La une

S'abonner à flux La une
Mis à jour : il y a 2 heures 41 min

Affaire d'exploitation d'une sablière à El Kala : des peines d'emprisonnement requises

mar, 14/05/2019 - 10:24
Le ministère public près le tribunal correctionnel d'El Kala a requis, lundi en fin de journée, des peines allant d’une (1) à quatre (4) ans de prison ferme, à l'encontre de quatre (4) mis en cause, impliqués dans une affaire d'octroi d'un permis d'exploitation d'une sablière située au niveau de la zone protégée traversée par le parc national d'El Kala (PNEK). Quatre (04) années de prison ferme ont été ainsi requises à l'encontre des accusés A. K. (expert) et H. H. (ancien président de l'Agence nationale des activités minières (ANMA), et 3 années à l'encontre de A.B. (expert) et 1 année pour le gérant de la SARL Bousbia, poursuivis, entre autres, pour les chefs d'inculpation « d'exploitation d'activité minière dans un site protégé par les conventions internationales », « faux et usage de faux », « complicité et abus d’autorité » dans une affaire reportée à deux reprise Les faits de cette affaire remontent, selon l'arrêt de renvoi, à 2017 suite à l'ouverture d'une enquête approfondie par les services de la gendarmerie nationale d'El Tarf sur l'octroi d'un permis minier pour l'exploitation d'une sablière à Oum T’boul dans la daira d’El Kala, au profit de la SARL de statut privé ainsi que les modalités et procédures de l'adjudication du permis ciblant un site protégé du PNEK. Le titre accordé par l’ANAM, sous tutelle du ministère de l’Industrie et des Mines, à la société privée pour l’exploitation de sable est venu en exécution d’une décision du Conseil d’Etat, devant lequel l’affaire a été portée. L'enquête révéla que six (06) sites ont été retenus à El Tarf, en juillet 2006, pour adjudication, dont celui d'Oum T’boul, pour lesquels le wali de l'époque avait introduit une opposition du fait qu'il s'agit de sites localisés sur une zone protégée mondialement, selon le même document. En avril 2007, l'ensemble des adjudications furent annulées et En 2011, le gérant de la SARL Bousbia avait introduit une action en justice pour demander à l'ANMA, l'octroi du permis. S’en est suivie une série de recours, de procédures et d’expertise qui s’est soldée par l’octroi du permis minier , en décembre 2016, par l'ex président de l'ANMA, à la SARL Bousbia. En février 2017, l'ancien wali d'El Tarf adresse à l'ANMA son opposition à l'octroi de ce permis, accordé, dans un premier temps pour une durée d’exploitation de 10 ans puis 15 ans d'exploitation de la sablière par l'ex-président de l'ANMA, puis pour une période de 20 ans, délivrée par l'ancien ministre de l'industrie, Abdesslem Bouchouareb. En octobre 2017, la société privée entame ses activités au niveau de la sablière d'OumT’boul, et ce, jusqu'à décembre de la même année. Au cours du procès qui a duré plus de 5 heures, la défense a plaidé la relaxe pour ses clients estimant que le gérant de la SARL privé n'est qu'une victime de l'administration et que les autres accusés n'ont fait que suivre et appliquer la réglementation en vigueur s’agissant de l’octroi des permis d’exploitation des sablières.. Les représentants de la partie civile (un responsable du ministère de l'industrie et des Mines et leurs deux avocats) ont réclamé 20 millions de dinars de dédommagement et l'annulation du permis d’exploitation. Le verdict sera prononcé le 20 mai courant. APS

Mauvaise gestion de deniers publics: la Cour des comptes n'a pas transmis de rapports sur demande du Parquet général

mar, 14/05/2019 - 09:52
La Cour des comptes n'a pas transmis de rapports détaillés sur la mauvaise gestion des deniers publics sur demande du Parquet général concernant des dossiers en suspens durant la période 2009-2019, a indiqué, lundi, cette institution dans un communiqué. Réagissant à des informations diffusées par des médias concernant une «prétendue transmission de rapports détaillés sur la mauvaise gestion des deniers publics sur demande du Parquet général concernant des dossiers en suspens durant la période 2009-2019», la Cour des comptes «décline, en conséquence, toute responsabilité vis-à-vis d'informations qui n'émanent pas officiellement de ses services habilités à le faire», a précisé la même source. Instituée en 1976, la Cour des Cours veille à l'utilisation régulière et efficiente des fonds publics, la promotion de la transparence dans la gestion des finances publiques et le renforcement de la lutte contre la fraude. Elle est dotée de 170 magistrats et de 45 vérificateurs financiers. Sur quelque 10.000 comptes publics existants en Algérie, la Cour traite en moyenne 600 comptes/an au niveau de ses huit chambres nationales et neuf chambres territoriales. Les comptes des ministères sont examinés annuellement dans le cadre du projet de loi sur le règlement budgétaire de l'exercice N-3, alors que les comptes des collectivités locales sont examinés sur une période de trois ans. Cela signifie que la Cour examine et apure annuellement les comptes de 600 communes environ, pour arriver à examiner, au bout de trois ans au maximum, les comptes des 1.541 communes que compte le pays avant de recommencer l'examen de nouveau. Suite à l'examen des comptes publics, la Cour élabore, a-t-il dit, son rapport annuel en plus de son rapport d'appréciation sur le règlement budgétaire. APS

Musique : la chanteuse Narjess mise à l'honneur à Alger

mar, 14/05/2019 - 09:13
Un vibrant hommage a été rendu, lundi soir à Alger, à Narjess, l’icône de la chanson Algéroise hawzie-chaâbie, par l’Office national des droits d’auteurs et droits voisins (Onda). Présentée comme le « digne héritière des chanteuses  Fadhéla Dziria et Meriem Fekkaï », Narjess est apparue en tenue traditionnelle Algéroise sur la scène du Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi, sous les applaudissements et les youyous d’un nombreux public venu pour voir son idole. Pour l’occasion a été présenté en sa présence un documentaire d’une dizaine de minutes, retraçant par des extraits de ses chansons, le parcours artistique de cette artiste, ses débuts et ses premiers succès durant les années 1970, jusqu’à sa confirmation qui lui vaudra le respect du public. Une compilation de quatre CD, intitulé « Narjess chante Fadhéla Dziria et Meriem Fekkaï », accompagnée d’un livret, produite par l’Onda, a été présentée au public, avant de laisser la scène au jeune Orchestre, « Ahl El Fen » dirigé par Nesrine Bourahla, présidente de l'Association culturelle éponyme de musique Andalouse. Des chants hawzis et des m’dihs ont ensuite interprétés, agrémentés de  danses Algéroises.     L’orchestre a entonné entre autres morceaux, « Ladh’dha li chorb el âchiya », « Rachiq el ked », « El qalb bat Sali », « Selli houmoumek », « Ah ya bellaredj », « imoun Ramatni », « Ya qalbi khelli el hal », « Kahl el âïn emdeble echfar », « Ya lawn el âssel », « Hanina haninaya », « Sifet echchemâ wel kendil » et « chqi weghrami ». Conviée à rejoindre la scène, Narjess a entonné, « Ya men bi el awzar », « Salet aâla Mohammed » et « chqi weghÆrami », sous les youyous nourris des femmes présentes. Originaire de la ville de Cherchell, Nardjess, de son vrai nom, Nadia Bouchama, avait débuté sa carrière artistique dans une chorale polyphonique.

Bejaïa : décès de l’auteur du "Grand dictionnaire Français-Tamazight"

mar, 14/05/2019 - 08:40
Le "Grand dictionnaire Français-Tamazight" d’Abdelhafid Idres, publié en 2017 par  le Haut commissariat à l’Amazighité (HCA), en collaboration avec l'Entreprise nationale des arts graphiques (ENAG), représente une ressource lexicographique et terminologique précieuse riche de 65.000 mots à travers 2000 pages. L'ouvrage est le fruit de plusieurs années d’efforts et de recherche, durant lesquelles Abdelhafid Idres a collaboré avec un grand nombre de chercheurs dans le champ linguistique Amazigh, dont le linguiste Yacine Zidane du Département de langue amazighe de l’Université de Tizi-Ouzou, pour rassembler le plus grand nombre possible de mots attestés dans sa région natale, la Kabylie. En plus d’un nombre important d’unités lexicales collecté sur le terrain, le dictionnaire est basé sur une riche bibliographie dictionnairique couvrant tous les principaux dialectes Amazighs dont,  entre autres, le Chaoui, le Kabyle, le Touareg, le Rifain, ou le Chleuh. La levée du corps du disparu est prévue, ce mardi, dans la localité de Timanachine dépendant de la commune de Boukhlifa, à 12h00.

Mostaganem : reprise des activités du port après 18 jours de grève

lun, 13/05/2019 - 15:45

Ph.DR

Les travailleurs du port de Mostaganem ont repris ce lundi le travail, après une grève qui a duré 18 jours et l'activité était des plus normales sur les quais de cette importante infrastructure, a-t-on constaté. Cette reprise des activités intervient après un accord entre des représentants des travailleurs et la direction intérimaire de l’Entreprise portuaire, conclu dimanche soir avec une médiation de l’inspection de wilaya du travail. Cet accord a mis fin au mouvement de protestation qui a paralysé le port depuis le 25 avril dernier et permis la réouverture du siège de la DG, fermé pendant deux semaines. Le procès-verbal de réconciliation a porté sur la «non poursuite juridique et administrative des grévistes, la revalorisation des salaires de 20% à hauteur des moyens financiers de l’entreprise, le versement des salaires du mois en cours qui coïncide avec le ramadhan, la recherche d’une méthode d’indemnisation des semaines prochaines», a souligné le DG par intérim, Nacredine Sebbane, cité par l’APS. Les deux parties ont convenu également à «tenir une assemblée générale des travailleurs dans les plus brefs délais pour renouveler la section syndicale de l’entreprise et engager des négociations autour des différents points socioprofessionnels revendiqués lors de ce mouvement de protestation». M. Sebbane a souligné que l’activité du port a repris au niveau des quais dès 7 heure du matin. L’opération de déchargement des trois navires, bloqués au port à cause de la grève, a repris en attendant l’entrée de trois autres navires dans les prochains jours. Le mouvement de protestation a été déclenché à l’intérieur du port de Mostaganem le 25 avril dernier avant de se transformer en grève de 18 jours avec une fermeture totale du siège de la DG de l’entreprise, situé à la cité administrative de Salamandre. Les travailleurs ont revendiqué une revalorisation des salaires de 20% avec un effet rétroactif de janvier 2018, l’intégration et la titularisation des travailleurs licenciés et contractuels avant de revendiquer le départ du PDG et des cadres dirigeants de l’entreprise. Cette grève a causé des pertes à l’entreprise, estimés par la DG, à 7,6 millions Da par jour. Quatorze navires attendant leur accès au port ont été orientés vers les ports de Ténès, Arzew, Oran et Ghazaouet. Ce mouvement de protestation a causé également la fermeture provisoire de la gare maritime, le transfert de la ligne maritime de transport des voyageurs entre le port de Mostaganem et celui de Valence vers le port d’Oran à titre provisoire. APS         

JS Saoura : Djalit va mettre un terme à sa carrière de joueur

lun, 13/05/2019 - 15:32

Ph.DR

L’attaquant de la JS Saoura, Mustapha Djalit, mettra un terme à sa carrière de joueur lors de la rencontre à domicile face à l’ES Sétif, le 21 mai pour le compte de la 29e journée du championnat de Ligue 1, a-t-on appris ce lundi d’un membre de la direction du club. «Ce joueur, qui a rejoint la JS Saoura en juin 2015 après avoir passé trois saisons et demie au MC Alger, va annoncer officiellement la fin de sa carrière au cours de cette rencontre, en marge de laquelle est prévue une cérémonie en son honneur, en présence des supporters de l’équipe», a affirmé Mohamed Jebbar. Djalit (36 ans) «a énormément donné à notre équipe tant sur le plan technique que sur le plan moral, des qualités grâce auxquelles il s’est fait connaître et aimer à la fois par les dirigeants, les joueurs et les supporters qui comptent lui rendre un grand hommage à l’occasion de son départ», a ajouté Jebbar. Déjà à l'issue de la rencontre face au MCA (4-3) de samedi soir à Béchar, joueurs et dirigeants du «Doyen», son ancien club, lui ont rendu un vibrant hommage, en guise de reconnaissance pour son passage au club algérois. APS

Deux opérations d’exportation de ciment et clinker effectuées à partir du port d’Oran

lun, 13/05/2019 - 15:27
Deux opérations d’exportation simultanées de ciment gris et de Clinker blanc de la cimenterie «Lafarge Ciment» d’Oggaz basée à Mascara, vers l’Afrique de l’Ouest et le Cameroun ont été effectuées dimanche à partir du port d’Oran, a-t-on appris de ce groupe. Il s’agit d’une première opération d’exportation de 15.000 tonnes de ciment gris en vrac à destination de l’Afrique de l'Ouest et une autre concernant une seconde expédition combinée de 5.000 tonnes de Clinker blanc, pour la première fois en Algérie et 25.000 tonnes de clinker gris vers le Cameroun, a-t-on précisé dans un communiqué. La réussite de cette première expédition «ouvrira de nouvelles opportunités pour exporter notre ciment et clinker blancs en Afrique», fait-t-on savoir. A ce titre, ces nouvelles opérations soulignent, selon la même source, «la pleine qualité des clinkers et ciments qui prennent progressivement toute leur place sur le marché international». Cette opération, réalisée avec le soutien des autorités portuaires d’Oran, bénéficie du support commercial et logistique de «LafargeHolcim Trading», une structure de classe mondiale, dédiée au commerce international, détenant plus de 50% des échanges de clinker & ciment autour de la Méditerranée et de l'Afrique, a-t-on noté. La stratégie du groupe LafargeHolcim Algérie à l’export contribue, à assurer les débouchés commerciaux de l’importante production nationale, avec un objectif d’exporter 2 millions de tonnes de ciments & clinkers en 2021. Et au travers de ses opérations continues, le groupe témoigne, ajoute-t-on encore, «d’un engagement sans faille à contribuer à la diversification des revenus hors hydrocarbures». Le groupe compte de deux cimenteries (M’Sila et Oggaz), ainsi qu’une troisième à Biskra (Cilas) en partenariat avec le Groupe Souakri pour une capacité totale de production de 11.5 millions de tonnes par an. L’activité Béton prêt à l’emploi opère 19 centrales à travers le pays pour une capacité de 1 million de tonnes /an. En Algérie, «LafargeHolcim» emploie 4500 collaborateurs et est fortement engagée dans le développement économique, social et environnemental, a-t-on fait savoir de même source. APS

Trois éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés à Tlemcen

lun, 13/05/2019 - 15:19
Trois éléments de soutien aux groupes terroristes ont été arrêtés dimanche à Tlemcen par un détachement de l’Armée nationale populaire (ANP), indique lundi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). «Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détachement de l’Armée nationale populaire a arrêté, le 12 mai 2019 à Tlemcen/2e Région militaire, trois (03) éléments de soutien aux groupes terroristes», précise la même source. Par ailleurs et dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, «un détachement de l’ANP a appréhendé, à Tamanrasset /6e RM, sept (07) orpailleurs et saisi un véhicule tout terrain et des équipements d’orpaillage», tandis que «cinq (05) immigrants clandestins de différentes nationalités ont été interceptés à Tiaret», conclut le communiqué.

Mauvaise pratique du jeûne : les services des urgences ne chôment pas

lun, 13/05/2019 - 13:49

Au huitième jour du mois de Ramadhan, les services des urgences ne désemplissent visiblement pas. Chaque jour, autour du moment de la rupture du jeûne, des cas de malaises abdominaux, de déshydratation chez des personnes âgées ou encore des intoxications alimentaires suite aux mauvais choix des produits alimentaires achetés sont enregistrés.

Le manque de règles simples d’hygiène de vie, fait ainsi subir à l’organisme de dures épreuves. C’est le cas à l’hôpital de Douéra où Ahcène Chemache de la Radio chaine 3 a partagé ces moments avec le personnel médical.     

Chaine: Tags:

Pomme de terre : une production annuelle de près de 50 millions de quintaux

lun, 13/05/2019 - 13:25
La production de la filière pomme de terre, qui a connu une «évolution exceptionnelle» ces dernières années, a atteint près de 50 millions de quintaux/an, a indiqué lundi le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Cherif Omari. Ainsi, lors d'une réunion de concertation avec le Conseil national interprofessionnel de la filière pomme de terre (CNIFPT), qu'il a présidée dimanche à Alger, M. Omari a «rappelé l'évolution exceptionnelle qu'a connue cette filière ces dernières années avec une production atteignant près de 50 millions de quintaux/an sur une superficie de 150.000 hectares, en plus d'autres acquis importants tels le professionnalisme et le savoir-faire technique», a précisé un communiqué du ministère. Dans le cadre de cette réunion consacrée au développement de la production nationale, à l'organisation de la filière pomme de terre, ainsi qu'aux perspectives d'exportation, à laquelle ont pris part les membres du CNIFPT et les cadres centraux du ministère, M. Omari a souligné l'importance de cette filière stratégique qui pèse dans l'économie nationale. II a estimé que l'installation du CNIFPT «va permettre à cette activité de se moderniser davantage pour contribuer à la diversification de l'économie nationale vu les capacités et les potentialités qu'elle recèle à l'export». De même, le ministre a rappelé que la diversification des zones de production et l'effort consenti par l'Etat et les producteurs qui ont permis de stabiliser les prix de ce produit de large consommation, y compris en période de soudure. M. Omari a réitéré l'engagement du secteur à accompagner et à soutenir cette filière dans le cadre d'une feuille de route qui sera élaborée en partenariat avec les professionnels et tracera les principaux objectifs à atteindre en matière de modernisation des systèmes de production et de régulation, d'augmentation de la production et l'amélioration de la productivité, ainsi que la généralisation des systèmes d'irrigation économiseurs d'eau, souligne la même source. Dans ce sens, M. Omari «s'est engagé à accorder un soutien aux producteurs qui installeront le système d'irrigation goute à goute, une technique qui permet non seulement d'économiser l'eau, mais aussi d'améliorer le rendement, de réduire les maladies et d'utiliser moins d'engrais». Abordant la question de la semence, le ministre a rappelé qu'un programme de développement de la semence de pomme de terre était en cours et sera actualisé et encadré afin d'arriver, à moyen terme, à produire une semence algérienne et sortir de la dépendance des importations, lit-on encore dans le communiqué. APS

yazid benmouhoub directeur général de la bourse d'alger

lun, 13/05/2019 - 10:24
Video Add this: Playlist:

20ème Festival culturel européen : Bonne prestation, à Alger, du trio suédois «HOF»

lun, 13/05/2019 - 10:02
Le trio suédois «HOF», soutenu par le percussionniste algérien Youcef Grim a enchanté, dimanche soir, le public algérois, peu nombreux, avec une série de compositions, conçues dans un brassage culturel qui prône l’échange et le rapprochement entre les peuples. Accueilli à la salle Ibn Zeydoun de l’Office Riadh El Feth (Oref), le trio «HOF», programmé dans le cadre du 20e Festival culturel européen ouvert vendredi dernier, répond à l’acronyme formé par les initiales des noms de musiciens qui le composent: Anders Von Hofsten au clavier, Oile Linder à la guitare et à la percussion et Fredrik Gille à la percussion. Les musiciens, issus de la capitale Stockholm, ravis du soutien de Youcef Grim qui s’est entouré d’une variété de percussions, ont interprété une dizaine de pièces, tirées de l’album «Cosmic Lullabies « (2016) d’Anders Von Hofsten et des inédits de Oile Linder qu’il a l’intention de sortir en 2019 dans un album qui s’intitule «Kasta loss». Rendues dans l’Anglais ou le Suédois, les pièces entonnés ont été montées sur des mélodies conçues dans le registre de la Soul Music, avec des arrangements jazz et des rythmes binaires ou ternaires, regroupant ainsi, plusieurs cultures allant de l’Oriental, au Flamenco, passant par les cadences sud-américaines, à l’instar de la samba, la bossa nova, le boléro ou encore la rumba. Durant près de 75 mn, le trio devenu quatuor a enchanté l’assistance avec les pièces, «Nini», «Se fram?t», «One», «I balans», «Pearl», «Percussion deluxe», «Night of desespero», «Kom tillbaks», «Flyg flyg», «My stride» et «The drums». En présence des ambassadeurs, de Suède en Algérie, Marie Claire Sw?rd Kapra, et John O’Rourke, également chef de la délégation de l’Union européenne en Algérie, le public, bien que peu nombreux a savouré tous les moments du concert dans la délectation. Dans une complicité qui dénote d’une expérience de plusieurs années passées ensemble, les musiciens se sont surpassés, se donnant du plaisir et faisant montre de toute l’étendue de leur talents, à travers un échange d’improvisations aux exigences techniques aigües, auquel le public, qui battait la mesure avec les mains, a été associé. Par moments, Anders Von Hofsten faisait répéter des phrases mélodiques ou rythmiques à l’assistance qui a cédé au relâchement, lorsqu’il s’est agi de reconnaitre «Chilet Laâyani», brillement interprétée avec uniquement les sonorités de trois percussions qui s’apparentent au tambourin. La «Canjira», de Fredrik Gille, qui a parfaitement réussi la mélodie de ce chef d’œuvre issu du patrimoine de la chanson algérienne, soutenu par le «Pandeiro» de Oile Linder et le «Tar» de Youcef Grim, ont donné, de l’avis d’un spectateur, la «parfaite illustration» du «vivre ensemble» et du «dialogue entre les cultures». Le trio «HOF» qui connait bien la musique algérienne pour avoir travaillé avec la chanteuse Karima Nayt et s’être produit plusieurs fois avec elle en Algérie, a créé de belles atmosphères qui lui ont valu d’être longtemps applaudi par le public -youyous à l’appui-, et rappelé sur scène, alors qu’il l’avait quittée, à l’issue de la prestation. Différents programmes alliant plusieurs styles de musique: traditionnelle, comme le fado, classique et moderne comme le jazz, le folk-rock ou encore la musique du monde, animeront cette 20e édition, durant laquelle l'Italie, la Pologne et la Tchéquie ont choisi de présenter des films et des spectacles de danse. Musique, danse et cinéma sont au programme du 20e Festival culturel européen qui se poursuit jusqu’au 27 mai prochain à la salle Ibn Zeydoun de l’Office Riadh El Feth à Alger, ainsi qu’à Bejaia, Oran et Tizi Ouzou. Seize pays européens dont la Bulgarie, la Croatie, la France, La Roumanie et l’Espagne, animent le 20e Festival Culturel européen en Algérie, qui se poursuit jusqu’au 27 mai à la salle Ibn Zeydoun de l’Oref. APS

Relizane : 15 enfants mordus par un chien enragé

lun, 13/05/2019 - 09:54
Quinze (15) enfants à Relizane ont été mordus par un chien enragé, rapporte dimanche l’APS citant le directeur adjoint de l'établissement public hospitalier «Mohamed Boudiaf» de Relizane. L'hôpital a accueilli, samedi soir, 15 enfants présentant des morsures d'un chien enragé et ont reçu les soins nécessaires, a déclaré Karim Khaldi. Les enfants blessés, âgés de 3 à 12 ans, ont été vaccinés par le sérum anti rage canine et ont quitté l'hôpital à l'exception d'un, gardé en observation médicale, a-t-on ajouté. Les parents d'enfants atteints ont contacté les services chargés de l'abattage des chiens errants et enragés pour prendre les mesures qui s'imposent. Le service de wilaya de la sûreté de Relizane a souligné que des sorties sont prévues sur le terrain pour lutter contre les chiens errants en collaboration avec les services de la Gendarmerie nationale et l'association de wilaya de la chasse qui a abattu 74 chiens à travers la wilaya depuis le début de l'année en cours et jusqu'à fin avril dernier. APS

Douzième rassemblement d'Algériens à Paris pour un changement «pacifique» et «radical»

lun, 13/05/2019 - 09:48

Ph.DR

Un douzième rassemblement d'Algériens a été organisé, dimanche à Paris, à travers lequel les manifestants veulent confirmer leur détermination pour un changement «pacifique» et «radical» en Algérie.               Des centaines d'Algériens de Paris et de sa banlieue se sont donnés rendez-vous à Stalingrad, dans le 19e arrondissement de Paris, au lieu de la place de la République aménagée pour le week-end en aire de jeux pour les enfants. Les personnes qui se sont déplacées sans le savoir à place de la République étaient accueillies par un comité qui leur indiquait le nouveau lieu de la manifestation. La mobilisation est restée intacte des membres de la communauté, brandissant des drapeaux algériens et des pancartes portant des slogans identiques à ceux de leurs concitoyens lors des marches du vendredi à travers les wilayas. «Une seule lutte, la souveraineté au peuple», «Système dégage», «L'Algérie avant tout», «Pour notre Algérie, unissons-nous», «Pour une égalité républicaine en droits et en devoirs entre homme et femme», pouvait-on lire dans des pancartes soulevées par des femmes et hommes, jeunes et moins jeunes. La place de Stalingrad se remplissait de manifestants au fur et à mesure à compter de 15h00 (GMT+2) en cette journée ensoleillée du ramadan pour être presque pleine vers les coups de 16h30. Le rassemblement a été organisé en forum où les participants exprimaient en tribune leurs points de vue et analyses sur la situation en Algérie, le changement «pacifique» et «radical» du système politique et sur la transition démocratique en vue d'aboutir à une République nouvelle qui garantisse la liberté de la justice, de la presse et de l'expression. Pour certains intervenants, l'Algérie «renoue avec le mouvement national» d'avant la guerre de libération, rejetant d'un trait «la feuille de route du pouvoir» qui est, selon eux, «vouée à l'échec». Les manifestants ont revendiqué la libération des champs médiatique et politique, l'ouverture des médias publics au débat libre et contradictoire, l'application d'un régime déclaratif pour les réunions, les associations et les manifestations. Pour engager la transition, ils demandent la désignation d'un présidium consensuel et un gouvernement d'union nationale, dont les membres sont acceptés par le peuple. APS

Nationale 1 : le GSP sort le NAHD et va en finale

dim, 12/05/2019 - 15:55
Le GS Pétroliers est en finale du championnat national de basketball, Nationale 1. Les Pétroliers ont validé leur billet en disposant du NA Hussein Dey (63-61), samedi soir à la salle Harcha Hacène (Alger).   Les Pétroliers, tenant du titre, sont bien partis pour aller chercher un 20e sacre, le 9e sous la nouvelle appellation de leur club. Toutefois, le GSP devrait passer l’écueil du NAHD pour aller en finale. Chose faite à l’issue d’un derby algérois qui s’est soldé sur le score étriqué de 63 à 61. La bête immonde a encore frappé Si la première demi-finale s’est déroulée normalement, la seconde affiche du dernier carré, opposant le WO Boufarik au NB Staouéli n'est pas allée à son terme. Le commissaire de match s’est vu dans l’obligation de mettre un terme à la partie en raison de jets de projectiles, alors qu’il restait seulement 17 secondes à jouer. A ce moment précis de la rencontre, le NBS avait l’avantage au tableau d’affichage (64-62), avec deux lancers francs à suivre. ''Il a été décidé de mettre fin aux débats car c'était impossible de continuer la partie à cause des jets de projectiles sur le terrain. On ne peut pas donner match gagnant à une équipe dans ce cas-là, ce n'est pas aux arbitres de le faire'', a précisé le commissaire au match. ''Ce dossier sera traité au niveau de la Fédération algérienne de basketball. Le verdict ne va pas tarder étant donné que la finale est programmée pour le 18 mai prochain'', a ajouté la même source après la rencontre. Pour rappel, la finale et le match de classement pour la 3e place sont programmés pour le samedi 18 mai, toujours à la salle Harcha.

Coupe d'Algérie : le GSP élimine le NRBBA et passe en demi-finales

dim, 12/05/2019 - 14:26
Le GS Pétroliers s’est hissé en demi-finales de la Coupe d’Algérie de volleyball après avoir battu, au tie-break, le NR Bordj Bou Arréridj. Ce troisième quart de finale s’est disputé dans la nuit de samedi à dimanche à la salle OMS Saâd Boubia de Bordj Bou Arréridj. Tenant du trophée, le GS Pétroliers est toujours en course pour conserver son bien. Dans une finale avant la lettre, les Pétroliers ont composté leur billet pour le carré d’As en allant damier le pion au NR Bordj Bou Arréridj. Jamais deux sans trois Fraichement couronné du titre de champion d’Algérie, pour la 6e fois de suite, le NRBBA a débuté ce remake de la finale de 2018 en s’emparant du premier set (25-21). Par la suite la physionomie de la partie a radicalement changé avec le retour en grâce des Pétroliers. Les visiteurs ont réussi à égaliser (25-23), dans un premier temps, avant de passer devant en s’adjugeant le troisième set (25-19). Secoués mais pas assommés, les protégés de Abdelbaki Dif se sont ressaisis dans le quatrième set, gagné de justesse (26-24), poussant ainsi leur adversaire du jour à aller au jeu décisif. Au tie-break, le GSP a réussi à avoir le dessus (15-13) et s’offre sa troisième victoire de suite face à son grand rival qui l’a privé du titre cette saison. Ainsi, les Algérois rejoignent en demi-finales l’OMK El Milia et l’ASV Blida. Ces deux formations se sont qualifiées, samedi, en battant respectivement le NR Metlili et l’O El Kseur. Le nom du dernier demi-finaliste sera connu ce mardi (22h00) à l’issue du déroulement du dernier quart de finale prévu, à Omaria (Médéa), entre le CRB Omaria et l’ES Tadjenanet. Mohamed Kermia

Mercuriale durant le Ramadhan : échec total de la stratégie du gouvernement

dim, 12/05/2019 - 13:52

Ph.DR

A la première semaine du mois sacré du Ramadhan, il est à constater l’échec total de la stratégie du gouvernement visant à lutter contre la spéculation et la flambée des prix. La fédération des associations de défense des droits du consommateur établit son bilan de cette première semaine et constate, au contraire, l’augmentation des prix de 15% à 20%. C’est ce qui est avancé par M. Mohamed Toumi, directeur exécutif de la Fédération nationale des consommateurs.     

Identification de l'un des deux terroristes abattus samedi à Boumerdès

dim, 12/05/2019 - 12:54

Ph.DR

Un des deux dangereux terroristes abattus samedi, lors d'une opération de ratissage menée près de la commune de Dellys, dans la wilaya de Boumerdès, par un détachement de l’Armée nationale populaire (ANP) a été identifié, annonce ce dimanche le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué. «Dans le cadre de la lutte antiterroriste et suite à l’opération menée par un détachement de l’Armée nationale populaire, hier 11 mai 2019, près de la commune de Dellys, wilaya de Boumerdès (1ère Région militaire), ayant permis d’éliminer deux (2) dangereux terroristes et de récupérer un pistolet mitrailleur de type Kalachnikov, une quantité de minutions et une grenade, il a été procédé à l’identification de l’un de ces criminels», précise la même source. «Il s’agit, en l’occurrence, de Masrour Rachid, alias Khatab, qui avait rallié les groupes terroristes en 2008. Le processus d’identification du second terroriste est toujours en cours», ajoute le communiqué. Dans le même contexte et suite à l’opération de fouille et de ratissage dans la zone de Oued El K’sab, wilaya de Aïn Defla (1ère RM), un détachement de l’ANP «a découvert et détruit sept (7) casemates pour terroristes, un atelier de fabrication des explosifs, une bombe de confection artisanale, des outils de détonation, une paire de jumelles, une quantité de vivres et de médicaments et d’autres objets». Par ailleurs, et dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des détachements de l’ANP «ont arrêté, à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar (6ème RM), huit (08) orpailleurs et saisi des équipements d’orpaillage», tandis qu’un autre détachement de l’ANP et des éléments de la Gendarmerie nationale «ont intercepté, à Oum El Bouaghi (5e RM), deux (2) individus en leur possession une quantité de munitions (1.500 cartouches)». En outre, des Garde-côtes «ont déjoué, à Oran (2e RM), une tentative d’émigration clandestine de (18) personnes à bord d’une embarcation de construction artisanale, tandis que (63) immigrants clandestins de différentes nationalités ont été interceptés à Tlemcen et (14) autres à Tamanrasset», rapporte également le communiqué.

Iran : Rohani dénonce une « guerre totale » de Washington contre Téhéran

dim, 12/05/2019 - 11:52
Le président Iranien, Hassan Rohani, a déclaré dimanche que les Etats-Unis menaient une « guerre totale » contre l'Iran, dénonçant « des pressions économiques et politiques que Téhéran n'avait jamais connu dans le passé ». Dans un discours prononcé samedi à Téhéran, M. Rohani a appelé les Iraniens à l’unité et à la cohésion, à un moment de pression sans précédent sur le pays. Il a souligné que les sanctions Américaines, ciblant le secteur bancaire Iranien, le commerce international et les exportations de pétrole sont plus strictes que celles qu'a connues le pays lors de la guerre de huit ans avec l'Irak. « Céder n'est pas compatible avec notre culture et notre religion et les gens ne l'accepteront pas. Nous ne devrions donc pas accepter la soumission et nous devrions essayer de trouver une solution à la situation actuelle », a fait savoir  le président iranien. Ces déclarations du président Rohani interviennent dans un contexte de forte tension entre Washington et Téhéran, un an après le retrait unilatéral des Etats Unis de l'accord nucléaire de 2015. Après les sanctions prises par les Etats Unis contre le pétrole Iranien, l'armée Américaine a déployé des navires de guerres, dont un porte-avions et une force opérationnelle de bombardiers près de l'Iran, dans le golfe Persique auxquels les autorités Iraniennes se disent déterminées à riposter vigoureusement en cas d’attaque.            

Série d'explosions dans un port Emirati : au moins sept pétroliers en feu

dim, 12/05/2019 - 11:30
Selon la chaîne de télévision Al-Mayadeen, qui se réfère à des médias locaux, une série d’explosions a retenti, ce dimanche 12 mai, dans un port émirati de Fujaïrah, une information aussitôt démentie par les autorités locales qui affirment que le port fonctionnait normalement. Plusieurs explosions puissantes ont retenti ce dimanche matin 12 mai dans le port de Fujairah, aux Émirats Arabes Unis, a annoncé la chaîne de télévision al-Mayadeen en se référant à des médias locaux. De sept à dix pétroliers seraient embrasés. Selon l'agence Mehr, des explosions se sont produites dans le port de Fujaïrah entre 4 et 7 heures du matin.  

Pages