La une

S'abonner à flux La une
Mis à jour : il y a 2 heures 5 min

Abdelkader Sahnoune décoré de « La Médaille de bravoure » par le ministre de l’Intérieur et de «La Médaille du Chevalier de La Légion d'Honneur» de l'Organisation internationale de la Protection civile

dim, 09/06/2019 - 12:04
Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Salaheddine Dahmoune a décerné, samedi, «La Médaille de bravoure» à l'agent de la Protection civile, Abdelkader Sahnoun, qui avait  secouru, jeudi alors qu'il était en congé, deux femmes d'une mort certaine suite à un incendie qui s'était déclaré dans un restaurant à la cité Médina Jdida (Oran). La cérémonie de distinction s'est déroulée en présence du Directeur général de la Protection civile, le Colonel Boualem Boughelaf, du Directeur général de la Sûreté nationale (SN), Abdelkader Bouhadba, ainsi que des cadres de la Direction générale de la Protection civile (DGPC). A cette occasion, le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales a qualifié de «fierté de l'Algérie», le pompier Abdelkader Sahnoun, dont l'acte héroïque témoigne de «l'humanisme qui fait la particularité de son travail et de sa conscience professionnelle», a-t-il dit. Après avoir rendu hommage à l'ensemble des hommes de la Protection civile pour leur professionnalisme et leur travail reconnu de par le monde, M. Dahmoune a décoré le pompier de «La Médaille de Bravoure» et ses parents distingués lors de cette cérémonie. Le caporal de la Protection civile, Abdelkader Sahnoun, a reçu également «La Médaille du Chevalier de La Légion d'Honneur» de l'Organisation internationale de la Protection civile (OIPC). Par ailleurs, le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales a saisi cette occasion pour appeler les services de la Protection civile et de la Sûreté nationale à mettre en place, à l'approche de la saison estivale, «un programme d'accompagnement intensif» des citoyens afin de leur permettre de passer l'été dans de bonnes conditions, exhortant les citoyens au respect des orientations de sensibilisation et de prévention, notamment au niveau des plages et des routes. De son côté, le jeune pompier Abdelkader Sahnoun a exprimé sa gratitude pour l'hommage que lui ont rendu les autorités nationales et locales, affirmant que son acte héroïque procédait de «son devoir en tant que membre de la Protection civile dans l'accomplissement des missions, aussi bien en service que pendant les congés». Le mérite revient, a-t-il dit,  à la formation qu'il avait reçue à l'Unité d'Instruction et d'Intervention relevant de la Protection civile à El Hamiz et à l'accompagnement des anciens qui les ont formés, lui et ses collègues, à l'intervention dans la rue. Pour rappel, le Directeur général de la Protection civile avait promu, il y'a deux jours, l'agent Abdelkader Sahnoun au grade de caporal. APS

Plateforme de sortie de crise : des membres de la Société civile réunis à nouveau samedi

dim, 09/06/2019 - 11:41

Ph.DR

Planchant sur l'élaboration d'une plateforme consensuelle de sortie de la crise politique qui ébranle le pays depuis le mois de février dernier, des membres représentant des syndicats et des associations, ont à nouveau pris part, samedi, à une quatrième réunion de concertation. Cette rencontre est destinée à préparer une série de propositions à soumettre à la rencontre préparatoire de la Conférence nationale de règlement de la crise politique, prévue pour se dérouler le 15 juin prochain.   Les participants se présentant comme des membres de la  Société civile, définissent leurs travaux comme un espace de  médiation et de propositions visant à trouver les moyens de sortie à la crise politique à laquelle est confrontée l’Algérie, depuis près de quatre mois. Lors de leurs différentes rencontres, ils ont eu à examiner la situation politique et les risques de blocage. Ils ont également procédé à un échange de vues sur diverses propositions pour dépasser cette dernière. Des membres de ce groupement tiennent à souligner qu’ils ne représentent en rien le mouvement populaire de protestation (Hirak), déclarant abandonner ces prérogatives aux personnes qui sont présentement aux commandes du pays.

Les chefs de la contestation appellent à la «désobéissance civile»

dim, 09/06/2019 - 11:39
Les chefs de la contestation au Soudan ont appelé samedi à la «désobéissance civile» à partir de dimanche pour faire pression sur les militaires au pouvoir, accusés de répression brutale contre les manifestants, ont rapporté des médias. «Le mouvement de désobéissance civile commencera dimanche et ne se terminera que lorsqu'un gouvernement civil aura été annoncé», a indiqué l'Association des professionnels soudanais (SPA), acteur majeur de la contestation, dans un communiqué. Cet appel intervient au lendemain de la visite à Khartoum du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, venu en médiateur entre la contestation et le Conseil militaire de transition, au pouvoir depuis la destitution du président Omar el-Béchir le 11 avril. Il survient aussi cinq jours après la violente dispersion par les forces de sécurité d'un sit-in organisé depuis le 6 avril devant le QG de l'armée à Khartoum, dans le prolongement du mouvement de contestation déclenché en décembre. Qualifiée de «massacre» par la contestation, cette dispersion a été suivie d'une vague de répression cette semaine. Selon des habitants, un climat de «terreur» s'est emparé de la capitale. D'après des médecins proches de la contestation, plus de 100 personnes sont mortes et plus de 500 blessées, en majorité lors de la dispersion du sit-in. Le gouvernement a nié ces chiffres, évoquant un bilan de 61 tués. Pour la SPA, la désobéissance civile constitue «un acte pacifique capable de mettre à genoux le plus puissant arsenal d'armes au monde». Cette nouvelle forme d'action intervient après deux jours de grève générale, les 28 et 29 mai, pour faire pression sur l'armée. La forme que prendra cette «désobéissance civile» n'a pas été précisée, alors que les rues de Khartoum sont quasi désertes depuis lundi en raison de la répression. Samedi encore, les rideaux de fer de la plupart des magasins étaient baissés dans la capitale soudanaise en ce dernier jour de vacances de la fête musulmane du Fitr, qui marque la fin du mois de jeûne de ramadan. Si la circulation avait légèrement repris, peu de piétons étaient visibles dans les rues.

Niger : plus de 100.000 nouveaux déplacés et de réfugiés en raison des violences

dim, 09/06/2019 - 10:43
Plus de 100.000 nouveaux déplacés et réfugiés ont été recensés, depuis janvier au Niger, en raison de la détérioration de la situation sécuritaire, provoquée par des attaques du groupe terroriste Boko Haram, a annoncé l'ONU.   Selon la coordinatrice humanitaire des Nations Unies pour le Niger, Fatouma Bintou, la détérioration de la situation sécuritaire, observée depuis le mois de   mars 2019, a entraîné d'importants mouvements de populations et une réduction significative de l'espace humanitaire.   A Diffa, dans le Sud-Est, des attaques de groupes armés ont entraîné des mouvements d'environ 25.000 personnes, souligne Mme Bintou Djibo, dans un communiqué, rendu public à Niamey.    Récemment, la détérioration de la situation sécuritaire à la frontière avec le Nigeria a également entraîné le déplacement d'environ 20.000   Nigérians vers la région Nigérienne) de Maradi, dans le centre-sud du pays, selon la même source.    Dans les régions de Tahoua et Tillabéri, dans l'ouest du Niger, proche du Mali et du Burkina Faso, plus de 70.000 personnes se sont déplacées de   façon interne depuis le début de l'année pour fuir les violences, selon le communiqué.  Depuis 2015, Diffa abrite plus de 300.000 réfugiés et déplacés à cause des    

Le Conseil des ministres marocain reconnaît que le Maroc n'a pas de souveraineté sur le Sahara occidental

dim, 09/06/2019 - 10:40
Le Conseil des ministres marocain a reconnu que le Maroc n'a pas de souveraineté sur les territoires du Sahara occidental occupés, lors de l'adoption de l'accord de pêche entre l'Union européenne et le Maroc, sous la présidence du roi Mohamed VI, dont le texte «intègre les eaux adjacentes au Sahara occidental», ont rapporté samedi des médias sahraouis. «Ainsi, et de manière solennelle, le Maroc reconnaît qu’il n’est pas souverain au Sahara occidental vu qu’il faut un processus d’intégration. C’est un recul considérable : pour protéger les entreprises occidentales, le Maroc renonce à ses affirmations de souveraineté », ont précisé les mêmes sources. «Depuis l’avis de la Cour Internationale de Justice de 1975, les dirigeants marocains savent parfaitement que le droit international leur interdit de revendiquer leur (prétendue) souveraineté sur le territoire du Sahara occidental. Mais, ils ont choisi, avec l’accord des puissances occidentales, le passage en force. Hassan II a violé l’avis de la Cour, et organisé l’invasion militaire du territoire. Depuis, le Maroc est une puissance militaire occupante, et aucun Etat dans le monde n’a reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental», a-t-on rappelé. Pour permettre la présence des entreprises européennes sur le territoire du Sahara occidental et dans les eaux adjacentes, les dirigeants politiques européens faisaient référence à la notion «d’administration de facto», en quelque sorte une application de fait. L’arrêt de la Cour de justice de l’Union Européenne du 21 décembre 2016, rendu suite à l'examen de la plainte du Front Polisario, a démontré que cette notion n’avait aucune valeur juridique, en rappelant que le Maroc n’« est pas souverain sur le territoire». Réagissant à ce propos, Mhamed Khaddad, responsable au sein du Front et chargé de la coordination avec la Minurso, ayant suivi tout le processus européen, a constaté qu'«au lieu de négocier avec le Front Polisario, les dirigeants européens ont voulu sauver la mise du colonisateur, mais avec un montage juridique dont le coût va s’avérer très élevé pour le Maroc». «Vu que la notion d’application +de fait+ n’a plus de valeur, les dirigeants européens ont décidé d’un processus explicite d’intégration du territoire sahraoui et des eaux adjacentes. Ainsi, pour sauver ses relations avec l’Europe, voilà le Maroc obligé de reconnaître qu’il faut intégrer le Sahara occidental dans l’accord UE/Maroc. C’est une humiliation pour la position marocaine, et un grand recul», a affirmé M. Kheddad, cité par les médias sahraouis. L’accord doit maintenant être validé par le Parlement marocain, qui n’a aucune indépendance. Mais il sera tout de même intéressant de voir les parlementaires marocains valider par un vote public un accord qui reconnaît que le Sahara occidental ne fait pas partie du territoire marocain, ce qui oblige de mentionner son ajout dans l’accord, a-t-on ajouté. Dans ce contexte M. Kheddad a poursuivi qu'«un Etat est globalement engagé par ses accords internationaux. Aussi si le Parlement marocain ratifie l’accord, nous utiliserons cet acte dans toutes les instances pour démontrer que le Maroc a reconnu que le Sahara occidental ne fait pas partie de son territoire». APS

Inde : des effets pernicieux de la sécheresse sur les comportements des animaux et des humains

dim, 09/06/2019 - 10:21
En raison des hautes températures et de la sécheresse qu’elles ont provoquées en Inde, les animaux ont multiplié des comportements inhabituels, voire étranges, ont rapporté samedi des médias locaux. Quelques 15 singes sont décédés, probablement d'une insolation, après s'être battus pour l'accès à une source d'eau dans le massif forestier de Joshi Baba, a indiqué un garde forestier à un média indien, P. N. Mishra, selon lequel il s’agit là d’un comportement aussi rare et qu’étrange pour des herbivores. Selon des médias, des tigres auraient également quitté les réserves forestières qu'ils fréquentent habituellement pour aller chercher de l'eau dans des villages, y semant la panique. Les températures ont atteint la semaine dernière, 50,3 degrés Celsius dans la ville de Churu, au Rajasthan, un niveau en deçà du record national de 51 degrés. La chaleur a également provoqué des comportements violents chez les humains. Dans l'Etat de Jharkhand, un homme a poignardé six personnes après avoir été empêché de remplir des barils d'eau dans un réservoir public, ont également rapporté des médias.  Vendredi, un homme de 33 ans est mort après un incident similaire dans l'Etat du Tamil Nadu. Dans le nord du pays, l'Etat d'Uttar Pradesh a du faire face ces derniers jours, outre la chaleur, à des tempêtes de sable et des vents violents qui ont rasé les toitures des maisons et abattu des arbres et des poteaux, causant 24 morts. La mousson annuelle, qui amène des pluies bienvenues sur le sous-continent  Indien, a plus d'une semaine de retard sur son calendrier habituel, mais devrait se manifester dans les jours qui viennent, selon les services météorologiques.              

Les examens du BEM ont débuté, ce dimanche, à travers le pays pour 630 000 candidats

dim, 09/06/2019 - 09:42

Des écoliers candidats ce matin à l'examen du BEM dans la wilaya d'Adrar- (Ph. Radio Adrar).

Ils sont environ 631.300 élèves à prendre part, ce dimanche, aux examens du Brevet d'enseignement moyen (BEM) devant leur permettre en cas de réussite d'accéder à l’enseignement secondaire. Ceux parmi eux qui auront obtenu une moyenne égale ou supérieure à 10/20 à cet examen seront automatiquement admis en première année secondaire, tout comme ceux dont l'addition de la moyenne obtenue au BEM et de celle de l'évaluation continue égale à 10/20. L'ouverture des centres d’examen prévue à 7h30, a été suivie par l’entrée aux salles d’examen à partir de 8h00. Il a été exeptionnellement laissé la possibilité aux candidats retardataires de prendre part à cet examen, à la condition toutefois qu'ils y arrivent avant 8h30 A noter qu'en même temps que les enfants des centres d’enseignement, plus de 4.000 détenus des établissements pénitentiaires participeront également à cet examen. Pour éviter les retards, les parents des candidats ont été priés de repérer à l'avance les centres d'examen et, en même temps, de sensibiliser leurs enfants candidats quant aux sanctions encourues en cas de fraude. Afin de sécuriser les centres d'examens des trois cycles (primaire, moyen et secondaire), la Direction générale de la Sûreté nationale a mobilisé 62.714 agents à travers l’ensemble du territoire.

Couverture médiatique du hirak : la mission impossible !!

sam, 08/06/2019 - 19:28

Premiers observateurs des évènements ayant prévalu dans le pays depuis trois mois du hirak, les médias regardent, analysent, informent et suivent au jour le jour ce qui se dit, ce qui se fait ou se défait plus ou moins objectivement et selon les moyens dont ils disposent.

Juger de la valeur du travail fourni et du comment est véhiculée l’information, sachant que les lignes éditoriales se voient opposées à la fois aux exigences citoyennes et aux lignes rouges à ne pas franchir, n’est pas une mince affaire.

Chaine: Tags:

Le Niger élu membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU

sam, 08/06/2019 - 19:27
Le Niger a été élu vendredi par la 88e Assemblée plénière de l'ONU à New York, membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, pour une période de deux ans, a annoncé la télévision publique nigérienne à Niamey.  Le Niger a été plébiscité, au titre de la zone Afrique, par 191 voix sur 193 des Etats membres. Il siégera ainsi pour la deuxième fois au Conseil de sécurité après un premier mandat (1980-1981).  En plus des cinq membres permanents (France, Royaume-Uni, Etats-Unis, Russie et Chine), le Conseil de sécurité comprend également dix membres non permanents élus pour une période de deux ans par l'Assemblée générale de l'ONU, en tenant compte de la représentation géographique équitable.  "Notre accession au conseil de sécurité en qualité de membre non permanent permettra de consolider ses acquis et de faire avancer les préoccupations spécifiques à l'Afrique et au reste du monde, affecté par de situations défavorables à leur épanouissement économique et social comme les conflits", souligne le ministère nigérien des Affaires étrangères dans une note.  

Accident vasculaire cérébral : formation aux gestes qui "sauvent" à Oran

sam, 08/06/2019 - 18:56
Un programme de formation devant permettre aux proches d'un malade de s'imprégner de la conduite à tenir suite à un accident vasculaire cérébral (AVC) est en voie de lancement à Oran, a-t-on appris samedi des organisateurs. "La prévention et le dépistage précoce de l'AVC constituent l'objectif de cette initiative", a précisé à l'APS le président de l'association "Santé Sidi El-Houari" (SDH), Kamel Bereksi, artisan de cette action en partenariat avec le service de neurologie de l'Etablissement hospitalier universitaire (EHU) "1er Novembre" d'Oran (EHUO). Le premier stage de formation débutera prochainement au siège de "SDH" au profit d'une vingtaine de bénévoles qui diffuseront par la suite la technique des "gestes qui sauvent" auprès du grand public, a expliqué Dr Bereksi. "La culture de la prévention est primordiale dans le domaine de l'AVC", a-t-il souligné, indiquant que les spécialistes s'accordent sur le fait que le malade peut être rétabli s'il est rapidement pris en charge. L'AVC survient suite au blocage des vaisseaux sanguins causé par la formation d'un caillot, a-t-il rappelé, évoquant, entre autres signes cliniques, "la sensation de fourmillement ou perte de sensibilité aux mains, bras et jambes, la difficulté à parler, des troubles de la vision, et des céphalées ou vertiges inhabituels". "Le partenariat avec le service de neurologie de l'EHU est d'autant important que l'équipe médicale compétente jouit d'une riche expérience en la matière, et ce, tant au plan de la prise en charge hospitalière que des soins à domicile", a fait valoir le président de "SDH". La sensibilisation sanitaire est un axe traditionnel de la vocation de "SDH", en plus de la formation/insertion des jeunes déscolarisés qu'elle dispense au sein de son école-chantier dédiée aux métiers de la construction. Cette association a à son actif plusieurs campagnes de prévention, notamment autour de la toxicomanie, du SIDA, de la santé reproductive et de la non-violence.

Oran : 38 kg de kif traité découvert en mer au nord de Cap Blanc

sam, 08/06/2019 - 18:50
08/06/2019 - 18:50

Les unités du groupement territorial des garde-côtes d’Oran ont découvert, samedi après-midi au large au nord de Cap Blanc (Ain El Kerma), commune côtière relevant de la daïra de Boutlélis (Oran), une quantité de 38 kilogrammes de kif traité emballée dans un colis en plastique, a-t-on appris de la cellule de communication de ce corps de sécurité.

Le colis flottait en mer à 18 miles au nord de Cap Blanc lorsque les éléments des garde-côtes l'on découvert, a-t-on précisé.

La drogue a été ensuite remise à la brigade de gendarmerie nationale d'Aïn El Kerma sur instruction du procureur de la République près le tribunal d'Aïn El Turck.

Saisie de plus de 300 kg de viandes blanches impropres à la consommation à Tissemsilt

sam, 08/06/2019 - 18:32
Les éléments de la police de l'urbanisme et de protection de l’environnement de Tissemsilt ont saisi plus de 300 kg de viandes blanches (poulet) impropres à la consommation, a-t-on appris samedi du bureau de communication et des relations publiques de la sûreté de wilaya. Cette quantité a été découverte à bord d’un véhicule utilitaire au centre-ville de Tissemsilt et un contrôle a établi que son propriétaire ne dispose pas de certificat vétérinaire qui confirme la validité du produit, a-t-on indiqué. Cette marchandise a été analysée par un vétérinaire en coordination avec les services d’hygiène de la commune de Tissemsilt et une procédure juridique a été déclenchée contre son propriétaire qui a été déféré devant la justice, a-t-on ajouté.  

Centenaire de l'OIT : Plus de 40 chefs d'Etat et de gouvernement attendus à la Conférence de Genève

sam, 08/06/2019 - 16:01
Plus de 40 chefs d'Etat et de gouvernement ainsi que plus de 5.000 délégués issus de 187 pays sont attendus à Genève pour participer à la conférence du centenaire de l'Organisation internationale du travail (OIT) qui aura lieu du 10 au 21 juin. Cette conférence, qui se déroulera au Palais des Nations et au siège de l'OIT à Genève, coïncide avec la 108e session de la Conférence internationale du Travail, et "sera un rassemblement incomparable", souligne l'OIT, précisant que pour marquer cette occasion spéciale, l’accent sera mis sur les profondes transformations en cours dans le monde du travail, y compris l’évolution du rôle de l’OIT pour édifier l’avenir du travail souhaité. Pendant 12 jours, la Conférence, présidée par la Suisse, se penchera sur l'avenir du monde du travail et le harcèlement en milieu de travail. Elle doit aboutir à la Déclaration du Centenaire qui devra être courte et "politique", a affirmé le directeur général Guy Ryder qui s'attend à de difficiles négociations. Non contraignante, la déclaration devrait toutefois établir un cadre pour l'OIT, les Etats, les employeurs, les syndicats et les travailleurs pour les prochaines décennies. "Son influence dépendra de son utilisation", a dit M. Ryder, cité par des médias. Selon lui, la déclaration devra répondre aux questions posées au monde du travail par les nouvelles technologies, notamment les plateformes numériques comme Uber, mais aussi par le changement climatique, la mondialisation et l'augmentation de la population. La séance plénière se réunira lors d'une section de haut niveau, qui accueillera les chefs d’Etat ou de gouvernement, précise l'OIT. Dans l'après-midi du jeudi, les anciens directeurs généraux de l'OIT, Juan Somavia et Michel Hansenne, échangeront leurs points de vue dans un débat modéré par Guy Ryder, sur la contribution de l'OIT à la paix et à la stabilité. La Conférence recevra également le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, le dernier jour de la Conférence, le vendredi 21 juin. Le discours du Secrétaire général sera suivi de l'adoption des résultats des différentes commissions. Plusieurs forums thématiques en lien avec l’avenir du travail seront organisés durant la Conférence entre le 13 et le 18 juin.

Feghouli : "L'équipe est armée de beaucoup d'ambition"

sam, 08/06/2019 - 15:57
Le milieu offensif de la sélection nationale, Sofiane Feghouli, a assuré samedi que l'équipe était armée de "beaucoup d'ambition" pour réussir sa Coupe d'Afrique des nations (CAN 2019) qui se déroulera du 21 juin au 19 juillet en Egypte. "L'équipe est concentrée, on va aller au Qatar avec un moral au beau fixe et beaucoup d'énergie positive. L'objectif est surtout de s'acclimater avec le temps qui fera en Egypte", a déclaré Feghouli à la presse à l'aéroport international d'Alger Houari-Boumediene avant le départ pour le stage précompétitif de Doha. Evoquant la CAN 2019, le joueur de Galatasaray a indiqué qu'il y "avait beaucoup d'ambition dans l'équipe nationale. Tout le monde est concentré sur son sujet pour rendre le peuple algérien heureux et fier de son équipe". "C'est une nouvelle CAN avec un nouveau staff technique. On fera tout notre possible pour aller le plus loin possible dans ce tournoi", a-t-il conclu. L'équipe nationale de football vient de boucler un premier stage au Centre technique national de Sidi-Moussa (Alger) consacré à l'aspect physique. La seconde partie de préparation se déroulera à Doha avec au menu deux matchs amicaux prévus au stade d'Al-Sadd : le 11 juin face au Burundi et le 16 contre le Mali. Au Qatar, Belmadi aura l'occasion de parfaire l'aspect technico-tactique et éventuellement dégager le Onze type, appelé à jouer les matchs de la CAN. Les Verts s'envoleront pour Le Caire le 18 juin à bord d'un avion spécial de la compagnie nationale Air Algérie. A la CAN 2019, l’Algérie évoluera dans le groupe C avec le Sénégal, le Kenya et la Tanzanie. Les Verts entreront en lice le 23 juin face au Kenya, avant de défier le Sénégal le 27 puis la Tanzanie le 1er juillet. APS

M’sila : saisie de 47 kilos de poudre à canon

sam, 08/06/2019 - 15:53
08/06/2019 - 15:53

Une quantité de 47 kilogrammes de poudre à canon a été saisie par les éléments de la gendarmerie nationale de la wilaya de M'sila suite à un contrôle de routine effectué sur un axe routier à l'Ouest de la  wilaya, a-t-on indiqué samedi à la cellule de communication de ce corps constitué.

Les gendarmes ont saisi 47 kilos de poudre à canon dissimulés dans un véhicule utilitaire à bord duquel se trouvaient quatre (4) individus, a précisé la même source.

L'opération s’est également soldée par l'arrestation des quatre individus, a-t-on noté, soulignant que les mis en cause seront présentés devant la justice dès finalisation du dossier de procédure.

Accidents de la circulation : 11 morts et 33 blessés en 48 heures

sam, 08/06/2019 - 15:33
Onze (11) personnes ont péri et 33 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation survenus au cours des dernières 48 heures, dans plusieurs régions du pays, selon un bilan établi samedi par les services de la Protection civile. La wilaya de Médéa déplore le bilan le plus lourd avec le décès de 2 personnes alors qu'une (1) autre a été blessée, suite  à deux accidents de la circulation, le premier, survenus sur la RN8, dans la Daïra de Tablât, le deuxième sur la RN61, dans la Daïra de Berrouaghia. Durant la même période, les unités de la Protection civile sont intervenues pour repêcher les corps sans vie de 11 personnes, mortes par noyade en mer et, dans des réserves d'eau, dans plusieurs wilayas du pays.

Annaba : arrestation de 2 suspects impliqués dans une violente agression d'une jeune fille

sam, 08/06/2019 - 15:11
08/06/2019 - 15:11

Deux jeunes, soupçonnés d’être impliqués dans l'agression d'une jeune fille dans la ville de Annaba, pour tenter de lui arracher son sac en la trainant sur la voie publique sur plusieurs mètres avec leur moto ont été arrêtés, a-t-on appris samedi auprès de la cellule de communication de la Sûreté de wilaya.

Les deux suspects, âgés d’environ 17 ans et originaires de la ville de Annaba, ont été arrêtés suite une enquête menée par les éléments de la 7ème sûreté urbaine qui ont réussi à les appréhender à l’aide de caméras de surveillance et en mettant en £uvre tous les moyens d’investigations nécessaires, et ce dans les plus brefs délais, a précisé la même source.

Consécutivement à l’agression dont elle a été victime, la jeune fille a été blessée au niveau du dos et des jambes, et a reçu les soins médicaux nécessaires dans le service des urgences médico-chirurgicales de l'hôpital Ibn Rochd de Annaba, alors que les deux suspects devraient comparaître devant le procureur de la République près le tribunal de cette même ville, une fois l'enquête terminée, a souligné la même source.

La scène de l'agression subie par la jeune fille, traînée derrière la moto sur la voie publique sur plusieurs mètres, et qui s’est déroulée dans la soirée de jeudi, a été filmée et largement relayée sur les réseaux sociaux suscitant une vague de colère et d’indignation parmi les citoyens.

El-Djeich : Seul le dialogue est à même d'ouvrir la voie à une issue légale et constitutionnelle

sam, 08/06/2019 - 14:34
Seul le dialogue est à même d'ouvrir la voie à une issue légale et constitutionnelle garantissant l'organisation des élections présidentielles "le plus rapidement possible", a indiqué la revue El-Djeich dans son édition de juin 2019 (N°671), affirmant que les discussions "stériles" ne sont que "perte de temps et d'occasions pour l'ouverture d'un dialogue véritable et sincère, fait de concessions réciproques". "Seul le dialogue est à même d’ouvrir la voie à une issue légale et constitutionnelle garantissant l'organisation des élections présidentielles le plus rapidement possible, tant il est vrai que les discussions stériles et infructueuses ne sont que perte de temps et d'occasions pour l'ouverture d'un dialogue véritable et sincère, fait de concessions réciproques, qui rapprocherait les points de vue au service de l'intérêt suprême du pays et la satisfaction davantage de revendications exprimées par le peuple", a souligné l'éditorial du dernier numéro de la revue de l'ANP.   "Cette aspiration participera au renforcement de la cohésion du peuple ainsi que la conjugaison des efforts de tous, garantissant au pays de poursuivre sa marche vers le développement dans un climat de sécurité et de stabilité", a ajouté la publication.  Soulignant l'importance du dialogue, la revue a relevé qu'en pareille crise complexe que traverse le pays, "l'intérêt de la nation, comme l'avait souligné le Haut commandement de l'Armée nationale populaire (ANP) dès le début, est d'opter pour la voie du dialogue sérieux, fructueux et constructif et d'aller, dans les plus brefs délais, vers la recherche de solutions adéquates, à même d’éviter à notre pays de verser dans des futilités qui rendraient la situation encore plus complexe et couperaient définitivement la voie à la période de transition qui ne pourrait que conduire à une situation encore plus difficile à maîtriser". Dans ce contexte, la revue a mis en exergue la nécessité de convier à la table du dialogue "des personnalités nationales et des élites sincères et fidèles à la Patrie afin de trouver une issue favorable qui satisfasse l'ensemble, découle de la conviction de l'institution, de son souci de veiller à la continuité de l'Etat et de son attachement aux engagements qu'elle a exprimés, en de maintes occasions, d’accompagner le peuple algérien et les institutions de l'Etat et de faire échec à tous les scénarii aux néfastes desseins".  "Bien plus, la conviction en la nécessité du dialogue entre les fils de la Patrie une et indivisible et à ce que ce dernier soit la priorité, en cette conjoncture précise, est de nature à économiser du temps en réduisant la durée de la crise, comme elle donnera lieu à la proposition d'initiatives sérieuses de sortie de crise et, par la même, permettra de neutraliser toute proposition destinée clairement à faire perdurer la crise", a noté El-Djeich, qui a réaffirmé, en outre, l'importance d'installer une instance indépendante chargée de l'organisation et de la supervision des élections "en tant qu'outil légal garantissant le déroulement d'élections présidentielles libres, intègres et crédibles". Pour la publication, "aujourd’hui, et plus que jamais, les intentions malveillantes et les plans diaboliques, les dépassements outranciers et dangereux de certaines parties qui, suivant la logique des bandes, cherchent à abuser l'opinion publique, les tentatives désespérées de susciter le doute sur toute initiative nationale crédible à même de mener vers une véritable sortie de crise, à travers l'utilisation immorale des médias, qu'il s'agisse de journaux ou de supports audiovisuels, pour construire des scénarii farfelus et distiller des mensonges venimeux, des informations erronées ou falsifiées, n'ont d’autre but que de voir la situation perdurer, voire s'aggraver".  Cet état de fait requiert, comme l'a souligné le général de corps d'armée Ahmed Gaïd salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'Etat-major de l'ANP, lors de sa dernière visite en 6ème Région militaire "la mobilisation de tous, chacun dans son domaine de compétence et dans la limite de ses responsabilités, notamment dans le secteur de l'information à travers toutes ses branches, au service de l'Algérie, car l'information se doit d'être le miroir qui reflète les revendications réelles du peuple  algérien et sa voix sincère qui relate les vérités et communique ses revendications, sans déformation ni falsification et sans instrumentalisation à des fins autres que les intérêts du pays", a rappelé la revue.  El-Djeich a affirmé que "la crise que traverse notre pays aujourd’hui impose que ses fils loyaux et jaloux de leur patrie, préoccupés par son présent et son avenir, apportent tout ce qui est attendu d'eux comme contribution sérieuse et sincère de nature à trouver une solution qui aura l'assentiment et qui sera adoubée par tous". "L'importance de cette démarche a été clarifiée par le général de corps d'armée qui a déclaré +notre confiance en notre peuple est grande et en Allah l'est encore plus, afin d’assister notre ANP dans l'accompagnement des fils de notre patrie lorsqu’ils présenteront leurs propositions constructives comme le requiert le noble devoir national et l’Histoire retiendra tout effort ayant contribué à trouver une sortie saine à la crise en Algérie+", a ajouté la publication.  Par ailleurs, la revue a indiqué, que "pendant que l'ANP, à travers les réalisations et acquis enregistrés dans nombre de domaines, démontrait qu'elle appliquait avec succès la stratégie de développement et de modernisation adoptée par son Haut commandement, en droite ligne d'une vision prospective et éclairée qui a nécessité, ces dernières années, la mobilisation de forces et de moyens conséquents afin d’assurer la surveillance, la défense et la protection des frontières contre toute tentative d'atteinte à notre intégrité territoriale, il apparaît évident aujourd'hui que l'acquisition par notre armée des éléments de la modernité et des facteurs de la puissance dissuasive dérange certaines parties qui ne s'attendaient pas à ce qu’elle puisse atteindre un tel niveau et en si peu de temps".  "Le général de corps d'armée a situé avec précision les visées et objectifs de ces derniers, en affirmant +le ressentiment qu'ils nourrissent à l'égard de l'armée et de son Commandement a fait que ces avancées enregistrées par notre armée dans plus d'un domaine les dérangent véritablement, au point de les pousser à des actions aux objectifs clairs, à savoir tenter d'affaiblir l'armée et de faire barrage à cet effort de développement, ignorant que celui qui se dresse sur le chemin de l'ANP et de son Commandement se dresse nécessairement contre les intérêts de l'Algérie+", a conclu El-Djeich.

Tunisie : le taux d’inflation s’accroît légèrement à 7,0% en mai 2019

sam, 08/06/2019 - 13:30
Le taux d’inflation en Tunisie a atteint 7,0% en mai contre 6,9% le mois précédent et 7,1% en mars 2019, selon les données fournies par l'Institut National de la Statistique. Ce retour à la hausse après des replis successifs est dû essentiellement à une accélération du rythme d’augmentation annuel des prix de l’alimentation. En mai 2019, les prix de l'alimentation augmentent de 7,3% sur un an contre 6,6% en avril. Cette hausse est expliquée par l’augmentation des prix des oeufs de 26,6%, des légumes frais de 15,8%, des produits laitiers de 10,4% et des viandes de 7,4%. Hors produits frais, les prix de l'alimentation sont en hausse sur un an de 5,7%. Sur un an, les prix du transport augmentent à un taux de 9,8% en raison de la hausse des prix des véhicules de 8,1%, des coûts d’utilisation des véhicules (pièces de rechanges et carburants) de 11,1% et des services de transport de 8,4%. Le taux d’inflation sous-jacente (hors produits alimentaires et énergie) se replie à 6,7% contre 6,8% en avril 2019. Les prix des produits libres (non administrés) augmentent de 7,8% contre 4,5% pour les prix administrés.  Les produits alimentaires libres ont connu une augmentation de 8,3% contre 2,3% pour l’alimentaire administré.

Classement hôtelier et exploitation : les modalités fixées par un décret exécutif

sam, 08/06/2019 - 13:19
Le décret exécutif définissant les établissements hôteliers et fixant les conditions et modalités de leur exploitation, de leur classement et d'agrément de leur gérant vient d'être publié au Journal officiel.      Le décret exécutif N 19-158 définit les établissements hôteliers comme étant tout établissement à caractère commercial, qui reçoit une clientèle de passage ou de séjour mais qui n'y élit pas domicile, et lui fournit principalement des prestations d'hébergement accompagnées des prestations qui lui sont liées.    L'établissement hôtelier peut être, en fonction de son type et de son implantation, complété par des installations offrant des services de restauration, de loisirs, d'attraction, d'animation, de soins et de bien-être, de repos, de sport, de congrès, de marina, de port de plaisance, et de toutes autres activités liées au tourisme.  Les établissements hôteliers, objet du présent décret, sont les hôtels, les complexes touristiques ou villages de vacances, les appart-hôtels ou résidences hôtelières, les motels ou relais routiers, les campings touristiques. Les établissements, suscités, intégrés dans les stations thermales et centres de thalassothérapie, définis dans les dispositions du décret exécutif n  07-69, sont régis par les dispositions du présent décret.  Après avoir classé les hôtels en 5 catégories, de 5, 4, 3, 2 et 1 étoiles, et définit les prestations qu'ils offrent, le décret exécutif en fait de même pour les autres types d'établissements: complexe touristique, appart-hôtel, motel et camping touristique.    Quant aux conditions et modalités d'exploitation des établissements hôteliers, le décret stipule qu'elles consistent notamment en une autorisation d'exploitation, un arrêté de classement et un agrément du gérant.  Les autorisations d'exploitation des établissements hôteliers sont délivrées par le wali territorialement compétent, sur proposition du directeur de wilaya chargé du tourisme.  Selon l'article 17 du présent décret exécutif, "le titulaire de l'autorisation d'exploitation de l'établissement hôtelier est tenu d'entrer en activité dans un délai maximal de 6 mois, à compter de la date de sa délivrance". En matière de classement des établissements hôteliers, il est prévu la création auprès du wali, d'une commission de wilaya de classement des établissements hôteliers. L'article 24 dispose que le classement est renouvelable tous le 5 ans. Concernant la délivrance de l'agrément au gérant de l'établissement hôtelier par le wali, elle se fait sur la base, notamment, de son "aptitude professionnelle" tel que cela est mentionné à l'article 10. Le gérant ainsi agréé "a la responsabilité de la direction de l'établissement hôtelier. A ce titre, il est tenu de se consacrer, exclusivement, à cette activité". Il est à rappeler que le gouvernement avait adopté une série de projets de décret à l'effet de consacrer le principe de décentralisation. Dans ce cadre, il avait adopté en date du 12 décembre 2018 un projet attribuant les prérogatives d'octroi des contrats de concession pour l'exploitation des établissements hôteliers, tout type confondu, ainsi que leur classification au wali territorialement compétent.  

Pages