pour tentative d’agression envers officiel de match. Il a été signalé sur la feuille de match et le rapport de délégué pour avoir eu un mauvais comportement envers l’arbitre directeur devant les vestiaires », lit-on sur le site de la LFP. Outre la suspension de six mois, dont 3 avec sursis, le patron de l’USB devra également s’acquitter d’une une amende financière de 80 000 DA.

Pages