La une

S'abonner à flux La une
Mis à jour : il y a 1 heure 2 min

L'Arabie saoudite invite les Qataris à se rendre à la Mecque

mar, 07/05/2019 - 13:44
L'Arabie saoudite a appelé mardi tous les Qataris désirant se rendre à la  Mecque pour y accomplir le rituel de la "Omra" àle faire en toute sérénité, après une période de rupture des relations diplomatique avec le Qatar. En juin 2017, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte avaient rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant notamment de soutenir le terrorisme, ce que Doha avait démenti à maintes reprises. Toutefois, les Qataris ne pourront entrer dans le pays que via l'aéroport international de Jeddah et l'aéroport international à Médine, a ajouté le ministère . "Cette invitation fait partie des efforts du royaume pour être au service de tous les pèlerins musulmans venant du monde entier", a-t-il poursuivi. L'Arabie saoudite a dû interdire par le passé l'accès aux Lieux saints aussi pour les Iraniens. Cette façon de faire a poussé de nombreux pays à demander de revoir la gestion des lieux saints, en optant pour une gestion collégiale impliquant tous les pays musulmans. La visite des Lieux saints constitue une importante ressource financière pour l'Arabie saoudite

Les restos de la Rahma : au-delà des chauds f'tours chauds, goûter à la chaleur familiale

mar, 07/05/2019 - 11:47

Accueillant des groupes de gens de passage, des démunis et des sans abri, les restos de la rahma offrent à un pan de jeuneur la joie et le plaisir. Rompre son jeûne en groupe permet aux gens privés de chaleur familiale de se sentir, le temps d’un ftour ou le temps d’un ramadhan, en famille.

Lotfi Sid a rompu son jeûne dans un des restos de la rahma, sis à El Achour (Alger) et y a senti de la solidarité faite avec un zeste de haute convivialité. Reportage.

Chaine: Tags:

Algérie Poste : liquidités disponibles aux guichets et au niveau des distributeurs durant le ramadhan

mar, 07/05/2019 - 11:08
Des dispositions sont prises par les responsables d’Algérie Poste pour assurer la disponibilité de la liquidité au niveau des distributeurs qu’au niveau des guichets, durant le mois sacré et ce, de jour comme de nuit. « Les distributeurs à billets sont chargés instantanément et le temps d’attente est nettement réduit », a affirmé Ahmed Amokrane, directeur d’Algérie Poste de la zone centre à la wilaya d’Alger, à Noureddine Himed de la radio chaine 3. Le même responsable informe aussi de l’ouverture des guichets d’Algérie Poste pendant la nuit durant les 10 derniers jours de ramadhan.

Soufiane Djilali Président du parti Jil jadid

mar, 07/05/2019 - 11:02
Video Add this: Playlist:

Un séisme de 7,2 secoue la Papouasie-Nouvelle-Guinée

mar, 07/05/2019 - 10:21
Un séisme de magnitude 7,2 a secoué mardi la Papouasie-Nouvelle-Guinée, a rapporté l'institut américain USGS, écartant tout risque de tsunami.  L'épicentre du séisme a été localisé à environ 33 km au nord-ouest de la ville de Bulolo et à une profondeur de 126 km, a précisé l'institut. Selon le Bureau australien de météorologie, il n'y a pas de menace de tsunami pour l'Australie à la suite du séisme qui aurait été ressenti dans l'extrême nord de l'Etat du Queensland. Octobre dernier, un séisme de magnitude 7 avait frappé l'île de Nouvelle-Bretagne, en Papouasie-Nouvelle-Guinée à une profondeur bien moindre de 40 kilomètres, déclenchant à l'époque une alerte au tsunami. Situé sur la ceinture de feu du Pacifique et donc fréquemment touché par les séismes, le pays, se remettait alors d'un séisme de magnitude 7,5 dans l'intérieur des terres, survenu fin février, qui avait tué plus d'une centaine de personnes et coupé du monde certains villages.

Football / Ligue 1 (Mise à jour) : le CRB s'impose devant le CS Constantine 2-1

mar, 07/05/2019 - 09:45

Ph.DR

Le CR Belouizdad s'est imposé devant le CS Constantine sur le score de 2 à 1 (mi-temps 1-1), en match comptant pour la mise à jour de la 24e journée de Ligue 1 Mobilis de football, disputée lundi au stade du 20-août 1955 (Alger). Les buts de la rencontre ont été inscrits par Yettou (5') pour le CSC, alors que Balegh (11') et Bechou (54') ont donné l'avantage au CRB. Grâce à cette victoire, le CRB s'éloigne de plus en plus de la zone de relégation, rejoignant ainsi le CABB Arréridj à la 9e place avec un total de 33 points, alors que le CSC reste toujours scotché à la 7e place (36 pts) du classement général et rate l'occasion de se rapprocher du trio de tête. C'est la dernière rencontre de mise à jour avant d'entamer les quatre dernières journées du championnat dont la 27e journée est prévue pour le 11 mai, la 28e (16 mai), la 29e (21 mai) et la 30e et dernière journée le 26 mai, selon le programme établi par la Ligue de football professionnel (LFP). Déjà joués : AS Aïn M'lila - CABB Arréridj               1-0 Olympique Médéa - JS Kabylie               1-0 ES Sétif - MC Oran                                   4-1 MC Alger - USM Alger                                     3-2 MO Béjaïa - DRB Tadjenanet                            2-2 USM Bel-Abbès - JS Saoura                  1-0 Paradou AC - NA Husseïn-Dey              2-1 Classement                    Pts          J 1). USM Alger               46           26 2). Paradou AC             45           26 3). JS Kabylie                43           26 4). MC Alger                  39           26 5). ES Sétif                    38           26 6). JS Saoura                37           26 7). CS Constantine       36           26 8). NA Husseïn Dey      35           26 9). CABB Arréridj          33           26 --). CR Belouizdad          33          26 11). AS Aïn-M'lila            30          26 12). DRB Tadjenanet    29           26 13). MC Oran                28           26 --). O. Médéa                28           26 15). MO Béjaïa             26           26 --). USM Bel-Abbès      26           26   A noter que ce classement prend en considération la victoire de l'AS Aïn-M'lila face au CR Belouizdad sur tapis vert (3-0) et la défalcation de 3 points à ce dernier. APS

Le journaliste Rachid Alik, un altruiste à l'éternel sourire, nous quitte : la corporation en émoi

lun, 06/05/2019 - 18:08

Rachid Alik, un altruiste à l'éternel sourire

Surprise et affliction pour l’ensemble de ses collègues, le journaliste Rachid Alik, dit Zappa, nous a quittés dans la nuit d’hier des suites d’une maladie. Plein de vie, dynamique, bourrés de qualités humaines, d’une grande culture, il avait exercé tour à tour aux quotidiens Alger Républicain, Le Matin, La Tribune et Liberté. L’homme à l’éternel sourire a passé sa courte vie dans les salles de rédactions brandissant la culture comme moyen de lutter contre toutes les absurdités, notamment au plus fort du terrorisme lors de « la décennie noire ». Il est incontestablement l’une des plus belles plumes de sa génération. Ouvert à tous les métiers de la presse, il passe d’un service à un autre pour toujours apporter ce plus qui fait la différence. Journaliste culturel de la presse écrite, chroniqueur, journaliste Radio, responsable durant plusieurs années des médiathèques de l’institut français d’Alger, il a surtout été à l’origine, avec Dalila Nadjem, du FIBDA, le Festival international de la bande dessinée d’Alger. A Dieu nous appartenons, à Lui nous retournons. 

Ministère de l'Education nationale : le calendrier des examens du 3ème trimestre remanié

lun, 06/05/2019 - 17:22
Le ministère de l’Education nationale a publié une note sur sa page facebook officielle, dans laquelle il dévoile un nouveau calendrier des examens pour le troisième trimestre de l’année scolaire en cours, et ce, pour les trois paliers de l'éducation. Ainsi, concernant le palier du niveau primaire, il y est noté que les épreuves d’examens auront lieu à partir du dimanche 19 mai 2019 pour les élèves des 1ère, 2ème, 3ème et 4ème année. Pour les élèves de 5ème année, les examens sont désormais programmés pour les 14, 15 et 16 mai. Pour ce qui concerne le niveau du moyen (collège), les épreuves sont prévues à partir du 14 mai pour les élèves de 1ère, 2ème et 3ème année, et les 14, 15 et 16 mai pour les élèves de la 4ème année. Les lycéens, pour leur, part seront examinés à partir du 19 mai pour les 1ère et 2ème années, et les terminales du 12 au 16 mai en cours. S’agissant des examens de rattrapage, ils auront lieu durant les deux jours des 23 et 24 juin prochain, et ce, pour tous les 2ème, 3ème et 4ème année du cycle primaire, pour les 1ère, 2ème et 3ème année du cycle moyen, et les 1ère et 2ème années du cycle secondaire. Le communiqué ajoute que les tranches d’horaires ainsi permises seront exploitées dans les corrections collectives des examens, et la préparation aux examens nationaux et ceux de rattrapage, les révisions et les cours de soutien.

Ligue 2 / ASO-WAT : match homologué en son résultat, l'ASO officiellement en Ligue 1

lun, 06/05/2019 - 16:41
La Commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a décidé lundi d’homologuer le match ASO Chlef-WA Tlemcen de la 30e journée de Ligue 2 Mobilis disputé samedi dernier en son résultat (1-1), officialisant ainsi l'accession des locaux en Ligue 1. Cette décision a été prise après l'étude du dossier et du rapport des officiels du match suite à la réclamation du WA Tlemcen arguant que l’arbitre n’avait pas sifflé la fin de la partie en raison de l’envahissement du terrain par les supporters de l’ASO pour exprimer leur joie. D'autre part, la Commission de discipline a infligé un (1) match à huis clos à l'ASO Chlef et 200.000 DA d'amende pour «utilisation et jet de fumigènes sur le terrain de jeu», selon la même source. En Ligue 1 Mobilis, le CS Constantine a écopé d'un match à huis clos également et d'une amende de 200.000 DA pour «utilisation de fumigènes et jet de projectiles (3e infraction)». Avec cette sanction, le CSC accueillera la JS Kabylie le 11 mai au stade Chahid-Hamlaoui pour le compte de la 27e journée sans la présence de ses supporters. APS

Al-Sarraj en tournée en Europe en quête de soutien contre l'agression de Tripoli

lun, 06/05/2019 - 16:07
Le président du Conseil présidentiel du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Fayez Al-Sarraj, effectuera à partir de mardi une tournée en Europe afin de réunir des soutiens contre l'agression menée par les troupes de Khalifa Haftar pour s'emparer de la capitale libyenne.  Dans le cadre de cette tournée, le chef du gouvernement libyen devra se rendre à Rome, Berlin, Paris et Londres, où il rencontrera successivement le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, mardi matin, la chancelière allemande, Angela Merkel, à Berlin dans la soirée, puis le président français Emmanuel Macron mercredi à Paris, ont indiqué des médias libyens. La visite de Fayez Al-Sarraj en Grande Bretagne est également envisagée, selon les mêmes sources qui citent un communiqué du porte-parole du ministère libyen des Affaires étrangères. Cette tournée européenne du chef du GNA intervient dans le contexte de la multiplication d'appels internationaux à l'arrêt de l'agression déclenchée le 4 avril dernier par les troupes de Khalifa Haftar contre Tripoli pour s'emparer de la capitale où siège le gouvernement d'union nationale, reconnu par la communauté internationale. Depuis le début de l'agression, les combats ont fait au moins 392 morts et 1.936 blessées, alors que 55.000 déplacés ont été recensés par le Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU. Plusieurs pays ont appelé à maintes reprises le Conseil de sécurité des Nations unies à intervenir pour mettre fin à cette agression contre la capitale libyenne et à prendre en charge les victimes. L'Italie, qui s'est opposée dès le début à cette offensive, a appelé à un cessez-le-feu dès que possible et à trouver une solution politique à la crise. La chancelière allemande Angela Merkel a demandé, de son côté, à l'Europe d'adopter une «position commune sur la crise libyenne». «Nous devons travailler à une solution politique en Libye (...), ce qui sera important pour l'avenir de votre région. (...) Je ferai mon possible pour que la position italienne et française soit cohérente et qu'il n'y ait pas de voix, de positions différentes en Europe», a souligné la chancelière allemande. La Grande Bretagne avait également plaidé pour le retour à la voie politique et à l'arrêt des combats, initiant à la mi-avril un texte de résolution qui avait été soumis au Conseil de sécurité de l'ONU. En raison de divergence au sein du Conseil, qualifiée de «profonde» par l'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, le projet en question prévoyant un cessez-le-feu immédiat et l'accès humanitaire aux zones touchées par les bombardements des troupes de Haftar, n'a pas été encore adopté, suscitant la colère et la déception des Libyens.  La visite d'l-Sarraj à Paris revêt, quant à elle, une importance particulière pour le Chef du GNA qui a, à plusieurs reprises, accusé la France de soutenir, au moins politiquement, le général à la retraite Khalifa Haftar, ce que les autorités françaises ont démenti. APS

Moyen Orient : les USA réactivent leur politique de la canonnière

lun, 06/05/2019 - 07:38
Dans le but de faire parvenir un message « clair et indubitable » à l'Iran, les Etats-Unis ont décidé de montrer leur force en mobilisant un porte-avions et des bombardiers au Moyen-Orient, a annoncé dans un communiqué le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton. « En réponse à des indications inquiétantes d'escalade et de mises en garde, les Etats-Unis ont déployé un porte-avions et une force de bombardiers auprès du Commandement central Américain de la région », a-t-il indiqué, sans cependant détailler la nature de cette « escalade ».   Il a expliqué que déploiement de cette force a pour but d'envoyer « un message clair et indubitable » au régime Iranien à savoir que « toute attaque contre les intérêts des Etats-Unis et de ses alliés rencontrera une force implacable ».    Tempérant ses propos, il a déclaré que les USA ne cherchaient pas la guerre avec le régime Iranien, mais qu’ils sont préparés à répondre à toute attaque du corps des Gardiens de la Révolution islamique ou par les forces régulières iraniennes. Les relations entre Washington et Téhéran sont au plus bas depuis que la Maison blanche a décidé de claquer la porte à l'accord international visant à empêcher l’Iran de capacités nucléaires, le jugeant « trop laxiste ». Les autres signataires, parmi lesquels figurent les alliés Européens de Washington, restent pour leur part attachés à ce texte que Téhéran continue de respecter, selon les inspecteurs internationaux.

Lundi, premier jour du Ramadhan en Algérie

dim, 05/05/2019 - 21:33
Le mois de Ramadhan de l'année 1440 de l'hégire débutera lundi 6 mai 2019 après observation du croissant lunaire, a annoncé dimanche soir à Alger la Commission nationale d'observation du croissant lunaire. Cette commission, qui compte des sous-commissions à travers 48 wilayas du pays, est composée d'oulémas et d'experts en astronomie. APS

Discours du chef de l'Etat à l'occasion du mois sacré de Ramadhan

dim, 05/05/2019 - 20:48
Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah a adressé dimanche un message à la Nation, à l’occasion du mois sacré de Ramadan, dont voici le texte intégral :          "Chères concitoyennes, chers concitoyens, Le peuple algérien célèbre, à l’instar de la Oumma islamique, l’avènement du mois sacré de Ramadhan, mois du Coran, du jeûne et des prières, un mois qui constitue une halte spirituelle à laquelle aspirent nos âmes et nos cœurs pour renouveler le serment de la foi et nous réconcilier avec nous-mêmes à travers la récitation et la lecture du Saint Coran, inspirés en cela par les paroles d’Allah: "le mois de Ramadân au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement"          C’est assurément, en ce  mois de vertu, qui voit les croyants se départir des désirs éphémères pour hisser leurs âmes au rang sublime de la spiritualité, attachés en cela aux valeurs du travail, de la patience et de l’adoration, des valeurs inhérents à notre vaillant peuple imbu de ses nobles principes moraux, qui ne cessent de s’illustrer par de sublimes images de solidarité, d’entraide et de Rahma.          Chères concitoyennes, chers concitoyens,          Ce mois sacré de Ramadhan intervient à un moment où notre pays vit des circonstances particulières, qui ont vu le peuple algérien accéder à la tribune de l’histoire, en reprenant l’initiative et en affichant sa détermination à construire l’avenir meilleur auquel aspire toutes les composantes de notre société. Il s’agit d’une étape qualitativement nouvelle, qui se déroule dans le calme et de façon pacifique, une étape durant laquelle notre peuple a fait montre d’un haut niveau de conscience et de maturité, manifestant ses revendications et ambitions légitimes à travers un comportement civilisé, qui a forcé l’admiration du monde entier. Notre vaillant peuple a pris collectivement la parole pour dire, haut et fort, son aspiration au changement, reflétant une nouvelle réalité de la pratique démocratique dans notre pays et ouvrant, dans le même temps, des perspectives prometteuses pour la réalisation d’un sursaut qualitatif vers la démocratie, le développement et la prospérité. La voix du peuple a été entendue. Elle a trouvé en l’Etat réactivité positive, promptitude et compréhension à l’égard des revendications, aspirations et attentes de notre population. Le processus de changement connaît, au quotidien, des avancées incontestables. Les objectifs de ce processus font l’objet d’un très large consensus au sein de toutes les sphères de la société et des Institutions. Ces dernières sont particulièrement attentives à ce mouvement et œuvrent à accompagner notre peuple dans cette phase cruciale de son évolution. Au cœur des revendications populaires, la lutte contre la corruption et la dilapidation des deniers publics,  a ainsi connu une accélération qui laisse entrevoir une prise en main déterminée par la Justice des dossiers qui ont défrayé la chronique, mais aussi et surtout une action méthodique, inscrite dans la durée et induisant un impact salutaire sur l’économie nationale, débarrassée de l’impact néfaste des pratiques qui ont profondément gangréné son fonctionnement. Il va sans dire, cependant, que l’intérêt suprême du pays, impose la préservation de l’Etat, le respect des Institutions, ainsi que la sauvegarde de la sécurité et de la stabilité du pays et ce quelles que soient les circonstances. Cette responsabilité incombe, en premier chef aux Institutions de l’Etat, mais elle est aussi la responsabilité de tous. Car les menaces auxquelles fait face notre pays, ne sont pas une vue de l’esprit. Elles sont multiformes, d’origine exogène mais avec des relais internes, elles sont pernicieuses et de plus en plus sophistiquées. L’affaiblissement et la déstabilisation de l’Algérie constitue, pour certaines parties, une option stratégique. Nier cette réalité ou tenter d’en minimiser la dangerosité, serait au mieux faire preuve de naïveté et au pire de complicité. C’est pourquoi, notre peuple est appelé aujourd’hui à faire preuve de la plus grande vigilance et ses enfants loyaux sont tenus d'être conscients des dangers et de demeurer, plus que jamais, sur leur garde, pour faire barrage aux intentions malveillantes et aux agissements hostiles de ces parties, qui cherchent à semer les graines de la discorde et à porter atteinte aux institutions de l'Etat et à la crédibilité des efforts qu’elles déploient pour parvenir à une sortie de crise par le dialogue et la concertation, seule voie garantissant une sortie de crise pacifique. Un dialogue intelligent, constructif, de bonne foi, reste en effet, l'unique moyen pour construire un consensus fécond, le plus large possible, de nature à permettre la réunion des conditions appropriées pour l'organisation, dans les délais convenus, de l’élection présidentielle, seule à même de permettre au pays de sortir définitivement et durablement de l’instabilité politique et institutionnelle. Un président de la République issu d’une élection incontestable, aura, en effet, toute la légitimité nécessaire et toutes les prérogatives requises pour concrétiser l’aspiration profonde au changement et satisfaire l’ensemble des revendications populaires légitimes. Faire prévaloir cette démarche rationnelle et de bon sens, c’est faire prévaloir l’intérêt supérieur de la Nation, qui est le dénominateur commun entre toutes les parties, sur les intérêts personnels et partisans étroits. Il va sans dire que les modalités d’organisation, de contrôle et de supervision de ces élections dans toutes les phases de préparation, déroulement et de dénouement, doivent être au cœur de ce dialogue et faire l’objet d’un large consensus. L’Etat est déterminé à donner la parole au peuple pour qu’il choisisse en toute souveraineté, liberté et transparence, celui à qui il souhaite confier le mandat de mettre en place un nouveau système de gouvernance, de même qu’il est déterminé à réaliser la rupture, à procéder au changement graduel voulu par notre peuple, jusqu’à la concrétisation de ses revendications légitimes, assurant ainsi une transmission souple des rênes du pouvoir et de la gestion des affaires publiques. Dans cette optique, je lance un appel à tous les acteurs nationaux, à l’ensemble des composantes de la classe politique, aux mouvances qui structurent la société civile et à tous ceux qui sont considérés comme exprimant les sentiments d’une frange de la société, ou de ses élites, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, notamment les jeunes et les femmes, de se mobiliser pour la réalisation de cet objectif stratégique national, seul à même de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères pour notre peuple et seul à même de lui permettre de déjouer les dangers et les desseins hostiles visant à le conduire vers le vide constitutionnel et l’absence d’Etat et à l’entrainer ainsi dans la spirale de l'anarchie et la déstabilisation. A cet effet, je tiens à saluer les efforts consentis par notre Armée Nationale Populaire vaillante, digne héritière de la glorieuse l’Armée de Libération Nationale, pour préserver la conception constitutionnelle de l’Etat, assurer sa continuité et garantir la sécurité et la stabilité du pays. Un vibrant hommage à son Commandement pour la lucidité de son engagement aux côtés de notre peuple, dans cette phase cruciale de son histoire et sa détermination à faire face aux agissements hostiles à la patrie, à son intégrité territoriale ainsi qu'aux tentatives visant à porter atteinte à la sécurité nationale du pays et à mettre en danger son  unité nationale. Pour ma part, qui fait partie de ceux que la force des évènements a amené à jouer un rôle dans cet épisode de l’histoire glorieuse de notre pays, je m’engage, une nouvelle fois, à déployer tous les efforts, en toute conscience et responsabilité, partant de ma profonde conviction que les algériennes et les algériens sont capables de régler leurs problèmes par le dialogue et la concertation et que ce grand peuple, qui a réalisé des miracles par le passé, est capable, aujourd’hui de surmonter ses difficultés et de construire l’avenir meilleur auquel il aspire, qu’il mérite et qui est à sa portée. Notre peuple est aujourd’hui souverain et maître de son destin. Notre contribution est de l’accompagner dans la réalisation de ce à quoi il aspire. C'est-à-dire une ère nouvelle qui lui permette d’améliorer ses conditions et sa place dans le concert des Nations.          Chères citoyennes, chers citoyens, Tant que nous avançons, au service de notre peuple et de notre Nation, sur une voie qui plaise à notre Sublime Créateur, nous réussirons, avec l’aide de Dieu, à réaliser les aspirations de notre peuple à une vie décente, faite de justice, de fraternité et de coexistence pacifique. Je saisis cette occasion pour implorer Dieu le Tout-Puissant de sauvegarder l’Algérie, de préserver sa sécurité et sa stabilité, de consolider son développement, de bénir  ses enfants et de nous guider tous dans cette œuvre inlassable au service de notre chère patrie pour laquelle se sont sacrifiés nos parents et ancêtres. J’ai choisi cette occasion de m’adresser à vous pour appeler les enfants de notre chère patrie à rester attachés aux traditions ramadanesques ancestrales, à promouvoir et mettre en exergue les valeurs d’entraide, de solidarité et de communion, de même que je les appelle à se départir des mauvaises habitudes et comportements négatifs qui s’opposent aux valeurs authentiques de notre peuple, à sa noblesse morale et à ses bienveillantes traditions. Je réitère mes meilleurs vœux à notre peuple à l’occasion de ce mois de pardon, de Rahma et de rétribution et qu’Allah agrée nos actions, notre jeûne et nos prières.          Puisse Allah nous guider tous sur la bonne voie". APS  

Bensalah appelle à un dialogue "intelligent, constructif" pour un plus large consensus

dim, 05/05/2019 - 20:25
Le chef de l’Etat, M. Abdelkader Bensalah, a appelé dimanche à un dialogue "intelligent, constructif et de bonne foi" qui reste "l'unique moyen pour construire un consensus fécond, le plus large possible, de nature à permettre la réunion des conditions appropriées pour l'organisation, dans les délais convenus, de l’élection présidentielle". Dans un discours à la Nation à l'occasion du mois sacré de Ramadhan M. Bensalah a indiqué que cette élection est "seule à même de permettre au pays de sortir définitivement et durablement de l’instabilité politique et institutionnelle". Cet appel, souligne le chef de l’Etat, s’adresse à "tous les acteurs nationaux, à l’ensemble des composantes de la classe politique, aux mouvances qui structurent la société civile et à tous ceux qui sont considérés comme exprimant les sentiments d’une frange de la société, ou de ses élites, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, notamment les jeunes et les femmes, de se mobiliser pour la réalisation de cet objectif stratégique national, seul à même de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères". Un président de la République issu d’une élection incontestable, aura, en effet, "toute la légitimité nécessaire et toutes les prérogatives requises pour concrétiser l’aspiration profonde au changement et satisfaire l’ensemble des revendications populaires légitimes", a-t-il mentionné. Pour M. Bensalah, les modalités d’organisation, de contrôle et de supervision de ces élections dans toutes les phases de préparation, déroulement et de dénouement, "doivent être au cœur de ce dialogue et faire l’objet d’un large consensus". Il a assuré que cet objectif "est le seul à même de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères pour notre peuple et seul à même de lui permettre de déjouer les dangers et les desseins hostiles visant à le conduire vers le vide constitutionnel et l’absence de l'Etat et à l’entrainer ainsi dans la spirale de l'anarchie et la déstabilisation". Le chef de l'Etat a salué, par la même occasion, les efforts de l'ANP "pour préserver la conception constitutionnelle de l’Etat, assurer sa continuité et garantir la sécurité et la stabilité du pays". Il a ainsi rendu un "vibrant hommage" à son Commandement pour "la lucidité de son engagement aux côtés de notre peuple, dans cette phase cruciale de son histoire, et sa détermination à faire face aux agissements hostiles à la patrie, à son intégrité territoriale ainsi qu'aux tentatives visant à porter atteinte à la sécurité nationale du pays et à mettre en danger son unité nationale". Evoquant les marches populaires, M. Benslah a indiqué qu'il s’agit d’une étape "qualitativement nouvelle, qui se déroule dans le calme et de façon pacifique, une étape durant laquelle notre peuple a fait montre d’un haut niveau de conscience et de maturité, manifestant ses revendications et ambitions légitimes à travers un comportement civilisé, qui a forcé l’admiration du monde entier". Il a ajouté que "la voix du peuple a été entendue. Elle a trouvé en l’Etat réactivité positive, promptitude et compréhension à l’égard des revendications, aspirations et attentes de notre population", soulignant que "le processus de changement connaît, au quotidien, des avancées incontestables". "Au cœur des revendications populaires, la lutte contre la corruption et la dilapidation des deniers publics, a ainsi connu une accélération qui laisse entrevoir une prise en main déterminée par la Justice des dossiers qui ont défrayé la chronique, mais aussi et surtout une action méthodique, inscrite dans la durée et induisant un impact salutaire sur l’économie nationale, débarrassée de l’impact néfaste des pratiques qui ont profondément gangréné son fonctionnement", a encore relevé M. Bensalah dans son message. "Il va sans dire, cependant, que l’intérêt suprême du pays, impose la préservation de l’Etat, le respect des Institutions, ainsi que la sauvegarde de la sécurité et de la stabilité du pays et ce quelles que soient les circonstances", a-t-il insisté, estimant que "l’affaiblissement et la déstabilisation de l’Algérie constitue, pour certaines parties, une option stratégique". "Nier cette réalité ou tenter d’en minimiser la dangerosité, serait au mieux faire preuve de naïveté et au pire de complicité", a-t-il conclu.  APS

Coupe d'Algérie - 8es de finale : le NAHD passe de justesse, le NBS hors course

dim, 05/05/2019 - 19:10
Le NA Hussein Dey s’est qualifié difficilement pour les quarts de finale de la Coupe d’Algérie de basketball après avoir battu d’un petit point (56-57) le CSC Djisr Kasentina en 8e de finale de l’épreuve populaire disputé ce dimanche. Après une longue trêve forcée, dictée par les problèmes qu’a traversé la Fédération algérienne de basketball (FABB), les équipes ont repris le chemin de la compétition en disputant les 8es de finale de Dame Coupe.     Une halte dans l’épreuve populaire marquée par l’élimination surprise du NB Staouéli. En effet, le NBS a été sorti, à la stupeur générale, par le CRB Dar El Beïda dans un duel entre équipes de Nationale 1 soldé sur le score de 82 à 80. A l’image du NBS, l’OMS Miliana quitte également la compétition. L’OMSM a été évincé par le RC Boumerdès en s’inclinant sur le score de 52 à 53. Pour sa part, le NA Hussein Dey, deuxième au classement de la Nationale 1, est passé de justesse pour le tour suivant. Les Sang et Or se sont fait très peur en s’imposant sur le fil face au CSC Djisr Kasentina (56-57), pensionnaire de la Nationale 2. Dans les deux autres rencontres, l’USM Blida et le TR Aïn Defla ont composté leur billet pour les quarts de finale en battant respectivement l’Affak Mostaganem (77-81) et le MC Saïda (34-74). De leur côté, le GS Pétroliers, le WO Boufarik et l'ASS Oum El-Bouaghi ont passé le cap des 8es de finale sans jouer. Ces trois formations ont profité du retrait de leurs adversaires, à savoir, l’OSBBA, l’USS et le MOC. Pour terminer, les affiches des quarts de finale seront connues le mercredi 08 mai prochain (14h30) à l’issue du tirage au sort prévu au siège de la FABB. Résultats des matchs :    CRB Dar El Beïda - NB Staouéli 82 - 80 CSC Djisr Kasentina - NA Husseïn-Dey 56 - 57 OMS Miliana - RC Boumerdès 52 - 53 MC Saïda - TR Aïn-Defla 34 - 74 Affak Mostaganem - USM Blida 77 - 81

Communauté nationale en France : manifestations ce dimanche à Marseille et à Paris au diapason du mouvement populaire en Algérie

dim, 05/05/2019 - 18:43

Ph. Radio Algérie

La communauté nationale à l'étranger, au même titre que l'ensemble des Algériens du pays, tient à ne pas rester à l'écart du changement politique historique qui s'opère présentement en Algérie. A Marseille comme à Paris, les "forcés à l'éxile", ont les yeux et le coeur rivés sur le pays. Dès le 22 février, lors de la première grandiose et mémorable manifestation contre le cinquième mandat de l'ex-président Bouteflika, des comités se sont constitués pour se mettre au diapason du formidable et extraordinaire élan populaire qui a gagné l'ensemble du territoire national. A Marseille, le CADSA (Collectif pour une alternative démocratique et sociale en Algérie) continue à mobiliser, toutes les semaines et par des moyens dérisoires, les membres de notre communauté dans le département des Bouches-du-Rhones, et des marches ont lieu chaque dimanche avec les mêmes slogans qu'en Algérie, et autant d'humour, de sourires, d'engagements et surtout d'espoir pour la jeunesse.  Ce dimanche encore, et pour le 11e acte, les manifestants, notamment les jeunes et les femmes, ont démontré leur détermination à poursuivre leur mouvement, y compris pendant le mois sacré du Ramadhan.  A Paris, malgré le froid qui s'abat ces jours-ci sur l'Hexagone et les averses de pluie, les dizaines d'Algériens, brandissant des drapeaux et des pancartes, ont réitéré leurs revendications qui se résument dans le changement radical du régime actuel du pays, le départ de tous les responsables politiques, l'instauration des conditions pour une transition politique démocratique afin de permettre au pays d'aller vers une République nouvelle. Une République, ont-ils expliqué, qui consacre un Etat de droit, la justice sociale, la mise en perspective d'un «vrai» développement économique mettant en valeur les compétences algériennes de l'intérieur et de la diaspora. «Pour une assemblée constituante», «Pour une Algérie plurielle, nationale et du juste milieu», «Jeunes + Liberté + Justice + Equité = Une nouvelle Algérie», lit-on dans les pancartes soulevées par les manifestants, dont certains soulevaient des portraits de martyrs comme Larbi Ben M'hidi, Abane Ramdane, colonel  Amirouche, colonel Si el-Haouès. Les manifestants ont également demandé la libération de la justice, et de la presse, insistant sur la restitution au peuple sa souveraineté par l'application des articles 7 et 8 de la Constitution. Des animateurs du rassemblement, qui s'est déroulé à la place emblématique de la République, ont demandé aux Algériens de la patience pour qu'il y ait le changement radical du système. «Patience chers concitoyens. Nous avons attendu 57 ans et nous n'allons pas abdiquer jusqu'à la mise en place d'une République de justice sociale», a déclaré aux manifestants un des animateurs se servant d'un mégaphone. Les manifestants ont tenu à scander d'une seule voix qu'ils investiront la place de la République pendant le mois du ramadan. Radio Algérie Multimédia /APS

La DGSN dément la tenue d'une réunion pour débattre de certaines revendications socioprofessionnelles de ses affiliés

dim, 05/05/2019 - 18:30
05/05/2019 - 18:30

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a démenti «catégoriquement», dimanche dans un communiqué, l'information relayée sur les réseaux sociaux concernant la tenue d'une réunion de travail pour débattre de certaines revendications socioprofessionnelles des affiliés de la sûreté nationale.

Dans son communiqué, la DGSN a rappelé que «toutes les informations qui concernent le corps de police sont transmises à ses affiliés uniquement via ses canaux officiels internes», soulignant qu'elle «se démarque de toutes fausses informations qui lui sont attribuées et qui sont envoyées en dehors de ses canaux de communication officiels».

APS

Gaïd Salah inspecte des unités de la 2e Région militaire à Oran

dim, 05/05/2019 - 18:20
Le Général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP), a inspecté, dimanche, au 2e jour de sa visite à la 2e Région militaire à Oran, des unités relevant de cette Région, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale. Gaïd Salah a effectué une visite d’inspection à la base navale principale de Mers El Kebir, où il a suivi un exposé global portant sur les projets réalisés dans le cadre du développement et de modernisation de cette base navale stratégique avant de s’enquérir des autres projets d’infrastructures en cours de réalisation. Il a exhorté, à cette occasion, les responsables de ces projets d'«accélérer leur concrétisation conformément aux normes requises et dans les plus brefs délais». Gaïd Salah a également procédé à l’inspection de quelques unités navales où il s’est enquis du degré de la disponibilité de ces unités et a discuté longuement avec leurs équipages en les félicitant pour «leurs efforts soutenus en vue de sécuriser et protéger nos eaux territoriales», et en les exhortant à «persévérer dans l’application rigoureuse et stricte des programmes de préparation au combat afin de consolider les fondements de la puissance du corps de bataille de nos Forces navales pour pouvoir faire face efficacement à toute éventuelle menace quelle que soit son origine». Le chef d’Etat-major de l'ANP avait visité, samedi, l’Ecole des cadets de la Nation à Oran où il s’est enquis du projet d’extension que connait cette école, ce qui lui a permis d’élever sa capacité d’accueil, note le communiqué. Il a également inspecté ses différentes structures notamment les annexes pédagogiques et d’hébergement. Lors de toutes les étapes de sa visite sur le terrain pour inspecter les diverses réalisations en matière d'infrastructures, le Général de corps d’Armée a insisté sur le fait que «la satisfaction de tous les volets relatifs aux conditions de vie, à l’hébergement et à l’environnement professionnel, au profit des personnels militaires sont des exigences primordiales, dont le Haut commandement de l’ANP veut que le volet des infrastructures soit l’une de ses composantes principales». Il a estimé que «toutes les conditions et l’environnement favorables à atteindre l'accomplissement optimal des différentes actions et missions permettent certainement d'enregistrer des résultats professionnels positifs et qualitatifs qui augurent d'un avenir prometteur en termes de perspectives professionnelles». A noter qu'à l’entame et à l'entrée du siège de la 2e Région, le Général de corps d'Armée, accompagné du Général-major, Meftah Souab, Commandant de cette Région, s'est recueilli à la mémoire du chahid Boudjnane Ahmed dit «Si Abbès», dont le siège de la Région est baptisé de son nom. Il a, à l'occasion, déposé une gerbe de fleurs devant la stèle commémorative et récité la Fatiha du Saint Coran à la mémoire des glorieux chouhada de la guerre de libération nationale. APS

Agression israélienne contre Ghaza : au moins 13 morts et plus de 90 blessés (nouveau bilan)

dim, 05/05/2019 - 18:00
L'agression israélienne contre la bande de Ghaza qui se poursuit depuis vendredi a fait au moins 13 morts et 93 blessés dont des femmes et des enfants, alors que des appels se multiplient pour l'intervention d'urgence de l'ONU pour mettre fin aux crimes de l'occupant. Au troisième journée de l'agression contre la bande de Ghaza, les raids de l'aviation de l'occupant israélien ont fait au moins 13 morts et 93 blessés, a indiqué l'agence Wafa citant un bilan provisoire dimanche du ministère palestinien de la Santé. Selon l'agence palestinienne, l’aviation de l'occupation israélienne a effectué plus de 100 raids alors que l’artillerie lourde de l’occupant a ciblé plus de 100 sites dont des immeubles, des bâtiments comprenant des institutions de médias et des terres agricoles. L'escalade israélienne à Ghaza a commencé vendredi soir lorsque les troupes israéliennes ont tué deux manifestants palestiniens prenant part aux manifestations pacifiques hebdomadaires qui se déroulent de l'autre côté de la barrière réclamant la levée du siège imposée à l'enclave depuis 10 ans. Samedi, le ministère palestinien a indiqué qu'une femme âgée de 37 ans, Falastine Abou Arar, enceinte et sa fillette de 14 mois, Saba Abou Arar, avaient été tuées dans une frappe israélienne alors qu'elles se trouvaient au domicile familial, à l'est de la ville de Ghaza. Réagissant suite à cette escalade, Hanan Achrawi, membre du Comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a condamné des «crimes de guerre» contre la population palestinienne, affirmant qu'«Israël a transformé Ghaza en la plus grande prison à ciel ouvert du monde». Dénonçant le siège imposé à cette enclave, la dirigeante palestinienne a ajouté, dans un communiqué cité par l'agence Wafa, que «l'aviation israélienne a bombardé sans distinction des zones civiles très peuplées, notamment des bâtiments résidentiels complètement détruits, des maisons et des bureaux de presse, ainsi qu'une mosquée». Mme Achrawi a dénoncé, en outre, le soutien «aveugle» et immoral» du président américain Donald Trump apporté à l'occupation et à la «brutalité» israélienne. «La communauté internationale a la responsabilité de mettre fin à cette escalade et de protéger les droits et la vie de deux millions de Palestiniens qui sont assiégés et bombardés sans discernement, sans aucun accès à la sécurité ni aucune forme de protection», a souligné la responsable de l'OLP. APS

Automobile : les constructeurs qui ne se conforment pas aux lois seront rappelés à l'ordre

dim, 05/05/2019 - 17:37

Ph.DR

La ministre de l’Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt, a affirmé dimanche à Alger, que les constructeurs automobiles qui ne se conforment pas aux dispositifs et le cahier de charges mis par les pouvoirs publics seront rappelés à l'ordre. Interrogée sur le secteur automobile par la presse en marge d'une rencontre nationale des directeurs de wilayas de l’industrie et des mines, en présence également des cadres de l’administration centrale du secteur, Mme Tamazirt a insisté que «les constructeurs qui ne se conforment pas aux lois seront rappelés à l'ordre». Rappelant que l'objectif le plus important de l'industrie du montage des véhicules instaurée en Algérie était l'augmentation de l'intégration nationale à travers la création d'un tissu industriel des PME/PMI, Mme Tamazirt a affirmé que «ce dossier sera sujet de contrôles des operateurs qui ont respecté l'intégration et ceux qui ne l'ont pas respecté pour apporter des correctifs». S'agissant des prix des véhicules fabriqués localement qui demeurent «élevés», la ministre a indiqué que «des constats se font sur le terrain et des correctifs seront rapportés si des dépassements sont enregistrés». A une question sur le dossier de l'usine Peugeot en Algérie, Mme Tamazirt a affirmé que «ce dossier est en train d'être examiné comme tous les autres dossiers», rappelant que tous les opérateurs «sont appelés à respecter le cahier des charges qui a été mis à leur disposition». Interpellée sur le foncier industriel et une éventuelle révision de ses attributions, dans le sillage des arrestations par les autorités judicaires de plusieurs hommes d'affaires soupçonnés, entre autres, d'avoir bénéficié de «beaucoup davantage», Mme Tamazirt a exclu «une révision des attributions du foncier industriel», soulignant que «des états de lieu sont en train d'être établis par ses services et des correctifs seront apportés si des dépassements sont constatés». A une question sur le secteur économique public dans de cadre de la stratégie de développement industriel à l'échelle nationale, la ministre a rappelé qu'un dispositif a été mis en place depuis 2009, portant sur la diversification de l'économie nationale à travers des actions permettant des partenariats gagnants-gagnants pour certains secteurs et pas pour d'autres qui sont plus stratégiques. Mme Tamazirt a rappelé, dans ce sens, que «le gouvernement actuel est chargé d'une mission de continuité des opérations pour répondre aux besoins les plus urgents des citoyens ». A cet effet, la politique du ministère de l'Industrie et des mines consiste à poursuivre les actions engagées et la poursuite des dispositifs déjà mis en place, a ajouté Mme Tamazirt, soulignant l'existence d'entreprises publiques «très performantes», alors que d'autres nécessitent des actions de partenariats pour se développer. «Les opérations de partenariats se poursuivent et il est clair que ça nécessite du temps afin de sécuriser les intérêts des entreprises nationales publiques ou privées», a-t-elle insisté. Interrogée sur le lien entre le mouvement national (Hirak) et les grèves enregistrés dernièrement dans son secteur, la ministre a précisé que «les grèves enregistrées dans le secteur industriel portent sur des revendications sociales», affirmant que «ces grèves ont été accompagnées et prises en charge, notamment les plus importantes sur le territoire national, telles celles des entreprises de fer de l'Est et les complexes sidérurgiques». «Pour nous, il s'agit de revendications sociales des plus normales qui s'inscrivent dans le droit syndical. Elles ont été prises en charge dans le cadre de la concertation et les activités ont repris», a-t-elle persisté. Concernant la mise à l'arrêt du complexe sidérurgique d'El Hadjar jeudi passé, la ministre a expliqué que l'activité du complexe a été suspendue à cause d'un épuisement de ses stocks en matière première (fer) suite à la grève des entreprises de fer de l'Est qui a duré 20 jours, assurant que son activité a repris après la prise en charge des revendications sociales des employés grévistes. A propos de la politique du secteur des mines en matière d'exploitation de métaux précieux, la ministre a estimé qu'il s'agit de nouveaux chantiers qui sont ouverts et les actions de la recherche se poursuivent à travers les organismes en charge de ce volet. APS

Pages