Tala… Vie, Source d’Abondance et de convivialité

            Résumé du reportage/ Reportage revient sur le rôle de Tala (la fontaine) dans la contribution à la préservation de l'environnement et de son apport socio-économique.        

  Diffusé le mercredi 26 juillet 2017 sur les ondes la radio algérienne, Chaine Deux et réalisé par Chahrazed Ait Mouhoub, Madi Krimo et Lamya Sakri.                             

          Aouwrir Ouzemour est un village féerique, perché sur la haute montagne du Djurdjura  (situé environ à 55 km du chef- lieux de Tizi-Ouzou)

Avec l'appui du comité de village, nous avons réalisé un reportage de 26 minutes qui décrit le rôle de Tala (la fontaine) dans la contribution à la préservation de l'environnement. Cette fontaine qui favorise également la rationalisation de cette précieuse ressource qu’est l’eau, sans oublier son apport socio-économique pour la région.                                     

      Conscients de l'importance de l’eau, les villageois se sont investis, depuis des décennies, dans la construction et l'entretien des fontaines qui permettent d’alimenter l’ensemble des foyers en eau naturelle et pure.

  Le président du village Aouwrir Ouzemour, Da Boukhalfa a témoigné  que Tala Oufela, l’une des fontaines construite par leurs aïeuls, et située à l’entrée du village, alimente tous les habitants en eau potable. Un peu plus loin, une autre fontaine, appelée  communément Tala N’Lemal en Tamazight (la fontaine de l’abreuvoir) est réservée aux bétails.

Da Oumar  a livré au micro de Chahrazed que « grâce à cet abreuvoir, de nombreuses familles ont pu subvenir à leurs besoins ».  

  De son coté, le jeune président du club sportif, Mr Karim Ait Ghanem,  a servi de guide durant la réalisation du reportage. En effet, il a présenté à l’équipe de la Radio Chaine II, quelques familles cultivatrices, composées dans leur ensemble de femmes septuagénaires qui continuent à cultiver laborieusement, leurs jardins. Ceci n’aurait pas pu se faire sans cette eau qui coule en abondance depuis les deux fontaines : Tala Oufla et Tala N’Lemal.

Na Sekkoura, une vieille cultivatrice, qui nous a accueillies dans sa simple demeure, nous a confié avec conviction et fierté  « qu’Akkal is3a el Varaka ». Autrement dit, que  « la terre est bénite, et qu’à chaque saison, on a suffisamment  de produits agricoles et fruitiers ».

                                                                                       

Ce qui se révéla authentique lorsque nous avons dégusté le déjeuner 100% Bio et sa variété de produits gracieusement offerts et composé de couscous, courgettes, tomates, piments, etc, fraichement coupés du jardin.

L’un des membres du comité de village, Mr Ait Saada, nous confie à son tour..« Au village, tout est organisé grâce à un règlement intérieur adopté à l’unanimité. Ce qui ne s’est pas démenti depuis des générations. Et je tiens pour preuve, le volet sur la gestion et la rationalisation de l’eau. Par exemple, nous avons limité le temps d’irrigation des jardins à deux heures pour chaque après-midi. Ce qui nous permet de sensibiliser la population sur la nécessité de rationaliser l’eau et inculquer la culture du civisme aux enfants ».

   Dans son bureau, le président de l’APW de Tizi-Ouzou, Mr M’sala nous a donné d’amples détails sur les subventions accordées aux villages pour l'entretien et la restauration des Tiliwa (les fontaines) ; dont celle d’Aouwrir Ouzemour, qu’il a qualifié de modèle.  Et pour cause, ce dernier, a remporté, l’an dernier la deuxième place dans le concours du

Dans le même sens, Mme Roza Gadi, Cadre à la direction de l’hydraulique, a mis en relief l’importance de la rationalisation de l’eau et la nécessité de recourir aux ressources naturelles pour compenser le manque d’eau que connaît cette région de Tizi-Ouzou, notamment durant la période de grande chaleur. 

Concernant les dimensions culturelles de Tala, Na El-Djouher, l’une des gardiennes de la culture locale, nous a raconté que lors du rituel nuptial, la mariée faisait un tour autour de Tala, chargée de quelques céréales ; tels que blés, pois-chiche, etc. Ce qui devait symboliser la dimension de la fertilité et des grandes valeurs que portent le Féminin ici ; au sens social et culturel.