La une

S'abonner à flux La une
Mis à jour : il y a 2 heures 23 min

Automobile : début de l'acquittement des vignettes pour l’année 2019

lun, 03/06/2019 - 10:20
L'acquittement des vignettes automobiles pour l’année 2019 a débuté dimanche et se poursuivra jusqu'au 31 juillet, sans changement de tarifs par rapport à 2018. Pour les véhicules de tourisme et véhicules aménagés en utilitaires de moins de trois ans, les tarifs varient de 2.000 DA (pour les moteurs jusqu’à 6 CV) à 4.000 DA (De 7 CV à 9 CV) à 10.000 DA (De 10 CV et plus). Pour les véhicules compris entre 3 ans et 6 ans d’âge, les tarifs de la vignette sont fixés respectivement à 1.500 DA, 3.000 DA et 6.000 DA. Les véhicules compris entre 6 ans et 10 ans d’âge sont soumis à une vignette dont les tarifs sont respectivement de 1.000 DA, 2.000 DA et 4.000 DA. Quant aux véhicules de plus de 10 ans d’âge, ils sont soumis à une vignette à 500 DA,1.500 DA et 3.000 DA. Pour ce qui est des véhicules utilitaires et d’exploitation, le prix de la vignette varie entre 6.000 DA, 12.000 DA et 18.000 DA pour les Véhicules de moins de (5) ans d’âge, et entre 3.000 DA, 5.000 DA et 8.000 DA pour les Véhicules de (5) ans d’âge et plus. Quant aux véhicules de transport en commun de voyageurs, les tarifs sont fixés à 5.000 DA, 8.000 DA, 12.000 DA et 18.000 DA selon le nombre de siège du véhicule pour ce qui est des moins de cinq ans, et à 3.000 DA, 4.000 DA, 6.000 DA et 9.000 DA pour les véhicules de cinq ans et plus. S’agissant des véhicules dont l’année de mise en circulation est inconnue, le tarif de la vignette est fixé à 500 DA pour les véhicules de tourisme et à 3.000 Da pour les véhicules utilitaires. Sont exemptés de la vignette les véhicules à immatriculation spéciale appartenant à l’Etat et aux Collectivités Locales (Communes - Wilayas), les véhicules dont les propriétaires bénéficient de privilèges diplomatiques ou consulaires, les ambulances, les véhicules équipés de matériel sanitaires et les véhicules équipés de matériel de lutte anti-incendie. Les véhicules équipés destinés aux handicapés ainsi que les véhicules équipés d’un carburant GPL/C ou gaz naturel ou carburant GNC sont également exemptés de la vignette. Les tracteurs et autres engins agricoles, les véhicules à moins de quatre (04) roues (motocyclettes, vélomoteurs, .....), les engins de travaux publics et les remorques ne sont pas concernés par la vignette, selon la Direction Générale des Impôt (DGI). L'acquittement des vignettes automobiles, disponibles auprès des recettes des Impôts et des bureaux de poste, concernent les propriétaires de véhicules de tourisme, les véhicules utilitaires ainsi que les véhicules de Transport de Voyageurs. Tous les moyens sont mobilisés pour que cette opération se déroule dans de bonnes conditions, selon la DGI et afin d’éviter les chaines d’attentes devant les points de vente des vignettes, elle invite les propriétaires des véhicules à ne pas attendre les derniers jours pour s’acquitter de cette obligation légale. Toute vignette achetée et non conforme au tarif légal, entraîne le retrait de la carte d’immatriculation qui ne sera restituée qu’après présentation d’une vignette conforme majorée d’une amende de 100 %, a signalé la DGI qui invite les automobilistes de s’assurer du tarif légal de la vignette avant son acquisition. L'administration fiscale rappelle également que la carte provisoire de circulation (carte jaune) tient lieu de carte d’immatriculation (carte grise), et que, par conséquent, «la vignette devient exigible dans un délai d’un mois à compter de la mise en circulation du véhicule sur le territoire national». S’agissant des véhicules utilitaires, le tarif des vignettes est fixé selon le Poids Total en Charge (PTC) et non pas selon la charge utile. Le défaut d’apposition de la vignette sur le pare-brise du véhicule donne lieu à l’application d’une amende fiscale égale à 50 % du montant de la vignette (Art 308 du code du timbre), selon la DGI. Pour rappel, la vignette automobile a été instaurée en Algérie depuis 1998. Une part de 20% de ses recettes est versée au Trésor public et 80% au Fonds commun des collectivités locales. APS  

Soudan : le processus de dialogue se complique après des actes de violence

dim, 02/06/2019 - 18:11
Le processus de pourparlers au Soudan entre le Conseil militaire de transition et les représentants de la contestation, sur un transfert du pouvoir aux civils, s'est compliqué ces dernières 48 heures avec l'enregistrement de cas de violence et la persistance des divergences sur la composition de l'autorité collégiale devant être mise en place afin de gérer la période de transition. Ainsi, un mort et une dizaine de blessés ont été enregistrés samedi dans la rue du Nil à Khartoum tout près du lieu habituel des sit-in des contestataires. "A la suite de tirs des forces régulières, il y a eu plusieurs blessés dans la rue du Nil, près du sit-in. L'une d'entre elles a succombé à ses blessures après être entrée en soins intensifs", a déclaré le Comité central des médecins soudanais, précisant que la "victime a reçu une balle réelle dans la tête". "La plupart des autres victimes ont été blessées par des coups donnés avec des crosses de fusils ou des barres de fer", a ajouté le comité sans donner plus de détails. L'incident de samedi intervient après deux épisodes de violence cette semaine dans la même rue. Deux personnes avaient été tuées et plusieurs autres blessées selon le mouvement de contestation .Les circonstances de ces décès n'ont pas été clairement établies. L'Association des professionnels soudanais (SPA), principal acteur  de la contestation, a accusé samedi les militaires de "planifier de façon systématique et de s'employer à disperser le sit-in pacifique (...) avec une force et une violence excessives". Dans un communiqué, la SPA a dit "tenir le Conseil militaire responsable de la sécurité des manifestants". "Le Conseil militaire a ignoré royalement la commission mixte de sécurité mise en place entre les deux parties", a dénoncé pour sa part Mohammed Youcef Ahmed al- Mustapha, un des leaders de l'Association des professionnels.   Le Conseil militaire, qui ne rejette pas les accusations de la contestation, a fait observer  que le maintien de l'ordre et de la sécurité sont les missions de l'armée. "L'armée soudanaise va barrer la route à toute partie cherchant à semer les  troubles et anarchie", a signifié Mohamed Hamdane Deglou, vice-président du Conseil militaire, précisant que le maintien de l'ordre permettra au gouvernement civil qui prendra les commandes le cas échéant de travailler dans un climat serein.    "Les tentatives de pousser les manifestants au débordement sont un complot planifié contre les forces de l'ordre et contre son chef", a ajouté  le vice président du Conseil militaire, soulignant que "ce plan ne fait guère peur au Conseil militaire car il a su le déjouer d'avance". "La mise en place d'un gouvernement civil au Soudan est aussi le souhait du Conseil militaire. Toutefois l'avènement de ce gouvernement doit se faire conformément à la loi et  à la volonté  de tout  le peuple soudanais", a indiqué en outre le général major Deglou alias H'midti, cité par l'agence de presse Suna. "Le Conseil militaire qui gère à présent les commandes du pays est parfaitement conscient de la mission et il est à la hauteur", a conclu le général. En outre, le souci de préserver la sécurité et la paix au Soudan a poussé le Conseil militaire à la fermeture du Bureau de la chaine de télévision satellitaire el Djazeera à Khartoum. "La chaine fait dans l'amplification des évènements et pousse à l'exaspération des Soudanais", ont indiqué des sources du Conseil militaire. L'ambassadeur du Soudan à Qatar a été rappelé par le Conseil militaire vendredi à Khartoum pour consultation.   Divisions concernant l'autorité collégiale et la Chariaa Brandie par le Conseil militaire comme étant le principal point de discorde avec les représentants de la contestation pour la mise en place d'une autorité collégiale, "la chariaa, la loi religieuse ndlr", divise désormais les Soudanais et pousse certains à exprimer leur soutien aux militaires les appelant à la défendre coûte que coûte.  En effet, des centaines de manifestants ont marché vendredi en direction du siège du Conseil militaire en guise de soutien. "Liberté, paix, justice, la charia est le choix du peuple", ont lancé les protestataires visiblement en colère, prenant ainsi le contrepied d'un autre slogan de la révolte réclamé par les  sympathisants de l'Alliance pour la liberté et le changement : "Liberté, paix, justice, le pouvoir civil est le choix du peuple".  La manifestation de ces derniers a eu lieu au lendemain de deux  géantes manifestations auxquelles  a appelé jeudi l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance du soulèvement populaire, devant le siège du Conseil militaire dont l'une organisée exclusivement par les femmes. Le point de la chariaa n'est pour les représentants de la contestation qu'un alibi pour le Conseil militaire de "gagner du temps et de manipuler l'opinion nationale et internationale". Les véritables points de discordes sont la composition de l'autorité collégiale devant être mise en place afin de gérer la période de transition.  A ce sujet, le Conseil militaire refuse, selon les représentants des contestataires, de céder sur la chefferie du "conseil souverain" pour gérer la transition et cherche à avoir une supériorité quant au nombre de membres composant laquelle autorité.  La situation d'impasse dans les pourparlers entre les deux parties a poussé une nouvelle fois vendredi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres,  à appeler les deux parties à revenir à la table des négociations pour trouver "rapidement" un accord sur le transfert du pouvoir à un gouvernement civil.

En grève, les agents de contrôle menacent de perturber la permanence de l'Aïd

dim, 02/06/2019 - 17:59
Les agents de contrôle commercial ont engagé, dimanche, une nouvelle grève qui se prolongera jusqu'à mercredi prochain, menaçant de perturber la permanence de l'Aïd El Fitr au cas où leurs revendications professionnelles ne sont pas satisfaites. Le Secrétaire général (SG) du Syndicat national des travailleurs du secteur du commerce (SNTC), Ahmed Allali a précisé dans une déclaration à l'APS, que ce débrayage intervient dans le cadre de la poursuite du mouvement de grèves auquel a appelé le syndicat, en vue de concrétiser sur le terrain les engagements du ministère du Commerce, notamment en ce qui a trait à assurer la sécurité, le régime indemnitaire, le statut et la prime du Fonds de revenus complémentaire (FRC).  Les agents de contrôle en grève s'abstiendront, durant l'Aïd (mardi et mercredi), d'effectuer les opérations de contrôle programmées pour s'enquérir du respect, par les commerçants réquisitionnés, de l'ouverture de leurs commerces, a ajouté le SG du SNTC qui tient le ministère "pleinement responsable de toute éventuelle échec de la permanence". S'agissant du fondement juridique pour la poursuite du débrayage, bien que le tribunal administratif l'ait jugé illégal, le SG a fait savoir que le syndicat a pris les mesures légales nécessaires pour faire appel de la décision devant le Conseil d'Etat, en déposant une requête aux fins de référé suspension, ce qui permet la poursuite de la grève jusqu'à ce que cette dernière soit tranchée définitivement. Les agents de contrôle sont entrés en grève, la semaine écoulée (du 26 au 29 mai écoulé) pour la 2e fois consécutive, une grève qui a connu "un taux de suivi de 80%", selon M. Allali qui a appelé le ministère à "entamer un dialogue sérieux avec les fonctionnaires et prendre en charge leurs revendications légitimes". Néanmoins, le ministère du Commerce a qualifié ces taux d'" exagérés", car les adhérents au SNTC ( relevant de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) , ne représentent "que 31%" du nombre global des travailleurs, tandis que ce taux s'élève à "12%" pour la SNAPAP, section commerce d'après les déclarations à l'APS du Conseiller du ministre et Chargé de communication, Samir Meftah. M. Meftah a rappelé, par la même, l'illégalité de cette grève après le décision ordonnant son arrêt immédiat et à laquelle le syndicat ne s'est pas conformée, ajoutant que l'appel introduit par le syndicat comporte des vices de procédures. Il a indiqué que le ministère allait, face à cette situation, poursuivre en justice les personnes responsables de cette grève. S'agissant de la permanence de l'Aïd, le responsable a minimisé les menaces du syndicat, au vu du "faible taux de suivi de la grève précédente, par rapport au nombre global des travailleurs", affirmant que "la responsabilité de la réussite de la permanence incombe, en premier, aux commerçants eux-mêmes et non aux agents". "La permanence de l'Aïd se déroulera d'une façon ordinaire sans les grévistes, tout autant que les opérations de contrôle durant Ramadhan", a-t-il insisté. Pour rappel, 60.362 commerçants seront réquisitionnés, par le ministère du Commerce, pour assurer la permanence de l'Aïd El Fitr, et garantir un approvisionnement régulier au profit des citoyens en matières et services de large consommation,  avec une augmentation de 19% par rapport à l'année 2018. APS

Discipline : Mellal et Arama auditionnés par la LFP le 10 juin

dim, 02/06/2019 - 17:55
Le président de la JS Kabylie Chérif Mellal et le directeur général du CS Constantine Tarek Arama seront auditionnés le 10 juin à 11h00 par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), a annoncé l'instance dimanche sur son site officiel. La convocation des deux dirigeants fait suite à la diffusion sur les réseaux sociaux de leur conversation téléphonique, dont le contenu est qualifié comme une tentative de corruption. Tout a commencé à l'issue du match JS Kabylie - CABB Arréridj (2-0), disputé le 26 mai et comptant pour la 30e et dernière journée de Ligue 1 de football. Le président kabyle Chérif Mellal avait jeté un pavé dans la mare en accusant Arama de vouloir exiger la somme de 2,5 milliards de centimes pour battre l'USMA et offrir le titre à la JSK, chose que le dirigeant constantinois à niée en bloc. La JSK comptait sur une défaite ou un match nul de l'USMA à Constantine pour remporter le titre, revenu finalement aux Algérois, vainqueurs (3-1). Quelques jours plus tard, Mellal a diffusé l'enregistrement téléphonique avec Arama dans lequel ce dernier a accusé l'USMA de tentative de corruption, tout en incitant Mellal à verser aux joueurs constantinois une prime exceptionnelle pour les motiver à battre le club algérois. Dans un communiqué publié jeudi dernier, l'USMA a rejeté toute tentative d'arranger le match : "Monsieur Arama devra répondre à la justice de notre pays pour ces graves accusations. La direction de l’USMA compte faire-valoir ses droits et poursuivre en justice toute partie qui a accusé le club sans apporter de preuves". APS

ITF Juniors – Roland Garros : Youcef Rihane débutera face à l’Américain Emilio Nava

sam, 01/06/2019 - 17:38
Le tennisman algérien, Youcef Rihane, aura l’Américain, Emilio Nava, comme premier adversaire au tournoi ITF Juniors de Roland Garros (Grade A), dont le coup d’envoi sera donné ce dimanche à Paris (France). Pour sa première participation au tournoi de la Porte d'Auteuil (Paris), prévu du 02 au 08 juin, l’Algérien n’a pas été gâté par le tirage au sort des 32e de finale, effectué vendredi. En effet, Rihane, 54e mondial, a hérité d’un sacré morceau au premier tour en la personne de l’Américain Emilio Nava, 7e mondial. Classé également tête de série n°6 dans le tournoi parisien, Nava s’est distingué en début de saison en arrivant en finale de l’Open d’Australie, premier tournoi du Grand Chelem. C’est donc un véritable saut dans l’inconnu pour le meilleur joueur de tennis algérien en activité. Programmé sur le court n°6, Rihane devra jouer sur ses qualités pour tenter de franchir ce premier obstacle et continuer ainsi l’aventure dans l’une des plus prestigieuses compétitions de la petite balle jaune. A rappeler que Rihane doit sa présence dans la capitale française à sa place de n°1 africain. Le sociétaire du GS Pétroliers, vice-champion d’Afrique, a brillé lors de ses dernières sorties en remportant notamment le tournoi ITF Juniors de Cap-d’Ail (France) et le tournoi ITF Juniors de Tlemcen. Mohamed Kermia

Présidentielle en Mauritanie : l'opposition dit craindre un "hold-up" des imprimés

sam, 01/06/2019 - 17:03
Quatre des cinq candidats de l'opposition en Mauritanie ont indiqué craindre l'éventualité d'un "hold-up" électoral lors de l'élection présidentielle du 22 juin, suite à l'attribution du marché de l'impression des bulletins de vote à une société mauritanienne appartenant à un proche du candidat du pouvoir, rapportent des médias samedi. "Nous sentons les prémices de ce hold-up électoral", a déclaré l'opposant historique Mohamed Ould Moloud, qui s'exprimait vendredi soir aux côtés de l'ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar, du militant antiesclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid et du journaliste Baba Hamidou Kane. Ces quatre hommes, ainsi que l'expert financier Mohamed Lemine El-Mourteji El-Wavi, doivent affronter le 22 juin le candidat du parti au pouvoir, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed. Ils ont appelé à la "mobilisation", alors que la présidentielle de 2014 avait été boycottée par les principaux partis d'opposition. Parmi leurs doléances, "le plus grave reste l'attribution du marché de l'impression des bulletins de vote à une imprimerie naissante, sans expérience, appartenant au président du patronat (Zeine El-Abidine Ould Cheikh Ahmed), qui collecte actuellement des fonds pour la campagne du candidat du pouvoir", a dénoncé Baba Hamidou Kane, en exigeant "l'annulation de ce marché". Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Mohamed Vall Ould Bellal, avait défendu le 28 mai la "légalité totale" du marché. "Six sociétés, dont cinq étrangères, y ont pris part, quatre ont été sélectionnées, dont la société mauritanienne qui l'a remporté parce que moins disante (financièrement) et présentant la qualité de papier et d'impression requise", a-t-il soutenu. La présidentielle mauritanienne devrait marquer la première passation de pouvoir entre un président sortant et son successeur élu dans ce pays désertique d'Afrique de l'Ouest.

Saison estivale : mise en place du dispositif de surveillance des plages

sam, 01/06/2019 - 17:01
Un dispositif opérationnel destiné à la surveillance des plages autorisées à la baignade, durant la saison estivale 2019, a été mis en place par la Direction Générale de la Protection Civile afin d’assurer la sécurité des estivants, indique samedi un communiqué de cette institution. S'étalant du 1er juin au 30 septembre de 9h 00 à 19 h00, ce dispositif prévoit la mobilisation de 24.000 agents professionnels et saisonniers, contre 18.000 en 2018, soit 6.000 agents supplémentaires, précise la même source, notant que sur les 601 plages que compte le littoral algérien, 182 sont interdites à la baignade, essentiellement en raison de la pollution et autres risques particuliers.  En outre, ce dispositif est "pourvu en moyens matériels supplémentaires, dont des embarcations pneumatiques ainsi que des matériels collectifs et individuels d’intervention", est-il ajouté. La Direction générale de la Protection Civile souligne que "l’analyse des statistiques des cinq dernières années révèle que la principale cause des noyades demeure la baignade dans des plages interdites ou en dehors des heures de surveillance, soit en l'absence de ses éléments", rappelant qu'en 2018, un total d'interventions de 76.118 a été effectué au niveau des plages ayant permis de sauver plus 50.548 personnes d’une mort certaine. En revanche, il a été déploré le décès de 88 personnes dont 50 au niveau des plages interdites à la baignade. Aussi et afin d’éviter ces bilans macabres, une campagne nationale de prévention et de sensibilisation sur les dangers de la mer et la baignade a été lancée, depuis le 20 mai dernier, indique la Protection Civile, relevant que "la conscience citoyenne reste la mieux indiquée" dans ce sens. Par conséquent, la DGPC recommande aux citoyens le respect des recommandations de sécurité que sont l’interdiction de fréquentation des plages non autorisées à la baignade, le respect des horaires de surveillance, de ne pas s’éloigner de la zone de baignade autorisée et la surveillance attentive des enfants. De même que d'éviter de se baigner après une longue exposition au soleil et/ou juste après les repas et enfin, le respect des fanions de signalisation de l’état de la mer.

Enfants hospitalisés : le rêve d’une enfance ordinaire

sam, 01/06/2019 - 14:47

En cette journée du 1er juin, coïncidant avec la journée internationale de l’enfance, la Chaine 3 de la radio Algérienne s’est intéressée aux enfants atteints de maladies et qui se trouvent dans les hôpitaux.

Chaine: Tags:

Participation des femmes dans la mobilisation citoyenne : le deuxième souffle du hirak

sam, 01/06/2019 - 14:43

Ne renonçant jamais à leur engagement révolutionnaire, les femmes sont toujours présentes dans les mobilisations populaires. Jumelées à celles des hommes, leurs voix retentissent chaque vendredi à tavers les 48 wilayas du pays. Cette adhésion a donné de l’élan au hirak.

Leur adhésion était timide au début. Ce n’est qu'à partir du 8 mars 2019 que les femmes algériennes vont sortir en masse  et peser de tous leurs poids afin d’être un complément féminin à la voix revendicative lancée le 22 février.

Chaine: Tags:

Sommet de l'OCI : la cause palestinienne et la condamnation du terrorisme dominent les travaux

sam, 01/06/2019 - 14:11
La cause palestinienne s'est vue accordée un intérêt extrême de la part des dirigeants de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), lors de son 14è sommet, tenu hier soir à la Mecque, et ce à travers le rejet de tout règlement ne prenant pas en considération les droits du peuple palestinien à l'indépendance et à l'édification de son Etat indépendant.   En effet, les interventions lors de l'ouverture des travaux de ce sommet, se sont focalisées sur la question palestinienne au vu des tentatives des Etats-Unis de faire passer "l'accord du siècle" (Deal of the Century) qui reconnait El-Qods comme capitale de l'occupant israélien, soulignant leur rejet de toute mesure susceptible de porter atteinte au statut historique et juridique d'El-Qods.  Dans ce sillage, le Souverain saoudien, Salmane Ben Abdelaziz a rappelé l'importance de la cause palestinienne dans les actions de l'OCI, soulignant que cette question sera au "centre de nos préoccupations jusqu'à ce que le peuple palestinien frère recouvre tous ses droits légitimes garantis par les résolutions de la légalité internationale et l'initiative de paix arabe".   Les dirigeants et chefs des Etats de l'OCI ont exprimé, dans leur déclaration finale, leur rejet total de toute décision illégale et irresponsable reconnaissant El-Qods comme capitale présumée de l'occupation israélienne. De ce fait, ladite déclaration a appelé les pays membres de l'OCI à prendre des mesures adéquates contre les pays qui ont transféré leurs ambassades ou ouvert des bureaux commerciaux à El Qods.  A ce titre, le Secrétaire général de l'OCI, Youssef Al Othaimeen a souligné le rejet par le sommet islamique de toute proposition, projet, plan ou accord de règlement pacifique incompatible avec les droits légitimes et inaliénables du peuple palestinien. Pour sa part, le président du Nigéria, Muhammadu Buhari a relevé la nécessité, pour le peuple palestinien, de récupérer ses droits légitimes, réitérant "le soutien total de son pays" aux efforts consentis par l'organisation en vue de trouver des solutions à la cause palestinienne et de permettre au peuple palestinien de recouvrer ses droits légitimes.  Evoquant la cause palestinienne dans son allocution, le Premier ministre pakistanais, Imran Khan a affirmé que les Palestiniens avaient été privés de leurs droits humains et démocratiques, relevant, à ce propos, l'importance de règlement du conflit palestino-israélien.  Large dénonciation du terrorisme étant parmi les plus importants défis auxquels fait face le monde islamique  La menace terroriste et ses dangers sur la sécurité et la stabilité des peuples a été le deuxième point abordé par les dirigeants de l'Organisation, lesquels ont appelé à mettre en place des lois et des limites pour stopper ce fléau.  Dans ce cadre, la déclaration de la Mecque ayant sanctionné les travaux du sommet de l'OCI a appelé à développer les capacités et systèmes des pays islamiques dans tous les domaines, et ce à travers la mise en place de plans et programmes permettant d'améliorer l'action islamique commune.  Dénonçant le terrorisme et l'extrémisme sous toutes ses formes, les dirigeants ont appelé à la mise en place de lois pour lutter contre ces fléaux, rejetant toute tentative visant à associer le terrorisme à une nationalité, civilisation ou religion quelconque.  Ils ont dénoncé, par ailleurs, toutes les formes de radicalisation et de discrimination sur la base de la couleur de peau ou de la religion ainsi que le sectarisme.  S'exprimant au nom du groupe asiatique, la Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina a exprimé les craintes de son pays quant à l'image associée à  tort à l'islam (extrémisme et terrorisme), avant d'évoquer les efforts consentis par le Bangladesh en matière de prise en charge des réfugiés du Myanmar.  Saluant les efforts déployés par les Emirats Arabes Unis (EAU) à travers son appel à la Cour internationale de justice pour prendre en charge la cause des Rohingyas, la PM bangladaise a appelé les états membres de l'OCI à assister son pays qui accueille plus de deux millions de réfugiés.       Des solutions politiques aux tensions que connaissent les pays de l'Organisation   S'agissant des crises politiques que connaissent plusieurs pays membres, notamment la Libye, la Syrie, le Yémen et récemment le Soudan, l'Organisation a  formulé une série de recommandations afin d'éviter toute escalade dans ces régions.  Pour la Libye dont la capitale et le théâtre d'affrontements entre les troupes du maréchal Khalifa Haftar et les forces du Gouvernement d'union nationale, le sommet a vu le lancement d'un appel aux parties libyennes pour retourner au processus politique dans le cadre de l'accord politique signé entre les parties libyennes sous l'égide de l'ONU.  Dans ce sens, le président tunisien Béji Caid Essebsi a appelé à la relance de l'initiative proposée par son pays en coordination avec l'Algérie et l'Egypte afin d'aider les frères libyens à réaliser un règlement politique global conforme au processus parrainé par l'ONU et permettant à ce pays de renouer avec la sécurité et la stabilité.   

Commerce extérieur de l'Algérie : déficit de 1,84 Md dollars les 4 premiers mois 2019

sam, 01/06/2019 - 13:11
La balance commerciale de l'Algérie a connu un déficit de 1,84 milliard de dollars durant les quatre premiers mois 2019, contre un déficit de 1,83 à la même période en 2018, a-t-on auprès de la direction générale des Douanes (DGD). Les exportations algériennes ont atteint 13,33 milliards de dollars (mds usd) durant les quatre premiers mois de l'année en cours, contre13,53 mds usd à la même période de 2018, soit une légère baisse de près de -1,5%, indiquent les statistiques provisoires de la direction des études et de la prospective des Douanes (DEPD).  Pour les importations, elles ont atteint 15,17 mds usd, contre 15,37 mds usd, en légère baisse également de 1,30%. Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 88% durant les quatre premiers mois 2019, soit le même taux de couverture qui a été enregistré à la même période de l'année précédente.  Les hydrocarbures ont représenté l'essentiel des ventes algériennes à l'étranger au cours des quatre premiers mois de 2019 (93,54% du volume global des exportations) en s'établissant à 12,47 mds usd, contre 12,55 mds usd à la même période 2018, enregistrant une légère baisse (-0,71%). Pour les exportations hors hydrocarbures, elles restent toujours marginales, avec 861,87 millions durant les quatre premiers mois de l'année en cours, ce qui représente 6,46% du volume global des exportations, contre 975,01 millions usd à la même période en 2018, en baisse de 11,60%, précisent les données de la DEPD.  Les exportations hors hydrocarbures étaient composées des demi-produits avec 617,37 millions usd (contre 747,02 millions usd en 2018) en baisse de 17,35%, des biens alimentaires avec 161,70 millions usd (contre 138,92 millions usd) en hausse de 16,40%, des biens d'équipements industriels avec 31,8 millions usd (contre 33,82 millions usd), soit une baisse de plus de 6%. Elles étaient composées aussi des produits bruts avec 38,83 millions usd, contre 42,47 millions (-8,57%) et des biens de consommation non alimentaires, avec 12,01 millions usd, contre 12,70 millions usd, en baisse également de 5,48% par rapport à la même période de comparaison. Chute de 61% des importations de carburants                                                                             Pour ce qui est des importations, trois groupes de produits sur les sept que contient la structure des importations ont reculé durant les quatre premiers mois de l'année 2019 et par rapport à la même période de l'année dernière.  En effet, la facture d'importation du groupe énergie et lubrifiants (carburants) a chuté de 60,88%, en s'établissant à 212,95 millions usd, contre 544,30 millions usd. Les biens alimentaires, dont les importations se sont chiffrées à 2,817 md usd, contre 3,178 mds usd, ont baissé de 11,35%, selon les Douanes. Même tendance a été enregistrée par les biens d'équipements agricoles qui ont totalisé 174,84 millions usd, contre 190,37 millions usd (-8,15%).  En revanche, les autres groupes de produits de la structure des importations ont connu des hausses durant la période de comparaison. Ainsi, les demi-produits ont totalisé 3,88 mds usd, contre 3,69 mds usd (+5,28%), les biens d'équipements industriels ont atteint 5,23 mds usd, contre 5,06 mds usd (+3,35%), les produits brut ont atteint 687,43 millions usd, contre 659 millions usd (+4,31%) et, enfin, les biens de consommation non alimentaires avec 2,165 mds usd contre 2,049 mds (+ 5,65%).  L'Italie 1er client de l'Algérie et la Chine son 1er  fournisseur    Concernant les partenaires commerciaux de l'Algérie, durant les quatre premiers mois 2019, les cinq premiers clients du pays ont représenté près de 58% des exportations algériennes. A ce titre, l'Italie maintient sa place de principal client avec 2,395 mds usd soit (près de 18% des exportations algériennes globales) suivie de la France avec 1,717 md usd (12,89%), l'Espagne avec 1,677 millions usd (12,58%), les Etats-Unis avec 1,017 md usd (7,63%) et la Turquie avec 918,86 millions (6,9%). En ce qui concerne les principaux fournisseurs de l'Algérie, les cinq premiers ont représenté 51,53 % durant les quatre mois 2019. Les cinq principaux fournisseurs de l'Algérie sont: la Chine qui maintient toujours sa première place avec 2,963 mds usd (19,53% des importations globales algériennes), suivie de la France avec 1,493 md usd (9,84%), de l'Espagne avec 1,130 md usd (7,45%), de l'Allemagne avec 1,118 millions usd (7,37%) et l'Italie avec 1,113 md usd (7,34%).

Personnes âgées : 110 individus réintégrés dans leur milieu familial durant le 1er trimestre 2019

sam, 01/06/2019 - 12:31
La ministre de la Solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme, Ghania Eddalia a fait état, vendredi soir, de la réintégration de 110 personnes âgées dans leur milieu familial durant le premier trimestre 2019.  S'exprimant en marge d'une soirée ramadhanèsque organisée à l'occasion de la Nuit sacré du destin (Leilat El Qadr) au niveau du Centre pour personnes âgées de Dely Ibrahim, la ministre a indiqué que "les efforts des bureaux de médiation sociale et familiale ainsi que les mesures de réintégration sociale et familiale ont donné leurs fruits ces dernières années avec 110 personnes âgées parmi les pensionnaires des centres réintégrées dans leur milieu familial durant le 1er trimestre 2019". Mme Eddalia a expliqué, dans ce sens, que 47 cas avaient été réintégrés dans leur milieu familial et 63 autres dans des familles d'accueil, des chiffres, poursuit la ministre, auxquels s'ajoutent 942 cas réintégrés depuis 2017 depuis le lancement de cette mesure.  Le nombre de pensionnaires des centres a été réduit, à la faveur des efforts déployés par le ministère de la Solidarité dans ce domaine, de "1807 pensionnaires en 2018 à 1645 en 2019", a ajouté la ministre, saluant par la même ces actions qui ont redessiner le sourire sur le visage de cette catégorie sociale.  Elle a rappelé, à ce propos, la disposition de son département à prêter assistance aux descendants prenant en charge leur parents, notamment ceux en situation sanitaire fragile ou totalement dépendants,  et ce dans le cadre d'un programme national ayant pour objectif de protéger la famille algérienne et préserver ses liens et son tissu social. Mme. Eddalia a annoncé, par ailleurs, que 10 familles résidant aux centres relevant du ministère recevront les clés de nouveaux logements lors d'une cérémonie organisée, dimanche à Dely Ibrahim en présence des autorités locales.  La ministre qui a partagé la joie des pensionnaires des centres lors de cette fête, a rappelé les actions entreprises par son département à l'effet de renforcer les relations et les liens entre les différentes catégories du secteur, citant à cet égard, l'organisation des Iftar collectifs, la distribution de vêtements de l'Aid aux enfants des familles nécessiteuses et la distinction de personnes âgées".  Ces actions se poursuivront à travers l'accompagnement des familles nécessiteuses qui bénéficieront de soutien lors de la rentrée scolaire, a fait savoir la ministre, relevant que 7000 enfants au niveau de 48 wilayas seront pris en charge cette année.

Prix international d'Alger du Coran : Bensalah préside la cérémonie de distinction des lauréats

sam, 01/06/2019 - 12:03
Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a présidé dans la nuit du vendredi au samedi à la grande mosquée d'Alger une cérémonie de distinction des lauréats de la 16è édition du Prix international d'Alger de récitation, de psalmodie et d'exégèse du Saint Coran à l'occasion de la célébration de Leilat El Qadr (27ème jour du mois de Ramadhan).  Cette cérémonie de distinction a été marquée par la présence des présidents du Conseil constitutionnel, Kamel Feniche, du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil et de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mouad Bouchareb, ainsi que des membres du corps diplomatique islamique accrédité en Algérie.       M. Bensalah a procédé également à la distinction des trois premiers lauréats du Concours d'encouragement national des jeunes récitants du Coran.  Le premier prix du Concours qui a vu la participation de 47 pays représentant le monde arabe et islamique et des communautés musulmanes des pays occidentaux et de l'Afrique, est revenu à l'Algérien Ahmed Harket, tandis que le deuxième prix a été remporté par Wassim Djad Allah Salim Aber de la Palestine. Le troisième prix a été remis à Sadik Meftah Khaled de Libye.  Les trois lauréats du concours national des jeunes récitants du saint Coran des moins de 15 ans ont été honorés également à cette occasion. Le premier prix a été remporté par le jeune Younes Nadir de la wilaya de Mila, suivi de Sahnoun Bouzid Abdelwadoud de la wilaya d'Oran, puis de Moundir Younes de la wilaya de Constantine pour le troisième prix.  A cette occasion, M. Abdelkader Bensalah a honoré les membres du jury qui a supervisé ce concours international ainsi que les membres du jury du concours d'encouragement.      Par ailleurs, les récitants du saint Coran ont remis une distinction symbolique au Chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah.  La cérémonie a été ponctuée d'une récitation de versets coraniques et la clôture de la lecture du Sahih Al Boukhari qui avait débuté au mois de Rajab dernier au niveau de l'ensemble des mosquées de la République. Dans son intervention, le directeur de la Formation au ministère des affaires religieuses et des wakfs, Aissa Meghari a expliqué le sens et les dimensions humaines du Saint Coran et de Leilat El Qadr, affirmant que le Coran était le livre de l'humanité, toute entière, garantissant la liberté du culte et le respect des libertés publiques. Il a cité, à ce titre, la Journée internationale du vivre ensemble en paix, initiée par l'Algérie, et célébrée le 16 mai de chaque année.   La cérémonie, note-t-on, a été clôturée par un chant religieux présenté par une troupe d'El Qods puis par la récitation de versets coraniques. 

Trump lancera sa campagne pour un second mandat depuis la Floride

sam, 01/06/2019 - 11:20
Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi qu'il lancerait officiellement sa campagne pour un second mandat le 18 juin, depuis la Floride. "J'annoncerai ma candidature pour un deuxième mandat présidentiel avec la Première dame Melania et le vice-président Mike Pence (...) le 18 juin à Orlando, en Floride", a tweeté le président américain qui a participé au cours des mois écoulés à de nombreux meetings de campagne à travers les Etats-Unis. Devant ses sympathisants, le républicain Donald Trump, élu le 8 novembre 2016 face à la démocrate Hillary Clinton, évoque régulièrement les six années qui lui restent au pouvoir, persuadé de sa victoire en 2020. Le nom de son adversaire démocrate lors du scrutin du 3 novembre 2020 est pour l'heure la grande inconnue: 23 hommes et femmes sont candidats à l'investiture du parti et la course s'annonce très ouverte. La Floride est un Etat traditionnellement très disputé lors de l'élection présidentielle. Barack Obama l'avait emporté en 2012 face à Mitt Romney avec un peu moins d'1% d'écart et Donald Trump a devancé en 2016 Hillary Clinton, avec un tout petit peu plus d'1% d'écart.  

Bedoui s'entretient à la Mecque avec son homologue qatari

sam, 01/06/2019 - 11:12
01/06/2019 - 11:12

Le Premier ministre, Noureddine Bedoui s'est entretenu vendredi à la Mecque (Arabie Saoudite) avec son homologue qatari, Cheikh Abdallah Ben Nasser Ben Khalifa al-Thani, président du Conseil des ministres et ministre de l'intérieur, indique un communiqué des services du Premier ministre.

L'entretien, tenu en marge de la participation de M. Bedoui au 14e sommet de l'organisation de la Coopération Islamique (OCI), "fut l'occasion de passer en revue l'état et les perspectives de développement des relations de fraternité, de solidarité et de coopération unissant l'Algérie et le Qatar", a précisé le communiqué.

Les deux Premiers ministres "se sont félicités de l'excellence des relations bilatérales en affirmant leur volonté commune de leur insuffler une nouvelle dynamique, en particulier dans le domaine économique, et d'optimiser le potentiel qu'elles recèlent dans tous les domaines, notamment en matière de partenariat et d'investissement", a ajouté la même source, soulignant qu'à cet égard, "le complexe sidérurgique de Bellara dans la wilaya de Jijel a été au menu des discussions en ce qu'il constitue un projet phare et une success story à multiplier en matière de partenariat économique entre les deux pays".

Par ailleurs, M. Bedoui et son homologue qatari ont procédé à un échange de vues sur les questions d'intérêt mutuel au premier rang les questions inscrites à l'ordre du jour du 14e sommet de l'OCI.

L'entretien s'est déroulé en présence du ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum.

La Nasa prépare l'envoi d'équipements sur la Lune en 2020

sam, 01/06/2019 - 11:07
Les Etats-Unis vont renvoyer sur la Lune des équipements en 2020 et 2021, a annoncé vendredi l'agence spatiale américaine "Nasa". La Nasa a sélectionné trois alunisseurs, développés par trois sociétés américaines spécialisées pour envoyer des instruments et équipements scientifiques sur la Lune, préalablement au retour d'astronautes désiré en 2024 dans le cadre du programme Artémis. Les trois engins sont de tailles et formes diverses: l'un est très haut, les deux autres sont plus trapus sur quatre pattes. Ils auront pour vocation de livrer sur la surface lunaire jusqu'à une vingtaine de petites charges utiles, qui seront fournies par la Nasa. Le premier (Orbit Beyond) prévoit d'alunir dans la mer des Pluies (Mare Imbrium) en septembre 2020, après avoir été lancé par une fusée Falcon 9 de la société SpaceX. L'alunisseur d'Intuitive Machines tentera de se poser en juillet 2021 dans l'océan des Tempêtes (Oceanus Procellarum), qui est la plus grande tâche sombre de la Lune, visible depuis la Terre. Lui aussi sera lancé par SpaceX. Et Astrobotic, basée à Pittsburgh, vise le grand cratère du lac de la Mort (Lacus Mortis) en juillet 2021, à bord d'une fusée qui n'a pas encore été choisie. Chaque société a reçu des contrats allant de 77 à 97 millions de dollars pour développer leurs appareils. "L'an prochain, nos premiers outils de recherche scientifique et technologique seront sur le sol lunaire, ce qui contribuera à l'envoi de la première femme et du prochain homme sur la Lune dans cinq ans", a dit l'administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine. Les équipements scientifiques qui seront envoyés seront choisis cet été par la Nasa. Ils devraient inclure du matériel pour aider les futurs astronautes à alunir, à naviguer et à se protéger des radiations. Les Américains n'ont plus eu aucune présence sur la Lune depuis la dernière mission Apollo en 1972. La Nasa a en revanche régulièrement envoyé des sondes en orbite lunaire, seuls le Lunar Reconnaissance Orbiter et les deux sondes ARTEMIS-P1 et P2 sont actives aujourd'hui. En revanche, la Chine a aluni deux fois récemment: en 2013 et en janvier dernier sur la face cachée de la Lune. La sonde Chang'e 4 et son robot motorisé Yutu-2 sont les seuls en activité en ce moment. "Ce que nous apprendrons changera non seulement notre compréhension de l'univers, mais nous aidera aussi à préparer nos missions humaines sur la Lune et un jour sur Mars", a déclaré le patron des activités scientifiques de la Nasa, Thomas Zurbuchen.  

Le Big Ben de Londres célèbre son 160eme anniversaire

sam, 01/06/2019 - 11:02
La plus célèbre horloge du monde Big Ben a fêté vendredi son 160e anniversaire, alors que des travaux de conservation sont toujours en cours afin de garantir son avenir, a-t-on indiqué dans la capitale britannique, Londres. Le Big Ben de Londres qui surplombe le siège du Parlement britannique, est l'une des attractions les plus photographiées de la capitale britannique. l'Horloge a été installée dans la tour Elizabeth en avril 1859 et est dotée d'un double échappement révolutionnaire à trois pattes, qui garantit sa précision en s'assurant qu'elle n'est pas affectée par des facteurs externes tels que la pression du vent sur ses aiguilles.    Après sa première installation, l'horloge a connu une défaillance à cause de ses aiguilles en fonte, trop lourdes. Une fois remplacées par des aiguilles en cuivre plus légères, elle a commencé à fonctionner normalement à partir du 31 mai 1859.    L'équipe de spécialistes en horlogerie du Parlement a démonté la grande horloge pièce par pièce pour procéder à la plus grande révision jamais faite de tous ses composants, alors que la restauration de la tour Elizabeth se poursuit.  Des milliers de composants pesant plus de 11 tonnes ont été extraits de la tour avant le début des travaux. Un moteur électrique a été temporairement installé pour entraîner les aiguilles de la cloche pendant la restauration du mécanisme.    Une fois le travail essentiel de conservation de la tour Elizabeth terminé, les pièces de l'horloge seront remontées dans la tour avant d'être réassemblées à nouveau.    "Après 160 ans d'utilisation quasi continue, le mécanisme de l'horloge reste dans un état remarquable. Il a été bien entretenu au fil des ans.  Nous le nettoyons, et nous inspectons, peignons et mettons à l'essai chaque pignon et chaque roue, afin de garantir qu'il est capable de carillonner les heures pour la nation, pour encore 160 ans et même plus", a déclaré Ian Westworth, horloger du Parlement.    L'histoire de l'horloge remonte encore plus loin qu'en 1846, lorsque l'astronome royal Sir George Airy dirigea un concours pour concevoir et construire l'horloge. M. Airy voulait voir la tour à horloge la plus précise du monde avec moins d'une seconde de déviation par jour.

Ligue des champions (Finale retour) : l'ES Tunis bat le WA Casablanca et conserve le titre

sam, 01/06/2019 - 10:44
L'Espérance sportive de Tunis a remporté la Ligue des Champions d'Afrique de football en battant vendredi soir à Radès le Wydad de Casablanca (1-0). Par cette victoire, l'Espérance ST a conservé son titre. La rencontre a été arrêtée définitivement à la 63 minutes au terme de 84 longues minutes de palabres par l'arbitre gambien Bakari Gassama suite à des protestations du club marocain sur un but invalidé pour une position d'hors jeu, rapporte l'agence TAP. Les joueurs du Widad, menés 1 à 0 après le but de Youssef Belaili à la 41 minute, ont refusé de reprendre le jeu, exigeant de recourir à l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) pour vérifier la validité du but, mais apparemment une panne technique n'a pu permettre de donner suite à cette requête, selon la même source. En finale aller, disputée vendredi dernier à Rabat, les deux équipes avaient fait match nul (1-1). La formation tunisienne qui assure ainsi sa qualification pour le Mondial des clubs, décroche sa quatrième couronne africaine après les sacres de 1994 face au Zamalek, 2011 aux dépens de WA Casablanca également et 2018 devant Al Ahly d'Egypte.  

Début des travaux du sommet de l'Organisation de la coopération islamique à la Mecque

sam, 01/06/2019 - 10:40
Le sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) s'est ouvert vendredi à La Mecque pour examiner plusieurs questions et défis auxquels le monde islamique fait face, afin de sortir avec une position unifiée. Le Premier ministre Noureddine Bedoui prend part à ce sommet en sa qualité de représentant du chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah. A l'occasion du 50e anniversaire de sa création, l'organisation a placé le sommet sous le thème "La main dans la main vers l'avenir", en référence à la solidarité islamique et à l'action commune entre les pays membres de l'organisation. Parmi les principaux thèmes inscrits à l'ordre du jour de ce sommet, les dossiers de la question palestinienne, des réfugiés et du statut juridique d'El-Qods, sur fond du transfert des ambassades de plusieurs pays vers cette ville. La situation prévalant en Syrie, au Yémen, en Libye, au Soudan, en Somalie et en Afghanistan, en sus des derniers développements enregistrés suite au missiles lancés en direction des territoires de l'Arabie saoudite avec ce que cela représente comme menace pour la sécurité régionale et internationale et la question "d'islamophobie" à l'égard des minorités musulmanes et la nécessité de lutter contre le terrorisme et l'extrémisme violent, entre autres questions politiques, socio-économiques et culturels, sont autant de points inscrits à l'ordre du jour de ce sommet. Le sommet islamique devrait être sanctionné par "la Déclaration de la Mecque" et un communiqué final qui évoquera plusieurs questions d'actualité ainsi que l'annonce d'une position unifiée à l'égard des derniers développements dans plusieurs pays membres outre la prise de positions claires à l'égard des derniers évènements relatifs aux minorités musulmanes. La tenue du sommet de l'OCI intervient au terme des travaux des deux sommets urgents (arabe et du Golfe) à l'appel du souverain saoudien, le roi Salmane Ben Abdelaziz qui ont affirmé l'interconnexion entre les régions arabe et du Golfe, la sécurité du Golfe étant une partie de la sécurité nationale arabe.  

Ligue de diamant (400m haies) : 8e place pour Lahoulou à Stockholm

ven, 31/05/2019 - 17:26

Photo d'archives

Abdelmalik Lahoulou a terminé à la 8e place dans l'épreuve du 400m haies au meeting de Stockholm (Suède) disputé jeudi pour le compte de la Ligue de diamant. Pour sa première grosse course de l’année, Lahoulou n’a pas fait d'étincelles. Le récent champion arabe du 400m haies s’est contenté d’un chrono moyen (51.82) en comparaison avec ses dernières sorties. Réagissant sur son compte facebook, le hurdler algérien s’est dit satisfait en dépit de cette petite performance. Lahoulou a annoncé également qu’il sera en République Tchèque le 3 juin prochain pour prendre par au Mémorial Josef-Odlozil de Prague.

Pages