Culture

S'abonner à flux Culture
Mis à jour : il y a 17 min 17 sec

Amel Zen, Raina Rai, El Dey célèbrent la "Fête de la Musique" à Alger

jeu, 22/06/2017 - 09:24
Une brochette d'artistes de la musique algérienne à l’image de Lotfi Attar, leader du groupe Raina Raï et Amel Zen ont animé mercredi un show à Alger à l'occasion de la Fête de la musique, un événement marqué également par la participation de jeunes artistes amateurs.  Organisé dans le cadre cette manifestation musicale, célébrée à travers le monde chaque  21 juin, l’événement a vu succéder sur la scène du  Théâtre de verdure Laadi-Flici  plusieurs formations musicales devant un public enchanté. En ouverture de cette manifestation baptisée cette année "La fête de la musique made in bladi", la chanteuse et interprète de musique ethno-pop, Amel Zen, a gratifié ses fans, pour la plupart des  jeunes, de chansons puisées de son répertoire, exécutées sur des airs  festifs envoutants. Séduit par la voix suave de l'artiste et ses pas de danse, le public a ovationné l’auteur de  "El Warda", son dernier vidéoclip en chantant en Tamazight "Yeliss  Iyourayen (La fille de Gouraya  , une chanson dédiée à la féminité. Lui succédant, le groupe El Dey qui fusionne  plusieurs styles musicaux  dont le diwane, le flamenco et le chaâbi a servi une palette de chansons adaptées au goût d'un  jeune public "enthousiaste".  Fondée  en 2009, la troupe qui s'est illustrée sur la scène algéroise par son premier album  "Ana djazairi" duquel les membres ont puisé des chansons, notamment "Marie" (Meriouma).  Lotfi Attar, pionnier du célèbre groupe Raïna Raï qui avait brillé durant les années 80 et 90, était également au rendez-vous.  Le guitariste Lotfi Attar, célèbre  pour ses riffs exquis a gratifié le public qui l’a attendu tard dans  la soirée.  Fondé en 1980 par quatre musiciens de Sidi Bel-Abbès, le groupe alliant raï, rock et gnawa s’identifie surtout à son premier album culte  "Zina", sorti en 1983. Freeklane, autre groupe de jeunes musiciens  prometteurs, a  enchanté ses fans avec une palette de chansons tirées notamment de son dernier album"Nomad", sorti en janvier dernier. D'autres jeunes artistes amateurs, plutôt connus sur la scène algéroise, ont fait partie de cette  soirée musicale prolongée jusqu'à l'aube.  Célébrée depuis 1982, la Fête de la Musique célébrée dans une centaine de pays a pour vocation de promouvoir la musique dans  tous ses genres à travers des spectacles gratuits et concerts amateurs. 

Culture culinaire : des desserts "intrus" se frayent une place chez les constantinois

mer, 21/06/2017 - 17:47

Le fameux Tiramisu italien qui appâte les ménages à Constantine

Les traditions culinaires particulièrement tenaces durant le ramadhan ont fini ces dernières années à Constantine par tolérer certains "intrus" plutôt délicieux sur les tables des veillées ramadanesques. Il s’agit de desserts qui semblent avoir fini par détrôner les désormais "surannées" flan et autres m’halbi aux yeux des jeunes dames constantinoises qui s’émulent à régaler les papilles des membres de leurs familles. Le plus en vogue parmi ces intrus est le Tiramisu, une pâtisserie de la cuisine italienne dont l’appellation signifie ‘‘remonte-moi le moral’’. La présence de sucre et de cacao qui procure énergie et vitalité presque immédiate expliquerait cet effet de bien-être que procurerait ce dessert. Pour Mme Chahinaz, ce dessert est préparé avec du biscuit boudoir, du café, du jaune d’oeuf, du fromage, du sucre, de la vanille et du cacao. Son goût très délicieux en fait une pâtisserie irrésistible pour les enfants comme pour les adultes.  Cette jeune dame affirme avoir trouvé dans le tiramisu un dessert idéal pour faire plaisir aux membres de sa famille durant les veillées ramadanesques tout en brisant la monotonie des desserts "classiques" que "l’on n’a pas cessé de prendre pendant des années et des années". D’autres desserts ont réussi à gagner les faveurs des constantinois dont la mousse chocolat, la salade fruits et autres bavaroises et pâtisseries légères à la crème. La pénétration de la société constantinoise par ces nouvelles traditions culinaires d’ailleurs est liée surtout à l’ouverture électronique qui a placé à la portée d’un clic et d’une touche la découverte des habitudes de cuisine d’autres sociétés. Mme Chahinaz qui considère que la cuisine est son "petit royaume" affirme être une abonnée fidèle des chaînes youtube spécialisés dans les desserts pour le ramadhan et cet abonnement lui permet être toujours informés des plus récentes nouveautés. Le même avis est partagé par Mlle Sofia qui affirme suivre régulièrement les chaînes télévisées de cuisine et naviguer souvent sur le Web à la recherche de recettes nouvelles pour surprendre à chaque fois les membres de sa famille et leur affirmer ses compétences culinaires.  Jeune chef de famille, Fayçal assure supporter la diversification sans toutefois renoncer à l’héritage culinaire et confie ne pas rater aucune occasion durant ce ramadhan pour déguster les petits plaisirs d’ici et d’ailleurs que s’évertue à préparer son épouse. Cet engouement des ménages a entraîné dans son sillage la floraison du commerce des intrants de ces mets légers. Kamel, tenant d’un petit commerce d’alimentation générale relève ainsi que les biscuits boudoir et les types de crèmes s’épuisent rapidement et s’en réapprovisionne aussitôt pour répondre à la demande de ses clients. Septuagénaire, Mme Fatima qui vit seule avec son mari est une conservatrice déconnectée de l’univers Web. Pour elle, les seuls desserts qu’elle connait surtout après le mariage de tous ses enfants sont ceux qu’elle prépare à son époux depuis plusieurs décennies et qu’il continue toujours d’apprécier largement. APS 

La Nuit du Ramadan jeudi sur France 2 avec un hommage particulier à Aït Menguellet

mar, 20/06/2017 - 10:06
L’édition de la  Nuit du Ramadan  2017 renoue avec la tradition des soirées joyeuses et populaires qui rythment le mois du ramadan, a annoncé lundi France 2 indiquant qu’elle sera diffusée jeudi  soir avec un hommage particulier à Lounis Aït Menguellet. Ce sera depuis le Cabaret Sauvage à Paris et en présence d’un public nombreux et chaleureux, que l’émission invite les téléspectateurs à un  feu d’artifice  de musiques, de chants et de rythmes, nourris aux sources des rencontres et du métissage des cultures de France, du Maghreb et du monde, a-t-on précisé de même source. Outre le grand chanteur et poète algérien Lounis Aït Menguellet, qui fête ses cinquante ans de carrière, l’émission, proposée par Multimédia France Productions (MFP) avec l’association  Vivre l’islam  et France Télévisions, sera animée par une panoplie d’artistes tels que Julie Zenatti, Slimane,  Elisa Tovati, Nawel Ben Kraiem, Calypso Rose, Aymane Serhani, Kiriss,  Souad, Dendana et Collectif Métissé. L’émission, dont le producteur artistique est Djelloul Beghoura, rendra hommage à 4 artistes féminines engagées, par leur art, dans le combat pour l’émancipation et les droits des femmes, dont trois sont algériennes. Il s’agit de la chef d’orchestre d’origine algérienne Zahia Ziouani, la chanteuse algérienne chaouie Houria Aïchi et l’artiste plasticienne d’origine algérienne Hakima El Djoudi. Le dernier hommage sera consacré à l’écrivaine et la première réalisatrice du Yémen, Khadija Al-Salami, qui vit à Paris.                                        

L'Orchestre symphonique national donne un concert Chaabi à Alger

lun, 19/06/2017 - 14:17
L'Orchestre symphonique de l'Opéra d'Alger dirigé par le maestro Amine Kouider a donné, dimanche soir, un concert à l'Opéra  "Boualem Bessaih" à Alger en interprétant de célèbres chansons de Châabi dans un style classique symphonique. Trois chanteurs ont séduit le publique venu en nombre à cette soirée de Ramadhan en présentant quelques célèbres chansons du répertoire Chaabi durant une heure et demi de temps. La soirée a été animée par les musiciens et chanteurs Zohir Mazari, Asmaa Alla et Kamel Aziz qui ont interprété, entre autres, "Sobhan allah ya ltif" de Cheikh Mohamled El Anka et "Koulouli ya samine" de Abdelmadjid Meskoud, "Elbareh" de Guerouabi, "Chahlet Laayani" et "Dek elkhatem" de Amar Ezzahi. Né à Alger en 1967, Amine Kouider a été nommé Directeur artistique de de l'orchestre philharmonique de l'UNESCO et artiste de l'UNESCO pour la paix et directeur de l'Opéra d'Alger depuis sa réouverture en 2001 jusqu'à 2005.  Il a fondé en 2012 l'Orchestre symphonique Algérie-France qui a regroupé des musiciens des deux pays. APS

Le ministère de la Culture relance la revue "Thakafat"

jeu, 15/06/2017 - 16:03
Le ministère de la Culture a annoncé mercredi lors d'une rencontre à Alger, la relance de la revue "Thakafat" éditée par l'Entreprise nationale des arts graphiques (ENAG).  Lors de cette rencontre à laquelle ont pris part le ministre de la Communication Djamel Kaouane et des personnalités du monde de la culture, le ministre de la Culture Azeddine Mihoubi a souligné dans une allocution la nécessité de veiller à la pérennité de la revue, appelant à la création de revues artistiques spécialisées. Le directeur général de l'ENAG, Hamid Messaoudi a indiqué que le premier numéro de la revue intervient après une tentative de relance qui a échoué il y a deux ans. Ce premier numéro traite de divers sujets dans le domaine de l'histoire, de la littérature et de l'art. Certains sujets se déclinent en langue française en attendant une version française de la revue. Au volet Histoire, la revue aborde le thème des archives algériennes en France et consacre un dossier à l'Emir Abdelkader. Dans le domaine artistique, "Thakafat" traite de la musique raï et des arts plastiques autour de l'image de la femme algérienne dans l'orientalisme artistique et aborde le cinquantième anniversaire de la Palme d'or décernée à  Lakhdar Hamina au Festival de Canne (France). Dans la partie en langue française, la revue qui se veut mensuelle présente des articles sur les grands courants du roman algérien et l'apport du théâtre à la ville de Mostaganem. APS

Le décret sur les relations de travail des artistes promulgué fin 2017

mer, 14/06/2017 - 08:55
Le décret exécutif sur la relation de travail  entre les artistes et leurs employeurs, en cours de préparation, devra être  promulgué d’ici la fin 2017, a indiqué mardi soir à Alger le président du Conseil national consultatif des arts et des lettres (Cnal). S’exprimant au Forum du journal Echâab, Abdelkader Bendamèche a expliqué que le texte en cours d’élaboration visait à "protéger les artistes dans tous les métiers d’art contre les pratiques abusives" des employeurs publics ou privés. Le président du Cnal a précisé que le groupe de travail, composé de représentants des ministères du Travail, de la Sécurité sociale et de la Culture en plus des experts, continue de soumettre ses propositions au ministère en charge de l'emploi. Ces propositions portent notamment sur les modalités d’application des contrats de travail des artistes, recrutés en tant que tel, a dit M. Bendamèche qui a fait savoir qu’une nomenclature des métiers de l’art sera définie. Le décret de création du Cnal, promulgué en juin 2011, prévoit l`élaboration d`un décret fixant les relations de travail de cette catégorie professionnelle en plus du droit- déjà acquis- des artistes à la couverture sociale. Le président du Cnal a fait savoir, d`autre part, que 7320 cartes d`artiste étaient attribuées depuis 2015, date de la délivrance de la première carte et que 600 demandes rejetées sur un total de 10.000 dossiers déposés auprès de son organisme. Réagissant aux programmes de caméra cachée, diffusés sur certaines chaînes de télévision privées, piégeant des personnalités culturelles, M. Bendamèche a soutenu que ces programmes, violant les règles d’éthique et de déontologie, sont une "humiliation" inacceptable pour les artistes. Le Cnal va prendre une décision à ce sujet qu’il rendra officiellement dans les prochains jours via communiqué, a-t-il  ajouté. La direction  de la  chaîne Ennahar avait  annoncé avoir arrêté définitivement la diffusion du programme de caméra cachée (Rana hkemnak) après le mauvais traitement subi par l'écrivain et poète, Rachid Boudjedra. Placé sous tutelle du ministère de la Culture, le Cnal créé en 2011 par décret exécutif, est composé de 13 membres dont des personnalités du monde des arts et des lettres.  

Prix du Président de la République du Journaliste professionnel: Djakoune membre du jury

mar, 13/06/2017 - 12:29
Djamel Kaouane, le ministre de la Communication, a désigné dimanche dernier, Abdelwahab Djakoune ,  directeur du quotidien La Nouvelle République, en sa qualité de membre du jury du Prix du Président de la République du Journaliste professionnel dans sa troisième édition. De ce fait, Abdelwahab Djakoune remplace l’ancien membre Hacen Bachir Cherif,  décédé il y a quelques jours, que dieu ait son âme.

La pièce « Babor Ghraq » de Slimane Benaïssa subjugue le public

mar, 13/06/2017 - 07:20
La pièce de théâtre « Babor Ghraq », une tragi-comédie sociale qui avait, durant les années 80, marqué la scène Algérienne, a été présentée, lundi soir à Alger, devant un public aussi nombreux que conquis, à l'occasion des 50 années de carrière de son auteur et metteur en scène, le dramaturge Slimane Benaïssa. Accueillie sur les planches de la salle Mustapha-Kateb du Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (Tna), la pièce, écrite en 1983 et rendue dans son contenu original en 1 h 40 mn de temps , n'a pas pris une ride, renseignant les spectateurs d'hier et d'aujourd'hui sur leur condition sociale, sujette à l'abus et à un mal de vie persistant.  Trois survivants d'un naufrage, l'intellectuel, l'affairiste et l'ouvrier, respectivement, campés par Mustapha Ayad, Omar Guendouz et Slimane Benaïssa, accrochés à une épave et perdus au milieu de nulle part en pleine mer, se voient contraints de négocier, chacun d'eux cherchant son salut. Evoquant dans une succession de situations à dimensions historique, politique, économique et sociale, la genèse des maux qui rongent la société,  le spectacle dresse dans le rire et la dérision, le constat amer d'une vie aux aboies, dans des métaphores permettant au public, la distance nécessaire pour saisir et comprendre l’origine de ses propres tourments.   L'expérience de la scène des trois comédiens, aux longs parcours artistiques a permis une progression régulière à la trame, servie par une mise en scène judicieuse et la densité d'un texte, écrit dans des dialogues directs et allusifs, que Mustapha Ayad a mené avec brio. La scénographie, faite de l'arrière et l'avant d'un bateau fracassé, d'un long filet, de cordages et de quelques accessoires, a permis une mise en situation directe du naufrage, soutenue par des bruitages de vagues, quelques airs brefs de musique et un éclairage aux atmosphères vives ou feutrées. De jeunes spectateurs, découvrant pour la première fois cette pièce, se sont dit « étonnés » de découvrir une pièce décrivant la réalité d'aujourd'hui et écrite 34 années auparavant. Slimane Benaissa, romancier, essayiste, auteur d'une vingtaine de pièce de théâtre, et plus de 1.500 représentations en Algérie et quelque 1.800 spectacles à l'étranger, invite le public Algérois à revivre l’odyssée de « Babor Ghraq », jusqu'au 22 juin prochain, avant « une éventuelle tournée nationale » a-t-il confié.

La bibliothèque personnelle d’un enseignant-chercheur d’El Tarf dédiée à l’université Chadli Bendjedid

lun, 12/06/2017 - 17:47
Un don d'une bibliothèque personnelle composée de prés de 800 livres d’un enseignant-chercheur a été fait à l’université Chadli Bendjedid  d’El Tarf, a-t-on appris lundi auprès d’une source universitaire. Cette bibliothèque compte 761 livres traitant, dans leur majorité, de l’environnement et de la science, appartenant à l’enseignant-chercheur feu Bouzid Chalabi de l’université d’El Tarf, a précisé la même source. Il  s’agit d’un don qui "étoffera les rayons de la bibliothèque de l’université d’El Tarf", a indiqué à l’APS la veuve de l’enseignant, Ghania Chalabi, soulignant que son époux avait formé des décennies durant, de nombreux cadres tout en étant un infatigable militant pour la protection de la nature. La remise de ce fonds livresque dont la décision d’en faire don a été annoncée lors de la célébration de la journée nationale de l’étudiant, se veut être un "hommage au défunt, qui fut un grand ami de la nature, des oiseaux et de la science". Membre actif et fondateur du réseau des ornithologues algériens, Bouzid Chalabi, décédé en mars 2015, était un spécialiste en foresterie et en écologie, et un fervent défenseur de la conservation de la biodiversité. L’université d’El Tarf compte 8.000 étudiants, répartis à travers six facultés dont celle de la nature et de la vie (SNV) qui englobe, outre l’agronomie et le vétérinaire, les sciences de la mer et la biologie. APS  

Constantine: saisie des pièces de monnaies à valeur archéologique

lun, 12/06/2017 - 08:36
Une cinquantaine de pièces de monnaies à valeur archéologique ont été saisies par les services des Douanes algériennes à l’aéroport international  de Constantine Mohamed-Boudiaf, a-t-on appris dimanche auprès de responsables de ce corps constitué. La prise a été effectuée lors d’une fouille dans les bagages d’un voyageur originaire de Constantine, a-t-on souligné de même source, précisant que le mis en cause avait été aussitôt arrêté. Les pièces de monnaie saisies remontent à l’époque romaine et sont de diverses dimensions, a-t-on encore révélé de même source. Une enquête a été diligentée par les services de sécurité pour déterminer l’étendu de ce trafic et s’assurer "s’il s’agit d’un acte isolé ou d’une action à ramifications", a conclu la même source. 

Beihdja Rahal enchanteuse avec son nouvel album "Nouba Mezdj, Ghrib Zidane"

dim, 11/06/2017 - 14:03
L'interprète de musique andalouse, Beihdja Rahal a animé, samedi soir, à Alger une soirée à la salle El Mougar, en présence d'un public nombreux venu apprécier les chansons de son tout dernier album " Nouba Mezdj, Ghrib Zidane".  Organisé par l'Office national de la culture et de la communication (ONCI) dans le cadre de la semaine culturelle le "Fa au féminin" consacrée aux voix féminines algériennes, ce concert a permis au public algérois de découvrir le nouvel album de l'artiste qui a allié les deux genres aâroubi et haouzi.  Entamant son concert avec la touchia Ghrib, l'interprète à la voix mélodieuse et douce, s'est distinguée en interprétant le messeder Ghib intitulé " Kouna Fi El Ichk", suivi de Betaihi zidane " Kourat Aini", tout en continuant la Nouba avec Istikhbar Araq, gratifiant par la suite le public avec Derdj Ghrib, puis Insiraf zidane et Ghrib avant de finir tout en beauté avec khlas zidane " lakitou Habibi" et un autre dans le ghrib.     La 2e partie du concert a été ponctuée d'un bouquet de ouaslat dans l'aâroubi et le haouzi.  Beihdja Rahal est l'une des plus belles voix de la musique arabo-andalouse, ayant à son actif plusieurs albums, consacrés à la Nouba suivant les enseignements et les arts de l'école "çanâa"(école d'Alger de la musique arabo-andalouse).  A noter que la semaine culturelle "Fa" au féminin, organisée par l'ONCI dans le cadre des soirées ramadhanesques, sera également animée par plusieurs artistes, à l'instar de Lila Borsali, Naima el djazairia, Nassima Chaâbane, Badi Lalla et Rym Hakiki. APS

Mostaganem: le chanteur de chaâbi Sid Ahmed Zeghiche n’est plus

sam, 10/06/2017 - 17:00
L'artiste de la chanson chaâbie, Sid Ahmed Zeghiche, s’est éteint la nuit de vendredi à Mostaganem à l’âge de 63 ans suite à une crise cardiaque, a-t-on appris de sa famille. Le défunt a consacré sa vie au service du patrimoine chaâbi populaire et au Melhoun en interprétant plusieurs qacidate de Sidi Lakhdar Benkhelouf. Sid Ahmed Zeghiche était réputé dans le milieu artistique et chez les mélomanes de la chanson chaâbie au niveau national animant de nombreuses soirées. Le corps du défunt a été inhumé ce samedi après la prière du dohr au cimetière de Sidi Benhaoua de Mostaganem. Dans une lettre de condoléances adressée à la famille du défunt, le ministre de la Culture, Azedine Mihoubi, a rappelé que « le cheikh de la chanson chaabie de Mostaganem nous quitte après un long et riche parcours qui aura duré plus de quarante ans, amorcé par sa sortie du club de l’association culturelle El Hilel, sous la direction du cheihk Ahmed Moulay ». Le message du ministre souligne en outre que l’artiste a vécu humble et dévoué à son art tout en enrichissant la scène artiste algérienne, et gratifiant son public à travers ses nombreuses prestatiuons et participations à différents festivals aussi bien en Algérie qu’à l’étranger ».   A Dieu nous appartenons, à lui nous revenons.   

Beihdja Rahal en concert dès ce samedi à Alger, Biskra et Oran

ven, 09/06/2017 - 15:13
Bonne nouvelle pour les amoureux de la musique arabo-andalouse. La diva, Beihdja Rahal, est de retour pour illuminer les nuits ramadhanesques des Algériens dès ce samedi. L’interprète à la voix envoûtante de cet art raffiné vient de sortir un nouvel album, le vingt-sixième, intitulé Nouba Mezdj Ghrib-Zidane, produit par les éditions algériennes Ostowana. De quoi ravir un public qui aura à apprécier ses notes et la voix sublime de l’interprète, comme elle se plaît à le préciser, durant ce mois de Ramadhan. Trois concerts sont en effet au programme en collaboration avec l’ONCI (Office national de la culture et de l’information). Ne se limitant pas à Alger, Beihdja Rahal va à la rencontre de son public où qu’il se trouve. Un premier concert est prévu dès demain samedi, à la salle El Mougar à partir de 22h30, un deuxième le 19 juin à Biskra, et un troisième le 22 juin à Oran à la salle El Maghreb. Dans un entretien accordé à Nadia Siassi de la Radio chaine 3 dans son émission Le Guide Culturel, la diva tient à préciser qu'il s'agit là d'un patrimoine national et non à un art réservé à une certaine catégorie.  Un patrimoine pour lequel elle ne cache nullement sa passion et se sent totalement investie de la mission de sa préservation, lors de ses nombreuses interprétations aussi bien en Algérie qu'à l'étranger.  

Les jeunes lauréats du Prix Ali Maachi honorés à Mostaganem

ven, 09/06/2017 - 10:22
Les lauréats du concours du prix Ali Maachi, institué par le président de la République au profit des jeunes créateurs dans les domaines littéraire et artistique ont été honorés, lors d’une cérémonie organisée, dans la soirée du jeudi à vendredi, à Mostaganem. Le ministre de la culture, Azzedine Mihoubi, qui a présidé la cérémonie, a  souligné, dans son allocution, que ce prix institué par le président Abdelaziz Bouteflika, est une reconnaissance à tous ceux qui ont servi la culture nationale. Il a rappelé qu’en l’espace d’une année seulement le président de la République a remis des médailles à plus d’une centaine de personnalités nationales. Pas plus tard qu’hier (jeudi), le président Bouteflika a honoré 47 personnalités qui ont tant donné à la culture nationale dans tous les  domaines des arts, de la culture, de la pensée et de la création, a-t-il ajouté. M. Mihoubi a, par ailleurs, rappelé que le Prix Ali Maachi, créé il y a dix ans et récompensant des jeunes créateurs, a été attribué à des lauréats, devenus aujourd’hui de grands noms représentant dignement la culture et les arts. Par ailleurs, il a indiqué que 6 000 cartes d’artistes ont été distribuées jusqu’à présent à l’échelle nationale permettant à leurs bénéficiaires de jouir de tous leurs droits.  L’Algérie veille à consacrer les droits des intellectuels pour leur permettre de vivre dignement, a-t-il signalé. Les lauréats dans les différentes catégories ont reçu leurs distinctions. Dans la catégorie Roman, le premier prix est revenu à Saddek Bentahar Farouk (Djelfa) et les deuxième et troisième prix ont été décernés à Abdelmounaem Bensayeh (Ouargla) et Younès Benchabli (Boumerdès). Dans la catégorie Poésie, les trois prix ont été décernés respectivement à Rédha Bourabaa (Alger), Amina Zahmoune (Constantine) et Samia Mahneche (Batna). Dans la catégorie Texte dramatique, seuls les deuxième et troisième prix ont été attribués respectivement à Nawal Djebali (Constantine) et Omar Mohamed Bakir (Relizane). Dans la catégorie Musique, les trois prix sont revenus respectivement à Rabie Sadji (Mostaganem), Yahia Bensaoud (Djelfa) et Rakik Nardjes (Alger). Dans la catégorie Chants et danses, les trois lauréats sont respectivement Ould Aîssa        Fatma Zohra (Blida), Khelladi Salah Eddine (Bordj Bouariridj) et Bourahla Chaker (Alger). Dans la catégorie Audiovisuel, le jeune Laababa Abdeldjawad (Sidi Bel-Abbès) a remporté le prix, suivi respectivement de Mebarki Asma (Boumerdès) et Riad Touat (Alger). Dans la catégorie Théâtre, les trois lauréats sont respectivement Taachit Issam (Batna), Hocine Mokhtar (Mascara) et Aïssa Seguini (Bordj Bouariridj). Les trois prix attribués dans la section Arts plastiques sont revenus aux artistes Hadj Kacem Fethi (Tlemcen), Hamza Arab (Laghouat) et Kerrour Mohamed (Sidi Bel-abbès). Par ailleurs, l’artiste égyptien Abdelhamid Machaal, établi en Algérie depuis 1957 a été honoré à cette occasion ainsi que de nombreux artistes, en l’occurrence Arabi Abdelkader (poète), le comédien et metteur en scène du théâtre Djilali Aoufi, Boulaï Bentrizik (musique andalouse), Cheikh Bendehiba Tikouk connu sous le nom de cheikh Bouguirati (bedoui), le musicien Amine Cheikh, l’artiste peintre Mohamed Oulhaçi, le chanteur Mohamed Tahar et bien d'autres. Cette cérémonie officielle, qui s’est déroulée en présence du président du Conseil national des arts et des lettres, Abdelkader Bendameche, a été marquée également par des tours de chants animés par de nombreux chanteurs. Les membres du jury, présidé par Abdelkader Bougheraza, se sont félicités de la qualité des travaux primés alors que de nombreux lauréats ont exprimé leur joie d’avoir reçu ce prix qui porte le nom d’un illustre artiste et militant de la cause nationale, exécuté par l’armée française le 8 juin 1958. Il est à noter que le premier prix de chaque catégorie est doté d’un montant de 500.000 DA. L’ONDA a décerné des sommes de 300.000 DA et 100.000 DA pour les deuxième et troisième lauréats de chaque catégorie. APS 

Emission de deux timbres poste consacrés à la Journée nationale de l'artiste

mer, 07/06/2017 - 18:09
Algérie Poste procédera, à partir de demain jeudi, à l'émission de deux timbres poste consacrés à la Journée nationale de l'artiste, d'une valeur faciale de 50 DA chacun, indique mercredi un communiqué de cet établissement public. La vente anticipée de cette émission philatélique aura lieu, jeudi et vendredi, dans les 48 recettes principales des postes situées aux chefs-lieux de wilaya, tandis que la vente générale est prévue samedi dans tous les bureaux de poste, précise la même source, ajoutant qu'une enveloppe 1er  jour à 7 DA sera également mise en vente avec une oblitération 1er  jour illustrée. APS

"Le voyage de Keltoum" de Anis Djâad en compétition à un festival de cinéma en Belgique

mer, 07/06/2017 - 15:41
Le court métrage de fiction "Le voyage de Keltoum" dernière œuvre du cinéaste Anis Djâad prendra part à la compétition officielle du 6e Festival du cinéma arabe de Bruxelles "Aflam du sud" en Belgique, prévu du 26 au 29 septembre, a-t-on appris auprès de l`équipe du film. Sorti en 2016, "Le voyage de Keltoum" est la troisième œuvre du réalisateur après la sortie en 2014 de "Passage à niveau", doublement primé au Festival du court métrage Maghrébin à Oujda (Maroc), et "Le hublot" (2012) également primé aux dernières JCA (Journées cinématographiques d`Alger). L`œuvre aborde de manière atypique le retour aux sources des immigrés, à travers l`histoire de Keltoum qui se retrouve obligée, malgré de grandes difficultés financières, de réaliser les veux de sa sœur mourante de retourner sur des lieux qu'elle considère comme sacrés. Cette promesse confronte Keltoum à sa propre misère sociale, à sa famille qui lui reproche sa modeste condition et à l`obligation de réaliser les dernières volontés de sa défunte sœur.  Ce film a également été sélectionné en compétition officielle du 25e Festival  panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), 27e Festival du cinéma africain, d`Asie et d`Amérique latine à Milan en Italie, ou encore au 6e Festival du film africain de Louxor (Egypte).   "Le voyage de Keltoum" avait reçu le Prix du meilleur rôle féminin du  6e Festival maghrébin  du film d'Oujda, une distinction revenue à l'actrice franco-libanaise Soraya Baghdadia.             "Aflam du sud" n'a pas encore dévoilé la totalité de sa sélection officielle  Créé en 2012, le festival encourage l'échange entre cinéastes par la découverte de modes de vie et de pensée d'horizons pluriels. APS  

«Babor Ghraq» de Slimane Benaissa revient sur les planches du TNA

sam, 03/06/2017 - 16:45
La pièce de théâtre Babor Ghraq du dramaturge Slimane Benaissa qui avait marqué la scène algérienne dans les années 1980-1990, revient sur les planches du Théâtre national Mahieddine Bachtarzi (TNA) où elle est programmée du 12 au 21 juin, a-t-on appris auprès du département de programmation et de diffusion du TNA. Mise en scène par Slimane Benaïssa, Babor Ghraq, une tragi-comédie de 100 mn écrite en 1983, raconte l'histoire de trois rescapés d'un naufrage, l'intellectuel, l'affairiste et l'ouvrier, campés par Mustapha Ayad, Omar Guendouz et Slimane Benaïssa, respectivement. Accrochés à une épave, les trois survivants, perdus au milieu de nulle part, en pleine mer, vont devoir négocier, chacun d'eux cherchant son salut. Ecartant toute idée d'une «éventuelle actualisation», Slimane Benaïssa, a affirmé à l'APS vouloir présenter Babor Ghraq, avec «strictement les mêmes contenus» sans rien changer de la conception originale de la pièce. Absent de la scène algérienne depuis 1993, Slimane Benaissa, romancier, essayiste et auteur d'une vingtaine de pièces de théâtre, compte à son actif, entre autres spectacles, Boualem zid el Goddam (1974), El Mahgour (1978), Enta Khouya Wana Ch'koun (1992) et Conseil de discipline (1994), remontée en 2011, lors d'un bref retour sur la scène algéroise très apprécié du public. APS

«Le voyage de Keltoum» de Anis Djâad en compétition en Inde

ven, 02/06/2017 - 11:56
Le court métrage de fiction Le voyage de Keltoum, dernière œuvre du cinéaste Anis Djâad prendra part à la compétition officielle du 6e Festival du court métrage de Bangalore (Inde), prévu le 11 juin prochain, a-t-on appris auprès de l’équipe du film. Sorti en 2016, Le voyage de Keltoum est la troisième œuvre du réalisateur après la sortie, en 2014, de Passage à niveau, doublement primé au Festival du court métrage Maghrébin à Oujda (Maroc), et en 2012 de Le hublot, également primé aux dernières Jca (Journées cinématographiques d’Alger). L’œuvre aborde de manière atypique le retour aux sources des immigrés, à travers l’histoire de Keltoum qui se retrouve obligée, malgré de grandes difficultés financières, de réaliser le vœu de sa sœur mourante de retourner sur des lieux qu’elle considère comme sacrés. Cette promesse confronte Keltoum à sa propre misère sociale, à sa famille qui lui reproche sa modeste condition et à l’obligation de réaliser les dernières volontés de sa défunte sœur.  Ce film a également été sélectionné en compétition officielle du 25e Festival panafricain du cinéma et de la télévision d’Ouagadougou (Fespaco), 27e Festival du cinéma africain, d’Asie et d’Amérique latine à Milan en Italie, ou encore au 6e Festival du film africain de Louxor (Egypte).   Le voyage de Keltoum avait reçu le Prix du meilleur rôle féminin du 6e Festival maghrébin du film d'Oujda, une distinction revenue à l'actrice franco-libanaise Soraya Baghdadia.       Une soixantaine de courts métrages en provenance de l'Inde, de Chine, de France, du Maroc ou encore de l'Italie prendront part à cette manifestation. Créé en 2012 pour célébrer le centenaire du cinéma indien, le Festival du court métrage de Bangalore œuvre pour la promotion des œuvres de jeunes auteurs indiens et étrangers.    

L’Union des écrivains algériens ouvre un café littéraire à Alger

lun, 29/05/2017 - 19:57
L’Union des écrivains algériens (UEA) a ouvert à son siège, sis 88 Rue Didouche Mourad à Alger, un café littéraire. A l'occasion, un programme d’animation culturelle est programmé, chaque jeudi et vendredi, durant le mois de Ramadhan. Selon Noureddine Taibi, vice-président de l’UEA, rencontré par Salim Brahimi du service culturel de la radio Chaine 3, le café littéraire, fraichement inauguré, est « un nouvel espace culturel mis à la disposition des écrivains et des artistes, de tous bords, pour débattre et échanger en toute intimité culturelle » L’ouverture de ce café littéraire intervient après la réception par l’UEA de son siège, de Didouche Mourad à Alger, qui a fait l’objet de travaux de rénovation qui ont duré une année.

Artisanat : Zahra Bacha, une artiste à la technique originale

dim, 28/05/2017 - 17:18
Des pièces enfumées au feu de bois et ornées de motifs berbères et de lettres en Tifinagh, ce sont les caractéristiques des œuvres d’art confectionnées par Zahra Bacha. Dessinatrice, céramiste et potière, Mme Bacha surprend par l’originalité de ses œuvres. En plus de l’assimilation du savoir-faire local, Mme Bacha ouvre ses horizons et s’inspire des techniques asiatiques pour perfectionner ses créations.     

Pages