Culture

S'abonner à flux Culture
Mis à jour : il y a 36 min 43 sec

Salon du livre de Paris : 40 maisons d’éditions Algériennes y prennent part

il y a 5 heures 14 min
Une quarantaine de maisons d'édition Algériennes sont présentes au 37ème Salon du livre à Paris où elles exposent quelque 700 titres toutes disciplines confondues. Inauguré, vendredi, ce rendez-vous culturel rassemble, chaque année, des éditeurs, environ 3000 auteurs venant du monde entier, ainsi que plus de 150 000 amoureux de la lecture. Cette année, les 42 maisons d’édition Algériennes qui y prennent part proposent de nombreuses nouveautés constituées de romans, d’essais, de publications sur l’histoire et le patrimoine, en particulier, parmi lesquels une quarantaine de leurs auteurs seront présents pour dédicacer leurs ouvrages.  « Nous sommes ici pour promouvoir les éditions Algériennes et n’avons pas un objectif commercial », explique le directeur du stand, Mohamed Iguerb. Parmi les écrivains programmés pour les dédicaces figurent, entre autres,  Mohamed Ghafir dit  Moh Clichy, Waciny Laredj, Amar Belhimer, Abdelkrim Tazarout, Mouloud Achour, Armand Vial et André Paul Weber. Le Salon du livre de Paris qui prendra fin lundi, propose, durant quatre jours, plus de 800 événements et animations.     

Des films algériens en compétition du 12ème Festival international du film oriental de Genève

ven, 24/03/2017 - 11:07
Cinq films algériens sont programmés en compétition du 12ème Festival international du film oriental de Genève (Fifog) prévu du 1 au 9 avril, indiquent les organisateurs sur le site Internet du festival.  Le long métrage de fiction Timgad du réalisateur franco-algérien Fabrice  Benchaouche, une comédie projetée récemment à Alger, figure dans la  compétition internationale aux côtés de huit autres films dont Corps  étranger de Raja Amari (Tunisie) et Wedding dance de Cigdem Sezgin  (Turquie).  Chroniques de mon village, une fiction de Karim Traidia et le film  d'animation Tales of Africa (2015) de Djilali Beskri sont en lice pour  le « Prix de la critique » mettant en compétition sept autres films de Tunisie et d'Egypte, entre autres.             Le film Echappée (2015) coréalisé par Hamid Saidji et le Britannique  Jonathan Mason concourt dans la catégorie des court métrages avec treize autres œuvres dont Ailes voilées (Italie) et Aya va à la plage (Maroc).  Hors compétition, le court métrage muet Chaabanou, un quotidien sans  commentaire de Mourad Bouamrane et Kociela de Tahar Houchi, seront  projetés à cette 12ème édition qui a également programmé Bab El web de  Merzak Allouache dans « Fifog Classics », autre section non compétitive.  Le long métrage Maintenant ils peuvent venir de Salem Brahimi et le  court métrage Babor Casanova de Karim Sayad ont été distingués lors de l'édition 2016 du Fifog, présidée à titre honorifique par la romancière  algérienne Ahlem Mosteghanemi.  Fondé en 2006, le Festival international du film oriental de Genève se veut une vitrine du cinéma de l'Orient à travers des projections, des débats et autres rencontres entre professionnels du septième art. 

Début de la 7ème édition du festival culturel local des chants et musiques du M’zab

jeu, 23/03/2017 - 18:05
La septième édition du festival culturel des chants et musiques du M’zab s’est ouverte jeudi après-midi à la salle de cinéma M’zab à Ghardaia, dans une ambiance festive aux airs du folklore local, avec la participation d’une vingtaine de troupes et de jeunes talents. Le coup d’envoi de ce festival, une manifestation éclectique dédiée à la promotion et la préservation de cet art musical authentique de la région, placé sous le thème "Chantons pour la paix’’, a été donné par les autorités locales , en présence d’un public nombreux. Dans une ambiance de liesse, un large public a investi la salle de cinéma M’zab, généralement réservée aux spectacles, pour apprécier les prestations des futurs jeunes talents et stars de la chanson locale. Cette manifestation culturelle, qui se poursuivra jusqu’au 25  mars courant, intervient au lendemain de la 49ème édition de la fête du  tapis pour réaffirmer l’identité d’une région en pleine mutation, qui  cherche à reconquérir sa vocation de "pôle touristique par excellence"‘, a  indiqué un membre organisateur, Bakir Metahri. Elle constitue aussi un espace "idéal" pour fêter la diversité culturelle, consolider les valeurs de fraternité et de tolérance, en plus de promouvoir la chanson et la musique du M’zab et la découverte de  jeunes talents, a-t-il ajouté. Les organisateurs se sont montrés audacieux dans la concrétisation de l’esprit du festival, en allant chercher des musiques et des chansons aussi lointaines dans les contrées de la wilaya pour les inviter à fusionner avec la musique du M’Zab. Ce rendez-vous artistique regroupe une vingtaine de troupes et de jeunes talents de la région du M’zab ainsi que des groupes de musique d’Ouargla, qui agrémenteront, durant la période du festival, les soirées des mélomanes de ce genre artistique. De l’avis des organisateurs, ce festival, qui ambitionne de  s’ériger en rendez-vous annuel, se propose de s’intéresser à l’art musical du M’zab dans un souci de le promouvoir, tout en préservant sa diversité et sa richesse et de le rendre plus accessible aux jeunes générations. Outre sa contribution à l’animation culturelle et touristique de la wilaya de Ghardaia, ce festival est une véritable vitrine de la diversité culturelle et artistique de la région et une occasion idoine pour les visiteurs et les vacanciers de se frotter à l’histoire, à la  civilisation et aux coutumes et traditions séculaires de la région, ont-ils poursuivi. Ils ont également plaidé en faveur de la conjugaison des efforts de tous pour la pérennisation de ce rendez-vous artistique et culturel marqué cet année par une réduction de la subvention lui ayant été allouée, afin qu’il soit en mesure de jouer pleinement son rôle dans la  transmission de cet art aux jeunes. Une journée d’étude consacrée à l’avenir du festival des chants et musiques du M’zab, à la recherche de l’art musical de la région et au sponsoring de ce festival, ainsi que des hommages aux artistes de la région, seront organisés en marge de ce festival institutionnalisé en 2008. La cérémonie de clôture sera marquée par la reconstitution du célèbre groupe ‘‘Outchiden’’ de Berriane dont les membres se sont séparés depuis une dizaine d’années, et ce pour un récital à l’occasion. La précédente édition du festival s’était déroulée en décembre 2015, avec la participation d’une vingtaine de troupes artistiques et de jeunes talents de la wilaya de Ghardaïa. APS

Centenaire de Mouloud Maameri : Un riche programme dédié à l'écrivain durant l’année 2017

mer, 22/03/2017 - 20:55
La célébration du 100eme anniversaire de la naissance de l’écrivain et anthropologue, Mouloud Maameri, a été adossé à un programme riche, étalé sur toute l’année 2017, a assuré mercredi à Bejaia, Si-El-Hachemi Assad, secrétaire général du Haut comité à l’amazighité (HCA). Dans une conférence de presse, animée à la nouvelle bibliothèque principale de la ville, M.Assad, accompagné des membres du comité scientifique et de coordination du centenaire, a décliné les moments charnières de cette manifestation, qui va alterner les rencontres  littéraire, cinématographique et théâtrale, des caravanes livresques, des colloques scientifiques et des festivals de poésie, ponctués par des visites et des concours dans certains établissements scolaires. Le programme reste, par ailleurs, ouvert aux initiatives en vue de donner  à la célébration un éclat et un rayonnement qui soient à la hauteur de  l’homme, a tenu à souligner, le SG du Haut comité à l’amazighité, qui pour  la circonstance, entend réaliser divers projets pour faire mieux connaitre  le personnage, son oeuvre et son parcours. Il évoquera, à ce titre, la réédition de quelques-uns de ses ouvrages, notamment la colline oubliée, l’opium et le bâton, le banquet, le sommeil du juste et la traversée, l’édition des traductions en Tamazight de  quelques-unes de ses oeuvres, à l’instar de la pièce de théâtre, Le foehn,  des poèmes kabyles anciens et d’autres qui seront réunis en coffret et coédité en commun par une association, composé du HCA, de la maison d’édition Dar el Outhmania et le ministère de la Culture. D’autres projets, notamment le doublage en Tamazight du film l’Opium et le bâton, du réalisateur Ahmed Rachedi, la mise en place d’un site Web, en collaboration entre le HCA et l’APS, consacré au centenaire font également partie de ce programme, a expliqué M.Assad, qui a évoqué dans ce sillage, l’association de l’évènement à divers festivals culturels nationaux.

Azzeddine Mihoubi inaugure le Musée d'arts modernes d'Oran

mar, 21/03/2017 - 20:22
Le ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi, a inauguré, mardi soir à Oran, le Musée d'arts modernes d'Oran (MAMO), se  félicitant de "cette structure qui vient combler le vide culturel". "Ce musée a été construit avec des bras d'Algériens et son aménagement répond au goût algérien", a déclaré le ministre affirmant que "l'Etat, à sa tête le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, accorde un grand  intérêt à la culture partant du rôle qu'elle joue dans le développement national en général et dans la promotion de la conscience de la société en  particulier". Azzeddine Mihoubi a également souligné que le MAMO est un "acquis  important" de la wilaya d'Oran, qui s'apprête à accueillir de nombreuses  manifestations importantes, à l'instar des Jeux méditerranéens 2021. Le ministre a, en outre, affirmé la détermination des autorités concernées  à encourager les arts plastiques, rappelant qu'une réflexion est engagée  pour la création d'un marché des arts plastiques, surtout que le nombre des  artistes plasticiens est en croissance d'une année à une autre. Dans ce sens, il a déclaré: "les artistes algériens ont le droit de  disposer d'un espace pour exposer leurs oeuvres", ajoutant qu'il est temps  pour que la toile algérienne authentique détrône celle imitée. La cérémonie inauguration du MAMO a été marquée par l'organisation d'une  exposition regroupant une quarantaine de toiles de grands artistes plasticiens dont Bachir Yelles, Abdelkader Guermaz, Abdelhalim Hemch,  M'hamed Issiakhem. Le MAMO a été réalisé sur trois niveaux à la place du siège des nouvelles galeries algériennes (ex SNGA), situé à la rue Larbi Ben Mhidi au centre-ville d'Oran. APS  

La manifestation "Mostaganem capitale du théâtre" lancée le 2 avril prochain

mar, 21/03/2017 - 20:11
La manifestation "Mostaganem capitale du  théâtre" sera lancée le 2 avril prochain pour près d'une année d'activités, a annoncé mardi à Mostaganem le ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi. "Cet événement qui est placé sous le haut patronage du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, débutera le 2 avril avec un programme  festif de choix auquel prendront part différentes associations et coopératives théâtrales", a précisé le ministre lors d'une conférence de presse. La manifestation "Mostaganem capitale du théâtre" se poursuivra jusqu'au  27 mars 2018 et sera clôturée par la présentation d'une oeuvre du défunt dramaturge Ould Abderrahmane Kaki, a indiqué M. Mihoubi. Le ministre a fait savoir que la ville de Mostaganem accueillera dans ce  cadre les plus importantes pièces théâtrales à l'affiche dans les autres  wilayas du pays, outre la présentation de quelques oeuvres étrangères et l'animation d'activités propres au 4ème art et aux autres domaines culturels et artistiques. Des semaines thématiques, dédiées aux grandes figures du théâtre national,  sont auusi prévues, a-t-il ajouté en invitant les artistes participants à apporter leur contribution à "la consécration de la culture de la citoyenneté". Insistant sur l'intérêt de cette première édition du genre, M. Mihoubi a  affirmé qu'elle vise notamment à mettre à l'honneur les domaines  d'excellence artistique de toutes les villes et régions du pays. Le ministre a relevé à cet égard l'avantage dont jouit Mostaganem de par  le fait qu'elle abrite le festival du théâtre amateur qui se décline,  depuis 50 ans, en une véritable école ayant formé d'illustres figures du  théâtre national tout en inculquant l'amour du 4ème Art chez une génération  entière. La manifestation "Mostaganem capitale du théâtre" est "une juste et  obligée reconnaissance envers cette ville qui a énormément donné pour la  culture algérienne", a soutenu M. Mihoubi, assurant que son département  oeuvrera en permanence à la réussite de cet événement. "Cette année sera celle de l'évaluation du mouvement théâtral en Algérie", a-t-il fait valoir, révélant que "la réflexion est engagée en faveur de la  réforme à même d'insuffler une dynamique nouvelle qui puisse hisser le  théâtre algérien à niveau supérieur". Le ministre a affirmé que la réussite de "Mostaganem capitale du théâtre", ouvrira de nouveaux horizons, à commencer par le choix de la future ville  devant abriter une édition similaire dédiée à la promotion d'autres  segments culturels comme le patrimoine, le cinéma ou les arts plastiques. M. Mihoubi a en outre fait savoir qu'une réflexion est actuellement menée  en vue de la mise en place d'une cellule de recherche pour la création d'un  centre documentaire dédié au théâtre, au cinéma et aux autres domaines artistiques. APS 

Le long métrage "Timgad" projeté à Alger

mar, 21/03/2017 - 17:59
Le long métrage "Timgad", du Franco-algérien  Fabrice Benchaouche, une comédie sur le retour au pays d'origine et ses  aléas a été présenté en avant-première algérienne mardi à Alger. D'une durée de 90 mn, le long métrage, projeté au Cinéma "Algeria",  raconte le retour de Djamel, archéologue, sur la terre de ces ancêtres pour  y effectuer des fouilles et sa rencontre avec la population locale  préoccupée par le devenir de leur équipe de football en plein déclin et à  la recherche d'un entraineur pour à se qualifier à un tournoi. Mokhtar, campé par Sid Ahmed Agoumi, l'instituteur du village, va  convaincre Djamel, rendu par le Marocain Mounir Margoum, de prendre la tête  de l'équipe, après l'avoir vu à l'úuvre, manipulant un ballon devant les  enfants du club. Baptisée "Juventus de Timgad", la jeune équipe du village, qui reprend   espoir et retrouve le goût de l'aventure, finit par se qualifier, non sans  difficultés, au tournoi du stade Vélodrome à Marseille.  Co-écrit par l'écrivain Aziz Chouaki et Fabrice Banchaouche, "Timgad", est  servi par une pléiade de comédiens algériens et marocains aux personnages  extravagants et grotesques, dans une satire qui rappelle en filigrane  l'état du patrimoine archéologique, en l'espèce livré aux enfants qui ont  fait du site de Timgad leur terrain de jeu. Sid Ahmed Agoumi, Fatouma Bouamari, Lamri Kaouane, Samir El Hakim, se  partageant les rôles avec les comédiens marocains, Mounir Margoum, Myriem  Akheddiou, Lotfi Yahia et Mourad Zeguendi, ont bien porté la fiction qui a  montré que par la détermination et la persévérance, tout devient possible. Coproduit par l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), et  les maisons de productions "BL.Films" et "Alia films", "Timgad" sorti à la  fin 2016 est sélectionné pour participer à la compétition du 6e  Festival  maghrébin du film de Oujda (Maroc), prévu du 4 au 8 avril prochains. 

Près d’un millier de participants au festival national du chant scolaire à El-Oued

lun, 20/03/2017 - 21:08
Près d’un millier d’élèves, issus des trois paliers de l’enseignement, représentant 33 wilayas du pays, prennent part à la 22eme édition du festival national du chant scolaire, ouvert lundi à la Maison de la Culture d’El-Oued, à l’initiative de la direction locale de l’Education. La cérémonie d’ouverture de cette manifestation a été marquée par la présentation d’une opérette intitulée ‘‘L’Algérie pour toujours’’, interprétant différents genres culturels et sociaux, inspirés  des us et traditions populaire de différentes régions du pays. Trente trois (33) chorales, de 16 élèves chacune, concourront, quatre jours durant (20-23 mars),  pour décrocher les trois premières places dans chacun des trois paliers de l’enseignement (primaire, moyen et secondaire). Selon les organisateurs, cette manifestation vise repérer de jeunes Mounchid talentueux dans ce  genre de chant scolaire et à promouvoir ce type d’activités culturelles constructives, qui  constituent un des meilleurs moyens de sensibilisation au sein de la société, et son ancrage notamment en milieu scolaire. Le programme du festival, dont la première édition remonte à 1995, prévoit aussi des circuits  touristiques pour permettre aux participants de découvrir les atouts archéologiques et touristiques des régions d’Oued-Souf et d’Oued-Righ, ainsi que leur patrimoine culturel, dont les produits de  l’artisanat. Des tables rondes et des communications sur ‘‘la situation et les perspectives du chant scolaire en  Algérie’’, figurent également  au menu de ce festival, parrainé par le ministère de l’Education  nationale et la wilaya  d’El-Oued. APS

Constantine : inauguration d’un espace d’art dédié à l’exposition des produits artisanaux

dim, 19/03/2017 - 21:05
19/03/2017 - 21:05

Un espace dédié à l’exposition des produits artisanaux et des oeuvres d’art a été inauguré, dimanche dans la commune  d’El Khroub (Constantine) dans le cadre des festivités marquant la célébration de la fête de la Victoire, a-t-on constaté.

Situé à proximité du siège de l’Assemblée populaire communale (APC), cet espace implanté dans une  grande placette centrale aménagée, baptisée ‘‘19 mars 1962’’ £uvrera à encourager les créations  artistiques notamment celles des associations et des jeunes talents de la commune d’El khroub, a  précisé la directrice de l’Office de sport, de la culture, du loisir et du tourisme (OSCULT).

Elle a, à ce propos, ajouté que cet espace sera ouvert tout au long de l’année et proposera au  public diverses activités et expositions dans l’art culinaire, les habits traditionnels, et les  produits de la ruche notamment.

La célébration de la fête de la Victoire  à Constantine a été marquée par l’organisation d’une  d’exposition de photos et un fond documentaire la Révolution de novembre 1954,  au centre culturel  Mohamed El Yazid, où un hommage a été rendu aux moudjahidine dans une cérémonie présidée par le chef  de l’exécutif local, Kamel Abbas.

Les lauréats des tournois sportifs, entre autres de football, de Karaté et de jeux d’échecs, ainsi que des concours scientifiques, lancés la semaine précédente, ont été également honorés.

La fête de la Victoire a été également l’occasion à Constantine pour baptiser l’Ecole nationale supérieure (ENS) de l’université  Constantine 3 au nom de l’écrivaine Assia Djebar, et le Centre de recherche en biotechnologie (CRBT) de l’université Constantine  2 au nom du Chahid Toufik Khaznadar.  APS 

Le patrimoine culturel menacé par les conflits, objet d’une conférence débat ce lundi au Palais de la culture

dim, 19/03/2017 - 19:13
Une conférence débat sera animée ce lundi au Palais de la culture Moufdi Zakaria de kouba à Alger, par M. Mounir Bouchenaki, ex-directeur général de l’ICCROM (Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels) et ex-directeur général du Centre régional arabe pour le patrimoine mondial établi à Bahreïn sous l’égide de l’UNESCO.        M. Bouchenaki présentera son ouvrage intitulé « Patrimoines   mutiles, ces trésors de l’Humanité défigurés par la folie des hommes ». Dans cet ouvrage l’auteur évoque longuement le patrimoine culturel  face  aux crises et aux récents conflits armés. « La guerre est l’ennemi de l’Homme », a déclaré l’expert en droit international Jiri Toman. «  Elle est également l’ennemi de ce que l’Homme a produit  de meilleur – art, culture, monuments, soit l’ensemble du patrimoine historique et culturel. Beaucoup d’œuvres d’art ont été détruites au cours des siècles, œuvres que nous ne connaîtrons jamais et que nous ne reverrons jamais », écrit l’auteur dans son ouvrage qui rappelle par la même occasion le rôle des institutions internationales telles que l’ONU et l’UNESCO, dans la protection du patrimoine à l’échelle mondiale.

El-Oued : début de la 44ème fête de la ville aux milles coupoles

dim, 19/03/2017 - 18:42
Le coup d’envoi de la 44ème édition de la fête de la ville aux milles coupoles a été donné dimanche à El-Oued, en présence des participants venus de 36 wilayas du pays et de cinq (5) pays arabes, ainsi que d’un public nombreux. Reflétant la diversité et la richesse du patrimoine culturel des différentes régions du pays, une imposante parade (Carnaval de la ville) animée par des troupes folkloriques de huit wilayas du pays, rythmé aux sonorités du Bendir (tambour) et de la Zorna (trompette traditionnelle), entrecoupées de salves de Baroud, a marqué le début de cette fête annuelle, à la grande satisfaction du public. Les troupes des pays arabes participantes (Tunisie, Libye, Palestine, Sahara Occidental et Yémen) ont, de leur côté, montré, à travers la présentation de facettes de leur folklore, le rapprochement de leur culture et la communion de la dimension  historique de leurs peuples. La cérémonie inaugurale a également vu également la participation de la fanfare de la protection civile, des scouts musulmans algériens (SMA) et des équipes du mouvement associatif sportif qui ont exécuté des exhibitions d’arts martiaux. Le commissaire de la fête, Abdelkader Abed, a indiqué que les instances organisatrices  s’emploient à conférer à cette manifestation culturelle, valorisant le patrimoine culturel populaire, un caractère économique, à travers notamment une exposition-vente de produits d’artisanat, avec la participation de 30 exposants issus de 13 wilayas du pays, une première depuis la première édition de cette fête en 1974. Le programme de ce rendez-vous annuel prévoit l’ouverture lundi à ‘‘la place de la jeunesse’’  à El-Oued, d’une manifestation pour enfants intitulée ‘‘La cité des enfants’’, mettant à leur  disposition un éventail d’activités ludiques et récréatives devant s’étaler tout au long de cette fête de la ville aux milles coupoles. Un concours d’art culinaire populaire, de pâtisserie, des concours de jumeaux, des courses  équestres et de méharis, des compétitions sportives de cyclisme et cross, ainsi que des rencontres  de football avec la participation des vétérans des équipes de l’Olympique d’El-Oued et du Hilal Sportif de Redayef (Tunisie), sont d’autres activités au programme. Outre l’animation, au 3ème jour de cette manifestation, d’un récital poétique avec la  participation de poètes des pays arabes participants, il est projeté une fête locale annuelle ‘‘Baba  Merzoug’’ et des soirées artistiques animées par des vedettes et des troupes locales. Initiée par le comité des fêtes de la communes d’El-Oued, sous le signe de ‘‘Notre  authenticité dans notre patrimoine culturel’’, cette manifestation qui s’étalera sur 5 jours (19-23  mars) est marquée cette année par une forte participation de troupes nationales et arabes. APS 

22 artistes au 3ème salon de la calligraphie et l’architecture en Algérie à Tamanrasset

dim, 19/03/2017 - 18:33
19/03/2017 - 18:33

Vingt deux artistes prennent part à la 3ème édition du salon de la calligraphie et de l’architecture en Algérie, dont le coup d’envoi a été donné dimanche à Tamanrasset.

Les participants, représentant les wilayas d’Ouargla, El-Oued, Mostaganem et Chlef, auront, durant  les trois jours de ce salon, à mettre en exergue, à travers des £uvres artistiques, l’importance de la calligraphie, l’architecture et le caractère Tifinagh dans le bâti local.

Entre-autres communications prévues lors dans le cadre du salon dédié cette année à ‘‘l’harmonie  entre la lettre et l’architecture, l’exposé de l’universitaire hamza Boukhelda Hamza pour qui la  calligraphie arabe est un signe de la culture Arabo-maghrébine qu’il s’emploie à promouvoir et  hisser comme socle à la renaissance arabe et le territoire maghrébin.

‘‘L’harmonie entre le bâtiment et l’environnement et l’architecture traduit la synergie recherchée  par l’architecte dans la conception et la création’’, a estimé M. Boukhelda, dans ce contexte.

L’artiste Abdallah Boutani de Tamanrasset a, de son coté, indiqué à l’APS que Tamazight et ses signes en Tifinagh a également une relation avec l’architecture, au regard de la symbolique  civilisationnelle et culturelle de ses caractères, véhiculée à travers différentes formes  géométriques. APS 

Musique : décès du légendaire rocker Chuck Berry

dim, 19/03/2017 - 07:10
Le guitariste et chanteur Américain, Chuck Berry, est décédé, samedi, à  l'âge de 90 ans, a annoncé la police du comté de Saint Charles (Missouri, centre). Il est ne né le 18 octobre 1926 à Saint Louis (Missouri). Considéré comme l'un des pères fondateurs du rock and roll, Charles Edward Anderson Berry Sr a été trouvé inanimé par les secouristes et son décès a été prononcé à 13H26 locales, a-t-il été précisé. Chuck Berry laisse une oeuvre immense, de « Maybellene » à « Roll Over Beethoven » ainsi que « Johnny B. Goode », qui a influencé plusieurs générations de musiciens. Auteur d'un grand nombre de classiques du rock, il a composé des dizaines de tubes des années 50, 60 et 70, parmi lesquels « Sweet Little Sixteen », « School Days » ou « My Ding a Ling ». Surnommé « Crazy legs » - pour son jeu de jambes sans égal -, il apprend la guitare jazz durant son enfance, tout en accumulant les petits boulots et en flirtant avec la délinquance. Devenu coiffeur, marié et père de famille, il arrondit ses fins de mois en jouant de la guitare dans des clubs, lorsqu'il est remarqué par le bluesman Muddy Waters. En 1955, il enregistre sa première chanson, « Maybellene », qui devient un tube phénoménal et marque pour lui le début de dix années de succès. Chuck Berry enregistre ensuite « Thirty Days », « No money down » et « Roll Over Beethoven" (1956), avant d'enchaîner les tubes: « School Day » et « Rock and Roll Music » en 1957, « Sweet Little Sixteen », « Carol » et « Johnny B. Goode » en 1958, « Little Queenie », « Memphis Tennessee » et « Back in the USA » en 1959. 

Festival interculturel du conte à Oran : formation de dix conteurs

mar, 14/03/2017 - 15:16
14/03/2017 - 15:16

Une dizaine de jeunes conteurs ont bénéficié  d’une formation en art du conte dans le cadre du projet de préservation du patrimoine immatériel, a-t-on appris de l’association de promotion de la lecture "Le Petit lecteur", initiatrice du projet.

Organisé au complexe "Les Andalouses" d’Oran du 7 au 12 mars en cours, ce stage a été assuré par deux conteurs de France et de Grande Bretagne, a indiqué la vice-présidente d’association en marge du onzième festival interculturel du conte ouvert lundi soir au hall du siège de l’APC d’Oran.

Cette formation, qui s'inscrit dans le cadre d'un programme financé par le ministère de la Culture et l’Union européenne (UE), permettra aux jeunes de présenter des spectacles du conte populaire de leurs productions dans le cadre de cette manifestation, qui se poursuit jusqu’au 18 mars courant, a ajouté la conteuse Djamila Hamitou.

La cérémonie d’ouverture du festival placé sous le slogan "Si le goual m’était conté" a été marquée par un cocktail de contes populaires présenté par des conteurs dont Mahi Seddik de Sidi Bel-Abbès.

Cette édition, à laquelle prennent part 25 conteurs, revêt cette année un caractère maghrébin. 

Aux côtés de conteurs algériens, deux de Tunisie, un du Maroc et un autre de Mauritanie participe, pour la première fois, à ce rendez-vous annuel parrainé par l’APC d’Oran et initié par l’association  "Le Petit lecteur".

Au programme de festival des conteurs du Liban, de Syrie, de France, d'Espagne, du Congo, des Etats unis d’Amérique et du Cameroun animeront des spectacles.

Les organisateurs ont prévu des halqas de narration de contes populaires aux établissements scolaires, au parc d’attraction "Ibn badis" et aux bibliothèques d'Oran et aux centres culturels d’Oran, de Sidi Bel-Abbès, de Mostaganem, de Tlemcen et de Mascara. APS 

Trois Algériens lauréats du Prix Souad Essabah du roman

mar, 14/03/2017 - 13:37
Trois romanciers algériens se sont adjugés les trois premiers "Prix Souad Al-Sabah de la création intellectuelle et artistique", un concours littéraire décerné par les Editions koweitiennes Souad Al-Sabah, indiquent lundi les organisateurs. Le premier prix est revenu à Abdelwahab Aissaoui pour son roman "Adawair wa el abwab", alors que "El majanine la yamoutoune (Les fous ne meurent pas) de Amina Djermoune arrive en deuxième place de ce concours littéraire. Sabrina Benaziz a, pour sa part, remporté le troisième prix pour son roman "Leil li el houb oua akher li el salat (Une nuit pour l'amour, une autre pour la prière).  Lauréat du Grand Prix Assia Djebar du roman en 2015 pour son roman en arabe "Sierra De Muerte", Abdelwahab Aissaoui est l'auteur de trois romans dont "Cinéma Jacob" (2013).  Native de Constantine, Amina Djermoune s'est faite d'abords connaître à travers le concours littéraire émirati "L'émir des poètes".  Avant de s'affirmer par "Une nuit pour l'amour, une autre pour la prière", son troisième roman, Sabrina Benaziz, jeune romancière native de Tiaret, avait déjà édité deux romans en Algérie.  Le Prix Souad Al-Sabah de la création intellectuelle et artistique, un concours biennal qui récompense les meilleures úuvres dans le domaine littéraire et scientifique, existe depuis trente ans. Il a déjà été décerné aux auteurs algériens Zahra Boussekine, Zahra Karef et Abderrahmane Bouzerba.  

Ouverture lundi du festival interculturel du conte populaire à Oran

dim, 12/03/2017 - 20:20
12/03/2017 - 20:20

Le 11ème festival interculturel du conte s’ouvrira lundi à Oran avec la participation de 25 conteurs du pays et de l’étranger, a-t-on appris des organisateurs.

Placée cette année sous le slogan "Si le goual m’était conté", cette édition revêtira un caractère maghrébin. Aux côtés des conteurs algériens, deux de Tunisie, un du Maroc et un de Mauritanie seront présents à ce festival, a indiqué la présidente de l’association de promotion de la lecture  "Le Petit lecteur".

Cette manifestation qui entre dans le cadre du projet visant à valoriser et protéger le patrimoine immatériel financé par le ministère de la Culture et l’Union européenne (UE), permettra aux conteurs de présenter une série de contes populaires puisés du patrimoine oral des pays du Maghreb arabe, a ajoute la conteuse Djamila Hamitou.

Le public oranais découvrira, lors de cette édition qui se poursuivra jusqu’au 18 mars courant, des contes populaires animés par des conteurs du Liban, de Syrie, de France, d'Espagne, du Congo et des Etats unis d’Amérique.

Des conteurs de plusieurs wilayas du pays dont Djamila Hamitou, Kada Benchemissa, Mahi Seddik, Fayçal Bouakkaz, Siham Salhi, Naima et Farès Idir animeront des halqas de goual pour raconter le conte populaire algérien en langues arabe et amazighe.

Ce festival, parrainé par l’APC d’Oran, prévoit des halqa au niveau des établissements scolaires et universitaires, du parc "Ibn Badis", des bibliothèques et des centres culturels d’Oran et de Tlemcen. APS 

Formation pour jeunes musiciens du 26 au 30 mars à Tlemcen

dim, 12/03/2017 - 19:41
12/03/2017 - 19:41

Une session de formation et de perfectionnement à l'attention des jeunes musiciens de l'andalou est prévue du 26 au 30 mars à Tlemcen à l'initiative de l'association "El Kortobia" de Tlemcen, a-t-on appris auprès des organisateurs.

Ouvert gratuitement aux musiciens de violon, de Rebab et de Kouitra, de moins de 30 ans, cette formation sera assurée par les chefs d'orchestre Salah Boukil, Toufik Benghabrit et Khalil Baba Ahmed qui devraient également élaborer des récitals avec les stagiaires.

La formation se décline en plusieurs ateliers dédiés aux techniques d'exécution, à l'interaction entres les instruments ou encore à l'historique de l'orchestration andalouse.

La session, qui coincide avec la célébration du 32e anniversaire de l'association "El Kortobia", se déroulera au Centre de recherches sur la musique andalouse de Tlemcen.  

Les inscriptions à cette formation sont ouvertes jusqu'au 18 mars.

Les candidatures doivent être envoyées à l'adresse e-mail: kortobia2017@gmail.com         Cette formation est ouverte aux musiciens amateurs ainsi qu'aux élèves des associations et des écoles de musiques de toutes les régions d'Algérie. APS 

Hommage rendu à Lounis Ait Menguellet pour ses 50 ans de parcours

dim, 12/03/2017 - 16:12
A l’occasion de ses 50 ans de carrière, l’artiste algérien Lounis Ait Menguellet était l'invité de marque de l’émission Cfawat, de la Chaine 2 qui lui a consacré un numéro spécial en l'honneur de son parcours aussi riche en poésie que varié en musique laissant un important répertoire dont s'inspire des chanteurs montant.  Boudjemaa Rabah, est revenu longuement - durant 3 heures de temps qu'aura duré le dernier numéro de l'émission - avec l'artiste sur le parcours artistique, ainsi que sur ses débuts à la Radio algérienne, au niveau de la Chaine 2. Boudjemaa Rabah a aussi reçu, dans son émission, l’ancien producteur, Adelmadjid Bali, son ami Ameur et son fils Tarek.

Illizi : plus de 4.500 titres exposés au salon du livre de Djanet

dim, 12/03/2017 - 15:24
12/03/2017 - 15:24

Plus de 4.500 titres dans différents domaines culturels et scientifiques sont exposés à la 10ème édition du salon du livre de Djanet, organisé à compter de dimanche à l’initiative de la Direction de la Culture.

Placée sous signe de "Le livre, une mémoire qui ne vieillit pas", cette manifestation culturelle, à laquelle prennent part six maisons d’édition pour présenter plus de 6.000 ouvrages, dans divers domaines de la science et du savoir, s’étalera sur 17 jours, selon les organisateurs.

Présidée par le wali délégué de Djanet, Mohamed Saïd Bengamou, la cérémonie d’ouverture de cette exposition, qu’abrite la bibliothèque communale située au centre ville de Djanet, a connu un vif engouement des visiteurs dès son ouverture.

Englobant aussi de nombreux ateliers (dessin, écriture et lecture) destinés aux enfants, ce rendez-vous culturel, dont la période d’ouverture est répartie en deux temps (matinée et après-midi), pour en faire profiter l’ensemble des catégories sociales, permettra au grand public de découvrir de nouvelles parutions de livres et contribuera à ancrer des habitudes de lecture, chez les nouvelles générations notamment, selon les organisateurs. APS 

                 

Journée mondiale de la femme : hommage rendu à des Algériennes en reconnaissance à leurs mérites

jeu, 09/03/2017 - 20:35
Le ministère de la Communication et celui de la Femme ont conjointement célébré jeudi la journée mondiale de la femme au niveau du hall central de la radio algérienne mu en un espace de grande fête où s’étaient croisées artistes, actrices, journalistes entre autres femmes de culture et de la communication anciennes ou de nouvelle génération. Rehaussée par la présence de Hamid Grine et Mme Mounia Meslem respectivement ministre de la Communication et de la Femme et la condition de la famille, en présence de MM Chaâbane Lounakel, Toufik Kheladi et Abdelhamid Kacha actuels directeurs généraux de la radio, de la télévision et de l’APS ainsi que des responsables d’organes de presse publique et privée, la cérémonie est organisée en l’honneur de femmes ayant eu des parcours chatoyants lors de leurs carrières durant leurs activités et/ou brillé en accomplissant des responsabilités dans différents domaines. L’espace de la cérémonie ayant accueilli les invités et leurs accompagnants est décoré par une exposition photos présentant des figures de prou du militantisme, de l’action féminine et retraçant les prouesses accomplies par des femmes algériennes pendant et après la révolution ou marquant différentes étapes de l’émancipation de la femme algérienne dans nombreux domaines et activités. Après une visite éclaire de l’exposition photos et l’allocution inaugural du ministre de la Communication place à une rétrospective, sur écran géant, des parcours des femmes honorées à l’occasion, et qui ont défilé successivement sur la tribune érigé dans ce sens pour livrer leurs sentiments.   C’est sous le slogan « En reconnaissance à des algériennes méritantes », la cérémonie a vu récompensées des femmes aux grands mérites telle Amina Debbeche (directrice du quotidien Echaâb), Asma Rahab Oussedik (1er pris en 2015 du festival algéro-français de médecine), Sonia (actrice de théâtre), Aziza Abdelaziz attachée administrative au cabinet du département de la Communication), Fatma Ould Khessal (journaliste, ex-directrice de radio culture), Zahira Ouartsi Baba (directrice d’Artissimo), Naïla Berrahal (journaliste à Horizon), Lla Djida (chanteuse-actrice), Fouzia Bousbek (directrice de production et journaliste animatrice d’émissions à la chaine de télévision A3) et Fatima Zohra Senoussi (Spécialiste en chorégraphie et actuelle DG du ballet national). Notons que le chanteur vedette des années 70-80, Mohamed Lamari, est honoré à titre exceptionnel pour son répertoire comprenant 120 chansons dédiées à la vie, à la femme et à l’Algérie.  

Pages