National

S'abonner à flux National
Mis à jour : il y a 1 heure 30 min

Feux d’été : les incendies ravagent des forêts, des champs de blé et des arbres fruitiers dans six wilayas

mer, 28/06/2017 - 13:17
Plusieurs feux déclarés ont séparément ravagé des dizaines d’hectares de forêts, des arbres fruitiers ou des champs de blé dans des régions du centre, de l’est et de l’ouest du pays rapporte l’APS citant la Protection civile et la Direction générale des forêts (DGF). Les foyers d’incendies se sont déclarés ces derniers jours causés par la vague de chaleur que traverse l’Algérie, La protection civile signale que ces foyers concernent six (06) wilaya, dont certains sont maitrisés par les sapeurs pompiers, ayant touché El Tarf, Guelma, Jijel, Médéa, Ouargla, Relizane. Des enquêtes ont été déclenchées pour déterminer les causes exactes de ces flammes ravageuses.     Près de 40 hectares de champs de blé ravagés par le feu à El Tarf  Pas moins de 37 hectares de champs de blé et d’eucalyptus ont été ravagés par des incendies enregistrés dans la wilaya d'El Tarf entre jeudi et lundi derniers. Selon la même source, les premiers feux de récoltes ont ravagé 35 hectares de blé dans la commune frontalière de Bouhadjar où les flammes ont également détruit une dizaine de sacs de blé de 30 kg chacun, ainsi que 200 arbres fruitiers, 140 bottes de foin et de nombreux casiers et niches. Deux autres foyers d’incendie, signalés dans l’après-midi de lundi au Djebel Tela, dans la commune d’Ain Assel et à Besbes, ont détruit 1.000 m 2 d’eucalyptus dans chacune de ces deux communes, a-t-on ajouté de même source. L’intervention rapide des services des forêts et des éléments de la protection civile qui sont intervenus dès l’alerte donnée par les riverains a permis de limiter les dégâts matériels, a-t-on soutenu. Selon la même source, un important dispositif humain et matériel a été enclenché dans le cadre de la lutte contre les incendies de forêts dans cette wilaya qui couvre une surface de 289.175 hectares dont 179.031 hectares de superficie forestière, représentant un taux de recouvrement de 62%. Plus de 50 hectares d’arbres forestiers ravagés à Jijel  Dans la wilaya de Jijel, une superficie de 51 hectares d’arbres a été ravagée durant les cinq derniers jours suite à une série de 16 incendies qui se sont déclenchés dans les forêts. Les régions forestières des communes Est de la wilaya à l’instar d’Oued Yahia, Khedrouche, El Milia, Setara, Taher et Chakfa, connues par leur couvert forestier dense et leur caractère montagneux, ont été la cible des flammes coïncidant avec le début de la saison estivale caractérisée par des températures caniculaires, a souligné la même source. Les feux de forêts, enregistrés depuis jeudi dernier et qui se sont poursuivi jusqu’à lundi après-midi à travers plusieurs régions montagneuses de la wilaya, ont été maîtrisés et n’ont pas occasionné de pertes humaines, ni parmi la faune, a-t-on affirmé. Le capital forestier de la wilaya de Jijel s’étend sur une surface de 147.000 ha, soit 60% de la surface globale de la wilaya, a-t-on rappelé, précisant que le plus important de ces forêts se concentre dans les régions montagneuse difficiles s’étendant du sud-ouest des montagnes des Babor jusqu’au nord-ouest au niveau des frontières administratives de la wilaya de Skikda. En 2016, une superficie de 1.031 hectares de forêts a été détruite par les feux à Jijel, a-t-on encore rappelé. Médéa : d’importants moyens déployés pour circonscrire un violent incendie de forêt à El-Hamdania  A Médéa, d’important moyens de lutte anti-incendie sont mobilisés depuis lundi pour circonscrire un incendie, qui s’est déclaré sur les monts d’El-Hamdania (nord de Médéa), où des équipes de la Protection civile, appuyées par des éléments de la direction des forets, tentent d'en maîtriser plusieurs foyers. Les mauvaises conditions météorologiques, notamment la persistance des fortes chaleurs ainsi que la difficulté d'accès à certains foyers d’incendie, rendent très difficile la mission des équipes déployées sur le terrain, a expliqué l’officier de la protection civile, le lieutenant Karim Benfahsi. Un premier foyer d’incendie, qui a réduit en cendre d’importante parcelles du massif forestier de la commune d’El-Hamdania, a pu être circonscrit dans la journée de mardi, selon l'officier, qui a indiqué qu'un dispositif de surveillance avait été maintenu sur place afin d’éviter une reprise des flammes, assurant que deux camions de lutte anti-incendie et une vingtaine d’éléments ont été affecté à cette mission. Un second foyer, localisé sur les monts de Msenou, versant est du massif forestier d’El-Hamdania, est toujours actif, a déclaré pour sa part Ahmed Salem, chef de service à la direction des forets, précisant que le relief accidenté de la région en proie aux flammes, retarde la progression des équipes de lutte anti-incendie. Des équipes pédestres ont été déployées, a-t-il ajouté, à certains endroits pour essayer de créer des barrières anti-feu et empêcher la propagation des flammes aux parcelles les plus boisées du mont Msenou. Interrogé sur les pertes occasionnées jusqu’à présent, M. Salem a indiqué qu’il était prématuré de quantifier ces pertes d’autant plus que des foyers sont encore actifs et que le gros des efforts est axé sur la circonscription de l’incendie. Relizane : 16,5 ha de forêts endommagés par deux incendies   Par aileurs, plus de 16,5 hectares d'espaces boisés ont été endommagés par deux incendies, qui se sont déclarés dans les régions d'Ain Tarik et de Zemmoura (Relizane). Le chef de bureau « Statistiques » à cette direction, le capitaine Hamidi Belaziz a fait savoir que les deux incendies ont été circonscrits mardi, indiquant que l’un d'eux s'est déclaré dimanche au lieu-dit "Ain Dalia" dans la forêt Tafernet à Ain Traik (90 km à l’est de Relizane) endommageant 15 ha. Le même jour, un autre feu a été enregistré au lieu-dit "Ouled Yahia Sidi Abdelaziz" dans la commune de Dar Benabdellah (Zemmoura) ravageant 1,5 ha de forêts.  Les deux feux qui ont été maitrisés en trois jours ont détruit des arbres de pin d’Alep, de cyprès, de pin et du maquis, en raison des conditions climatiques (canicule, vent) et de l'état du terrain accidenté. Les agents de la conservation des forêts et de la protection civile sont intervenus rapidement pour empêcher la propagation des flammes vers d’autres zones et protéger les habitations et les récoltes en mobilisant des camions d’extinction, du matériel et autres engins. Les services compétents ont ouvert une enquête pour déterminer les causes des deux incendies. Plus de 140 hectares de récoltes agricoles et de couvert végétal forestier détruits par le feu à Guelma  Au total 141 hectares de récoltes agricoles et couvert végétal forestier ont été détruits dans 31 incendies déclenchés depuis début juin dans différentes régions de la wilaya. Une superficie de 116,5 ha de récoltes agricoles, dont 108,5 ha de blé dur, a été entièrement détruite durant cette période suite à 27 incendies, a précisé la même source à l’APS. Le dernier feu signalé a eu lieu lundi aux environs de 15H dans la ferme "Alili Sadek" dans la commune de Kalaâ Bousbaâ, à une douzaine de kilomètres au nord de Guelma, occasionnant la destruction, entre autres, d’un hectare de blé dur et une quinzaine d’oliviers, a ajouté la protection civile. Depuis le début du mois de juin en cours, 24,5ha de couvert végétal forestier ont été détruits dans 4 incendies, selon la même source. Le dernier feu a été enregistré lundi soir au mont El Manchourah de la mechta El Makassa dans la commune de Bouati Mahmoud à 25km au nord de Guelma, a-t-on souligné précisant que ce feu avait occasionné la destruction de 12 hectares de couvert forestier tandis que huit (8) logements ruraux implantés dans cette région ont été protégés. APS

Tebboune présente le plan d’action de son gouvernement devant les sénateurs

mer, 28/06/2017 - 11:51
Après l’adoption du programme du gouvernement par la Chambre basse du Parlement, le Premier ministre a présenté, ce mercredi, sa feuille de route devant les membres du Sénat. Dans son allocution d’ouverture, M. Abdelmadjid Tebboune a tenu à réaffirmer que celui-ci s’inscrit dans la continuité de la mise en œuvre du programme du Président de la République. Après avoir appelé à la préservation de la Nation contre toutes les menaces, le Premier ministre s’est attelé à détailler les principaux axes de travail de son gouvernement. Il a expliqué que ceux-ci  s’articulent autour du «renforcement des libertés individuelles et collectives», «du renforcement de la bonne gouvernance et de la moralisation de la vie publique», « de la protection et du développement des acquis sociaux et de la poursuite du développement de la ressource humaine», «de la modernisation des finances publiques et du système bancaire, de l’assainissement de la sphère économique et de la  promotion de l'investissement ainsi que de la valorisation des richesses du pays». Ce Plan d'action, explique M. Tebboune, vise à mettre en application le nouveau modèle de croissance économique, tout en prenant en compte la préservation des acquis sociaux. Le Premier ministre réaffirme, en outre, sa promesse de soumettre au Parlement des projets de loi découlant de la dernière révision constitutionnelle visant à renforcer l'édifice institutionnel et à approfondir fondamentalement la réforme de la justice dans le sens d'une protection accrue des droits et libertés des citoyens.  

Relatif taux de réussite au BEM : la représentante de l’éducation l’explique par des déficiences de formation de nouveaux enseignants

mer, 28/06/2017 - 11:04
Même s’il a connu une légère évolution, le taux national de réussite aux examens du Brevet d’enseignement moyen (56,33% d’élèves reçus) est perçu comme relativement faible. Notant que seuls 314.450 candidats ont passé avec succès celui-ci, la directrice de l’évaluation pédagogique au ministère de l’Education relève que l’évolution du taux des élèves admis depuis les trois dernières années, marque une évolution progressive « vers la réussite ». S’exprimant à l’émission L’Invité de la chaine 3 de la Radio Algérienne, Mme Samia Mezaïb explique que la faiblesse relative des réussites résulte du cumul de plusieurs facteurs dont celui des programmes élaborées « dans l’urgence » ainsi que la formation des enseignant qui n’a pas toujours été à la hauteur des dispositions de la nouvelle réforme de l’enseignement. La réussite ou non à l’examen du BEM est-il un indicateur d’évaluation du système scolaire national ? L’intervenante répond par la négative ajoutant qu’elle contribue cependant à déceler les erreurs commises par les élèves concourant à des examens de fin des cycles primaire et à leur trouver les parades aux fins d'y remédier. A propos des faibles résultats constatés chez les élèves pour ce qui concerne la maitrise des mathématiques, Mme Mezaïb admet qu’en ce qui concerne le BEM, en particulier, ceux-ci sont « insuffisants », les imputant globalement au manque de formation scientifique des enseignants recrutés dans le primaire.   Concernant la didactique des mathématiques, l’invitée annonce la démultiplication en cours des cycles de formations à l'intention des enseignants, de même que la réactualisation des programmes, lesquels sont en train d’être introduits progressivement dans les cycles primaire et moyen. Elle indique d'autre part, que lors des concours de recrutements, la maitrise des mathématiques est désormais imposée pour accéder à un poste d’enseignant ajoutant que l’art d’enseigner cette matière va être revu fondamentalement.  

Act 9 des "Eboueurs de la mer" : lancement le 1er juillet à partir de Tamenfoust (Alger)

mer, 28/06/2017 - 10:10
La date du 1er juillet c’est pour très bientôt, elle rassemblera tout les amoureux de la nature et de la mer. A l’initiative de la radio Chaine 3, tous les volontaires du nettoyage des plages seront conviés à rejoindre les éboueurs de la mer pour faire réussir la campagne "plages propres". Le point d’attache et de départ est fixé cette année à la plage Tamenfoust à l’est d’Alger.    Les équipes de la Chaine 3 seront présentes en direct samedi 1er juillet sur plusieurs  plages d’Alger et d’autres villes côtières choisies par les organisateurs. L’opération qui a pour but de sensibiliser les baigneurs à garder propre un environnement qui est le leur, ambitionne de faire les petits d’aujourd’hui les éco-responsables de demain. Ils étaient plus de 32 000 éboueurs  en 2014, ils seront peut-être plus encore cette année à participer dans cette opération de nettoyage devenue méditerranéenne grâce à la radio mais l’environnement offre toujours des plages de plus en plus insalubres et de plus en plus sales vus les déchets ramassés d'année en année.  Ecologistes, défenseurs de l’environnement et les amoureux de la nature sont "écologiquement" invités à ce rendez-vous. L’environnement est l’affaire de tous !

Conseil de la Nation: M. Tebboune présente mercredi le plan d'action du gouvernement

mar, 27/06/2017 - 14:10
Le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, présente mercredi au Conseil de la Nation une communication sur le Plan d'action de son gouvernement, adopté vendredi dernier par l'Assemblée populaire nationale (APN), et qui vise à mettre en oeuvre le nouveau modèle de croissance économique, tout en préservant les acquis sociaux.   La principale préoccupation du gouvernement est de "trouver des solutions permettant de préserver les équilibres financiers majeurs pour éviter le recours à l'endettement extérieur, renforcer la cohésion sociale et préserver la sécurité et la stabilité" du pays, a souligné le Premier ministre vendredi soir devant les députés.  L'objectif est d'assurer "une transition souple vers un système économique moderne qui se libère progressivement de la dépendance aux hydrocarbures", a-t-il expliqué. Le Plan d'action du gouvernement pour la mise en œuvre du programme du  président de la République s'articule autour du renforcement de l'Etat de droit, la modernisation des finances publiques et du système bancaire, l'assainissement de la sphère économique, la promotion de l'investissement et la valorisation des richesses du pays. Concrètement, le gouvernement prévoit de soumettre au Parlement des projets de loi découlant de la dernière révision constitutionnelle visant à renforcer l'édifice institutionnel. Il s'agit fondamentalement d'un "approfondissement" de la réforme de la justice dans le sens d'une protection accrue des droits et libertés des citoyens. Au titre de la bonne gouvernance, l'Exécutif œuvrera, notamment, à renforcer la moralisation de la vie publique, à éliminer les situations de conflit d'intérêt et d'incompatibilité dans l'exercice des mandats et fonctions, à protéger les biens publics, à renforcer la lutte contre la corruption et à prendre toutes les mesures visant à lutter contre le gaspillage. M. Tebboune a annoncé, dans ce cadre, la création, au niveau du Premier ministère, d'une inspection générale ayant pour mission de contrôler les finances publiques et conférer davantage de transparence au financement et à la réalisation des projets publics. En matière de développement humain, la Plan d'action indique que les efforts seront orientés dans le sens de l'achèvement, à la fin 2019, des 1.600.000 logements publics en cours de réalisation, le logement demeurant une "priorité nationale". Dans le même registre, l'accès aux énergies et à l'eau, l'amélioration du système national d'enseignement et de formation et la modernisation du système national de santé, figurent parmi les priorités du gouvernement. Le Plan d'action met également l'accent sur la préservation du système national de sécurité sociale et de retraite, la promotion de l'emploi et le renforcement des mécanismes de solidarité nationale.  Dans cet ordre d'idées, une réflexion sera engagée en vue d'un meilleur ciblage, à travers des "statistiques fiables", des catégories sociales ouvrant droit aux subventions de l'Etat.    Dans le domaine financier et économique, le gouvernement prévoit de transformer le régime de croissance en l'orientant vers le développement des secteurs productifs de richesse et de valeur ajoutée et d'emploi en optant, notamment, pour une démarche budgétaire rénovée, une rationalisation des dépenses publiques, une réforme du système fiscal, un renforcement du rôle économique des collectivités locales, une amélioration du climat des affaires et un encouragement de l'investissement. Concernant le volet fiscal, le gouvernement entend élargir le recouvrement de la fiscalité ordinaire, pour compenser la fiscalité pétrolière en recul à cause de la baisse des cours de l'or noir, augmenter les taxes sur les produits de luxe et l'impôt sur la fortune et exonérer davantage les citoyens à faibles revenus des charges fiscales en vue de préserver leur pouvoir d'achat. Pour le commerce extérieur, M. Tebboune a indiqué que le gouvernement poursuivra ses efforts pour limiter les importations et préserver ainsi les réserves de change du pays estimées actuellement à quelque 114 milliards de dollars. Dans le même temps il veillera, a-t-il dit, à éviter une pénurie ou une rupture d'approvisionnement du marché, l'objectif étant, a-t-il ajouté, de protéger la production nationale.  Il a précisé, à cet égard, que le gouvernement œuvrera, à la faveur de la politique de réduction des importations des produits de luxe et la lutte contre la surfacturation, à réduire le déficit de la balance commerciale de 16 milliards de dollars en 2016 à moins de 10 milliards de dollars à la fin de l'année cours.  Les députés de l'APN ont adopté le 23 juin à la majorité (402 députés sur 462) le plan d'action du gouvernement, présenté le 21 du même mois par le Premier ministre, conformément à l'article 94 de la Constitution.  M. Tebboune a été nommé le 24 mai dernier par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au poste de Premier ministre, en remplacement de M. Abdelmalek Sellal.  

Examen du BEM: les résultats annoncés sur le site internet de l'ONEC

mar, 27/06/2017 - 13:11
Les résultats de l'examen du Brevet d'enseignement moyen (BEM), pour la session juin 2017, ont été annoncés mardi sur le site internet de l'Office national des examens et concours (bem.onec.dz) pour plus 566.000 candidats pour le passage au cycle secondaire, avec un taux de réussite de 56,33%. Le taux de reussite parmi les 566.221 candidats ayant passé l'épreuve à travers 2.234 centres d'examen du 4 au 6 juin, a atteint 56,33% au niveau national, avait annoncé la veille la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, sur son compte Twitter. Quelque 7.680 détenus ont, également, participé à l'examen au niveau de 42 établissements pénitentiaires agréés par le ministère de l'Education nationale comme des centres d'examens officiels. Pour rappel, l'année dernière, l'examen avait été marquée par un taux de réussite de 54,42 % parmi les 559.926 candidats. Il est à noter que les élèves qui auront obtenu une moyenne égale ou supérieure à 10/20 accèderont automatiquement en classe de première année secondaire sur la base de la moyenne décrochée à l'examen national et celle de l'évaluation continue de l'année. Sous la supervision de l'ONEC et l'encadrement des personnels du secteur de l'éducation conformément aux dispositions de la Convention conclue entre les ministères de la Justice et de l'Education nationale, l'examen s'est déroulé dans de bonnes conditions.          Le ministère de l'Education nationale s'était engagé, à cet effet, à assurer un bon déroulement des examens, à travers des mesures strictes consistant à permettre aux élèves de passer l'épreuve dans la sérénité et le respect de l'éthique. Mme Benghebrit avait assuré que "toutes les mesures étaient prises pour garantir la crédibilité des examens scolaires nationaux, avec la contribution des secteurs concernés et les responsables locaux", précisant que ces mesures prévoient notamment la sécurisation des examens dans le but d'assurer leur crédibilité et de garantir l'égalité des chances entre les élèves. Dans le même cadre, le Direction générale de la sureté nationale (DGSN) avait mis en place un dispositif de sécurité, à travers la mobilisation des services de la police pour sécuriser les centres d'examen. Il en était de même pour la Gendarmerie nationale qui avait élaboré un plan de sécurité spécial pour ces examens en mobilisant les moyens humains et matériels pour le bon déroulement des épreuves, et de la Protection civile qui avait été également mobilisée pour la circonstance avec ses services techniques de prévention.   

Réfugiés subsahariens : Mme Benhabyles somme les pays responsables de ce « désastre » à partager « le fardeau » avec l’Algérie

mar, 27/06/2017 - 11:43
Dans une récente déclaration, le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, s’en est fermement pris à ceux accusant l’Algérie d’opprimer les réfugiés, particulièrement ceux de pays subsahariens, annonçant que ceux-ci vont faire l’objet d’un recensement afin de les assister et leur enfants scolarisés. Accueillie, mardi, à l’émission l’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, la présidente du Conseil du Croissant rouge Algérien a tenu, en préambule, à souligner que l’Algérie n’utilise pas les migrants à des fins politiques. Mme Saïda Benhabyles rappelle qu’Alger se voit, aujourd’hui, contrainte d’avoir à gérer des retombées des « erreurs stratégiques » de grandes puissances, à l’origine d’un drame humanitaire jamais observé depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Elle considère que les Etats responsables de ces situations, qui ont tendance à instrumentaliser leur aide à des fins politiques, se doivent de « partager le fardeau » avec l’Algérie en contribuant à faire face à ce « désastre » par le biais du Haut commissariat aux réfugiés (HCR).    Relevant que le pays ne possède pas de statistiques précises sur le nombre de migrants qui ont trouvé refuge sur son sol, la représentante du Croissant rouge annonce que des actions vont être incessament entreprises afin de leur apporter toute l’aide qu’ils sont en droit d’attendre. Lors de son intervention, elle s’en est, par ailleurs, pris à des internautes qui s’en sont pris avec violence à la population de migrants,dénonçant à travers leur comportement, un chauvinisme et un racisme exacerbés.           

Météo : L’ONM annonce une baisse des températures à partir de ce mardi

mar, 27/06/2017 - 11:37
Après un ramadhan chaud, des baisses légères de températures seront ressenties à partir de ce mardi dans le pays. Selon les prévisions de l’Office national de la Météorologie (ONM), le mercure va entamer une tendance décroissante pour atteindre les 21° d’ici le vendredi prochain. Dans une déclaration à la radio Chaine 1, la chargée de communication de l’ONM précise que cette baisse de températures sera ressentie dès ce mardi dans les régions ouest du pays et elle touchera toutes les régions du pays à partir du mercredi.    

Education: un taux de réussite 56,33% à l'examen du BEM

mar, 27/06/2017 - 09:39
Dans quelques heures seulement, les heureux candidats à l’examen de fin de cycle moyen fêteront leurs succès. Selon la ministre de l’éducation nationale, Nouria Benghabrit, les résultats officiels  seront publiés ce mardi à 11h00 sur le site de l'Office national des examens et concours (bem.onec.dz). M. Benghabrit a précisé que le taux de réussite à l'examen du Brevet d'enseignement moyen (BEM) (session juin 2017) a atteint 56,33% au niveau national. Pour rappel, 566.221 candidats, répartis sur 2.234 centres d'examen, avaient passé les épreuves du BEM du 4 au 6 juin. 

La Chaine 3 fait le bonheur des enfants hospitalisés

dim, 25/06/2017 - 16:15
La Chaine 3 de la Radio Algérienne a récidivé, cette année, avec son opération de bienfaisance, «un enfant, un jouet, un sourire». Les animateurs les plus en vue de la Chaine francophone se sont rendus, à l'occasion de la fête de l'Aïd, à l’hôpital Mustapha Bacha où ils ont distribué des cadeaux aux enfants malades. En plus de la participation du Croissant rouge algérien (CRA), cette 9ème édition a été marquée par une forte mobilisation des citoyens. Plusieurs âmes charitables ont répondu à l’appel de la radio et se sont présentées avec beaucoup de jouets à la main pour dessiner un sourire sur les visages de ces bambins. 

Natation/coupe de la ''Comen'' à Malte: deuxième médaille d'or pour l'Algérien Ardjoun

dim, 25/06/2017 - 16:01
Le nageur algérien Abdallah Ardjoun a remporté dimanche la médaille d'or du 100 m dos avec un chrono de 56.66 lors de la 23e édition de la coupe de la ''Comen'', qui se déroule à la Valette (Malte). Il s'agit de la deuxième médaille d'or remportée par le jeune nageur dans cette compétition, après cette décrochée sur le 200 nage dos avec un chrono de (2:03.48). L'Algérie compte également une médaille de bronze dans le relais 4 X 100, 4 nages. Samedi, Ardjoun a amélioré son record national sur le 200 m nage dos avec un chrono de (2:03.48). L'ancien record est de 2:03.68. ''On s'attendait vraiment à ce podium mais on ne pouvait pas déterminer la couleur de la médaille, vu le niveau très élevé de la compétition, en présence de plusieurs nageurs de haut niveau'', a déclaré à l'APS, Belakhel Réda, directeur technique national (DTN) à la Fédération algérienne de natation (FAN). Quatre nageurs algériens sont engagés dans cette échéance, il s'agit de Ardjoun Abdallah, Belamane Moncef, Medjahri Abdenour et Bouhamidi Ryad, encadrés par l'entraîneur national Bouchandouka Mouloud.   Cette compétition est marquée par l'absence de la gent féminine algérienne qui n'a pas validé son ticket de participation. ''Nos filles ne prendront pas part à cette 23e édition car elles n'ont pas pu réaliser les minima exigés pour leur sélection'', avait déclaré Belakhel avant le départ de la délégation algérienne. 

MM. Bensalah, Bouhadja et Tebboune accomplissent la prière de l'Aid à la Grande Mosquée d'Alger

dim, 25/06/2017 - 09:52
Les présidents du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah et de l'Assemblée populaire nationale (APN), Said Bouhadja et le Premier ministre Abdelmadjid Tebboune, ont accompli dimanche matin la prière de l'Aïd El Fitr à la Grande Mosquée d'Alger. Des membres du gouvernement, des cadres de l'Etat et des représentants de partis politiques et de la société civile ainsi que des membres du corps diplomatique arabo-musulman accrédité à Alger ont accompli la prière de l'Aid El Fitr aux cotés de nombreux citoyens, dans un climat de ferveur et de piété. Dans son prêche, l'imam de la mosquée a relevé que l`Aïd El Fitr est une journée où "l'amour croît entre les membres de la société et une occasion pour mettre de côté la haine et les rancœurs des esprits", avant de mettre en avant la nécessité de "s'attacher" aux liens familiaux, particulièrement en cette heureuse occasion.   "La sécurité et la stabilité réalisées grâce aux réformes initiées à différents niveaux" sont parmi les plus importants bienfaits que Dieu nous a accordés après l'islam, a soutenu l'imam, appelant  à l'unité entre les membres de la Nation.  Il a affirmé que l'union des musulmans ne saurait s'accomplir sans "leur cohésion, leur mobilisation derrière les dirigeants et leur éloignement de tout ce qui porte atteinte à leur unité".  Après le prêche, MM. Bensalah, Bouhadja et Tebboune ont reçu les vœux des citoyens ayant accompli la prière de l'Aïd à la Grande Mosquée d'Alger. APS                

Fiscalité, subventions, privatisations et investissement : les réponses du Premier ministre

sam, 24/06/2017 - 10:41
Le Gouvernement lancera une réflexion portant sur l'exonération des faibles revenus des impôts, alors que de nouvelles taxes et impôts devraient être imposés sur les fortunes, a indiqué vendredi soir, le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune. "Les citoyens qui sont payés à l'heure, à la journée ou ceux ayant des salaires qui n'atteignent pas les 30.000 à 35.000 DA paient leurs impôts, mais leur contribution au budget de l'Etat demeure infime, alors qu'il existe des niches d'impôts beaucoup plus importantes et qui représentent 30 à 40 fois le volume des impôts payés par les petits salaires. De ce fait, on va voir comment exonérer une partie de cette franche des faibles revenus des impôts et aller vers d'autres impôts et taxes plus importants", a souligné M. Tebboune. S'exprimant lors d'un point de presse organisé à l'issue de l'adoption du plan d'action du Gouvernement par les députés de l'Assemblée populaire nationale (APN),  le premier ministre a affirmé qu'il s'agit d'une "conviction" et "qu'il était temps pour que les fortunes apprennent à payer les impôts". Ajoutant que c'est aux spécialistes des impôts et ceux du ministère de la solidarité nationale de définir et fixer le taux des taxes et impôts prévus, M. Tebboune a soutenu, dans ce sens, "qu'il était temps aussi pour que l'Etat revendique ses droits en matière de taxes et impôts". A cet effet, le Premier ministre a fait remarquer que l'Etat avait exonéré plusieurs projets d'investissements de taxes et d'impôts, mais "il n y a jamais eu un retour sur l'investissement, en dépit du lancement et l'entrée en production de ces projets". Par ailleurs, à une question sur l'avenir des groupes industriels publics, M. Tebboune a affirmé "qu'il n'a jamais été question de privatiser le secteur public", précisant que ces groupes qui font partie du paysage économique national "resteront et seront renforcés", en dépit de leur "faible" contribution à l'activité économique du pays. Interpellé par les journalistes sur la politique adoptée par l'ancien Gouvernement à propos de l'exonération des hommes d'affaires des taxes et des impôts, M. Tebboune a expliqué que "les choses changent d'un gouvernement à l'autre", ajoutant que "lorsque il y a une nouvelle réorientation économique ou politique, cela ne veut pas dire que les prédécesseurs ont failli". S'agissant de la politique de ciblage des subventions de l'Etat, le Premier ministre a assuré que des "statistiques fiables" détermineront les concernés par ces subventions, en révélant que "122.000 bénéficiaires risquent d'être exclus des subventions de l'Etat qui vont continuer jusqu'à fin 2017". Un ministre du Tourisme et de l'Artisanat  sera nommé prochainement Le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, a indiqué vendredi soir à Alger, qu'un ministre du Tourisme et de l'Artisanat sera nommé  prochainement par le Président de la République. S'exprimant lors d'un point de presse organisé à l'issue de l'adoption par l'Assemblée populaire nationale (APN) du plan d'action du gouvernement, M. Tebboune, a déclaré que "la nomination d'un ministre du Tourisme et de Artisanat est une prérogative du Président de la République et que sa  nomination interviendra prochainement", ajoutant que le futur ministre du Tourisme "aura toutes les compétences pour diriger le secteur du tourisme". Nommé ministre du Tourisme et de l'Artisanat, dans le Gouvernement d'Abdelmadjid Tebboune, Messaoud Benagoun a été démis de ses fonctions fin mai par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.  

L'Assemblée populaire nationale adopte à la majorité le plan d'action du gouvernement

sam, 24/06/2017 - 01:34
Les députés de l'Assemblée populaire nationale (APN) ont adopté vendredi soir à la majorité  le plan d'action du gouvernement, présenté mardi dernier par le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, conformément à l'article 94 de la Constitution.  Le président de l'APN, Saïd Bouhadja, qui a fait état de la présence de 420 élus et de 34 procurations, a indiqué à l'issue de l'adoption à main levée que le plan d'action soumis à l'adoption a été approuvé par 402 députés alors que 32 autres ont voté non au moment ou 20 autres députés se sont abstenus.  Le Premier ministre a souligné à l'issue de l'adoption que "l'appui exprimé par les députés au gouvernement, qui ne souffre d'aucun doute, alourdit la tâche de l'Exécutif", exprimant son souhait de voir le gouvernement répondre aux attentes des députés. Pour sa part, le président de l'APN, a salué "le niveau des débats qui ont marqué la présentation du plan d'action du gouvernement, le sérieux et la sincérité des intervenants et la diversité des avis exprimés sur divers aspects contenus dans le plan", ajoutant que "les députés se sont attelés à  évoquer les préoccupations des citoyens ayant voté pour eux lors des dernières législatives".  Pour rappel, le plan d'action du gouvernement s’articule autour du renforcement de l'Etat de droit, la modernisation des finances publiques et du système bancaire,  l’assainissement de la sphère économique, la  promotion de l'investissement et la valorisation des richesses du pays. 

Baccalauréat: Tebboune annonce l’organisation d'une session spéciale au profit des exclus pour cause de retard

ven, 23/06/2017 - 23:57
Le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune a annoncé vendredi soir à Alger l'organisation, sur instruction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika,  d'une session spéciale du baccalauréat pour les élèves ayant été exclus de la dernière session pour cause de retard.  M. Tebboune a annoncé avant de répondre aux interrogations des députés soulevées lors du débat sur  le plan d'action du gouvernement, que le président de la République "a donné une instruction pour organiser une session spéciale du bac pour les élèves exclus de la dernière session du bac pour raison de retard". Pour ce faire, toutes "les prérogatives pour l'organisation matérielle de cette session qui doit se dérouler dans les mêmes  conditions de rigueur " ayant prévalu lors de la session du mois de juin  "ont été octroyées à la ministre de l'éducation nationale, Mme Nouria Benghebrit, a-t-il précisé.  

Bensalah, Bouhadja et Tebboune honorent les gagnants du Concours international d'Alger de récitation du Coran

jeu, 22/06/2017 - 12:26
Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bansalah, le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Said Bouhadja, et le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, ont présidé mercredi soir à la Grande mosquée à Alger, la cérémonie de remise des prix aux premiers lauréats de la 14e édition du Concours international d`Alger de récitation, de psalmodie et d'exégèse du saint Coran à l'occasion de la célébration de Leilat Al Qadr. MM. Bensalah, Bouhadja et Tebboune ont procédé également à la distinction des trois premiers gagnants du Concours d`encouragement national des jeunes récitants du Coran. Le premier prix du Concours international d`Alger de récitation du Coran est revenu à Assir Allah Safouane du Bengladesh, tandis que  le deuxième prix a été remporté par Nacer Ibrahim Dhib de Jordanie. Le troisième prix a été remis à Ahmed Fayez Al Barani de Libye. Les trois lauréats du concours national des jeunes récitants du saint Coran des moins de 15 ans ont été honorés également à cette occasion. Le premier prix a été remporté par le jeune Ahmed Daoudi de la wilaya de Blida, suivi de la jeune récitante Noure el Imane Benali de la wilaya d'El Oued, puis de Hadj Ali Achref Riadh de la wilaya de Boumerdes pour le troisième prix. A cette occasion, MM. Abdelkader Bensalah, Said Bouhadja et Abdelmadjid Tebboune ont honoré les membres du jury qui a supervisé ce concours international ainsi que les membres du jury du concours d'encouragement.   Par ailleurs, les jeunes récitants du saint Coran ont remis une distinction symbolique au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en guise de reconnaissance des efforts louables consentis au service de la récitation et de l'enseignement du Coran aux générations montantes. Dans une intervention à l`occasion de Leilat Al Qadr, l'imam Abdellah d'Oran a évoqué l'importance du saint Coran comme guidance et illumination pour l'humanité, soulignant qu'"il ne peut y avoir de paix et de sécurité dans le monde sans l'attachement aux vertus du Coran". Il a ajouté dans ce  sens que "l'Islam a unifié les rangs des Algériens face au colonialisme et au terrorisme durant le décennie noire". L'imam a par ailleurs mis en exergue les efforts du Président Bouteflika au service du saint Coran. La cérémonie a été marquée par une récitation de versets coraniques et la clôture de la lecture du Sahih Al Boukhari qui avait débuté au mois de Rajab dernier au niveau de l`ensemble des mosquées que compte le pays. La cérémonie a été clôturée par un chant religieux présentée par la troupe "El Noudjoum el Fatiya" de la wilaya de Ghardaia puis par la récitation de versets coraniques. La cérémonie de distinction a été rehaussée par la présence de membres du Gouvernement et de membres du corps diplomatique de pays musulmans accrédité à Alger et nombre de citoyens. 

Abderrahmane Benkhalfa, ancien ministre et consultant économique : cesser les dépenses publiques et en appeler aux ressources du marché

jeu, 22/06/2017 - 10:50
Le contenu du programme du gouvernement soumis, mardi, à l'attention des membres du Parlement, a été le sujet à avoir été commenté, ce jeudi, durant l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne. L’ancien ministre des Finances et consultant économique, Abderrahmane Benkhalfa qui s'y est exprimé y relève deux parties distinctes, la première traitant du développement, de la formation, l’éducation, la santé et la protection sociale, en particulier, la seconde étant consacrée à la gouvernance de l’économie et à son financement. Selon lui, la différence du contenu de ce programme, par rapport à ceux qui l’on précédés, c’est que le pays cesse d’utiliser la dépense publique pour assurer le développement et de choisir, désormais, de faire de la croissance en faisant appel aux financements privés et aux ressources du marché. Pour renverser les anciennes habitudes, il faudrait, propose-t-il, travailler avec de nouveaux instruments. Selon lui, ce n’est plus les instructions administratives qui doivent s’imposer, mais la démarche consistant à rénover totalement l’administration économique de même que les espaces d’investissements. Pour lui, les lois appelées à être promulguées à l’avenir, devront davantage s'attacher à libérer les initiatives qu'à légiférer, pour donner corps à une « liberté économique encadrée » afin que les rouages et l’ingénierie ne soient plus les mêmes que ceux du passé et s'intègrent, au plus près, aux besoins des acteurs économiques, tous secteurs confondus. Commentant le système des subventions, dont il observe qu’il devrea « cibler » les ménages défavorisés, il relève qu’outre qu’il permettra de dépenser « moins pour plus », il contribuera à « ramasser » les ressources thésaurisées. D’autre part, poursuit-il, il faudra éviter l’endettement étranger mais faire en sorte d'accueillir les investissements interne et étrangers.  Aux fins d’accompagner l’effort l’économique du pays, M. Benkhalfa se dit, par ailleurs, favorable à l’apport de la finance islamique « participative » et de la finance conventionnelle, dont il estime qu’elles doivent s’allier, toutes deux, pour mobiliser les ressources.   Il estime, en outre, que ce qui a été investi par le pays, « depuis 15 ans », devrait commencer à se traduire par un retour sur investissement en imposant notamment une tarification autant sur les services publics que ceux de l’habitat et de la santé.   

Plan d'action du gouvernement: les députés demandent le respect des engagements et la révision de la politique sociale de l'Etat

jeu, 22/06/2017 - 09:45
Les interventions des membres de l'Assemblée populaire nationale (APN) ont été axées, lors de la séance consacrée mercredi au débat du Plan d'action du gouvernement, sur la nécessité de concrétiser les engagements pris et de reconsidérer la politique sociale de l'Etat qui ne doit profiter qu'aux catégories vulnérables. Les députés de l'Alliance MSP se sont interrogés sur les garanties à même de traduire dans les faits les engagements prévus dans le Plan d'action du gouvernement, présenté mardi par le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune. Les députés de ce groupe parlementaire ont, par ailleurs, plaidé pour la révision de loi électorale afin de réunir les conditions garantissant la régularité des élections. Si les députés du Parti des travailleurs (PT) ont salué certains points positifs du Plan d'action, notamment le fait de ne pas recourir à l'endettement extérieur, ils ont toutefois fustigé l'attachement du gouvernement à la politique d'austérité et à l'augmentation des prix qui accablent le citoyen algérien. Ils se sont interrogés à ce propos sur les mesures que compte prendre le gouvernement pour arrêter l'effondrement du front social, estimant que le taux d'abstention enregistré aux législatives du 4 mai dernier était un message du peuple qui a exprimé, selon eux, son ras-le-bol de la situation actuelle.   Les députés ont par ailleurs appelé à consacrer les libertés démocratiques et à asseoir une politique nationale humaniste pour accueillir les réfugiés en Algérie. Par ailleurs, les députés FLN ont approuvé le contenu du plan d'action du gouvernement qui se veut la continuité du programme du président de la République M. Abdelaziz Bouteflika. Ils ont appelé en outre à l'allégement des mesures pour permettre à la communauté nationale établie à l'étranger d'investir en Algérie et ont proposé la création d'une seule Fédération de la communauté pour faciliter les concertations avec les autorités. La députée RND, représentante de la communauté algérienne établie dans la troisième circonscription électorale, Amira Salim a appelé à accélérer la création d'un Conseil national de la communauté et à améliorer leurs conditions d'accueil et les prestations offertes au niveau des ambassades et consulats. Les députés du RND ont mis en avant également la nécessité de cibler les catégories éligibles au soutien de l'Etat. Pour les députés de l'Union Nahda-Adala-Bina, il faut réunir les condition à même de garantir le respect des choix du peuple et rechercher les raisons du boycott des rendez-vous électoraux. Dans ce sens, le membre de ce groupe parlementaire, Slimane Chenine, a proposé la consécration de la première session de la Chambre basse à ce phénomène.   Le même député a appelé, en outre, à l'élaboration d'une loi organique pour la protection de la mémoire nationale et la glorification de la révolution algérienne. Par ailleurs, les députés de TAJ ont appelé à l'application effective de la peine de mort contre les auteurs de rapt et d'assassinat d'enfants.  Il ont proposé également la création d'un Observatoire national de la presse et la mise en place d'une loi portant  Statut du journaliste ainsi qu'une chaine de télévision pour promouvoir les atouts touristiques l'Algérie.  Pour sa part, le députe du Rassemblement pour le culture et la démocratie (RCD), Ouamer Saoudi, a critiqué l'absence de statistiques précises dans le plan d'action du gouvernement qui, a-t-il dit, "n'a pas pris en compte la profondeur de la crise dans tous ses aspects". Il a proposé, dans ce sens, la création d'un Institut de statistiques sous la supervision de syndicats autonomes.  Les députés indépendants ont également critiqué l'absence de chiffres et de statistiques dans le plan d'action du gouvernement, appelant à la rationalisation des dépenses dans les secteurs sensibles comme la santé et l'enseignement.  

Observation du croissant lunaire de Chaoual : la nuit du doute fixée au samedi 24 juin

mer, 21/06/2017 - 15:53
La nuit du doute consacrée à l'observation du croissant lunaire du mois de Chaoual de l'année 1438 de l'Hégire est fixée au samedi 29 ramadhan correspondant au 24 juin, a annoncé mercredi la Commission nationale de l`observation du croissant lunaire. Une conférence sur la nuit du doute sera organisée après la prière d'El Maghreb à Dar El Imam (Al Mohamadia, Alger), a indiqué un communiqué du ministère des Affaires religieuses et des wakfs. APS

Education nationale : nouveau concours de recrutements de 10.009 enseignants destinés aux cycles moyen et secondaire

mer, 21/06/2017 - 11:09
Pour pallier au départ de ses 41.000 travailleurs ouvrant droit au régime de retraite, le ministère de l’Education nationale s’apprête à organiser, le 29 juin courant, le recrutement par voie de concours de 14.627 postes de travail.  Elles sont environ 700.000 les personnes à y avoir postulé à ce jour, et à  commencer à recevoir leur convocation à partir de lundi à minuit, afin d’y prendre part.   Le directeur d’études des dossiers administratif au sein de ce ministère précise que le concours, appelé à se dérouler le 29 juin en cours, vise à combler des postes de travail de 7 grades différents, dont ceux de 10.009 enseignants à verser dans les cycles moyen et secondaire. S’exprimant, mercredi, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, M. Rabah Chichiou cite parmi les autres profils recherchés, ceux de conseillers d’orientation et de guidances scolaires et professionnelle, de superviseurs de l’éducation, d’attachés principaux de laboratoires et d’intendants et de sous intendants. Il indique que les 10.009 candidats appelés à être intégrés dans le système d’enseignement seront parmi les premiers à être recrutés, sur la base d’un classement par ordre de mérite, et que les autres le seront progressivement compte tenu des besoins. A propos du concours lui-même, l’invité tient a assurer qu'il va se dérouler en respect des règles d’équité afin, dit-il, « de garantir l’égalité des chances » à chaque candidat. M. Chichou rappelle qu'un précédent et massif départ à la retraite d'agents de l’éducation avait amené le ministère de l'Education à organiser, le 30 avril 2016, un concours qui a déjà permis de recrutement progressisement environ 69.000 enseignants.  

Pages