La une

S'abonner à flux La une
Mis à jour : il y a 59 min 39 sec

Pour pallier au manque d’eau : l'eau sera distribuée un jour sur deux dans la zone d’Oran-Est

mer, 31/07/2019 - 13:46
Un programme de distribution d'eau à raison d'un jour sur deux a été élaboré par les responsables de la SEOR pour pallier aux perturbations enregistrées dans la zone d'Oran-Est, suite à l'incident survenu sur la conduite du transfert Mostaganem-Arzew-Oran (MAO), a-t-on appris mercredi auprès de la cellule de communication de l'entreprise. "Il s'agit de l'éclatement d'un tronçon de la conduite du transfert MAO.  L'incident a eu lieu mercredi à 4 heures du matin à Mers El Hadjadj", a indiqué, à l'APS, Mme Amel Belgour. Elle a précisé que les équipes techniques de SEOR sont sur place pour procéder à la réparation du tronçon endommagé de la conduite d'une longueur de 6 mètres et de 1,80 m de diamètre. "Le tronçon endommagé sera refait en acier dans un délai de 48 heures, auquel s'ajouteront 12 autres heures, durée nécessaire pour le remplissage des réservoirs ", a-t-elle ajouté. "La population oranaise ne sera aucunement pénalisée", a assuré la responsable, ajoutant que "les foyers bénéficieront d'un approvisionnement rationnalisé à partir des réservoirs de stockage remplis à leur niveau ". "Cette situation de réconfort va permettre d'atténuer ces perturbations à travers un programme de distribution équitable entre les différentes quartiers et agglomérations d'Oran ", a souligné la même source. La population oranaise est alimentée en H 24, à l'exception de la localité de Tafraoui, a-t-on rappelé.

Hadj 2019 : mesures intensives pour le bon déroulement des rites à Mina et Arafat

mer, 31/07/2019 - 13:33
La mission algérienne du hadj est à pied d'oeuvre en vue de prendre toutes les mesures nécessaires à même d'assurer le bon déroulement des rites à Mina et Arafat, où il a été procédé à l'ajustement des différentes dispositions au profit des hadjis et à l'encadrement des rites, conformément aux préceptes de l'islam. "Une réunion sera tenue jeudi avec la partie saoudienne, afin de présenter le plan de prise en charge et d'accompagnement des hadjis, durant l'accomplissement de leurs rites, par les membres de la mission, dont le nombre s'élève à plus de 400 personnes", a déclaré, mercredi, à l'APS, le président du centre de la Mecque, Mohamed Cheikh. De son côté, le président de la commission de la fatwa et de l'orientation religieuse au Centre de la Mecque, Mohand Idir Mechnane a fait état d'"une action anticipative prise dans le but de préparer les hadjis avant moins de 15 jours du jour de Tarwiya". S'agissant de la prise en charge sur le terrain du processus de gestion des rites du Hadj 2019, le chef de la section rites relevant de la brigade de la protection civile, le colonel Moulay Khelifa, a fait savoir que "les éléments de la protection civile ont mis en place un plan opérationnel devant assurer la gestion des rites à Mina et Arafat, lequel est composé de quatre équipes pour l'orientation des hadjis venant par bus ou à pied, en les répartissant en groupes et les guidant vers le lieu du jet des Jamarate, en coordination avec les guides religieux". Les éléments de la protection civile procèdent également à "la sécurisation des camps, à travers le contrôle de l'ensemble des issues et des différents réseaux (électricité, eau ...), tout en s'assurant du respect de la conformité de la capacité d'accueil aux normes de sécurité", a-t-il ajouté. A la fin de l'accomplissement des rites du hadj, les 12 et 13 Dhou el Hidja, les membres de la protection civile prendront en charge l'opération de transfert des hadjis vers la Mecque. Concernant l'aspect sanitaire, le chef de la mission médicale algérienne, Dr. Dahmane Mahmoud a rappelé que celle-ci comptait 115 membres notamment des spécialistes, des médecins généralistes et des infirmiers, "qui veilleront tous, lors de l'accomplissement des rites, à la prise en charge sanitaire des hadjis et à la dispense des premiers soins aux malades, avant leur transfert vers des hôpitaux saoudiens".  A la fin des rites, ils sillonneront les établissements de santé saoudiens, en vue de s'assurer qu'il ne reste aucun hadj algérien à leur niveau. Les hadjis algériens à Mina et Arafat sont repartis sur 14 camps, d'une capacité de 2500 à 2700 hadjis pour chacun. Les camps des hadjis algériens qui seront équipés de climatiseurs, de literies et de restaurants, sont les plus proches du lieu de jet des Jamarate  

Accidents de la circulation : 5 morts et 22 blessés en 24 heures

mer, 31/07/2019 - 13:04
Cinq (5) personnes ont trouvé la mort et 22 autres ont été blessées dans 6 accidents de la circulation enregistrés durant les dernières 24 heures au niveau national, selon un bilan rendu public mercredi par les services de la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré à Ouargla avec 2 morts et 16 blessés, suite à deux accidents: le premier est survenu à Lekraf, au niveau de la commune et daïra d'El-Hadjira, alors que le deuxième a eu lieu sur la RN49, commune de Ouargla, note même source.   Par ailleurs, trois personnes sont mortes par noyade: deux à Boumerdes et Bejaïa dans des plages interdites à la baignade et la troisième dans une retenue collinaire à M'sila.    Selon le même bilan, 18,5 hectares de forêt ont été ravagés par des incendies, 12 hectares d'herbes brûlés, 3.630 bottes de foins détruites, 2.060 arbres fruitiers brulés et 22 palmiers ont été dévastés.

La période d’acquittement des vignettes automobiles prolongée jusqu'au 15 août

mer, 31/07/2019 - 12:59
La direction générale des Impôts (DGI) a annoncé mercredi que la période d’acquittement des vignettes automobiles, qui avait débuté le 02 juin dernier et sensée prendre fin ce mercredi, a été prolongée jusqu'au 15 août à 16h00.  "Les vignettes automobiles, sont disponibles dans toutes leurs quotités auprès des recettes des impôts et des bureaux de poste", a précisé la DGI dans un communiqué ajoutant qu'"à titre exceptionnel les recettes des impôts seront ouvertes les samedis, durant cette période". La DGI a rappelé dans le même contexte que "la carte provisoire de circulation (carte jaune) tient lieu de carte d'immatriculation (carte grise), par conséquent la vignette devient exigible dans un délai d'un mois à compter de la mise en circulation du véhicule sur le territoire national". Conformément aux dispositions de l'article 305 du code du timbre, à l'expiration de la période normale d'acquittement, le paiement spontané de la vignette donne lieu à une majoration de 50%  et si l'infraction est constatée par les services de contrôle habilités, cette majoration est portée à 100%", a-t-on expliqué de même source.  "Le défaut d'apposition de la vignette sur le pare-brise du véhicule donne lieu à l'application d'une amende fiscale égale à 50% du montant de cette vignette (article 308 du code du timbre)", a averti la DGI. Pour éviter les chaînes d'attente et les désagréments qui en résultent, la DGI invite les propriétaires des véhicules à ne pas attendre le dernier moment pour s'acquitter de cette obligation légale.

Banque mondiale-FMI : réunion des gouverneurs africains mercredi

mer, 31/07/2019 - 11:23
Le groupe des gouverneurs africains (Caucus Africain), auprès de la Banque mondiale et du FMI, tiendra une réunion à Accra (Ghana), du 31 juillet au 2 août, avec la participation du ministre des Finances, Mohamed Loukal, a indiqué mardi ministère dans un communiqué. Le Caucus africain se réunit généralement une fois par an, en vue d'examiner les questions stratégiques et opérationnelles d’intérêt commun, ainsi que de coordonner et harmoniser les positions et les actions des gouverneurs africains auprès des institutions de Bretton Woods, lors des assemblées annuelles de ces institutions, explique la même source. La réunion 2019 de ce groupe portera sur le thème "L'Afrique au-delà de l'aide: renforcer les capacités institutionnelles et les financements innovants pour une croissance durable". Elle sera l'occasion pour les gouverneurs africains d'échanger leurs points de vue sur les questions liées au développement des capacités et compétences humaines pour accélérer la création d'emplois et la transformation économique, au renforcement de la capacité institutionnelle et la gestion des finances publiques, et à la promotion de financements novateurs pour stimuler une croissance tirée par le secteur privé, selon le communiqué. Les travaux de cette réunion donneront lieu à l’adoption du "Mémorandum 2019", portant notamment sur ces trois questions, dans la perspective de sa communication aux dirigeants du FMI et du groupe de la Banque mondiale lors de leurs prochains assemblés annuels prévus en octobre 2019. Le ministre des Finances mettra à profit sa participation à cette réunion pour rencontrer certains de ses homologues des pays africains, avec lesquels il échangera les points de vue sur l'état et les perspectives de coopération entre l'Algérie et ces pays, ajoute la même source.

Théâtre du Sud : "El Belâout", une satire sur les rapports plèbe-gouverneurs

mer, 31/07/2019 - 11:17
La pièce de théâtre, "El Belâout" (le baratineur), une satire sur les rapports difficiles qui lient la plèbe avec ses gouverneurs, a été présentée mardi à Alger dans le cadre des 9e Journées du Théâtre du sud. Inscrit au programme du Théâtre de rue, le spectacle, produit par l’association "Boudergua" pour le théâtre de la ville d’El Bayedh, a été présenté sur la place Mohamed-Touri, attenante au Théâtre national Mahieddine- Bachtarzi (TNA), devant un public nombreux qui s’est mis autour des huit comédiens, créant ainsi l'atmosphère conviviale de la "halqa", registre théâtral, entre autres genres caractérisant la pratique du 4e Art en Algérie. Ecrite et mise en scène par Ahmed Hichem Guendi, la pièce "El Belaout", est l’histoire d’un personnage, rendu par son auteur, qui arrive à survivre grâce à son intelligence, dans un royaume de tyrans, où la reine, campée par Fatiha Tahri, impose sa volonté et sa loi sur un peuple réduit au rang de simples "sujets". Vivant dans la précarité et l’incertitude au jour le jour avec sa famille, El Belaout, est contraint de trouver à chaque fois, un subterfuge pour s’assurer un nouveau sursis, jusqu’au jour où il décide de prendre les choses en main, envisageant une série de stratagèmes au péril de sa vie. Attirant l’attention de "Son Altesse royale" à travers des annonces malintentionnées et démesurées, faites à la criée sur les places publiques, El Belaout vend tout et n’importe quoi à la reine à des prix exorbitants qu’elle accepte volontiers de lui verser, pour vu qu’elle soit la seule à jouir des "vertus surnaturelles" des produits achetés. Du bélier cracheur de pièces d’or, à la flûte au pouvoir magique de ressusciter les morts, au pauvre berger exécuté à la place de la "fripouille" d’El Belaout, puis à la sirène qui habite les hautes mers et qui exauce toutes sortes de v£ux, le génie populaire à trouver les voies de sa survie et de la liberté est poussé à son paroxysme. Grâce à son intelligence, El Belaout finira par se défaire de toutes les sentences qu’il encourait, après avoir réussi à faire disparaitre à jamais la reine et sa cour, emportées par les eaux des hautes mers. Dans le rire et la dérision, les comédiens, Benamer Benhamidi dans le rôle du premier ministre, Ahmed Amrani, interprétant le frère d’El Belaout, Azzouz Moured, jouant la garde de la reine, Ali Kerboune, incarnant le trésorier, ainsi que le gouwal (poète) Nacer Belfrah et le luthiste Salim Benyesser, ont su porter le texte, interagissant avec le public qui a totalement adhéré au spectacle. Dans des échanges ascendants et soutenus, les artistes ont, dans leurs accoutrements improvisés renvoyant à l’époque des rois, usé d’un jeu comique et grotesque, occupant tout l’espace circulaire de la halqa, bordée de pots en argile dans lesquels brûlaient quelques plantes aromatiques, laissant échapper des senteurs exotiques. A l’issue de la représentation, le public a longtemps applaudi les comédiens, après avoir savouré tous les moments de la représentation dans la délectation. Le spectacle "El Belaout" a été présenté en collaboration avec des comédiens de Laghouat, El Oued et Tamanrasset. Huit troupes de Tamanrasset, Adrar, Tindouf, El Bayedh, El Oued, Bechar, Ghardaïa et la ville de Djanet, accueillie en invitée d’honneur, animent les 9e Journées du Théâtre du sud, qui se poursuivent jusqu’au 3 août prochains au TNA.

Soudan : suspension des cours dans tout le pays après la mort d'élèves lors d'une manifestation

mer, 31/07/2019 - 11:11
Le Conseil militaire de transition (CMT) du Soudan a décidé mardi de suspendre les cours dans tous les établissements scolaires à travers le pays à partir de mercredi et ce jusqu'à nouvel ordre, a rapporté l'agence de presse officielle SUNA.  Cette décision a été faite sur fond de montée des tensions du pays après que cinq personnes, dont quatre élèves, ont été tuées lundi lors d'une manifestation lancée par des élèves à Al-Obeid, dans l'Etat de Kordofan-Nord.   Mardi, la capitale Khartoum et d'autres villes ont été le théâtre de grandes manifestations contre les incidents d'Al-Obeid.  Une session de pourparlers directs entre le CMT et l'Alliance pour la liberté et le changement (opposition), prévue pour mardi et destinée à discuter de la déclaration constitutionnelle déterminant les structures politiques de la période de transition, a été annulée.

Alger : coupure d'électricité jeudi à Bab Ezzouar

mer, 31/07/2019 - 11:07
L'alimentation en électricité sera interrompue jeudi dans la commune de Bab Ezzouar (wilaya d'Alger) en raison de travaux d'entretien, a indiqué mercredi un communiqué de la Direction de distribution d'El Harrach relevant de la Société de distribution d'électricité et du gaz d'Alger (SDA). Cette coupure programmée de 8h00 jusqu'à 16h30 affectera en particulier la Cité 4/3400 logements Sorecal, a précisé la même source. La SDA met à la disposition de ses clients, pour toute information, le numéro de son centre d'appel 3303, joignable 24h/24 et 7j/7, ajoute le communiqué.

Présidentielle anticipée en Tunisie : la date arrêtée ne suscite pas l'unanimité

mer, 31/07/2019 - 10:55
La date du 15 septembre arrêtée par l'Instance supérieure indépendante des élections(ISIE) en Tunisie pour l'organisation d'une présidentielle anticipée a fait réagir, mardi, différemment les partis politiques du pays.  Pour le président du mouvement "Machrou Tounes", Mancef Merzouk, "la nouvelle date doit faire l’objet d’un consensus". "Les législatives et le premier tour de la présidentielle doivent avoir lieu le 6 octobre 2019", a-t-il plaidé, en s'exprimant au cours d’une rencontre, organisée par l'Instance Supérieure indépendante pour les élections(ISIE), avec des partis politiques et des composantes de la société civile. Pour sa part, Noureddine Arbaoui, membre du bureau politique du parti "Ennahdha", a indiqué, dans une déclaration à l'agence tunisienne TAP, qu’ "il est impossible de respecter les délais". Avant d'insister sur l’importance de la concomitance de la date des élections présidentielles et législatives. "Il ne faut pas qu’il y ait un avantage en faveur d’une partie politique au détriment de l’autre". "Il n’est, donc, pas nécessaire d’organiser les élections en septembre", a-t-il soutenu. Réagissant de son côté à la date du 15 septembre, Hamma Hammami, dirigeant du "Front populaire" (FP) et président du parti des Travailleurs, a estimé qu’en ces circonstances exceptionnelles, le FP privilégie le report des législatives. "L’ISIE doit, au moment, de fixer le calendrier électoral prendre en considération le droit des acteurs politiques à se préparer à cette échéance électorale, a-t-il préconisé. Pour Ghazi Chaouachi, dirigeant du "Courant démocrate", la date du 15 septembre prochain "ne respecte pas les délais constitutionnels". Il faut, selon lui, amender l’article 49 de la loi électorale dans le but de réduire les délais des recours et dépasser, ainsi, le problème relatif aux délais constitutionnels. Il a mis en garde contre le dépassement des délais constitutionnels "sans un nouvel appui juridique ou législatif". M. Chaouachi s’est dit contre la concomitance des rendez-vous électoraux. "L’ISIE doit pouvoir contrôler les dépassements liés à l’argent politique". Selon Moez Attia, président de l’"Association Kolna Tounes" pour le contrôle des élections, il est nécessaire de respecter les délais constitutionnels. Le respect de la période de 90 jours serait très important pour donner de la crédibilité à l’opération politique. Plus tôt, Nabil Baffoun, président de l’ISIE, a indiqué que le 15 septembre 2019 est la date, la plus proche possible, pour l’organisation de la présidentielle anticipée. Selon lui, "l’actuel calendrier permettra de finaliser le processus électoral au bout de 88 jours à compter du mandat présidentiel provisoire".  Ce calendrier, a-t-il expliqué, permettra également de garantir aux candidats le temps nécessaire pour préparer leurs dossiers et recueillir les parrainages. L'élection présidentielle en Tunisie devait avoir lieu le 17 novembre prochain. Le décès du président, Béji Caid Essebsi, jeudi, a contraint les autorités d'avancer lequel rendez-vous, et ce, conformément à la Constitution et aux lois en vigueur en Tunisie.

Soudan: suspension des cours après la mort d'élèves

mer, 31/07/2019 - 10:46
Le Conseil militaire de transition (CMT) du Soudan a décidé mardi de suspendre les cours dans tous les établissements scolaires à travers le pays à partir de mercredi et ce jusqu'à nouvel ordre, a rapporté l'agence de presse officielle SUNA.  Cette décision a été faite sur fond de montée des tensions du pays après que cinq personnes, dont quatre élèves, ont été tuées lundi lors d'une manifestation lancée par des élèves à Al-Obeid, dans l'Etat de Kordofan-Nord.   Mardi, la capitale Khartoum et d'autres villes ont été le théâtre de grandes manifestations contre les incidents d'Al-Obeid.  Une session de pourparlers directs entre le CMT et l'Alliance pour la liberté et le changement (opposition), prévue pour mardi et destinée à discuter de la déclaration constitutionnelle déterminant les structures politiques de la période de transition, a été annulée.

Benmessaoud : les tarifs des prestations hôtelières fixés selon le principe de l'offre et de la demande

mer, 31/07/2019 - 10:44
Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Abdelkader Benmessaoud a indiqué, mardi à Ain Témouchent, que "les tarifs des prestations hôtelières sont fixés selon le principe de l'offre et de la demande", ajoutant que "le facteur de la compétitivité a contribué dans la baisse des prix ces deux dernières années". "Les tarifs des prestations hôtelières sont fixés selon la loi de l'offre et la demande", a précisé M. Benmessaoud, lors d'une visite de travail et d'inspection de nombre de projets d'investissement relevant de son secteur à la wilaya d'Ain Témouchent. Et d'ajouter "nous avons constaté ces deux dernière années, l'ouverture de plusieurs établissements hôteliers grâce aux investissements et à l'accompagnement de l'Etat". "Le facteur de la compétitivité a contribué dans la baisse des tarifs", a-t-il mis en avant. Dans ce contexte, le ministre a fait savoir que "les tarifs sont adaptés au pouvoir d'achat des citoyens. Ils varient entre 4000 DA et 5000 DA la nuitée", qualifiant ce prix d'"acceptable et raisonnable". Supervisant l'inauguration d'une nouvelle structure hôtelière d'une capacité de 250 lits à la plage Rechgoune (Beni Saf), M. Benmessaoud a fait état d'"une stratégie mise en place par son département pour que les tarifs de prestations soient abordables", appelant à fixer des tarifs raisonnables notamment au niveau des hôtels publics. "Nous avons constaté une forte affluence des touristes algériens y compris les enfants de notre communauté à l'étranger ayant choisi l'Algérie pour passer leurs vacances", a-t-il poursuivi. Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat a entamé sa visite par le chef-lieu de la wilaya d'Ain Témouchent, en se rendant à un établissement hôtelier d'une capacité de 160 lits relevant de la chaîne "Eden" qui dispose de 16 hôtels au niveau national.   M. Benmessaoud s'est félicité de la qualité de cet hôtel qui a été réalisé conformément à des normes internationales, appelant à l'occasion, à la nécessité d'attirer les touristes étrangers pour passer leurs vacances en Algérie et ce à travers la promotion du produit touristique national d'une manière appropriée.  Le ministre a également inspecté dans la commune d'Ouled Boudjemaâ le projet d'extension d'une résidence touristique relevant du secteur privé, implantée dans une Zone d'expansion touristique (ZET) de la plage Sassel, mettant en avant " la nécessité de réfléchir à l'exploitation de ces structures hôtelières tout au long des saisons de l'année, à travers l'encouragement du tourisme forestier, l'escalade des montages, la plongée, tout en prenant en considération les potentiels que recèle la région". Dans la même région côtière, M. Benmessaoud a inauguré un hôtel 4 étoile, saluant au passage la qualité des prestations et les tarifs compétitifs qui y sont appliqués.  M. Benmessaoud a fait le tour de l'hôtel en se rendant au pavillon de l'artisanat où des produits de la wilaya de Ghardaïa sont exposés dans le cadre des semaines de l'artisanat, saluant à ce propos cette initiative qui contribue à promouvoir les produits artisanaux de cette wilaya.   Toujours dans la même collectivité locale, M. Benmessaoud a procédé à la pose la première pierre d'un projet d'extension d'une résidence touristique à la plage de Terga, avant de mettre l'accent sur l'important déploiement des établissements hôteliers tout le long de la bande littorale de la wilaya.  Afin que l'hôtel soit un plus pour le tourisme dans cette wilaya, le ministre a instruit le maître d'oeuvre à réduire la durée de réalisation de 24 à 12 mois. Dans le cadre de sa visite d'inspection, le premier responsable du secteur s'est rendu également à la plage de Rachgoun (Beni Saf), une occasion pour rappeler la nécessité d'utiliser ces espaces pour des activités sportives et culturelles en mettant en place les moyens nécessaires. Evoquant la situation du tourisme dans cette wilaya, M. Benmessaoud a indiqué que le secteur faisait de grands pas, faisant état de "27 projets d'investissement dont 6 hôtels d'une capacité d'accueil de 1200 lits". 

Mobilisation pour le changement: pas de répit pour des étudiants déterminés

mar, 30/07/2019 - 16:59
Les étudiants, contre toute attente, ont  battu le pavé en ce 23ème mardi pour réitérer leur engagement à se battre pour un changement radical du système. En dépit de la période des vacances et des grandes chaleurs, les étudiants étaient plus nombreux comparativement au mardi précédent, à manifester à Alger, rapporte le journaliste de la radio Chaine 3. Entourés d'un dense dispositif sécuritaire, les étudiants ont démarré leur marche de la place des martyrs et parcouru plusieurs boulevards de la ville pour arriver à la Place Maurice Audin.   Chants patriotiques et slogans politiques ont été fredonnés par les manifestants qui ont exigé entres autres, «le départ des symboles de l'ancien système et la restitution du pouvoir au peuple» et «l’application de l’article 7 et 8 de la constitution». Rejetant toutes formes de dialogue, les étudiants ont réaffirmé leur détermination à maintenir la mobilisation jusqu'à l'aboutissement de toutes leurs revendications.   

Les Journées du Théâtre du Sud s’ouvrent à Alger

mar, 30/07/2019 - 12:23
Les 9ème Journées du Théâtre du Sud ont été inaugurées, lundi à Alger, avec la volonté des troupes participantes de pérenniser cet évènement permettant de rendre plus visible les créations de la jeunesse du Sud Algérien. Prévues pour se dérouler du 29 juillet au 3 août au Théâtre national Mahieddine Bachtarzi (TNA), ces Journées représentent pour les jeunes artistes, une opportunité d'échanges avec les professionnels du théâtre pour exercer leur passion dans les normes requises du  4ème Art. Devant un public nombreux, une vingtaine de comédiens du collectif des œuvres universitaires de la ville d'El Oued, a présenté, « Nazif Ed'Dakira » (Hémorragie de la mémoire), une opérette dont l’histoire s’inspire de textes poétiques de six grands auteurs Algériens et Arabes, que Nabil Ahmed Messaï a adapté et mis en scène. Cette production théatrale restitue la grandeur de la révolution Algérienne, entrée dans l'universalité car devenue un symbole de résistance et de lutte pour la liberté des peuples. En présence de la ministre de la Culture, Meriem Merdaci et du directeur général du TNA, Mohamed Yahiaoui, des troupes de danses populaires issues du sud ont, par ailleurs présenté, deux heures durant, des spectacles folkloriques sur la place attenante au TNA, au milieu de chapiteaux exposant plusieurs produits et objets traditionnels et artisanaux de différentes régions du sud Algérien. Des conférences, des débats, des masters-Class, des expositions et des rencontres littéraires sont au programme de ces journées qui accueillent, mardi, les spectacles « Chkoun yesmaâ chkoun ? » (qui écoute qui ?) de Bechar, « El Belaout » d'El Bayadh (théâtre de rue) et « Y'en a marre » de Ghardaïa.    

Démarches d’introduction de la perruche ondulée dans la forêt de Boutletis (Oran)

mar, 30/07/2019 - 08:02
L’association Chafaallah d’ornithologie et de protection de la faune d’Oran s’attèle à introduire des oiseaux rares d’Australie, dont la perruche ondulée,  dans la réserve de la forêt M’sila dépendant de la commune de Boutlélis (ouest d’Oran). Pour réaliser son projet, cette association a installé 100 nids, en mai dernier, pour abriter 50 couples de ces perruches à l’approche de l’automne, a indiqué le président de cette association. Afin de faciliter les conditions de vie et de repeuplement de cette espèce ornithologique, des grains seront répandus sur une superficie d'un hectare.    M. Chafaallah a expliqué que cette initiative vise à repeupler la forêt de M’sila par cette espèce de volatiles et à encourager sa reproduction pour contribuer à la préservation du milieu naturel. L’association a déjà procédé au lâcher de 100 perdrix au niveau de la forêt de Djebel K'har (Montagne des lions) dans la commune de Gdyel, premier du genre au niveau de cet espace boisé qui attire les familles Oranaises et les campeurs.

Inde : hausse de 30% des tigres sauvages sur quatre ans

mar, 30/07/2019 - 07:43
La population de tigres sauvages en Inde a augmenté de 30% en quatre ans, selon un nouveau recensement publié lundi sur ce fauve qui fait l'objet d'une mobilisation internationale afin d’éviter son extinction. L'an dernier, l'Inde comptait 2.967 tigres sauvages, contre 2.226 lors du précédent recensement en 2014. Ce pays compte la plus importante population de ces mammifères.    « C'est un résultat historique pour l'Inde », s'est félicité le Premier ministre Indien, Narendra Modi, en présentant les résultats du « All India Tiger Estimation Report 2018 ». « Il y a 15 ans, on s'inquiétait sérieusement du déclin de la population de tigres. C'était un grand défi pour nous mais, avec détermination, nous avons atteint nos objectifs », a déclaré le chef de gouvernement indien. En 1900, la planète comptait plus de 100.000 tigres sauvages, depuis, leur population est tombée à 3.200 individus.   En 2010, lors d'un sommet en Russie, l'Inde et les dirigeants de 12 autres pays abritant des tigres s'étaient engagés à doubler leur population à l’horizon de  2022. La chasse et l'extension de la présence humaine ont poussé le tigre sauvage au bord de l'extinction. Prisés par la médecine traditionnelle Chinoise, ils sont notamment la cible des braconniers. Des contreforts de l'Himalaya aux régions isolées du nord-est, en passant par les plaines du nord du pays, l'Inde compte une cinquantaine d'habitats destinés à la préservation de l'espèce. La forte croissance démographique Indienne empiète toutefois sur leur territoire, causant des conflits toujours plus nombreux. Environ 30 personnes ont été tuées par des tigres dans le pays en 2018 et plus de 60 de ces derniers ont été tués cette année. La semaine dernière, une tigresse a été battue à mort après avoir déchiqueté un villageois et blessé huit autres personnes. Le mois dernier, une tigresse et ses deux petits sont morts après avoir mangé la carcasse d'une vache empoisonnée par des villageois. Les zoologistes estiment qu'il faut miser sur l'éducation dans les villages pour gérer au mieux les conflits entre humains et animaux.

Eliminatoires Mondial-2022 (Tour préliminaire - Afrique): résultats du tirage au sort

lun, 29/07/2019 - 19:07
Le tirage au sort du tour préliminaire des éliminatoires de la Coupe du monde de football Qatar-2022, effectué lundi au siège de la Confédération africaine de football (CAF) au Caire, a donné lieu à des matchs équilibrés et d'autres moins. Vingt-huit (28) sélections les moins bien classées selon le dernier classement FIFA (25 juillet 2019) prendront part à ce tour préliminaire dont les rencontres sont prévues en aller et retour entre le 2 et le 10 septembre prochain. Les 26 équipes les mieux classées des 54 concernées par la campagne des éliminatoires du Mondial-2022 sont dispensées du tour préliminaire. Les 14 équipes qualifiées du tour préliminaire rejoindront les 26 sélections exemptées, dont l'Algérie, à la phase de groupes. Un tirage au sort sera effectué pour composer 10 groupes de 4 équipes chacun. Les premiers de chaque groupe se qualifieront pour le troisième et dernier tour qualificatif. Les leaders des 10 groupes seront divisés en 2 pots basés sur le classement de la FIFA. Les cinq équipes les mieux classées selon le classement de la FIFA joueront contre les cinq équipes les moins bien classées en matchs d'appui et les vainqueurs se qualifieront pour le Mondial-2022 au Qatar (21 novembre-18 décembre).   Le Mondial-2022 sera le dernier à 32 équipes avant le passage à 48 nations, à partir de l'édition 2026 qui sera organisée conjointement par les Etats-Unis, le Mexique et le Canada.            Résultats du tirage au sort du tour préliminaire :   Ethiopie - Lesotho Somalie - Zimbabwe Erythrée - Namibie Burundi - Tanzanie Djibouti - Eswatini Botswana - Malawi Gambie - Angola Libéria - Sierra Leone Maurice - Mozambique Sao Tomé-et-Principe - Guinée-Bissau Soudan du Sud - Guinée-Equatoriale Comores - Togo Tchad - Soudan Seychelles - Rwanda.    

Affaire Mazouz: le conseiller instructeur près la Cour suprême auditionne Abdelmalek Sellal

lun, 29/07/2019 - 17:48
Le Conseiller instructeur près la Cour suprême a auditionné, lundi, l'ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal dans le cadre de l'affaire de l'homme d'affaires Ahmed Mazouz, a indiqué un communiqué du procureur général près la Cour. "Dans le cadre de l'enquête diligentée au niveau de la Cour suprême, le Conseiller instructeur a auditionné, le 29 juillet 2019, Abdelmalek Sellal, dans l'affaire Mazouz Ahmed, poursuivi pour "octroi d'indus avantages à autrui lors de passation d'un marché en violation des dispositions législatives et règlementaires, abus de pouvoir délibéré par un agent public en violation des lois et réglementations, conflit d'intérêts, corruption lors de passation de marchés publics et dilapidation de manière volontaire, utilisation illicite en sa faveur ou en faveur d'une tierce partie de biens publics et blanchiment d'argent", a précisé le communiqué. Le Conseiller instructeur a ordonné "la mise en détention provisoire du prévenu", ajoute-t-on de même source.

 Le chef de l'Etat préside la cérémonie de distinction des meilleurs lauréats à l'examen du baccalauréat

lun, 29/07/2019 - 17:26
Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a présidé, lundi au Palais du peuple (Alger), la cérémonie de distinction des meilleurs lauréats à l'examen du baccalauréat (session 2019). Lors de cette cérémonie, qui s'est déroulée en présence de hauts responsables de l'Etat, de membres du gouvernement et des parents d'élèves, M. Bensalah a remis des attestations d'honneur, des médailles et des cadeaux symboliques aux lauréats, au nombre de 70, dont Bounab Labiba de la wilaya de Guelma qui a obtenu la meilleure moyenne au niveau national (18.75) dans la filière sciences expérimentales, suivie de Belaidi Lina d'Alger, avec 18.70 (filière mathématiques) et de Djeddou Rihane de la wilaya de Médéa avec 18.67 dans la filière mathématiques-techniques. A rappeler que le taux de réussite à l'examen du baccalauréat (session 2019) a atteint 54,56%, contre 55,88 % en 2018. La filière des mathématiques était en tête avec un taux de réussite de 78,61%. Un total de 674.831 candidats avaient passé l'examen du Baccalauréat en juin dernier, dont 411.431 scolarisés et 263.400 libres, selon les statistiques du ministère de l'Education nationale. Quelque 4226 candidats détenus avaient également subi les épreuves du baccalauréat répartis sur 43 établissements pénitentiaires agréés par le ministère de l'Education nationale en tant que centres d'examens.

Hamrouche "pas candidat à des instances de transition et élection"

lun, 29/07/2019 - 16:38
L’ancien chef de gouvernement, Mouloud Hamrouche, a réitéré lundi à Alger, sa position de ne pas être "candidat à d’éventuelles instances de transition ou élection". "Je souhaite rappeler aux honorables membres du Panel et des forums, ma déclaration du 18 avril dernier où j’indiquais que +Je ne serais pas candidat à d’éventuelles instances de transition ou élection+", a indiqué l'ancien Chef du gouvernement (septembre 1989 - juin 1991), dans un communiqué. M. Hamrouche, invité la veille par les personnalités du dialogue et de la médiation à rejoindre leur panel, considère que "le mouvement unitaire et pacifique du peuple a, depuis le 22 février dernier, neutralisé, momentanément, une série de facteurs de déstabilisation et stoppé d’imminentes menaces". Ces menaces "n’ont pas disparu pour autant et sont toujours en gestation. Il revient à ceux qui sont aux commandes d’agir, de répondre au "Hirak" et de mobiliser le pays pour lui éviter les pièges d’un chaos", a-t-il souligné.

Algérie : croissance de 1,5% au 1er trimestre 2019

lun, 29/07/2019 - 13:56
La croissance globale du Produit intérieur brut (PIB) de l'Algérie a atteint 1,5% au 1er trimestre 2019, en comparaison avec le même trimestre de l'année 2018, a appris lundi l'APS auprès de l'Office national des statistiques (ONS). Cependant, la croissance du secteur des hydrocarbures s'est caractérisée par une baisse de -7,7% au 1er trimestre 2019, contre -2,4% durant la même période de l'année écoulée.  Ainsi, le taux de croissance du PIB, hors hydrocarbures, a été de 3,9% au cours du 1er trimestre de cette année, en comparaison avec la même période de 2018. La croissance du PIB hors hydrocarbures, qui reste "appréciable", est tirée essentiellement par l'activité des services marchands, de l'industrie, du bâtiments, des travaux publics et de l'hydraulique (BTPH) et enfin du secteur agricole. Selon l'ONS, l'activité des services marchands a connu une croissance réelle de l'ordre de 5,6% durant le 1er trimestre 2019, contre 3,6% à la même période en 2018. D'autres secteurs ont également participé à cette performance du PIB hors hydrocarbures. Il s'agit, en premier lieu, du secteur de l'Industrie qui a réalisé une croissance de 4,6%, contre 4,3%, de celui du BTPH y compris les services et travaux publics pétroliers qui a réalisé une croissance de près de 3%, contre 5,1% durant la même période de comparaison. Une croissance positive a également concerné les secteurs de l'agriculture avec +2,7%, contre 4,5% et celui des services non marchands avec +1,7% contre 2,3%, a détaillé l'Organisme des statistiques. Les services marchands sont les transports et communications, le commerce, les services fournis aux entreprises et aux ménages, ainsi que les Hôtels-cafés-restaurants.  Quant aux services non marchands, ils concernent les affaires immobilières, les services financiers et les administrations publiques.  En valeurs courantes, le PIB du 1er trimestre 2019 a connu une hausse de 1,9% comparativement à la même période de 2018. La hausse du niveau général des prix au 1er trimestre 2019 a été de 0,4%, contre une hausse de 6,3% enregistrée durant la même période de l'année écoulée.  En 2018, la croissance globale du PIB a été de 1,5%, alors que celle hors hydrocarbure a été de 3,4%, rappelle-t-on.

Pages