Culture

S'abonner à flux Culture
Mis à jour : il y a 53 min 7 sec

Ouargla : vers l'établissement de relations entre le musée saharien et les universités

lun, 16/07/2018 - 19:59
Le musée saharien d'Ouargla s'emploie actuellement à s'ouvrir sur son environnement, en tant que structure socioculturelle, à travers l'établissement de relations, en premier lieu, avec les universités du pays, leur proposant des matières scientifiques authentiques dans divers domaines, a annoncé lundi la directrice de cette structure muséale. Ces liens spécifiques, à vocation culturelle et scientifique, ouvriront de larges perspectives de recherches aux universitaires, archéologues et étudiants, s'intéressant au patrimoine culturel séculaire des anciennes civilisations, qui se sont succédées dans les régions de Oued-M'ya et Oued-Righ, a expliqué Mme Oum El-Kheir Benzahi. Rouvert au public en mai dernier, après avoir fait l'objet d'une large opération de restauration, cette structure culturelle, qui a enregistré également la finalisation après deux ans de travaux, de l'opération d'inventaire et de classification, selon la nature et la valeur historique, des acquisitions archéologiques et des objets entreposés, a drainé depuis de nombreuses visites de chercheurs de l'université Kasdi Merbah (Ouargla) et Mohamed Khider (Biskra), venus s'enquérir de cette richesse historique et archéologique, développer leurs connaissances et étudier la nature des objets historiques en fonction des programmes dispensées à l'université. Ce Musée, qui a accueilli grâce à sa position stratégique jouxtant la station de tramway d'Ouargla, des milliers d'élèves dans le cadre de visites guidées organisées par les établissements scolaires et associations culturelles, attend d'autres visites lors de la prochaine saison scolaire, en vertu d'une convention signée entre cette structure et la direction de l'Education de la wilaya d'Ouargla. Mme Benzahi a également fait part de l'adoption la semaine dernière d'un tarif d'accès "symbolique'' au musée saharien moyennant une somme de 80 DA pour les adultes et 40 DA pour les enfants, après que la visite était gratuite. Selon les données historiques, le musée saharien d'Ouargla, connu communément sou le nom de "Site Blanc'', a été édifié en 1937 par le colonel Gabriel Carbillet, et jouit actuellement d'une classification depuis 2007 en tant que patrimoine national généré par l'Office national de gestion et d'exploitations des biens culturels sauvegardés. Occupant une surface de 1.700 m2, le musée saharien, chef-d'£uvre architectural alliant le cachet urbanistique européen, soudanais et maghrébin, est composé de trois ailes dédiées à la préhistoire, l'archéologie et l'ethnographie. Chacune des ailes répertorie, selon sa spécialité, une panoplie de d'objets consistant en des pierres, des fléchettes, des ustensiles en poterie et en cuivre, datant de diverses époques (de la préhistoire à l'ère moderne), découvertes dans les régions d'Oued-M'ya, Oued Righ et jusque dans le Tassili, en plus d'armements datant de la glorieuse guerre de libération nationale et d'articles façonnés par l'homme ancien au début de la découverte des métaux, a ajouté Mme Benzahi. Ces objets s'ajoutent aux diverses acquisitions découvertes lors de fouilles archéologiques menées par la Suisse Marguerite Van Berchem sur le site de l'antique Cité de Sedrata (7 km Sud de Ouargla) fondée vers le 10ème siècle par les Rostémides. Selon diverses versions historiques, le site du musée saharien constituait dans le passé une halte de caravanes culturelles en provenance de la Saoura, du Gourara et du Touat, à destination des régions de Oued M'ya (Grand Ouargla) et Oued-Righ (Grand Touggourt). APS

Biskra : mise en service de 4 espaces de lecture dans des lieux publics

lun, 16/07/2018 - 19:41
16/07/2018 - 19:41

Quatre espaces de lectures dans des lieux publics ont été mis à la disposition de passionnés de la lecture dans la commune de Biskra, a-t-on constaté lundi.

Ces  espaces de lecture ont été ouverts aux jardins 20 août 1955, celui du 5 juillet 1962, appelé communément  Djenan Beylique, ainsi qu'au jardin Ziden Brahim et un autre espace à la région urbaine ouest de la capitale des Ziban.

Cette initiative, concrétisée en coordination avec l'association "Biskra lit" et l'agence de wilaya de la gestion foncière et urbaine ainsi que divers organismes culturels de la wilaya, a été chaleureusement accueillie par les citoyens, notamment les passionnés de la lecture.

Pour le directeur de l'agence locale de la gestion foncière et urbaine, Abdelkrim Soltani, ces bibliothèques ouvertes proposées à la population oeuvrent à promouvoir et encourager la lecture dans les lieux publics, indiquant que l’organisme qu’il représente ambitionne, outre  sa mission du suivi des réalisations des projets de logement et des équipements publics, de s’inscrire dans des actions citoyennes devant promouvoir la culture.  

L'Agence a mobilisé tous les équipements nécessaires pour créer des espaces fonctionnels et attrayants proposant des livres et des coins lecture alors que des membres d'association, partenaires dans ce projet, assurent la mission de l’accueil des lecteurs, la proposition des livres et les opérations d’emprunt, a-t-on encore détaillé.

Près de 2.000 titres dans divers domaines, répartis entre des livres destinés aux enfants, des livres parascolaires et des romans, contribution des ministères de la Culture et des Moudjahidine, sont proposés au public. APS

Festival national du théâtre amateur à Mostaganem : la Palestine à l'honneur

dim, 15/07/2018 - 18:12
La traditionnelle manifestation dédiée au quatrième art amateur se poursuit, dans sa 51ème édition, jusqu’au 17 juillet en cours. Elle se déroule à la place de l’Indépendance au centre-vile de Mostaganem. Pouur cette édition, une journée de solidarité avec le peuple palestinien est au programme en présence des officiels représentant «adhfal el hidjara» (enfants aux pierres- en référence aux enfants de l'intifadha) et d’anciens dramaturges, comédiens et intellectuels algeriens. Au menu de cette journée, une exposition thématique portant sur "les martyrs de retour" (chouhada' d’El awda) et une conférence sur «La place du chahid dans le mouvement théâtral algérien et palestinien». Ceci en plus d'une rencontre d’échanges entre jeunes poètes et un historien de la cause palestinienne depuis le commencement de l’occupation jusqu’à la "Grande marche de retour". Un programme riche et varié que l’ambassadeur de la Palestine, Louaï Mahmoud Taha Aïssa, n’a pas manqué de saluer et de montrer sa grande satisfaction. « Un grand remerciement pour les efforts réalisés par les organisateurs qui n’ont jamais omis d'insérer la cause palestinienne dans le programme de ce rendez-vous et d’exposer son évolution depuis le début jusqu’à la victoire», a-t-il souligné au micro de l'envoyé spécial de la radio chaine 3 au fesitval, Sid Ali Farès.   

51ème Festival nationale du théâtre amateur de Mostaghanem : que de potentialités !

sam, 14/07/2018 - 18:52
Le festival du théâtre amateur se poursuit à la maison de la culture Abderrahmane Kaki dans la wilaya de Mostaghanem et se trouve cette année à sa 51ème édition. Véritable pépinière de comédiens, cette manifestation annuelle reste aussi un moyen de perpétuer cet attachement au quatrième art qui est le symbole de l’expression libre sur les planches et la traduction des aspirations des peuples de par le monde. Au sein dudit festival, se tient un Symposium intitulé « Théâtre amateur entre réalité et futurisme » qui se trouve ce samedi à sa deuxième journée et où l’accent a été particulièrement mis sur l’aspect de la formation. Au programme des représentations, deux pièces de théâtre sont au menu pour cette journée. La première à 17h de Bordj Bou Arréridj, et la seconde à 22h30 de la formation culturelle de Sidi Bel Abbès. Compte rendu de Sid Ali Farès, envoyé spécial de la Radio chaine 3 à Mostaghanem         

Kaouane présente ses condoléances suite au décès du journaliste et poète M'hamed Aoun

mer, 11/07/2018 - 20:14
11/07/2018 - 20:14

Le ministre de la Communication Djamel Kaouane a exprimé sa "profonde tristesse" suite au décès du poète et journaliste M'hamed Aoun qui a rendu l'âme mardi à Berrouaghia (Médéa) à l’âge de 91 ans des suite d'une longue maladie.

Le défunt, qui a consacré plus de la moitié de sa vie à la presse et à la poésie, avait fait ses débuts sur les ondes de la Radio télévision françaises (RTF), au début des années 1950, où il animait des émissions culturelles aux cotés de grands noms de la culture et de la littérature algériennes, tels que Benhadouga, Bachtarzi et Malek Houari.

Aoun était un grand passionné du quatrième art et fera partie, peu de temps après le déclenchement de la Révolution, des membres fondateurs de la troupe de théâtre du Front de libération nationale (FLN).

A l’indépendance, il intègre le commissariat politique de l’Armée nationale populaire (ANP) et occupera, entre 1963 et 1972, le poste de rédacteur en chef de la rubrique culturelle au sein de la revue El-Djeich.

M'hamed Aoun participe, au coté de Kateb Yacine, Mouloud Maameri et Kaddour Mhamsadji, à la création de l’Union nationale des écrivains algériens et va se consacrer, pendant des années, à la poésie, son domaine de prédilection.

Il s’occupera, à partir de 1981, de la bibliothèque de la maison de la culture Hassan-el-Hassani de Médéa, qu’il quittera, huit années plus tard, pour s’occuper, en 1989, de la rédaction du journal local "Le chroniqueur", avant de se retirer définitivement de la scène médiatique.

Le défunt sera enterré mercredi au cimetière de Chorfa, périphérie ouest de la ville de Berrouaghia où il a passé ces dernières années. APS

500 concerts de musique programmés à travers l'Algérie durant un mois

mer, 11/07/2018 - 19:50
Quelque 500 spectacles de musique seront animés par des artistes, professionnels et amateurs, animeront durant un mois des concerts de musique à travers une trentaine de wilaya à la faveur d'une caravane culturelle qui débutera jeudi, annoncent les organisateurs. Organisé par l'Office national des droits d'auteur et droits voisins (Onda), l'évènement intitulé réunit une pléiade d'artistes algériens connus à l'image Lila Borsali, Idir, Behidja Rahal ou encore Amel Zen, qui animeront, jusqu'au 18 août prochain, des spectacles à travers de nombreuses villes d'Algérie.  Outre Alger, Constantine et Oran où sont prévus des méga concerts, la caravane sillonnera également des villes de l'intérieur et du sud comme, Djelfa, Laghouat et Naâma.  Lors de la présentation, le directeur général de l'Onda, Sami Bencheikh El Hocine, a indiqué que la caravane s'inscrivait "dans le cadre des missions de l'Office pour soutenir les activités culturelles et les artistes". Interrogé sur le budget consacré à cet évènement, M.Bencheik a dit que le montant n'était encore fixé et rappelé que l'Onda avait dégagé 270 millions pour les galas de l'été 2017, organisés par l'Office national de la culture et de l'information (Onci). "L'Office qui était partenaire des animations artistiques de l'été  2017 n'avait aucun contrôle dans la programmation et le choix des artistes", a-t-il affirmé.  L'Onda qui compte 21.000 membres, organise des manifestations culturelles, financées sur les fonds récoltés au titre du versement de la "copie privée", une redevance à laquelle sont soumis les fabricants et importateurs de supports et appareils d'enregistrement. Près d'un tiers de ces revenus est destiné à l'accompagnement financier des jeunes créateurs et à l'organisation de manifestations culturelles organisées en Algérie et à l'étranger, a précisé le responsable de l'Onda.  

Festival du théâtre amateur de Mostaganem : 12 troupes en compétition

dim, 08/07/2018 - 11:09
La 51ème édition du Festival national du théâtre amateur (FNTA) de Mostaganem, prévu du 12 au 17 juillet courant, verra la participation de 12 troupes théâtrales en provenance de 10 wilayas du pays, a-t-on appris samedi du commissaire du festival, Mohamed Nouari. Cette édition, placée sous le signe "pour un théâtre qui consacre la paix", sera "importante par le contenu de ses représentations ou de ses ateliers de formation proposés aux participants", a indiqué M. Nouari lors d’une conférence de presse, organisée au siège du commissariat du festival. Selon ce responsable, il sera procédé, parallèlement au volet compétition, à la tenue d’un séminaire sur le mouvement du théâtre amateur sous l'intitulé "Réalité et les aspirations futures", ainsi qu’une journée de solidarité avec le peuple palestinien, sous le slogan "la place du chahid dans le théâtre" qui aura lieu à la bibliothèque principale de lecture  publique Mouldi Belhamissi. Au théâtre régional Si Djillali Ben Abdelhalim, il est prévu des ateliers de formation, l’un dans le domaine de l’éclairage et un autre sur "la  communication culturelle et la commercialisation des représentations théâtrales", a ajouté le commissaire du festival. Les représentations théâtrales en compétition auront lieu à la Maison de  la culture Ould Abderrahmane Kaki avec huit pièces, tandis que quatre œuvres retenues en hors compétition auront lieu au théâtre Mustapha kateb, dans la commune de Stidia, et au niveau du théâtre El Mouja, à Salamandre et le théâtre régional. Le jury de cette édition est composé de spécialistes du 4ème art, Mokhtar Othmani, animateur du mouvement du théâtre amateur et ancien wali,  l’universitaire Hadj Dahmane (France), le comédien Bouhmama Abdelouahab (Guelma), le comédien de théâtre et du cinéma Djillali Boudjemâa (Mostaganem) et Mehrez El Ghali de Tunisie. Le commissariat du FNTA avait rendu public récemment les troupes théâtrales retenues après les éliminations régionales qui se sont déroulées aux Issers (Boumerdes), à Mascara, Mila, Laghouat, Adrar et Béjaïa. Plus de 70 troupes amatrices de théâtre ont été auditionnées par un jury. Les pièces "Elaâb" (le Jeu) de la Coopérative culturelle "Atlis" de Sidi Bel-Abbes, "Al Ikama El djibrya" (Résidence surveillée) du mouvement théâtral de Koléa (Tipasa), "Indi Rissala" (J’ai une lettre) de  l’association "Moultaqa el Founoun", "Caporal" de la Coopérative de théâtre "Bidoun houdoud" de la wilaya de Boumerdes, ont été sélectionnées pour participer à la compétition de cette édition. Sont également en compétition, à cette édition, l’association "Essarkha" (Le cri) du théâtre de Skikda avec la pièce théâtrale"Barkin", l’association culturelle "Numidya" de Bordj Bou Arerridj avec la pièce "Tastanou Fal Hitt", l’association culturelle "Tafat Aït Abbas" de Bejaïa avec la pièce "Tajaït", l’association culturelle "Edderb El Açil" des arts dramatiques de la wilaya de Laghouat avec la pièce "Assouat El Hamach oual Kanadyl". Quatre représentations théâtrales en hors compétition sont prévues avec la pièce "Bab Errih" (la porte du vent) de l’association de théâtre de Boudouaou (Boumerdes), la pièce "Sid Ennaiib" de l’association du trio "El Ouaki" du théâtre de Guelma et la représentation "El Menfi" (L’exilé) de l’association des arts dramatiques (Adrar), ainsi que la pièce "Oued El  Gharbi" de l’association "El Ouane" de Nâama, a-t-on signalé lors de la conférence de presse.

Communiqué du jury du Prix du Président de la République du Journaliste Professionnel

mer, 04/07/2018 - 10:09
Le Jury du Prix du Président de la République du Journaliste Professionnel, dans sa quatrième édition, s’est réuni aujourd’hui, mercredi dernier, pour une évaluation des travaux de lancement de la quatrième édition du Prix. Dans ce cadre le Jury indique avoir pris l’ensemble des dispositions utiles pour permettre et faciliter la réception, le traitement, l’étude et l’évaluation de toutes les candidatures entrant dans les catégories retenues par le Prix et demeurer mobilisé pour la pleine réussite de celui-ci. Le Jury a tenu à rappeler l’importance du thème de la quatrième édition de ce prestigieux prix de référence et portant sur le  "Vivre ensemble en paix", retenu suite à la proclamation de la "Journée Internationale du vivre ensemble - le 16 mai de chaque année- par l’Assemblé générale de l’Organisation des Nations Unies, à l’initiative de l’Algérie. Le Jury a souligné que ce thème s’inscrit en droite ligne de l’histoire récente de notre pays, ainsi que des valeurs pérennes de paix, de tolérance, d’ouverture et de solidarité issues de la profondeur historique de notre nation. Le jury a indiqué que ce thème se prête à un traitement médiatique aussi riche que varié et ouvre des perspectives de sujets journalistiques, au plan historique, politique, religieux, éducatif, culturel, environnemental et socio-économique, tant nationaux qu’internationaux. A ce titre, le Jury appelle l’ensemble des journalistes professionnels à une large participation dans l’ensemble de ces domaines couverts par la thématique du « Vivre ensemble en paix ». Le jury du prix, comptant onze membres, présidé par Mouloud Achour, est composé d’Ahmed Benzelikha, Djamel Bouadjimi, Ahmed Hamdi, Achour Cheurfi, Hamidou Benomari, Moussa Boudehane, Djahida Mihoubi, Mohamed Zebda, Abdelwahab Djakoune et Naciria Ait-Salhat.

Concert de musique symphonique en commémoration du 56e Anniversaire de l'Indépendance

mar, 03/07/2018 - 11:03
"Farha wa Salam" (joie et paix), un concert de chants patriotiques a été animé lundi soir à Alger par l’Orchestre symphonique et le Ch£ur de l’Opéra d’Alger, dirigés par le maestro Amine Kouider et une pléiade d’artistes, en commémoration du 56e Anniversaire de l’Indépendance de l’Algérie et la fête de la Jeunesse. Le public relativement nombreux, venu à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh, assister à cette double célébration, a pu apprécier, près d’une heure et  demie durant, un florilège de chansons sublimant la Patrie, l’Amour et la Paix, à travers un programme déroulé en quatre parties, conduit par  plusieurs voix, dont celle de Zakia Mohamed, accompagnées par 50 instrumentistes et une quarantaine de choristes. Ouvrant la soirée avec une dizaine de chants patriotiques, dont "Min Djibalina", "Min adjlika ya watani" et "El Dzaïer inch’Allah atahlou",  Zakia Mohamed a ensuite interprété avec une voix limpide et étoffée, sur  des arrangements de Hocine Bouifrou, "Allah mahabba", "El hodn eddafi" et  "Djazaïr ya bladi", soutenue par le ton solennel et percutant de l’orchestre, sous les applaudissements et les youyous du public. Les sopranes, Meriem Lazali, Taos Arhab, Souhila Benlecheheb, et les ténors, Hocine Belhadj, Mounir El Djazaïri, Réda Raiss, Hadj Aïssa Amara,  ainsi que le jeune rappeur Houssem Camélion, ont pris le relais, mettant en  valeur leurs larges tessitures, dans un rendu empreint de technique et d’intonations aux tons de blues, à l’instar de Meriem Lazali qui a enflammé la salle avec ses envolées lyriques. En hommage au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, les solistes ont ensuite interprété, "Chamâa Lil’Watane" (Une bougie pour la  Patrie) et "Li Naïch maân fi Salam", (vivons ensemble dans la Paix) -dont  le refrain a été repris dans plusieurs langues-, deux pièces écrites par le poète et ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, présent à cette soirée, et mises en musique par Mounir El Djazaïri. Entre les deux parties, l’Orchestre symphonique de l’Opéra d’Alger a,  comme pour apporter plus de solennité à la soirée, interprété, " L’Hymne à la joie" de Ludwig Van Beethoven et "Carmina Burana" de Carl Orff, rendue pour la circonstance avec un texte algérien, écrit par Rabeh Kadem, sous le titre de "Min adjleki ya Djazaïr". Le public, savourant tous les moments de la soirée, a longtemps applaudi les artistes, honorés et rappelés à l’issue de la soirée pour le salut final. Lors de cette soirée commémorative, le ministre de la Culture a annoncé le projet de création de quatre orchestres symphoniques, de l’est et de l’ouest, celui de jeunes, ainsi que l’Orchestre symphonique amazigh qui  s’attellera, a-t-il déclaré, à "élever au rang de l’universalité la chanson amazigh", portée jusqu’alors par de grands compositeurs et interprètes, à l’instar de Chérif Kheddam, Lounès Matoub et Na Cherifa. Organisé par l'Opéra d’Alger sous l’égide du ministère de la Culture, le concert de chants patriotiques et de musique symphonique "Farha wa Salam",  célébrant le 56e Anniversaire de l’Indépendance de l’Algérie et la fête de la Jeunesse est reconduit le 5 juillet à Tizi-Ouzou.

Décès du comédien Amar Maarouf à 76 ans

dim, 01/07/2018 - 11:56
 Le comédien Amar Maarouf, connu pour ses rôles dans le théâtre et le cinéma, est décédé dimanche dans un hôpital algérois où il avait été hospitalisé, a-t-on appris de Association culturelle Lumières dont il est membre.  Natif d'Alger en 1942,  Amar Maarouf  s'est fait connaître dans le théâtre où il a entamé sa carrière artistique et a joué aux cotés de grands comédiens à l'image de Rouiched avec qui il a partagé les planches dans la pièce "El bouaboune" (Les concierges).   Au cinéma, le défunt a été distribué dans des rôles (secondaires) notamment dans "La bataille d'Alger" du réalisateur italien Gillo Pontecorvo.   Il a joué également dans des feuilletons de télévision tels que "El Massir" de Djamel Fezzaz.  Amar Maarouf  sera inhumé dans l'après-midi (dimanche) dans le cimetière de Rouiba, à l'est d'Alger, précise la même source.                    

Le grand poète Athmane Loucif n’est plus

jeu, 28/06/2018 - 12:09
Le grand poète algérien Athmane Loucif s’est éteint  mercredi  à Biskra. La maladie a fini par l’emporter à l'âge de 67 ans, après l’avoir prolongé dans un coma profond. C’est ses proches qui ont annoncé la nouvelle. Le poéte Algerien, Athmane Loucif est Né à Tolga dans la willaya de Biskra en 1951. Il a obtenu son diplôme de doctorat en littérature  universelle,par un travail de thése consacré à une des  premières figures de la littérature française,le légendaire  Arthur Rimbaud. Préférant vivre dans l'ombre, le fils des oasis Athmane Loucif, a publié 18 recueils de poésie durant sa carrière ,et n'a participé à aucune manifestation officielle tant à l'intérieur du pays qu'à l'extérieur. Les funérailles auront lieu jeudi au cimetière des martyrs à Tolga  wilaya de Biskra.

« Arlequin, valet de deux maîtres » bientôt sur les planches

mer, 27/06/2018 - 11:20
«Khedam Seyadou», l’une des pièces phare d’Abdelkader Alloula, sera bientôt sur les planches grâce à un travail de collaboration entre le Théâtre national Algérien et le théâtre régional d’Oran. L’annonce a été faite par les deux directeurs de ces établissements lors d’une conférence de presse animée, mardi, au Théâtre national Algérien (TNA).       La pièce, qui sera mise en scène par Chérif Ayad, est tirée de l’œuvre du dramaturge italien Carlo Goldoni, qu’Abdelkader Alloula avait adapté avec beaucoup d’adresse et de finesse en 1993. Pour les protagonistes, cette collaboration est une aubaine offrant la chance à la nouvelle génération de découvrir l’œuvre de ce monument du quatrième art. Elle ouvre, également, la porte aux échanges d’expérience et de savoir faire entre les théâtres algériens.

Colonie de vacances: le Château de la comtesse ouvre ses portes aux enfants

mar, 26/06/2018 - 11:42
C’est la fin de l’année scolaire, la porte est désormais grande ouverte pour les vacances d’été. Entre autres programmes, les colonies de vacances, lieux de détente et sources de bien être peu couteux, sont des endroits préférés pour offrir le plein de bonheur aux enfants. La Chaine 3 de la radio nationale s’est intéressée, ce matin, au Centre de vacance Mohammed Boudiaf, ex- Château de la comtesse, situé à Bejaia. Un édifice implanté dans la ville côtière d'Aokas où la mer et la montagne se juxtaposent. Un endroit idéal pour que les mômes enrichissent leurs connaissances durant l'été et bénéficient de divers activités. M. Menouar directeur de la jeunesse et des sports de la willaya de Bejaia assure que toutes les dispositions ont été prises pour assurer un bon accueil aux estivants. «Nous allons recevoir 6 willayas dans le cadre de la réciprocité. Une meilleurs prise en charge leur sera réservé, car nous avons adopté une gestion conforme aux nouvelles lois».

De "El Khayna" à El-Tayra", Nassim El-Bey Agrane, "l'étoile du web" qui monte

dim, 24/06/2018 - 17:23
Un jeune à "la voix magnifique, pleine d’émotions et de sincérité" avec "des paroles touchantes et aux clips émouvants". C'est par ces vocables que les internautes fans décrivent Nassim El Bey Agrane. Une star de la chanson qui monte et qui fait beaucoup parler d'elle sur la toile ces derniers temps. L'artiste promet de nouveau la sortie, ce mardi, de son deuxième nouvel album intitulé El-tayra (La frivole), après celui sorti à ses débuts en 2014 d'El-Khayna (La traitresse), interprété d'ailleurs par plusieurs chanteurs. Gagnant en estime du public et en célébrité, Nassim a dès le départ misé sur ses propres moyens pour reussir. S'armant d'une maxime qui le fait avancer : « courage et confiance en soi», il a su se forger un nom grâce à son travail munitieux qui lui a valu le titre de « star du web ». Multi-instrumentiste et maniant plusieurs genres musicaux (salsa, reggae, jazz, flamenco), ce talentueux artiste ne cesse de puiser dans le patrimoine algérien et de consulter les experts pour nous submerger sans cesse de belles mélodies. Hayat Rahmani nous livre la méthode du travail de ce chanteur qui promet beaucoup dans cette interview.    

Nakhitchevan, capitale de la culture islamique 2018 : Mihoubi présent à la cérémonie de l’inauguration

mar, 19/06/2018 - 16:24
Le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, prend part lundi en République d'Azerbaïdjan, à la cérémonie d'ouverture de la manifestation "Nakhitchevan, capitale de la culture islamique 2018", indique un communiqué du ministère. Mihoubi aura à cette occasion des entretiens avec son homologue azerbaïdjanais sur les "perspectives de la coopération bilatérale, notamment dans le domaine du patrimoine, du cinéma, du théâtre et des arts", précise le communiqué. La manifestation "Capitale de la Culture islamique", lancée en 2001 par l'Organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences (ALECSO), vise à diffuser la culture islamique et les valeurs de cohabitation et d'entente ainsi que la consécration du dialogue des cultures et des civilisations. La ville de Tlemcen a été en 2011 capitale de la culture islamique , rappelle-t-on.

Festival national du théâtre amateur : douze troupes au rendez-vous

lun, 18/06/2018 - 16:52
Quelque 12 troupes théâtrales dont huit en compétition officielle prendront part à la compétition officielle de la 51ème édition du Festival national du théâtre amateur (FNTA), prévu du 12 au 17 juillet prochain à Mostaganem, a-t-on appris du commissaire de cette manifestation culturelle. Un jury, composé de professionnels du 4ème art, a retenu ces troupes (8 en compétition officielle et 4 dans la catégorie +Out+ suite à des sélections régionales qui se sont déroulées respectivement aux Issers (Boumerdes), à Mascara, à Mila, à Laghouat et à Bejaïa", a précisé à l’APS Mohamed Nouari, précisant que ces sélections régionales ont vu la participation de 70 troupes voulant composter leurs billets pour le Festival de Mostaganem. Dans la catégorie "In", le jury a porté son choix sur la "Coopérative culturelle Atlis" de Sidi Bel-Abbes avec sa pièce "El Aab !!!" (Joue !!!), le "Mouvement théâtral de Koléa (Tipasa)" avec "Iqama jabriya" (Résidence surveillée), l'Association "Carrefour des arts (Boumerdes)" avec "Andi rissala" (j’ai un message), la "Coopérative arts sans frontières" avec "Caporal", l'Association "Cri du théâtre" de Sikida avec "Parking". Toujours dans la catégorie "In", le jury a également sélectionné l’Association culturelle "Numidia" de Bordj Bouararidj avec sa pièce "Nestenaw fel heit" (nous attendons le mur), l’Association "Tafat Nath Abbès" (Bejaïa) avec "Thawssir" et enfin l’Association "Voie des arts" de Laghouat avec "Aswat el hamech" (voix marginales). Dans la catégorie "Off" (hors catégorie), le choix a été porté sur l’Association théâtrale de Boudouaou (Boumerdes) avec Bab Errih" (porte du vent), l’Association "Triangle" de Guelma avec "Siyadat Ennaïb" (Son excellence le député), l’Association culturelle des arts dramatiques d’Adrar avec "El menfa" (l’exil) et enfin l’Association "Alwan" de Naâma avec "El Oued el Gharbi". D’autre part, le commissaire du FNTA a annoncé que cette 51ème édition verra la tenue de la conférence nationale sur l’histoire du festival (1967-2018), en présence d’anciens dramaturges, comédiens et intellectuels qui ont contribué à l’émergence et au développement du mouvement théâtral amateur. Une journée de solidarité avec le peuple palestinien est prévue, avec au menu une exposition sur les "chouhadas d’El Awda" et une conférence sur "la place du chahid dans le mouvement théâtral algérien et palestinien" en plus d’une rencontre entre jeunes poètes. Des festivaliers bénéficieront d’un stage de formation sur les techniques de lumière et l’éclairage de scène.  APS

Nâama : réception du théâtre régional au début de l’année 2019

sam, 16/06/2018 - 16:28
Le théâtre régional de la wilaya de Nâama, d’une capacité d’accueil de 800 places, sera réceptionné au début de l’année 2019, a-t-on appris de la direction locale de la culture. Cet édifice, premier du genre dans la wilaya et dont la réalisation a nécessité une enveloppe de plus de 674 millions DA, comprend une salle de spectacles, des ateliers, une scène conçue selon les normes mondiales, des espaces de répétition et d’autres équipements, a indiqué le chargé de la gestion de la direction de la culture Mohamed Mekkaoui. Cette infrastructure culturelle, bâtie sur une surface de 2.500 m2, se compose de deux niveaux, dispose également d’une bibliothèque, équipée de technologies modernes telles que les supports audiovisuels. Elle permettra de faciliter la recherche et la formation dans le domaine du théâtre, ajoute-t-on. L’entrée en service de ce théâtre donnera une nouvelle impulsion au développement du 4ème art dans cette wilaya et encouragera l’émergence de jeunes talents, estiment les hommes de la culture et les professionnels de l’art des planches de la région.

"Aklam Biladi": Benghabrit appelle les écrivains et acteurs du monde de la littérature à accompagner le projet

jeu, 14/06/2018 - 12:59
La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit a appelé, mercredi soir à Alger, les écrivains et acteurs du monde de la littérature a accompagner le projet "Aklam Biladi" afin d'intégrer "la dimension culturelle nationale dans le système scolaire algérien".  S'exprimant lors d'une rencontre organisée au siège du ministère de l'Education en présence des ministres de la Culture, Azzedine Mihoubi, de la Communication, Djamel Kaouane et de la Jeunesse et des sports, Mohamed Hattab et nombre d'écrivains, de responsables de maisons d'édition et des représentants des partenaires sociaux, Mme. Benghabrit a assuré que l'objectif de cette réunion, première du genre, était de "propulser le projet du concours "Aklam Biladi" qui en phase de qualifications qui devrait se tenir le 5 juillet prochain à l'occasion de la fête de l'indépendance et de la jeunesse". Elle a indiqué que son département ambitionnait de voir les élèves accompagnés par les écrivains dans le cadre de l'écriture créative, tout en accordant au "texte littéraire algérien sa place au sein du programme éducatif et encourager la lecture", faisant état, par la même occasion, d'un accord signé avec le ministère de la Culture  pour l'introduction de "6 extraits littéraires scolaires dans les trois cycles".  Revenant au concours "Aklam Biladi", la ministre a indiqué qu'il s'agit d'une manifestation "non obligatoire qui a débuté le mois d'avril dernier au niveau des établissements éducatifs avec la participation de 253.412 élèves, dont 56% du cycle primaire, 32% du moyen et 12% du secondaire".  Le premier tour du concours, organisé au niveau des établissements éducatifs, a permis de sélectionner 31.178 écrits d'élèves, le deuxième tour des qualifications, qui s'est déroulé du 10 au 14 avril au niveau des circonscriptions a permis de choisir "5450 écrits", et la troisième étape qui s'est déroulée au niveau des wilayas le 16 avril dernier a permis de sélectionner "699 écrits" par une commission composée d'enseignants spécialisés.  Le ministère s'attèle à l'organisation des qualifications nationales qui se dérouleront le 5 juillet prochain et permettront d'évaluer le travail de 122 élèves qualifiés, dont 33 du cycle primaire, 45 du cycle moyen et 39 du cycle secondaire.  Mme. Benghabrit a appelé, en cette occasion, les écrivains à "suivre et accompagner les élèves à travers l'organisation d'ateliers d'écriture créative", relevant que les élèves, lauréats de concours, se verront publier leur travaux et participeront à la prochaine édition du Salon international du livre d'Alger (SILA).  S'exprimant en cette occasion, le ministre de la Culture, M. Azzedine Mihoubi a salué l'initiative portée par le ministère de l'Education qui contribue selon lui à "promouvoir les valeurs nationales, encourager la littérature algérienne et développer le sens de la lecture et de l'écriture  chez les enfants", assurant que son département allait veiller à accompagner et soutenir le projet afin d'en assurer le succès.  Tout en saluant l'initiative qui "donnera l'occasion aux élèves de démontrer leurs talents", le ministre de la Communication, Djamel Kaouane a  affirmé que "l'école a un rôle stratégique dans la société en faisant connaitre la culture et la littérature algériennes".  Le ministre de la Jeunesse et des sports a affirmé, pour sa part, que le projet lancé par le ministère de l'Education était "unique en son genre",  soulignant que l'importante participation des élèves à cette manifestation est une "preuve que les enfants algériens ont un penchant pour la  créativité et la découverte de soi", avant de mettre l'accent sur la nécessité de "la prise en charge des jeunes talents".  

Fermé depuis 1993, le musée Timgad de Batna rouvre ses portes

lun, 11/06/2018 - 16:53
Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a présidé dimanche la réouverture du musée d’archéologie de Timgad (Batna),  fermé depuis 1993, soit près de 25 ans. Le ministre qui a entamé sa visite de travail dans la wilaya samedi soir a assuré que ce musée, resté trop longtemps fermé, a été réhabilité pour satisfaire aux normes requises lui permettant de recevoir les visiteurs. Ce musée renferme, a-t-il ajouté, les plus belles mosaïques connues à travers l'histoire dont le nombre dépasse les 80, en plus de nombreuses pièces archéologiques précieuses qui ont besoin aujourd’hui d’un travail de présentation et de marketing. "Nous ne nous contenterons pas d’ouvrir les portes du musée au public et nous travaillons actuellement à rechercher les meilleurs formules pour  promouvoir pareils sites, éventuellement par le recours à des entreprises spécialisées pour faire la promotion de l’image culturelle, historique et attractive de l’Algérie qui est une question vitale" Il a également estimé que le Centre national de recherche en archéologie a accompli un grand travail pour réaménager cette structure et en faire un site d’attrait culturel, touristique et économique. Le travail inclut également d’autres aspects, dont la formation, a ajouté le ministre, avant d'annoncer le lancement, "dans un mois", d’une opération "première du genre dans le monde arabe" pour la formation de restaurateurs de mosaïques de sorte, a-t-il noté, à donner au pays le plus grand nombre de spécialistes dans ce domaine. Azeddine Mihoubi a fait état d’efforts pour procéder, avec le concours d’entreprises internationales, à l’exploration satellitaire des sites archéologiques "Nous avons entrepris des contacts préliminaires avec des organismes possédant cette technologie avancée", a affirmé M. Mihoubi, soulignant que le travail et les recherches sur le site archéologique de Tazoult se poursuivent. Il a également estimé que l’acte de vandalisme partiel subi sur le site de la mosaïque de la tigresse "n’affecte pas les fouilles qui peuvent permettre de faire d’autres découvertes." "Tazoult et Timgad représentent deux sites archéologiques exceptionnels de par la richesse de leurs contenus archéologiques", a considéré le ministre qui a fait état de la préparation d’un projet, au niveau de son département, pour assurer une gestion économique des sites archéologiques sous la direction de professionnels. Le ministre de la Culture a inauguré dimanche un complexe culturel dans la commune de Fesdis et une bibliothèque à Hidoussa et a invité les hommes de lettres et les artistes à participer la valorisation des structures culturelles et à leur animation.  Mihoubi a présidé samedi soir au théâtre régional de Batna une cérémonie de distinction de plusieurs artistes à l’occasion de la Journée nationale de l’artiste.

Un nouveau commissaire pour Timgad 2018 : Une édition nationale par excellence, selon Mihoubi

lun, 11/06/2018 - 15:54
L'édition 2018 du festival de Timgad sera organisée avec un nouveau commissaire et cet évènement sera "nationale par excellence", a affirmé, dimanche soir à Batna, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi. L'Artiste Youcef Boukhetach, enfant de la région des Aurès, a été officiellement nommé commissaire du festival après de larges consultations dans les milieux artistiques, a indiqué le ministre, qui présidait en compagnie du wali Abdelkhalek Sayouda une cérémonie de distribution des clés de 2.840 logements de différentes formules à la Maison de la culture "Mohamed Laid El Khalifa". "Nous avons voulu donné la chance à une grande figure artistique, qui a son poids et jouit d'un large respect, et nous le soutiendront surtout que sa nomination a été bien accueillie dans la capitale des Aurès'', a indiqué M. Mihoubi, jugeant nécessaire de donner "un nouveau souffle au festival de Timgad ainsi qu'au festival de Djemila à Sétif''. La 40ème édition du festival de Timgad sera "nationale par excellence" et l'occasion y sera donnée au plus grand nombre possible de voix algériennes, a-t-il assuré, estimant que le rôle du secteur de la culture est d'encourager les talents algériens et favoriser leur évolution. "Cela ne signifie pas que le festival se recroquevillera sur le national car nous allons chercher des formules pour une participation internationale étudiée'', a ajouté le ministre, affirmant : "Nous ne voulons pas que 80 % du budget du festival aillent à la participation internationale et 20 % à la participation nationale car il faut donner davantage de chances aux voix algériennes''. S'agissant de la date de tenue du festival, M. Mihoubi a souligné que la question est d'emblée laissée au nouveau commissaire estimant possible sa tenue fin juillet. Youcef Boukhetach remplace à la tête du commissariat du festival de Timgad Lakhdar Bentorki qui est également directeur de l'Office national de la culture et de l'information. APS

Pages