La une

S'abonner à flux La une
Mis à jour : il y a 26 min 3 sec

Sit-in des avocats et magistrats devant le ministère de la Justice

sam, 13/04/2019 - 14:10
Des dizaines d'avocats et de magistrats ont observé, samedi un sit-in devant le siège du ministère de la Justice à Alger, pour revendiquer l'"indépendance de la justice" et exprimer leur solidarité avec le mouvement populaire, enclenché le 22 février dernier pour demander le départ du système.  Ces avocats et magistrats, rejoints par des notaires et des huissiers de justice, ont exprimé leur engagement à rester mobilisés jusqu'à la satisfaction de leur revendication, à savoir "l'indépendance totale de la justice qui garantit l'Etat de droit".   Brandissant des emblèmes aux couleurs nationales, les robes noires scandaient des slogans relatifs à la consécration de la démocratie et de la justice.  Parmi les autres revendications figurent notamment "la lutte contre la corruption à travers l'ouverture des dossiers liés à ce phénomène, sans pressions de la part des autorités". Un membre du Club des magistrats (non agréé) a rappelé, à cette occasion, que son organisation "a participé, dès le début, au mouvement populaire et refusé catégoriquement de superviser les élections présidentielles qui étaient prévues pour le 18 avril".

Pétrole : le panier de l'OPEP progresse à 70,41 dollars le baril

sam, 13/04/2019 - 11:56
Le prix du panier de quatorze pétroles bruts, qui sert de référence à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a progressé à  70,41 dollars le baril, contre 70,31dollars , a indiqué l'Organisation pétrolière sur son site web.  Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l'Opep (ORB) comprend actuellement le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djen(Congo),Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale),Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran),Basra Light (Irak), Kuwait Export ( Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela). L'Organisation et ses partenaires, à leur tête  la Russie réduisent leur production de 1,2 million de bpj à compter du 1er janvier 2019 pour six mois. La conformité globale a presque atteint 90% pour le mois de février 2019, contre 83% au mois de janvier, selon les données du comité ministériel de suivi Opep et non-Opep (JMMC).  Lors de la treizième réunion du JMMC tenue à Bakou (Azerbaïdjan), il a été décidé de tenir une réunion en juin prochain pour discuter de la décision de renouvellement de leur accord de réduction de la production. Jeudi, des sources médiatiques ont rapporté que l'Opep pourrait augmenter sa production de pétrole à partir de juillet si les offres vénézuélienne et iranienne chutaient davantage et que les prix continuaient de remonter, car l'extension des réductions de production avec la Russie et d'autres alliés pourrait alourdir le marché. La rencontre du juin sera précédée par la quatorzième  réunion du JMMC est prévue en mai Djeddah (Arabie saoudite). Le ministre saoudien de l'Energie Khalid al-Falih avait  déclaré lundi dernier qu'il était encore prématuré de dire si la réunion de l'Opep et ses alliés en juin permettra de prolonger les réductions de 1,2 million de barils par jour. Dans son rapport mensuel publié mercredi, l'Opep a indiqué que sa production préliminaire totale de pétrole brut s’élevait en moyenne à 30,022 Mbj en mars, une diminution de 534.000 barils par jour . Cette production a diminué principalement en Arabie Saoudite, Venezuela, Irak et I' Iran.  A noter que la  moyenne du prix du panier de l'Opep a connu une hausse de 2,54 dollars en mars comparativement à celle de février, pour atteindre 66,37 dollars le baril.  Jeudi , les cours du l'or noir ont terminé en baisse . Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a clôturé à 70,83 dollars à Londres, en retrait de 90 cents par rapport à la clôture de mercredi, tandis qu'a New York, le baril de WTI pour le contrat de mai a cédé 1,03 dollar, à 63,58 dollars. Par contre, les prix ont terminé la semaine en nette hausse. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a clôturé à 71,55 dollars à  Londres, en hausse de 72 cents par rapport à la clôture de jeudi, alors qu'àNew York, le baril de WTI pour le contrat de mai a pris 31 cents à 63,89 dollars. Sur la semaine, le Brent a gagné 1,72% et le WTI 1,28%.

CAN-2019 : le calendrier détaillé des rencontres de la 32e édition

sam, 13/04/2019 - 11:29
La CAF a dévoilé le programme détaillé de la compétition panafricaine du sport roi dans le continent noir. Voici le calendrier des rencontres de la 32e édition de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2019 qui aura lieu en Egypte entre le 21 juin et le 19 juillet :                 Premier tour :  Groupe A (Le Caire/ stade international) :                  21 juin : Egypte - Zimbabwe                 21 juin : RD Congo - Ouganda                 26 juin : Egypte - RD Congo                 26 juin : Ouganda - Zimbabwe                 30 juin : Ouganda - Egypte                 30 juin : Zimbabwe - RD Congo (stade des forces aériennes/ Le Caire)  Groupe B (Alexandrie) :                 22 juin : Nigeria - Burundi                 22 juin : Guinée - Madagascar                 26 juin : Nigeria - Guinée                 27 juin : Madagascar - Burundi                  30 juin : Madagascar - Nigeria                 30 juin : Burundi - Guinée (stade Al-Salam/ Le Caire)  Groupe C  (Le Caire/ stade des Forces aériennes) :                 23 juin : Sénégal - Tanzanie                 23 juin :  Algérie - Kenya                 27 juin : Sénégal - Algérie                 27 juin : Kenya - Tanzanie                 1e juillet : Kenya - Sénégal                 1e juillet : Tanzanie - Algérie (stade Al-Salam/ Le Caire)  Groupe D  (Le Caire/ Al-Salam) :                 23 juin : Maroc - Namibie                 24 juin : Côte d'Ivoire - Afrique du Sud                 28 juin : Maroc - Côte d'Ivoire                 28 juin : Afrique du Sud - Namibie                 1e juillet : Afrique du Sud - Maroc                 1e juillet : Namibie - Côte d'Ivoire (stade des forces aériennes/ Le Caire)  Groupe E (Suez) :                 24 juin : Tunisie - Angola                 24 juin : Mali - Mauritanie                 28 juin : Tunisie - Mali                 29 juin :  Mauritanie - Angola                 2 juillet : Mauritanie  - Tunisie                 2 juillet : Angola - Mali (stade d'Ismaïlia)  Groupe F  (Ismaïlia) :                 25 juin : Cameroun - Guinée Bissau                 25 juin : Ghana - Bénin                 29 juin : Cameroun - Ghana                 29 juin : Bénin - Guinée Bissau                 2 juillet : Bénin - Cameroun                  2 juillet : Guinée Bissau - Ghana (stade de Suez) 1/8es de finale : 5, 6, 7, 8 juillet                 1/4 de finale : 10, 11  juillet                 1/2 finale : 14 juillet                 Match pour la 3e place : 17 juillet    Finale : 19 juillet   NB : Les deux premiers de chaque groupe ainsi que les quatre meilleurs troisièmes seront qualifiés pour les 1/8es de finale.

Ligue 2 : un match à huis clos pour le MC El Eulma

sam, 13/04/2019 - 11:12
13/04/2019 - 11:12

Un match a huis clos a été infligé au MC El Eulma pour "utilisation de fumigènes et jets de projectiles" lors de la 27e journée de Ligue 2 Mobilis, disputée le 10 avril courant contre l'US Biskra (2-3), a annoncé la Ligue de football professionnel (LFP) vendredi.

"Il s'agit de la troisième infraction pour le MCEE" a expliqué la Commission de discipline a propos des raisons qui ont motivé ce huis clos, ajoutant s'être référée à l'article 69 du 25 décembre 2017 pour prendre cette décision.

Outre le match à huis clos, le MCEE devra s'acquitter d'une amende de 200.000 DA, selon la même source.

De son côté, l'entraîneur des gardiens du MCEE, Abdelghani Mahri a écopé d'un match de suspension ferme, plus 30.000 DA d'amende pour "contestation de décision" lors du même match, perdu à domicile (2-3) face à l'US Biskra.

                Plusieurs autres sanctions financières ont été prononcées lors de cette dernière cession de la Commission de discipline, entre autres pour tableau d'affichage défectueux, utilisation de fumigènes, où pénétration d'une personne sur le terrain de jeu. 

La plus importante de ces sanctions a été de l'ordre de 200.000 DA et elle a été prononcée contre l'ASO Chlef  "pour utilisation de fumigène" lors de son déplacement chez l'ES Mostaganem.

Enfin, le président de l'USM Annaba Abdelbasset Zaïm est appelé à comparaître devant la Commission de discipline de la LFP le lundi 15 avril courant, à 11h00, pour s'expliquer sur les graves révélations qu'il avait faites à son passage dans une émission télévisée, et dans laquelle il avait ouvertement admis avoir arrangé les résultats de certains matchs.

"Je reconnais avoir déboursé 7 milliards de centimes pour arranger les résultats de certains matchs, ce qui a permis à l'USMAn  d'accéder en Ligue 2. Ainsi, et à tous ceux qui aujourd'hui ne cessent d'insulter ma mère, je leur dis que Zaïm n'est pas un voleur. S'il n'avait pas mis son argent, leur équipe serait encore en Division Amateur", avait lancé dernièrement le boss annabi sur le plateau d'El-Heddaf TV.

Soudan : le chef du Conseil militaire de transition annonce sa démission

sam, 13/04/2019 - 11:07
Awad Ibn Ouf, le chef du Conseil militaire de transition qui dirige le Soudan depuis la destitution jeudi de Omar el-Béchir, a annoncé vendredi sa démission, et le nom de son successeur le général Abdel Fattah al-Burhan Abdelrahmane. M. Ibn Ouf s'adressait dans un discours à la nation retransmis par la télévision d'Etat. Son intervention survient alors que de nombreux Soudanais manifestent toujours devant le quartier général de l'armée à Khartoum pour réclamer une transition avec des personnalités civiles.

Manifestations à Alger : le Directeur général de la Sûreté nationale au chevet des policiers blessés

sam, 13/04/2019 - 11:03
13/04/2019 - 11:03

Le Directeur général de la Sureté National (DGSN), Abdelkader Kara Bouhadba, accompagné du Wali d'Alger Abdelkader Zoukh s'est rendu vendredi soir à  l'Hôpital central de la Sûreté nationale (Les Glessines) pour s'enquérir de l'état de santé des éléments de la police blessés lors des "violences et des destructions" qu'a connue la capitale Alger au niveau du Boulevard Mohamed V et la rue Didouche Mourad, indique un communiqué de la DGSN.

Pour rappel, les services de la sureté nationale ont enregistré lors de leur intervention pour rétablir l'ordre public, 83 policiers blessés ayant été agressés brutalement, ajoute le communiqué.

Marches populaires: 83 policiers blessés et 180 individus interpellés à Alger

ven, 12/04/2019 - 21:47
Un nouveau bilan de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a fait état de 83 policiers blessés et de 180 individus interpellés lors des marches populaires organisées vendredi à Alger. "Les éléments de police blessés sont pris en charge actuellement au niveau de l'Hôpital central de la Sûreté nationale", a précisé le communiqué. La DGSN avait indiqué dans un communiqué précédent que vingt-sept (27) policiers avaient  été blessés dont 04 se trouvent dans un état grave suite à des agressions perpétrées par des délinquants lors des marches organisées vendredi à Alger, ajoutant que 108 individus ont été interpellés. La même source a rappelé que les éléments de police blessés ont été "victimes de jets de pierres et d'objets tranchants par des délinquants au niveau du Boulevard Mohamed V et Alger-Centre", ajoutant que "plusieurs véhicules de la DGSN ont été saccagés". "Les services de police qui détiennent des images et des vidéos poursuivent leur enquête afin d'identifier les autres personnes impliquées dans ces actes et les présenter aux autorités judiciaires", a souligné le communiqué. APS

L'Algérie appelle à une transition pacifique et fluide du pouvoir au Soudan

ven, 12/04/2019 - 19:56
L'Algérie suit avec "une attention particulière" les développements intervenant au Soudan et appelle à "une transition pacifique et fluide du pouvoir conformément à la volonté du peuple soudanais frèr et ses aspirations légitimes", a indiqué ,vendredi, un communiqué du ministère des Affaires étrangères. "Confiante en la capacité de ce pays frère à surmonter cette conjoncture délicate en préservant sa sécurité et son intégrité, l'Algérie demeure convaincue que le peuple soudanais pourra réaliser ses espoirs pour un avenir meilleur dans le cadre de la liberté et de la démocratie", a précisé le ministère. Appelant à "une transition pacifique et fluide du pouvoir conformément à la volonté du peuple soudanais frère et ses aspirations légitimes", le ministère des Affaires étrangères à rappelé dans son communiqué "les relations historiques solidement enracinées" liant l'Algérie et le Soudan, insistant sur la nécessité "de préserver la stabilité et la sécurité de ce pays". Le ministre soudanais de la Défense, Awad Ahmed Benawf avait annoncé jeudi la mise en place d'un conseil militaire pour diriger une transition de deux ans, ajoutant que l'ex-chef d'Etat est placé en détention dans un lieu sûr de son chef". Il a annoncé également la suspension de la Constitution et décrété l'état d'urgence pour une durée de trois mois.   Ces développements politiques sont intervenus suite aux manifestations populaire qui secouent le Soudan depuis plus de trois mois exprimant des revendications socio-économiques.

Manifestations contre l'agression militaire lancée par Haftar pour contrôler Tripoli

ven, 12/04/2019 - 19:22
Des milliers de Libyens sont sortis vendredi dans les principales villes du pays pour manifester contre l'agression militaire lancée par les troupes de Khalifa Haftar pour contrôler la capitale Tripoli. Les manifestations pacifiques organisées notamment à Tripoli et Misrata, retransmises en direct par des chaines de télévisions locales, ont drainé des foules imposantes en cette journée printanière. Plusieurs intervenants ont pris la parole rejetant à l'unanimité la "guerre contre la capitale" ainsi que "le coup d'Etat contre les autorités civiles du pays". "Haftar est un criminel de guerre", "Non à la militarisation du pouvoir", "Non au remplacement d'un dictateur par un autre", "Tous ensemble derrière le gouvernement d'union national"," Non au pouvoir des militaires", "Oui pour une Libye, Etat civil", pouvait-on notamment lire sur les banderoles brandies à l'occasion par les manifestants. Avec son Armée nationale libyenne (ANL), non reconnue sur le plan international, le maréchal Khalifa Haftar a lancé le 4 avril des hostilités pour s'emparer de Tripoli, siège du gouvernement d'union nationale (GNA), dirigé par Fayez al-Sarraj et reconnu par la communauté internationale. En face, les forces pro-GNA ont affiché leur détermination à ne ménager aucun effort pour faire cesser les agressions menées par le maréchal Khalifa Haftar. L'armée loyale s'est aussi engagée à venir en aide aux citoyens pris au piège des combats qu ont fait des dizaines de morts et déplacé des milliers de personnes. Par ailleurs, les appels de la communauté internationale à la désescalade se multiplient pour ouvrir la voie à la tenue de la Conférence nationale prévue initialement à la mi-avril mais reportée sine die à la suite des combats à Tripoli. Cette conférence avait pour objectif de dresser une feuille de route en vue de mettre fin à la période de transition chaotique qui perdure depuis la chute du régime de Maamar el-Gueddafi en 2011.

Tournoi international Cap-d'Ail : Youcef Rihane est en finale

ven, 12/04/2019 - 19:08
Youcef Rihane est en finale du tournoi international ITF juniors de Cap-d'Ail (Alpes-Maritimes –France). Le tennisman algérien a dominé le Français Kyrian Jaquet sur le score de 2 sets à 1, ce vendredi en demi-finale de la compétition. Après avoir sorti en quart de finale l’Italien Flavio Cobolli, tête de série N°3 (49e mondial), Rihane s’est offert la tête de série N°1. Face à Jaquet, Rihane a concédé le premier set sur le score de 7 jeux à 5 avant de se ressaisir en remportant les deux autres sets (6-4, 6-3). En finale, le vice-champion d’Afrique (juniors) affrontera ce samedi le Roumain Nicholas David Ionel, tête de série N°6, tombeur de l’autre Français, Timo Legout (6-4, 6-2).

Marches pacifiques : des étrangers incitant les jeunes à recourir à des formes d’expression radicales interpellés

ven, 12/04/2019 - 18:13
Des étrangers venus pour attiser les tensions et pousser les jeunes algériens à recourir à des formes d’expression radicales durant les marches populaires que connait le pays depuis le 22 février dernier, ont été interpellés, indique vendredi un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale. "Durant ces semaines, des étrangers venus spécialement pour attiser les tensions et pousser les jeunes à recourir à des formes d’expression radicales, en vue d’exploiter leurs images via les médias et sur les réseaux sociaux, ont été identifiés et interpellés et leurs desseins dévoilés. Certains ont même été arrêtés en possession d’équipements sensibles, de substances psychotropes à effet hallucinogène, en quantités importantes et qui agissaient en réseaux et sur des points ciblés", précise la même source. Dans le même contexte, la DGSN a relevé que "pendant toutes les semaines, et chaque jour, des délinquants et autres malintentionnés, ont été interpellés parmi les manifestants, dont certains tentaient d’écouler leurs marchandises prohibées, dérober les biens des citoyens, voire les harceler ou les agresser", faisant état également "de foules nombreuses, constituées d’enfants innocents ainsi que d’écoliers, de vieilles personnes fragiles, voire même handicapées". "Certains instigateurs aux desseins machiavéliques n’avaient d’objectif que celui de jeter des enfants dans le feu de l’action, au détriment de leurs droits fondamentaux, en interrompant leur scolarisation et en les exposant aux dangers pouvant découler de telles situations", regrette la DGSN. Arrestation d’un groupe de terroristes qui planifiaient de commettre des exactions contres les citoyens   Les services de police qui avaient comme mission de préserver ces personnes vulnérables, "ont eu également à déjouer des projets criminels d’envergure, tels que l’arrestation d’un groupe de terroristes fortement pourvus en armes et de munitions qui planifiaient de commettre des exactions contres les citoyens, profitant de la densité humaine générée par la mobilisation". La DGSN a fait savoir que les investigations entreprises ont permis d’établir que "certaines armes détenues par ces criminels ont servi pour des assassinats perpétrés contre des membres des services de sécurité durant la décennie noire". Par ailleurs, le communiqué de la DGSN, assure que "depuis le début de la mobilisation populaire à laquelle ont pris part toutes les catégories de la société, y compris la classe politique et le mouvement associatif, toutes tendances et idéologies confondues, pour exprimer leurs aspirations, consacrées par la Constitution, la Sûreté nationale, en tant qu’institution républicaine et citoyenne, s’est conformée rigoureusement à ses missions régaliennes". La DGSN a, à cet effet, "veillé à ce que ces évènements se déroulent dans le respect des droits de l’homme, sans distinction aucune, en assumant la tâche combien difficile, de préserver l’intégrité physique et morale des manifestants avec de grands risques de débordements, mettant en danger leurs vies et celles de leurs familles". En ce sens, le forces de police engagées à tous les niveaux, ont aussi oeuvré pour que la gestion de ces foules soit menée, de manière à assurer la sécurité des personnes et des biens, tout en veillant à ce que le service public, continue à assumer ses missions normalement, dans l’intérêt général, notamment celui du citoyen, quelle que soit sa position ou ses besoins. "Cette gestion, dont tout le monde a salué le professionnalisme et l’habilité, depuis le début des évènements, à l’intérieur du pays, comme à l’étranger, n’est cependant pas le fruit d’un simple hasard", note le communiqué de la DGSN, soulignant qu'"un travail de fond et en surface, a été mené, pour préserver le citoyen, ses biens et intérêts, contre des menées malveillantes, qui ont, sans cesse, tenté au profit des ennemis du peuple, de faire déraper la manifestation pacifique, vers la violence et le désordre, en vue de semer le chaos et la confusion". La même source a regretté que malgré les efforts consentis par les services de police, pour fluidifier la voie publique, "de nombreux usagers continuent à se plaindre des conditions de circulation et de mouvement, après que des attroupements permanents et irresponsables ont obstrué leurs voies de communication et dégradé leurs conditions de vie normale, affectant leurs commerces, leur tranquillité et leurs occupations". En outre, sur les réseaux sociaux, les débats citoyens sont "intoxiqués par les manipulateurs de l’extrémisme idéologique et les enrôleurs des réseaux du terrorisme transnational, en quête de nouvelles recrues, agissant sur les expressions du mécontentement social, pour en faire des amorces d’un processus de radicalisation potentiel", déplore la DGSN. "La doctrine d’emploi en matière de préservation de l’ordre public, qu’assument les forces de l’ordre, et à l’opposé de ce que certains, par ignorance ou mauvaise foi, semblent véhiculer, n’est pas par essence répressive et n’a jamais été menée contre le citoyen et ses intérêts", ajoute la même source, précisant qu'elle découle en fait, "de leur noble mission constitutionnelle, qui consiste à protéger ce citoyen et ses hôtes étrangers, de tout risque pouvant mettre leur intégrité ainsi que celle de leurs biens en péril". L’évolution de la situation, démontre jour après jour, que "des ennemis du peuple, de son Histoire et de ses acquis, sont déterminés à faire basculer la rue pour mettre en exécution leurs desseins malveillants, dont certains connus par leur alarmisme irrationnel, n’ont pas hésité à altérer calomnieusement l’intervention légale et cohérente des forces de l’ordre, pour en faire une action de répression". Pour la DGSN, l’intelligence et la sagesse du peuple, qui a su prouver depuis le début des manifestations pacifiques, son amour pour sa patrie et son attachement à ses institutions, le professionnalisme des médias nationaux, et le sens de responsabilité des familles algériennes, soucieuses du sort de leurs enfants, sont plus que jamais interpellés et mis en garde contre ce qui se trame insidieusement derrière la véritable mobilisation citoyenne. "Restons vigilants face à ceux qui veulent prendre nos enfants en otage, pour en faire des outils afin d’atteindre leurs intérêts inavoués. La conscience ainsi que la responsabilité morale et légale des enseignants, des préposés à la gestion du service public et des parents, sont pleinement engagées à cet égard. Soyons conscients que les manifestations pacifiques, ne peuvent se faire au détriment de la liberté de circulation, de l’intégrité des personnes et des biens et de la continuité du service public et de l’intérêt général des citoyens", a relevé la DGSN dans son appel aux citoyens. Les services de l’ordre, fidèles aux fondements républicains et régaliens, sont toujours au service du peuple, et ne peuvent agir ainsi, sans son aide et sa compréhension, a conclu la même source.

Grande Marche du retour à Ghaza: un adolescent palestinien tué par des tirs ennemis

ven, 12/04/2019 - 17:45
Un adolescent palestinien de 15 ans a été tué vendredi à Ghaza par des tirs des soldats de l'occupation israélienne alors qu'il manifestait dans le cadre de la "Grande marche du retour", le long de la barrière érigée par l'occupant dans l'enclave, ont indiqué les autorités palestiniennes. Mayssara Abou Shalouf a été atteint au ventre à l'est de Jabaliya, dans le nord de l'enclave, selon le ministère ghazaoui de la Santé. Vendredi dernier, plus de 80 Palestiniens ont été blessés à Ghaza, par des tirs israéliens, avait annoncé le département ministériel dans un communiqué repris par des médias.  Depuis le 30 mars 2018, des milliers de Ghazaouis participent toutes les semaines à ces manifestations. Ils réclament outre la levée du blocus israélien imposé à Ghaza depuis 2006, le droit de revenir sur les terres qu'eux-mêmes ou leurs parents ont fuies ou dont ils ont été chassés à la création d'Israël en 1948. Plus de 236 Palestiniens ont été tués depuis le début du mouvement pacifique. Le 28 février dernier, une commission d'enquête de l'ONU a affirmé que la riposte israélienne aux manifestations pacifiques s'apparente à des "crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité", soulignant que des soldats ont visé des civils palestiniens, dont des enfants.

La DGSN alerte contre d'anciennes photos et vidéos visant à tromper l'opinion publique

ven, 12/04/2019 - 17:38
La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a appelé l'ensemble des utilisateurs des réseaux sociaux à l'impératif de faire preuve de prudence et de vigilance quant à la publication de certaines anciennes photos et vidéos visant à tromper l'opinion publique et à porter atteinte à la police. Dans un communiqué rendu public vendredi, la DGSN a précisé que ces photos et vidéos relayées "qui concernent des Fake News et d'anciens évènements dont certains survenus dans des pays étrangers, sont attribuées aux corps de la police algérienne et visent principalement à tromper l'opinion publique nationale". La DGSN "se réserve le droit d'engager des poursuites judiciaires à l'encontre des instigateurs de fausses informations" et rappelle que les forces de police "accomplissent, avec sérieux et dévouement, leurs missions constitutionnelles, dans le respect strict des lois de la République et des principes des droits de l'Homme". 

Mauritanie : Des milliers de manifestants exigent une présidentielle transparente

ven, 12/04/2019 - 16:46
Des milliers de Mauritaniens ont manifesté jeudi à Nouakchott à l'appel de l'opposition pour exiger des mesures garantissant la transparence de l'élection présidentielle de juin, dont une commission électorale "neutre" et la présence d'observateurs indépendants, selon des médias. Les manifestants, partis de plusieurs points de ralliement, ont rejoint dans la soirée une place du centre de Nouakchott, conduits par quatre candidats déclarés à la présidentielle issus de l'opposition: l'ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar, le militant antiesclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid, l'opposant historique Mohamed Ould Moloud et un ancien journaliste, Hamidou Baba Kane, soutenu par une quinzaine de petits partis et d'organisations de la société civile. Les manifestants réclament la "recomposition" de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), qualifiée par l'opposition de "partisane" et dont "les membres, sauf un seul, soutiennent ouvertement le candidat du pouvoir", l'ancien général Mohamed Ould Ghazouani, dauphin désigné du président Mohamed Ould Abdel Aziz, selon un communiqué commun lu à l'issue de la marche. Les opposants exigent également la présence d'observateurs indépendants lors du scrutin, dont la date précise n'a pas encore été fixée, ainsi qu'un audit du fichier électoral, qui doit faire l'objet d'un recensement complémentaire du 24 avril au 4 mai selon un communiqué de la Céni. "Nous disons clairement que si nos doléances ne sont pas prises en compte par le pouvoir, ce serait une porte ouverte à la fraude à laquelle nous nous opposerons par tous les moyens, y compris la non reconnaissance des résultats du vote", a averti mercredi M. Kane lors d'une conférence de presse.

Mouvement populaire – Acte 8 : « Trouhou ga3 », le peuple persiste et signe

ven, 12/04/2019 - 16:36
Pour la 8ème édition consécutive, les marches pacifiques se sont poursuivies à Alger et dans les autres wilayas du pays, en clamant les mêmes slogans et mots d'ordre. Le peuple revendique un "changement radical" et le départ de "tous les symboles du système" : « Trouhou ga3 ! », constate Lotfi Sidi - de la radio chaine 3 - à la Grande Poste et ses environs peuplés trés tôt ce vendredi matin. A l'instar des précédents vendredis, les premiers groupes des manifestants ont commencé à apparaître vers l'esplanade de la Grande poste et la Place du 1er mai en passant par la rue Hassiba Benbouali, Boulevard Mohamed V et la Place Maurice Audin, lieux mythiques de regroupement des manifestants depuis les premières marches du 22 février dernier.  Les premiers groupes de manifestants ont commencé à se constituer tôt le matin avant d'être rejoints par des marrées humaines en début d'après-midi. Les manifestations se sont ébranlées par la suite pour sillonner les différentes artères de la capitale dans un climat serein et une ambiance des grandes messes sous les yeux des éléments du dispositif sécuritaire renforcé pour la circonstance dans et autour de la capitale. Drapés de l'emblème national et brandissant des banderoles, les manifestants, réclament toujours et encore le départ de tous les symboles du système politique en place, scandant en chœur  plus particulièrement "les trois B, Barra", allusion faite aux Bensalah, Belaïz et Bedoui, respectivement chef d’Etat (nommé le 9 avril courant), le président du Conseil constitutionnel et le Premier ministre. Ils ont également clamé des slogans – touchez pas à ma patrie - exprimant leur attachement à l'unité nationale et réaffirmant que "la souveraineté appartient exclusivement au peuple" et "Djeich & Chaâb khaoua khaoua". Le même topo est constaté par les correspondants de la radio chaine 3 dans plusieurs autres wilayas où la foule est aussi immense et les manifestants sont aussi engagés pour concrétiser les revendications et voir se réaliser une issue salvatrice à la crise que vit les Algériens et salutaire au pays martyrisé par un régime dépassé par l’époque. Les marches de ce vendredi interviennent au lendemain de la désignation de Abdelkader Bensalah au poste de chef d'Etat conformément à l'article 102 de la Constitution. M. Bensalah a aussitôt convoqué le corps électoral pour le 4 juillet 2019 en vue de l'élection d'un nouveau président de la République. Les candidature sont désormais ouvertes.

Ligue des champions - Quarts de finale (retour) : le CSC contraint à l'exploit

ven, 12/04/2019 - 15:41
Le CS Constantine, battu lors de la première manche à domicile (3-2), est appelé à sortir le grand jeu samedi au stade de Radès (20h00) face à l'ES Tunis s'il veut continuer l'aventure africaine, à l'occasion des quarts de finale (retour) de la Ligue des champions de football. La mission des joueurs de l'entraîneur français Denis Lavagne s'annonce d'ores et déjà délicate face au tenant du trophée qui a de surcroît fait preuve d'une grande maîtrise à Constantine. Le CSC, qui aspire à poursuivre sa belle aventure dans cette épreuve, devra impérativement puiser dans ses ressources pour aller arracher sa qualification en terre tunisienne face aux coéquipiers de l'international algérien Youcef Belaïli qui avait montré la voie à son équipe en ouvrant le score sur penalty lors de la première manche. "En football, il faut toujours y croire. Qui aurait dit que le Paris SG ou le Real Madrid allaient  se faire éliminer chez eux (en Ligue des champions d'Europe, ndlr) après avoir gagné à l'aller en dehors de leurs bases?", a lancé Lavagne. De son côté, l'entraîneur des "Sang et Or" Mouine Chaâbani s'attend à "une réaction du CSC au match retour". Sur le plan de l'effectif, le champion d'Algérie sortant sera amoindri par des absences de taille à l'image du portier international Chamseddine Rahmani, victime d'une fracture du poignet à l'aller, ou encore de l'attaquant Smaïl Belkacemi et du milieu offensif et vice-capitaine Sid-ali Lamri, blessés, alors que le meneur de jeu Kaddour Beldjilali est incertain. Autant de défections qui vont certainement donner des soucis supplémentaires à Denis Lavagne, appelé à trouver la bonne formule pour créer l'exploit dans l'enceinte olympique de Tunis. Cette rencontre a été confiée à l'arbitre marocain Noureddine Al-Jaâfari, assisté de ses deux compatriotes Hichem Aït-Abbou et Yahia Nouali. APS

Couverture des marches de vendredi : le branle bas des médias sur le terrain

ven, 12/04/2019 - 15:07

Les marches citoyennes ne sont font pas sans couvertures médiatiques. Télévisions et radios accompagnaient le hirak depuis son lancement le 22 février à Alger avant d’étendre la couverture en temps réel à d’autres villes du pays, enrichies de plateaux de débats et analyses dans les studios .

Publiques ou privées les chaines des médias lourds et même les journaux de la presse écrite se sont mobilisés en mettant les gros moyens pour assurer l’image vidéo ou sonore pour immortaliser le mouvement citoyen d’entre les vendredis.

Chaine: Tags:

Marche pacifique de vendredi : les faiseurs de slogans meublent bien le hirak

ven, 12/04/2019 - 12:41
Témoins de manifestation, les slogans cadrent bien leur hirak citoyen. Créés ou inspirés du terroires national ou universel, les devises qui décorent la manifestation de vendredi sont bien répétées par les manifestants dans les places mythiques des marches entre la Place du 1er mai et la Grande Poste en passant par la Place Audin. Chacun innove, comme il peut, pour marquer sa présence dans ce mouvement citoyen historique non sans humour,  des métaphores et autres montages d'images bien agencés.  Karima Hasnaoui, de la radio chaine 3, a rencontré à Alger des concepteurs et éditeurs de banderoles pour expliquer cette forme d’expression qui a charmé les Algériens et les observateurs du monde avec leur perspicacité et leur bon sens comme "Vous êtes mal barrés", "On veut plus du passé, on veut de l'avenir" et "Votre système nuit à notre santé" pour ne citer que ceux-là. Des slogans qui restent les armes des marcheurs pacifiques. 

Le comédien Aziz Degga n'est plus

ven, 12/04/2019 - 11:59
Le comédien Aziz Degga s'est éteint vendredi matin à Alger, à l'âge de 74 ans, suite à une maladie, a-t-on appris de ses roches. Le défunt, est né à Alger le 10 Novembre 1945, sera  inhumé vendredi (aujourd'hui) après la prière de Dohr au cimetière de Ain Benian, a précisé la même source. Aziz Degga, connu pour son rôle de Moh Smina dans le film d'Omar Gatlatou de Merzak Allouache, débuta sa carrière artistique au début des années 60 comme animateur à la cinémathèque. Il était à la fois comique, imitateur et animateur.  Parmi les films où il avait joué des rôles principaux : Omar Gatlato (1976), Cri de pierre (1987), Le Clandestin (1988), et Morituri (2007). Depuis son départ à la retraite il se consacre à l'écriture de contes pour enfants.  Le documentariste Hamid Benamra, lui avait consacré tout un portait, pour lui rendre hommage.

Benmessaoud préside l'inauguration de 4 hôtels à Alger

ven, 12/04/2019 - 11:47
12/04/2019 - 11:47

Quatre (04) nouveaux établissements hôteliers privés ont été réceptionnés, jeudi à Alger, sur un total de 15 projets hôteliers programmés pour l'année en cours afin de promouvoir "la dynamique" du parc hôtelier de la capitale, a indiqué le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelkader Benmessaoud.       

Intervenant à l'occasion de l'inauguration de 4 établissements hôteliers à Dar El-Beida, aux Eucalyptus, à Ben Aknoun et à Chéraga, M. Benmessaoud a affirmé qu'"il s'agit du premier lot sur un total de 15 projets devant être réceptionnés en 2019", ajoutant que ces derniers "devront contribuer à la dynamique de la politique touristique en Algérie".

Dans ce contexte, le premier responsable du secteur a mis l'accent sur l"importance d'encourager les projets hôteliers" qui "contribuent à l'élargissement des capacités d'accueil, améliorent la qualité de prestations et assurent des postes d'emploi pour la main d'oeuvre qualifiée".

Accompagné du wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, le ministre du Tourisme a visité les nouveaux hôtels en commençant par "M. Suite" à Dar El-Beida, un hôtel d'affaires 4 étoiles, d'une capacité d'accueil de 51 chambres et un décor inspiré de la culture locale.  

Au terme de sa visite aux hôtels "Royaume" (les Eucalyptus) et "Madaure" (Chéraga), M. Benmessaoud a appelé à tirer profit du savoir-faire des artisans algériens.

Moderne et luxueux,  l'hôtel "Madaure" compte 37 chambres haut standing. 

L'hôtel "Royaume" de la chaine "Golden Tulipe" est un établissement 4 étoiles dont l'importance découle de sa proximité de l'Aéroport international, Houari Boumediene.

Lors de sa visite à l'hôtel Ferdy Lilly (128 chambres) à Ben Aknoun, le ministre a mis en avant l'importance de "garantir un service de qualité" qui "contribue à la promotion de la destination Algérie tant pour les affaires que pour le tourisme".

A rappeler que le ministre avait insisté auparavant sur l'importance "des facilitations et moyens matériels et financiers indispensables, ainsi que les moyens fiscaux et fonciers  accordés, dans un cadre juridique", appelant à consentir plus d'efforts "pour concrétiser l'efficacité dans la gestion aux fins de sa relance". 

Il a également fait savoir que les 82 projets hôteliers en cours de réalisation au niveau de la capitale étaient à même de garantir une capacité d'accueil supplémentaire de 14.000 lits et créer 60.000 nouveaux postes d'emploi.

Pages