National

S'abonner à flux National
Mis à jour : il y a 1 heure 48 min

Le DG de l'AADL, Tarek Belaribi : le programme AADL1 sera cloturé définitivement fin 2017

il y a 9 heures 12 min
Les remises de 3.000 logements relevants du programme AADL1 vont commencer à être effectuées à partir de lundi prochain, a annoncé, jeudi à l’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, M. Tarek Belaribi, directeur général de l’Agence pour l’amélioration et le développement du logement (AADL). M. Belaribi explique qu’il s’agit en fait de la poursuite de la « dynamique » engagée, en octobre 2015, lors de laquelle 19.000 logements de ce premier programme avaient été remis à leurs propriétaires dans la wilaya d'Annaba. Durant les mois d’avril et mai prochains, annonce-t-il, 7.000 et 8.000 autres logements vont également être distribués au niveau d’autres wilayas, suivis, vers la fin du mois de juin, d’une « grande opération » consistant à remettre 25.000 logements à leurs attributaires dans les villes de Bouinan (wilaya de Blida) et Sidi Abdallah (wilaya d'Alger), mais aussi, dans celles de Mostaganem, Ain Témouchent, Oran, Relizane, Annaba, et Constantine, en particulier. Toutes ces opérations, assure-t-il, vont permettre de clore « définitivement » le programme AADL1 à l’échelle nationale et de passer, par la suite, à la résolution de celui d’AADL2.  M. Bellaribi tient à préciser que dans certaines  wilayas, à l’exemple de celle d’Oran et de Tipaza, les souscripteurs d’AADL 1 ont tous pris possession de leur logement, ajoutant que dans certaines autres, des premières réceptions d’habitations réalisées au titre de la formule AADL 2 ont déjà été effectuées comme c'est le cas à Khenchela ou pourraient commencer à l'être, incessamment. Il signale, d’autre part, que 240.000 logements, sur les 400.000 programmés, sont en cours de construction à travers diverses régions du pays, auxquels il ajoute les 70.000 prévus pour être remis au titre d’AADL1, le reste, indique-t-il, étant inscrit au titre de la formule AADL L’ensemble de ces chantiers, déclare l’intervenant, couvre les demandes des souscripteurs d’AADL 1, « qui ajoute-t-il, ont reçu déjà les ordres de versement de la 3ème tranche, et pour certains, leur décision de pré-affectation », de même que celles exprimées pour AADL2.     

Le président du Congo en visite à Constantine : satisfecit du niveau de performance des complexes de l’industrie mécanique

mer, 29/03/2017 - 21:05
Le président de la République du Congo, M. Denis Sassou-Nguesso a exprimé, mercredi à Constantine, sa satisfaction du  niveau et de la qualité de performance de plusieurs complexes spécialisés  dans l’industrie mécanique dans cette wilaya. En visite à Constantine, dans le cadre d’une visite d’Etat qu’il effectue  en Algérie sur invitation du président de la République Abdelaziz  Bouteflika, depuis lundi dernier, le président de la République du Congo, a  manifesté un ‘‘grand intérêt’’ pour les perspectives offertes par ces  industries qui ont connu un grand essor en Algérie. A son arrivée dans la capitale de l’Est, M. Denis Sassou-Nguesso,  accompagné du président de l’Assemblée populaire nationale, Larbi Ould  Khelifa, du ministre d’Etat, ministre des Affaires Etrangères et de la  Coopération internationale, Ramtane Lamamra, du ministre de l’Industrie et  des Mines, Abdesslem Bouchouareb, du ministre des Affaires Maghrébines et  de l’Union Africaine et de la Ligue Arabe, Abdelkader Messahel, s’est rendu  à l’entreprise Somatel (filiale de l’entreprise nationale de matériel de  travaux publics d’Ain Smara- ENMTP), où il a assisté à un exposé portant  sur les capacités de production de cette unité qui emploie 800 personnes. Issue de la restructuration de Sonacome, l’ENMTP est spécialisée dans le développement de tous les volets liés à l’industrie et à la distribution de  matériel de travaux publics et de mécanique, en fournissant du matériel à  des marques étrangères avec de la main d’oeuvre locale. D’après les informations présentées au président congolais, sur place,  cette entreprise a convenue d’un accord avec son partenaire espagnol en orientant 75% de sa production vers le marché algérien, et en consacrant  25% à l’exportation. Au cours de sa visite à l’entreprise publique de gerbage et de manutention (GERMAN), dans cette même région, spécialisée dans la production de pièces  de rechanges de haute qualité technologique et mécanique, en ayant recours  à la sous-traitance, M. Denis Sassou-Nguesso a eu droit à un exposé  détaillé sur les étapes de fabrication de ce genre de pièces, et ce après  avoir visité les différents ateliers de cette entreprise. L’hôte de l’Algérie a également visité l’entreprise des tracteurs  agricoles (ETRAG) dans la région de Oued Hamimime à El khroub, dont la  capacité de production atteint actuellement 4000 tracteurs sous les marques  Cirta et aussi Massey Fergusson (fabriquée en collaboration avec un  partenaire américain), révélant un grand intérêt à l’exposé qui lui a été  présenté par les responsables de l’entreprise, qui aspire dans le cadre du  partenariat algéro-américain, à consacrer 15% des tracteurs Massey  Fergusson à l’exportation. Les responsables de cette entreprise ont également évoqué l’objectif de réserver 60% du taux d’intégration globale de ces tracteurs au marché local  et national, et ce à l’horizon 2009, en sus de négociations avancées avec  le partenaire américain pour exporter ce matériel à destination de nombreux  pays africains. Sur place, le ministre de l’Industrie et des mines, Abdeslam Bouchouareb,  a soutenu que l’Etat assurera la maintenance du matériel qui sera exploité  vers les pays africains.  Après s’être enquis des potentialités et les moyens de l’industrie  militaire lors de sa visite au complexe des industries militaires de Ain  Smara, le président congolais a profité de sa présence à Constantine pour  effectuer une visite touristique dans cette ville, en se rendant au palais  Ahmed Bey et à la maison de la culture Malek Haddad avant d’assister à une  soirée artistique programmée à la grande salle des fêtes Ahmed Bey. APS.  

MM. Bensalah et Ould Abdelaziz examinent les relations bilatérales et la lutte antiterroriste

mer, 29/03/2017 - 19:54
29/03/2017 - 19:54

Le président du Conseil de la Nation, Abdelkader Bensalah, s’est entretenu mercredi à la Mer Morte (Jordanie) avec le Président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz.

Les entretiens qui se sont déroulés en marge des travaux du 28éme Sommet arabe ont porté sur les relations bilatérales dans les domaines politique, économique et culturel.

Les deux responsables ont, à la même occasion, renouvelé leur volonté de poursuivre la coopération et la concertation autour de toutes les questions d’intérêt commun notamment la lutte contre le terrorisme et la situation au Mali.

M. Bensalah participe aux travaux du 28ème sommet arabe, en sa qualité de représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. APS 

28ème Sommet arabe : Bensalah affirme que l'expérience de l'Algérie en matière de lutte antiterroriste est "un exemple à suivre"

mer, 29/03/2017 - 14:55
Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah a affirmé mercredi que l'expérience algérienne dans le domaine de la lutte antiterroriste était "un exemple à suivre". Dans une allocution lors de la 28ème session du Sommet de la Ligue arabe  qui a débuté mercredi en Mer morte (Jordanie), M. Bensalah qui représente le président de la République Abdelaziz Bouteflika a rappelé que "la menace terroriste pèse sur tous les pays sans exception et l'Algérie n'a eu de  cesse de mettre en garde contre les risques du terrorisme et de  l'extrémisme et d'appeler à la coordination des efforts avec la communauté  internationale face à ce fléau". L'Algérie a préconisé l'élaboration, sous les auspices des Nations  unies, d"'une stratégie internationale pour l'éradication du terrorisme et le tarissement de ses sources de financement", a encore rappelé M. Bensalah. Il est revenu sur l'approche adoptée par l'Algérie face au fléau  terroriste, basée sur le dialogue et la réconciliation nationale  et qui  transcende la dimension sécuritaire aux aspects intellectuel, religieux et culturel en tenant compte notamment de l'aspect socio-économique et la consécration de l'Etat de droit. "L'expérience algérienne articulée autour du dialogue inclusif  est un exemple à suivre pour la concrétisation de la réconciliation  nationale et le resserrement des rangs au profit de intérêt national loin de toute ingérence dans les affaires internes", a soutenu M. Bensalah précisant que "l'approche algérienne privilégie les solutions politiques pacifiques et consensuelles qui permettent aux peuples de disposer de leur  avenir et prendre leur destin en main afin de réaliser leurs aspirations légitimes en termes de liberté, de dignité et de démocratie et de manière à  préserver leur souveraineté et leur intégrité territoriale". Concernant les élections législatives prévues en mai en Algérie, le représentant du président de la République a évoqué les réalisations accomplies en matière de "consolidation du processus démocratique et de l'Etat de droit dans le sillage d'amendements constitutionnels substantiels, y compris ceux consacrant le contrôle, par le parlement, de l'action du gouvernement". "Dans le cadre de la concrétisation des réformes politiques initiées par le président de la République Abdelaziz Bouteflika, la Haute instance indépendante de surveillance des élections a été mise en place pour assurer le bon déroulement des échéances électorales et garantir un scrutin libre, honnête et transparent", a encore fait savoir M. Bensalah soulignant que l'Algérie avait adressé des invitations à des observateurs internationaux et des organisations internationales et régionales pour  suivre le déroulement du processus électoral, dont ceux de la ligue arabe". Bensalah réaffirme le soutien de l'Algérie à la cause palestinienne et plaide pour une solution politique en Libye, en Syrie et au Yémen Le président du Conseil de la  nation, Abdelkader Bensalah, a réaffirmé en outre le soutien de l'Algérie à la cause palestinienne, appelant au règlement politique et par la voie du dialogue des crises prévalant en Libye, en Syrie et au Yémen. "Le rythme effréné des évènements et des graves mutations qui secouent la région arabe ne devrait pas détourner notre attention de la souffrance et de la tragédie que vit le peuple palestinien pour recouvrer sa dignité et ses droits légitimes", a affirmé M. Bensalah dans son allocution aux  travaux du 28e Sommet de la Ligue arabe.  A cette occasion, le représentant du président de la République a réitéré "le soutien indéfectible et constant de l'Algérie au peuple palestinien pour le recouvrement de ses droits légitimes, notamment l'édification d'un  Etat palestinien indépendant sur les frontières de 1967 avec Al Qods pour  capitale", précisant que pour atteindre cet objectif "les Palestiniens doivent resserrer les rangs pour réaliser la réconciliation nationale, seul moyen de recouvrer leurs droits nationaux légaux". Concernant la crise en Libye qui "compromet la paix et la sécurité dans ce  pays", M. Bensalah a indiqué que l'Algérie "n'a ménagé aucun effort pour  faire aboutir le processus de règlement politique et consacrer le dialogue inclusif et la Réconciliation nationale entre toutes les parties libyennes.   Elle n'a eu de cesse de rapprocher leurs vues et construire un véritable  consensus national de manière à préserver l'unité de la Libye, sa souveraineté et sa cohésion sociale loin de toute ingérence étrangère, dans le cadre de l'initiative de l'ONU et en application de la Résolution 2259  du Conseil de sécurité".  A cet effet, il a rappelé que l'Algérie "a accueilli tous les belligérants libyens entre hommes politiques, parlementaires, acteurs,  chefs de partis politiques et responsables militaires pour les encourager à  concourir à une solution politique qui prémunirait le pays contre les dangers de la scission et du terrorisme", ajoutant que "l'Algérie abritera  la 11e réunion des pays du voisinage en avril prochain" dans le cadre de  l'appui au règlement politique de la crise en Libye. Par ailleurs, M. Bensalah a indiqué concernant la Syrie: "Nous sommes convaincus que le respect de la volonté du peuple syrien frère  demeure le seul moyen de mettre fin à la crise outre l'ouverture d'un dialogue inter-Syriens pour aboutir à une solution consensuelle qui préserve l'intégrité territoriale de la Syrie, sa sécurité, sa stabilité, et sa souveraineté et partant mettre fin à l'effusion de sang du peuple  syrien frère". Il a souhaité, d'autre part, voir les belligérants opter à la faveur du  processus de dialogue syrien organisé à Genève sous l'égide de l'Onu et des rencontres d'Astana sous la supervision des pays garants, pour l'option politique et à la consécration de la réconciliation nationale", invitant les pays arabes à conjuguer leurs efforts en faveur de la stabilité et de la sécurité de la Syrie et en appui du processus de règlement pacifique". Concernant la situation prévalant au Yémen, M. Bensalah a réitéré l'appel  de l'Algérie "aux belligérants yéménites pour tourner la page des  hostilités et de la guerre et opter pour le dialogue, la solution politique  et la réconciliation afin de  surmonter la crise", indiquant que de grands  espoirs étaient fondés sur la reprise du dialogue et des négociations entre  les frères yéménites, en vue de parvenir à un consensus politique  garantissant l'unité, la souveraineté et la stabilité du Yémen et réaliser les aspirations du peuple yéménite frère. APS             

Téléphonie fixe et mobile : près de 50,5 millions d'abonnés enregistrés en 2016

mer, 29/03/2017 - 14:36
Près de 50,5 millions d'abonnés aux réseaux de la téléphonie fixe et mobile (GSM, 3G et 4G) ont été enregistrés en 2016,  contre 46,6 millions en 2015, soit une augmentation de 3,7 millions d'abonnés, a indiqué mercredi à Alger le président du Conseil de l'Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT), Mohamed Ahmed Nacer. "Le nombre d'abonnés aux réseaux fixe et mobile a atteint 50,446 millions d'abonnés en 2016, contre 46,659 millions d'abonnés en 2015, soit une augmentation de 3,787 millions d'abonnés", a précisé M. Ahmed Nacer lors  d'une conférence de presse sur le bilan des activités de l'ARPT au 31 décembre 2016. La télédensité aux réseaux fixe et mobile s'établit pour sa part à 121,56%  en 2016, contre 115,49% en 2015, a-t-il ajouté. Concernant l'évolution de la téléphonie fixe filaire et WLL (boucle locale  radio), le président de l'ARPT a relevé que le parc des abonnés à ce réseau s'établit à environ 3,405 millions d'abonnés à fin 2016, contre 3,268 millions à fin 2015, soit une augmentation de 4,2%. Les abonnés au réseau filaire représentent, quant à eux, 3.174.759  abonnés, soit 93% du parc global fixe, le reste constitue le parc du réseau  WLL (229.950 abonnés) soit 7%. Pour ce qui est de la proportion des ménages disposant d'une ligne fixe,  le même responsable a noté que 43,40% de la population algérienne disposait d'une ligne de téléphonie fixe contre 41,65% en 2015, alors que le taux de  pénétration de la téléphonie fixe était de 8,26% en 2016, contre 8,09 en 2015. S'agissant du marché de la téléphonie mobile partagé par trois opérateurs : Algérie Télécom Mobilis (ATM), Orascom Télécom Algérie (OTA) et Watania Télécom Algérie (WTA), le parc d'abonnés global (GSM, 3G et 4G) a atteint 47,041 millions d'abonnés en 2016, comparativement à 2015 où il était fixé à 43,391 millions d'abonnés, ce qui représente une évolution de 8,48% en  une année. L'opérateur ATM enregistrait ainsi le plus grand nombre d'abonnés à la téléphonie mobile (GSM, 3G et 4G) avec 17.344.746 abonnés dont 6.259.289  abonnés au GSM, 10.372.787 abonnés à la 3G et 712.670 abonnés à la 4G. OTA enregistrait, pour sa part, 16.367.886 millions d'abonnés à la  téléphonie mobile, dont 8.206.835 millions au GSM, 7.453.987 à la 3G et 707.064 millions à la  4G, alors que WTA comptait 13.328.689 abonnés à la téléphonie mobile, dont  8.895.654 au GSM, 7.387.958 à la 3G et 45.077 à la 4G. APS 

La diaspora Algérienne a transféré 2 milliards de dollars vers le pays en 2015

mer, 29/03/2017 - 11:07
Les transferts de fonds de la diaspora Algérienne établie à l’étranger vers le pays se sont chiffrés à deux milliards de dollars, en 2015, soit 0,9 du PIB en 2014, relève une enquête de la Banque mondiale (BM), publiée, mardi, à Washington. Ces sommes restent, cependant, moins importantes comparées à celles drainés par d’autres pays de la région MENA à l’exemple de l’Egypte (19,7 milliards de dollars en 2015), suivie du Liban (7,2 milliards de dollars), du Maroc (6,4 milliards de dollars) et de la Jordanie (3,8 milliards de dollars). Cette enquête met, par ailleurs, l’accent sur l'intérêt manifesté par les membres de ces communautés à contribuer à l'intégration économique de leur pays d'origine par trois moyens principaux : l'investissement, le commerce et le transfert des compétences. Selon des données officielles des Nations Unies, ils sont environ 20 millions de ressortissants de la région MENA à résider à l’étranger, soit 5% de la population totale de la région. 

Le SG de la Fédération des textiles et cuirs, M. Amar Takjout : les choses commenceront à bouger vers la fin 2017

mer, 29/03/2017 - 10:22
Au cours des 30 dernières années, la filière textile en Algérie, très dynamique en son temps, et employant une main-d’œuvre particulièrement importante, aura perdu près des trois quarts de ses parts de marché, au bénéfice de tissus et articles de confection ramenés de l’étranger. En dépit de ce constat, le Secrétaire général de la Fédération des textiles et des cuirs, M. Amar Takjout refuse d’admettre qu’avec une production actuelle représentant 0,15% du PIB national et un marché de 400 millions de dollars, comblé à 96% par des importations, ce secteur soit agonisant.. Selon lui, les possibilités existent désormais pour lui redonner de la vigueur.    Reçu, mercredi, à l’émission l’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, M. Amar Takjout considère que le textile devrait occuper une place prépondérante au sein de l’économie nationale, parce que fort pourvoyeur d’emplois et entretenant des liens avec d’autres secteurs économique, à l’exemple de ceux de l’agriculture et de l’élevage, en particulier. Pour lui, il s’agit d’être clair : « où bien on met les moyens, qu’on accompagne en matière de création d’entreprises productives, ou bien on continuer à importer ». L’intervenant signale, cependant que les choses vont commencer à bouger, en 2017, moment de l’entrée en production de la filature du méga projet textile de Relizane, réalisé en collaboration avec un partenaire Turc, dont il annonce qu’il commencera à exporter pour 2 milliards de dollars de fil, chaque année. Il annonce, d’autre part, que l’usine de Relizane commencera à produire, vers la fin de cette année, quelque 30 millions de mètres linéaires de tissu destiné à la confection de 12 millions de jeans/an, dont, 60% des quantités, ajoute-t-il, sont destinées à être exportées. Il ajoute que ce complexe industriel commencera à produire 12 millions d’articles de bonneterie, précisant que dans une première phase il emploiera 10.000 salariés, un chiffre, dit-il, qui sera porté à plus de 25.000, à fin 2018. Du sort des quelque 400 entreprises textiles, publiques et privées, réparties à travers le pays, existant par le passé, l’invité répond qu’elles sont « en pleine capacité de production », ajoutant qu’elles emploient un effectif total de 50.000 ouvriers. « Avec le projet de Relizane, assure-t-il, « on va aller vers une satisfaction de 10 à 15% du marché » national. Pour l’intervenant, la relance de la filière textile en Algérie reste tributaire par l’organisation en profondeur de l’économie, la réactivation des unions professionnelles par secteur ainsi que la redynamisation des activités des chambres de commerce.  

Sommet arabe: la lutte antiterroriste au centre d’un entretien entre Bensalah et le Premier ministre irakien

mer, 29/03/2017 - 10:18
Le président du Conseil de la  nation, Abdelkader Bensalah, représentant du président de la République au 28éme Sommet arabe prévu en Jordanie, s'est entretenu mardi avec le Premier  ministre irakien, Haider al-Abadi. Les deux parties ont évoqué les relations bilatérales et la lutte  antiterroriste.  A ce propos, M.al-Abadi a indiqué avoir passé en revue avec M. Bensalah,  les relations bilatérales, exprimant à cette occasion, le voeu de voir "les  relations entre les peuples algérien et irakien se développer davantage".  S'agissant du volet politique, M. al-Abadi a souligné " la convergence de vues entre l'Algérie et l'Irak". Les entretiens ont porté également sur le fléau du terrorisme qu'il a  qualifié de " défi majeur", rappelant les efforts déployés par l'Irak dans  " sa guerre contre le terrorisme", et l'expérience algérienne " réussie"  dans ce domaine.  La lutte antiterroriste constitue " une priorité" pour son pays, a-t-il  indiqué, exprimant sa volonté de développer les relations avec l'Algérie  dans plusieurs domaines notamment économique et commercial. Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, est arrivé  mardi à Amman (Jordanie), en sa qualité de représentant du président de la  République, Abdelaziz Bouteflika aux travaux du 28ème sommet arabe prévu  mercredi dans la région de la Mer Morte (Jordanie). A son arrivée, M. Bensalah a été accueilli par le Premier ministre  jordanien, Hani El Mulki, le Secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed  Aboul Gheit ainsi qu'une délégation de ministres et de responsables.                  

BNA : presque toutes les opérations bancaires accessibles via le web

mar, 28/03/2017 - 21:02
La Banque nationale d’Algérie (BNA) a annoncé mardi à Alger un nouveau service destiné aussi bien aux particuliers qu'aux  entreprises, et qui offre l'avantage pour les clients de la banque  d'effectuer presque toutes leurs opérations bancaires via le Web.  Ce service qui sera lancé dimanche prochain, permet au client BNA de faire  presque toutes les opérations au niveau de n'importe quelle agence mais également  en ligne. Il s'agit notamment de la consultation des soldes, les virements entre comptes, l'historique des mouvements, la commande de chéquiers avec la possibilité de téléchargement des différents documents  bancaires et l'accès aux services messagerie.  Baptisée "BNA.net", cette prestation propose aussi le service de  télépaiement fiscale et les virements des salaires pour les entreprises, a-t-on indiqué lors de la cérémonie de lancement. Selon le P-dg de la BNA, M. Achour Abboud, ce service s’inscrit dans le cadre des efforts pour moderniser, enrichir et diversifier les services bancaires pour les entreprises et les particuliers mais aussi pour  l’amélioration de la qualité de la relation entre la banque et ses clients et de la hisser aux standards internationaux". "BNA.net c’est une solution novatrice, performante et souple parmi tant d’autres déjà concrétisées dans les services e-banking et qui visent l’externalisation des services bancaires, pour mieux prendre en charge tous les besoins de la clientèle en termes de transactions en ligne et en temps réel via les smartphones, tablettes et PC portables avec davantage de sécurité", a-t-il- soutenu. Pour le directeur des instruments et des moyens de paiement à la BNA, M. Brahim Boudjelida, BNA.net est proposé en 2 packs payants: le pack "Net" destiné aux particuliers et le "Net+" pour les entreprises.  La BNA qui est la première banque à procéder à la centralisation de ses services, compte 212 agences, et 17 directions régionales. APS  

Le président Bouteflika s’entretient avec son homologue congolais

mar, 28/03/2017 - 17:25
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, s’est entretenu mardi à Alger avec le président de la République du Congo, Denis Sassou N'Guesso, en visite d'Etat en Algérie. L’entretien s’est déroulé en présence du président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed-Larbi Ould Khelifa, du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, du ministre d’Etat, directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, du ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, du ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, et du ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb. M. Sassou N'Guesso a entamé lundi une visite d’Etat de quatre jours en Algérie. APS

Confection du permis de conduire biométrique à partir d'avril prochain

mar, 28/03/2017 - 16:38
Le Directeur du Centre national de prévention  et de sécurité routière (CNPSR), Ahmed Naït El-Hocine, a annoncé mardi à Alger le lancement en avril prochain de la confection du permis de conduire  biométrique. Toutes les dispositions ont été prises pour entamer la confection  du permis de conduire biométrique en avril prochain en prévision de la mise  en oeuvre de la nouvelle loi relative au permis de conduire à points qui entrera en vigueur fin 2017, soit après la mise en place de tous les mécanismes nécessaires, a précisé M. Naït El-Hocine au forum  d'El-Moudjahid. Parmi les mécanismes liées à la nouvelle loi, le responsable a cité l'installation de la Délégation nationale à la sécurité routière sous l'autorité du ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales et la  création du Conseil national de sécurité routière auprès du Premier  ministre. La Délégation nationale à la sécurité routière sera chargée, entre autres, de la gestion du fichier national du permis de conduire qui compte  plus de 10 millions de permis et des nouvelles plaques d'immatriculation qui seront unifiées avec la suppression du code de wilaya et de l'année  d'acquisition du véhicule, mais aussi de la formation, de la surveillance  et du contrôle, a fait savoir M. Naït El-Hocine, soulignant que le permis de conduire à points entrera en vigueur une fois ces mesures achevées. La Délégation nationale à la sécurité routière, qui se veut  l'organe exécutif des décisions gouvernementales afférentes à la sécurité  routière, établira un plan d'action annuel. L'intervenant a qualifié la période dédiée aux procédures d'organisation  pour l'application du nouveau code de la route d'"assez suffisante"  et a  mis l'accent sur l'importance des campagnes de sensibilisation qui sont,  selon lui, "le meilleur moyen de mettre fin aux accidents de la route notamment si elle sont (les campagnes) accompagnées de mesures dissuasives  dans le cadre d'un système soutenu par les TIC". Concernant l'obligation de mettre la ceinture de sécurité dans les sièges arrières  du véhicule stipulée dans le nouveau code, M. Nait El Houcine a précisé que  cette procédure "s'appliqua uniquement aux véhicules  de transport publique ayant plus de 9 places activant dans les lignes inter wilayas". "Des dispositifs de contrôle de poids des véhicules seront mis en  place pour détecter les conducteurs qui ne respectent pas le poids légal", a indiqué le même responsable. M. Nait El Houcine a affirmé que le bilan des accidents de la route avait connu un recul de 22.69% durant les deux premiers mois de l'année 2017 par rapport à la même période de l'année 2016. Le nombre de victimes a baissé de 30.78% et celui des blessés de 28% durant la même période. APS

Législatives : Grine adresse une circulaire et une charte d’éthique aux médias

mar, 28/03/2017 - 16:24
Le ministère de la Communication a adressé mardi une circulaire aux médias audiovisuels autorisés à assurer la couverture médiatique des prochaines élections législatives, et une charte à l'ensemble des médias pour assurer une couverture médiatique éthique et équitable. "Le ministère de la communication, auquel incombe la mission d'offrir toutes les conditions devant permettre à l'ensemble des candidats un accès équitable aux médias audiovisuels autorisés à assurer la couverture médiatique des élections législatives, rappelle aux responsables de ces médias, la nécessité de veiller au strict respect des dispositions édictées  par la législation et la réglementation en vigueur et des principes relevant des règles déontologiques, applicables en la matière", a souligné le ministère de la Communication. Le ministère a indiqué que pour "la première fois dans l'histoire" des institutions du pays, l'organisation des élections est confiée à une instance consacrée par la Constitution de 2016, la Haute instance indépendante de surveillance des élections, chargée de veiller à "leur transparence et à leur probité". Pour le ministère, les pouvoirs publics ont ainsi énoncé "clairement leur volonté" d'organiser des élections dans un "cadre transparent et impartial" dans la Constitution de 2016. La mise en œuvre de l'ensemble des nouvelles dispositions législatives relatives aux élections, selon le ministère, "ne peut que conforter si besoin est la détermination inébranlable et indéfectible de la plus haute autorité du pays à garantir le déroulement de ce scrutin dans le respect des dispositions de la loi fondamental de notre pays". Le ministère de la Communication a fait savoir que cette circulaire reposait notamment sur un cadre législatif et réglementaire puisé dans la loi organique relative au régime électorale (août 2016), la loi organique relative à la Haute instance de surveillance des élections (août 2016) et la loi relative à l'activité audiovisuelle (février 2014). Ainsi, pour présenter son programme aux électeurs, "tout candidat aux présentes élections dispose d'un accès équitable aux médias audiovisuels nationaux autorisés à exercer en fonction de l'importance respective du nombre autorisés à exercer, en fonction de l'importance respective du nombre de candidats présentés par un parti ou groupes de partis politiques, comme il en est de même pour les candidats indépendants, regroupés de leur propre initiative", selon la loi organique relative au régime électorale (article 177). Les dispositions de l'article 178 de la organique relative au régime électorale, "font obligation aux médias audiovisuels nationaux autorisés à exercer et qui participent à la couverture de la campagne électorale, de garantir la répartition équitable du temps d'antenne entre les candidats, sous le contrôle de l'autorité de régulation de l'audiovisuel, chargée d'assurer le respect de l'application de ces dispositions". L'ARAV est chargée d'appliquer les règles relatives aux conditions de production, de programmation et de diffusion des émissions d'expression directe ainsi que les émissions des médias audiovisuels lors des campagnes électorales, a rappelé le ministère. Dans le volet éthique et déontologie, les responsables des services de communication audiovisuel veillent à "proscrire toute offense, toute parole outrageante, injurieuse ou diffamatoire à l'encontre de la personne du président de la République et / ou de la personne représenté par le président de la République", a rappelé le ministère. Les responsables des "services de communication audiovisuels veillent à garantir, dans le contenu des programmes diffusés, l'expression pluraliste des courants de pensée et d'opinion dans le respect d'égalité de traitement, honnêteté et d'indépendance", a relevé le ministère. Une charte pour une couverture médiatique "éthique et équitable" Le deuxième document adressé par le ministère de la Communication mardi à l'ensemble des médias est une charte pour assurer une couverture médiatique éthique et équitable des prochaines élections législatives. "La couverture médiatique des élections législatives du 4 mai 2017 nécessite de la part de l'ensemble des médias, le suivi d'une ligne éditoriale équitable, impartiale et objective et un sens aigu des responsabilité", a souligné le ministère, qui a élaboré une charte constituée de 10 points. Pour le ministère, les médias sont tenus aux "engagements", notamment "du pacte de responsabilité", où les médias "doivent tenir compte de leur capacité à façonner l'opinion et de ce fait, ils sont susceptibles d'avoir un impact négatif sur les citoyens, en cas d'inobservation des règles éthiques et professionnelles usitées en la matière". Il s'agit également du "devoir de sensibilisation", où les médias sont "tenus de veiller à la sensibilisation des électeurs sur l'exercice de leur droit de vote et ne doivent en aucun cas œuvrer à décrédibiliser les élections ou donner la parole à des parties qui appellent au boycott". Cette charte comprend aussi "de la juste mesure des enjeux", où les médias "doivent considérer cette prochaine échéance électorale comme un test grandeur nature qui mettra à l'épreuve leur capacité à se montrer à la hauteur de la liberté d'expression que leur garantit la démocratie". Il est énoncé également dans cette charte "de l'accès direct des médias aux partis et candidats", qui dispose que "tous les partis ou candidats ont le droit d'accès direct aux médias sur une base équitable et non discriminatoire". Concernant "du respect du citoyen", il y est disposé que les médias "doivent avoir une hauteur éthique assumée, dans ce genre d'échéance, qui traduise leur respect des citoyens, et plus spécifiquement des électeurs, qui sont destinataires d'informations, de commentaires, d'analyses et de prises de parole qui déterminent leurs choix électoraux dans ce qui sera, pour les cinq années à venir, le corps législatif de notre pays". S'agissant "de l'équilibre, de l'impartialité et de la modération",  les médias ont "le devoir d'équilibre et d'impartialité particulièrement important en ce qui concerne les programmes d'actualité partisane, mais aussi de modération dans le sens où ils ne doivent rapporter de la communication des partis en présence, que les contenus qui revêtent un caractère informatif. Ils doivent par ailleurs, éviter de servir l'intérêt et la cause de groupes partisans aux dépens d'autres acteurs politiques en présence". Le "devoir d'équilibre" implique également que les partis ou candidats "doivent bénéficier d'une couverture médiatique proportionnelle à leur importance tant sur le plan politique que durant la campagne". Il s'agit également "du gage de la transparence", qui dispose que les médias ont le "devoir de bannir les télés trottoirs durant la campagne électorale, en tant qu'élément d'évaluation de la notoriété des forces politiques présentes, car ces émissions ne peuvent en aucun cas tenir lieu de sondage d'opinion crédible, du fait qu'elles peuvent produire un effet de manipulation sur l'opinion publique". Concernant "de l'équité", les médias, même en cas de manque de moyens, "doivent s'efforcer de donner de la visibilité, durant la campagne, aux forces politiques en présence". Pour "de la veille éthique", les médias "doivent bannir en leur sein tout comportement émanant de journalistes, de responsables et d'autres travailleurs, traduisant une ligne de conduite partiale qui favorise un parti ou un candidat aux dépens d'autres partis ou candidats".  Pour le dernier point, il concerne "de devoir de précaution", où les médias "doivent s'interdire lors de la campagne électorale toute diffusion en direct de débats et déclarations politiques, susceptibles de porter atteinte à la sécurité publique et à l'Etat  et /ou pouvant donner lieu à des dérapages contraires à l'éthique journalistique et politique". Ils doivent veiller également à "proscrire toute offense ou parole outrageante, injurieuse ou diffamatoire à l'encontre de la personne du président de la République et de l'institution qu'il représente". APS  

Algérie-Congo : signature de 15 accords et mémorandums de coopération

mar, 28/03/2017 - 15:43

Le président congolais en visite à l'Académie inter-armée de Cherchell en compagnie du président de l'APN Larbi Ould Khelifa

L'Algérie et la République du Congo ont signé  mardi à Alger 15 accords et mémorandums de coopération dans différents  domaines, conclus à l'occasion de la 7ème session de la grande commission mixte algéro-congolaise qui s'est tenue à Alger les 25 et 26 mars. La cérémonie de signature a été présidée par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et le président de la République du Congo, Denis Sassou N'Guesso, qui effectue une visite d'Etat de quatre jours en Algérie, à  l'invitation du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Treize accords ont été paraphés par le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et son homologue congolais, Jean Claude Gakasso. Il s'agit d'un protocole de coopération relatif à la formation dans le domaine maritime, d'un mémorandum d'entente dans le domaine de la formation  des diplomates entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays,  d'un mémorandum d'entente sur la coopération dans le domaine de la poste et des technologies de l'information et de la communication, d'un accord de coopération culturelle et d'un mémorandum d'entente dans le domaine de la formation et de l'enseignement professionnels.  Les deux ministres ont également signé un protocole d'accord dans le domaine de l'enseignement supérieur, d'un accord de coopération dans le domaine des ressources en eau et de l'environnement, d'un mémorandum d'entente dans le domaine de la protection des végétaux et de la quarantaine végétale, d'un accord dans le domaine de la santé vétérinaire, d'un accord commercial et d'un accord  relatif à l'exemption de visas pour les titulaires de passeports diplomatiques ou de service. Par la même occasion, un protocole d'accord de coopération a été signé par  le président de la Chambre algérienne de commerce et d'industrie (CACI),  Mohamed Laid Benamor, et son homologue de la Chambre congolaise de commerce, d'industrie, d'agriculture et des métiers, Paul Abambi.  Un mémorandum d'entente sur la promotion du commerce extérieur a été également signé par Chafik Chiti de l'Agence nationale de promotion du  commerce extérieur et par l'ambassadeur du Congo en Algérie, Jean Pierre Louyebo. Le président de la République du Congo s'entretient avec Abdelmalek Sellal Dans la matinée, le président de la République du Congo, Denis Sassou N'Guesso, a reçu mardi à la résidence d'Etat de Zeralda (Alger) le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. L'audience s'est déroulée en présence du ministre d'Etat, ministre des  Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra,  du ministre de Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, du ministre de l'Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, du ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune et du  ministre des Transports, Boudjemaa Talai. Le président de la République du Congo visite l'Académie militaire de Cherchell Le président de la République du Congo, Denis Sassou N'Guesso, s'est rendu lundi à l'Académie militaire de Cherchell dans le cadre de la visite d'Etat qu'il effectue en  Algérie. Accompagné du président de l'Assemblée Populaire Nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa, le président congolais a été accueilli par le  général-major Ahcene Tafer, Commandant des Forces terrestres, et le  général-major Ali Sidane, commandant de l'Académie. Après avoir assisté à une projection sur l'Académie, le président Denis  Sassou N'Guesso a fait le tour des différentes structures pédagogiques de  l'Académie notamment la section de la formation automobile et celle de  l'enseignement assisté par ordinateur où des explications lui ont été  fournies sur la formation au sein de l'Académie. Le chef d'Etat congolais a également visité la chambre où il a résidé  lorsqu'il était étudiant avant de se rendre au musée qui renferme des  photos et des manuscrits sur l'histoire de l'Algérie (période coloniale et  post indépendance). A la fin de sa visite, le président congolais a signé le registre d'or de  l'Académie, saluant le niveau de la formation au sein de l'Académie qui a  accueilli depuis sa création des étudiants de plusieurs pays africains. Le président congolais a entamé lundi une visite d'Etat de quatre jours en Algérie, à l'invitation du président de la République, Abdelaziz  Bouteflika. APS  

Accidents de la route: 60 morts et 1444 blessés en une semaine

mar, 28/03/2017 - 11:21
Soixante (60) personnes ont trouvé la mort et  1444 autres ont été blessées dans 1209 accidents de la circulation survenus  à travers le territoire national durant la période du 19 au 25 mars,  indique mardi un communiqué de la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré dans la wilaya de Tiaret avec 9  personnes décédées et 40 autres blessées suite à 16 accidents de la route,  précise-t-on de même source.  En outre, les services de la protection civile ont effectué 1029  interventions pour procéder à l'extinction  de 674  incendies urbains, industriels et autres. Par ailleurs, 6530 interventions ont été effectuées durant la même période  pour l’exécution de 5783 opérations d’assistance aux personnes en danger et  opérations diverses, ajoute le communiqué.                  

Législatives du 4 mai prochain : plus de 23 millions électeurs admis à y exprimer le choix de leurs candidats.

mar, 28/03/2017 - 10:17
En prévision du lancement de la campagne électorale des législatives, débutant le 9 avril prochain, 940 listes de candidats ont finalement été retenues pour prendre part aux législatives du 4 mai. Reçu, mardi, à l’émission l’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, le directeur général des libertés publiques au ministère de l’Intérieur précise que sur les 181 listes rejetées par la commission des candidatures, 33 ont été « réhabilitées » des suites de recours auprès des autorités judiciaires. A propos de la révision du fichier électoral, « totalement numérisé », M. Lakhdar Amara assure qu’en dépit de ce qui a été rapporté, « sans preuves probantes », beaucoup d’améliorations ont été apportées à celui-ci, notamment pour y expurger les noms des personnes décédées, signalant que 23.251.503 électeurs y ont finalement été retenus pour participer au scrutin.  Relevant, par ailleurs, que contrairement aux autres échéances électorales, les Algériens ont tendance à s'intéresser davantages aux élections communales, en raison, explique-t-il, des problèmes rencontrés dans leur milieu immédiat et ne perçoivant pas précisément le rôle des législatives d’où, dit-il, notre rôle de sensibiliser davantage autour du prochain scrutin. A propos de la neutralité que devrait observer l’administration lors de la prochaine rencontre électrale, « pour assurer sa crédibilité et sa transparence », M. Amara répond séchement qu’il n’a pas à s’exprimer sur ces principes étant donné, souligne-t-il, qu’ils sont « inscrits dans la loi ».        

Election législatives : les candidats mis en garde contre les affichages anarchiques

mar, 28/03/2017 - 10:02

PH: Archive

C’est bientôt le top départ pour la campagne électorale. En plus des salles de meeting, les autorités publiques mettent à la disposition des candidats des tableaux d’affichage pour s’adresser aux électeurs.  Mais comme à chaque élection, les postulants ne se contentent pas de ces espaces. Ils ont, plutôt, tendance à déborder anarchiquement.   Dans la wilaya d’Alger, les services des communes ont déjà installé les panneaux «dans tous les lieux stratégiques de la capitale», explique le P/APC d’Alger Centre, Hakim Bettache. En plus des grands boulevards de la wilaya, les quartiers populaires ont été également équipés de ces tableaux, constate le journaliste de la radio Chaine 3. Le président de l’APC d’EL Mouradia, Mourad Samer, indique, pour sa part, que 20 panneaux ont été installés dans sa circonscription. Ce nombre de supports est amplement suffisant, estime-t-il, pour permettre aux candidats de se faire connaitre auprès de leurs électeurs.   Les postulants vont-ils se contenter de ces espaces, ou bien opteront-ils pour l’affichage anarchique qui a toujours entaché cette période électorale. Pour M. Samer, rappelle que la loi interdit et puni tout affichage anarchique. «Des inspections seront effectuées en permanence et des rapports seront transmis quotidiennement pour signaler toute sorte de dépassement», déclare-t-il à la Chaine 3.       

2.400 unités de boissons alcoolisées saisies à Biskra et 3.010 paquets de cigarettes à Mostaganem

lun, 27/03/2017 - 21:00
27/03/2017 - 21:00

Une descente effectuée récemment par la brigade  de la Sûreté de la wilaya de Biskra s'est soldée par la saisie de 2.400 unités de boissons alcoolisées, qui étaient destinées à la vente illégale, a indiqué lundi un communiqué de la Direction nationale de la sûreté  nationale (DGSN).

A Mostaganem, les forces de police ont saisi 3.010 paquets de cigarettes et arrêté deux (02) individus, dont un ressortissant étranger, qui s'adonnaient à la contrebande à travers les dessertes maritimes en provenance d'un pays européen.

A Alger, une descente effectuée dans certains quartiers de la capitale s'est soldée par l'arrestation de huit (08) individus pour exploitation illégale de parkings. APS  

Législatives du 4 mai : 100 observateurs dépêchés par la Ligue arabe

lun, 27/03/2017 - 19:24
Pas moins de cent (100) observateurs seront dépêchés en Algérie par la Ligue des Etats arabes à la fin du mois en cours en prévision des législatives du 4 mai, a indiqué la Directrice du Secrétariat des Affaires des élections à la Ligue arabe, l'ambassadrice Hadia Sabri. Dans une déclaration à l'issue d'une réunion en compagnie d'une mission de la Ligue arabe avec le président de la Haute Instance indépendante de surveillance des Elections (HIISE), M. Abdelouahab Derbal, Mme. Sabri a indiqué que sa venue en Algérie s'inscrivait dans le cadre du "suivi des procédures entreprises pour élaborer et préparer les élections législatives prévues pour le 4 mai", soulignant que les autres membres de la délégation composée de "100 à 110 observateurs seront dépêchés vers la fin du mois en cours".     L'ambassadrice a indiqué que "le choix de ces observateurs sera effectué sur la base d'un ensemble de critères, à l'instar de la compétence, l'expérience et l'âge", ajoutant que "ces observateurs seront répartis sur les 48 wilayas du pays conformément au planning défini", notant que la délégation comportera différentes nationalités arabes.   A noter que les prochaines échéances électorales seront marquées par la participation de 12.591 candidats répartis à travers 1.088 listes, dont 797 représentant 63 partis, 163 pour les indépendants et 128 représentant trois alliances. APS 

Mohamed Aïssa : "un projet de loi en élaboration pour protéger le référent religieux national"

lun, 27/03/2017 - 18:17
«Un projet de loi sera, bientôt, élaboré pour renforcer la protection des Algériens de toutes déviations sectaire et doctrinale». C’est ce qu’a annoncé, ce lundi, le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aissa, au Forum de la radio nationale. «L’Algérie qui respecte la liberté de culte et la pratique des rites se devait, insiste-t-il, d’avoir des textes juridique protégeant l’unité de ses enfants et pouvant à même déjouer toute velléité de ceux qui aspirent à diviser les musulmans en sectes ou en rites». Selon le ministre des affaires religieuses, L’Etat ne peut pas rester silencieux face aux «sectes, manipulées de l’extérieur, qui prêchent le mal et des réflexions dégradantes». Il pointe du doigt, les auteurs des attaques contre les symboles sacrés de l’Islam, «tel que le blasphème du Coran et de la Sounna, l’humiliation des compagnons du prophète (QLSSL), l’organisation des campagnes d’évangélisation ou la rupture du jeûne en public lors du mois sacré de ramadhan». Pour contrecarrer cette menace, l’invité du Forum de la radio a fait savoir que son département s’attèle à mettre en place, prochainement, un Observatoire national pour la protection du référent religieux national. Cet organisme, explique-t-il, qui constituera «un organe complément aux corps de sécurité nationale», sera composé d’un panel de religieux, d’imams, de penseurs, de sociologues, de politologues et des professionnels de la communication. Prix du pèlerinage négocié S’agissant du hadj 2017, dont le tirage au sort s’est déroulé samedi passé, Mohamed Aïssa a tenu à expliquer que le prix fixé à 50 millions de centimes est le fruit d’âpres  négociations que la partie algérienne a tout fait pour amener les frais à ce prix. Selon lui, le prix du loyer proposé aux pèlerins algériens et trois fois moins que celui pratiqué en lieux saints et le transport des hadjis sera assuré par des bus neufs. Pour l’hébergement lors du piquet d’Arafat, le ministre a rassuré que des tentes climatisées et bien aménagées avec des espaces pour l’orientation, la prière et le repos, seront mises à la disposition des hadjis.   Revenant sur la mission des 53 agences de voyages accréditées, le ministre a affirmé que des directives fermes ont été données pour une bonne prise en charge des pèlerins.    

Pages