La une

S'abonner à flux La une
Mis à jour : il y a 1 heure 37 min

FLN : Session extraordinaire et houleuse du Comité central mardi

il y a 2 heures 7 min
Les travaux de la session extraordinaire du Comité Central (CC) du parti du Front de libération nationale (FLN) ont débuté, mardi à Alger, pour l'élection d'un nouveau secrétaire général, en présence de 347 membres sur les 504 que compte le comité. La séance d'ouverture, émaillée de quelques escarmouches entre les membres du CC, car certains se sont opposés au choix du membre désigné pour présider les travaux, en sa qualité de membre le plus âgé, tel que prévu dans les statuts du parti, a vu la présence d'anciens visages du parti, voire des ministres "contestés par le peuple".            Le CC a entamé ses travaux par le retrait de confiance du SG Djamel Ould Abbas absent à cette séance, à l'unanimité des membres du CC qui ont décidé également de geler sa qualité de membre au sein du CC. La séance d'ouverture a été levée suite à des désaccords survenus au sujet de la liste proposée pour les membres du bureau de la session, et concernant l'élaboration de la liste des membres du comité de candidatures pour le poste de SG. Les membres du CC devront proposer deux membres représentants pour chaque région du pays en ce qui concerne le bureau de la session et trois membres pour chaque région pour le comité de candidatures. Le comité de candidatures se chargera de trancher sur les dossiers de candidatures pour le poste de SG, sachant qu'un nombre important des membres du CC se sont portés candidats à ce poste, dont de vieux membres et des jeunes. La wilaya d'Alger avait donné son autorisation pour la tenue d'une session extraordinaire du comité central du FLN, à la demande de l'ex-SG, Djamal Ould Abbes et de membres du CC. Le membre du bureau politique du FLN et chargé de la communication, Hocine Khaldoun, avait souligné, la veille de la tenue de cette session, "l'importance" de la reporter et de revoir l'aspect juridique, objet de polémique, à travers la publication de la liste officielle des membres du CC issue du 10e congrès".   L'instance dirigeante du FLN avait démenti, récemment, la démission de son coordonnateur, Mouad Bouchareb, affirmant "exercer normalement ses missions". Elle a également rappelé que les "portes du parti restent ouvertes à tous les cadres et militants, sans exclusive".  

Présidentielle du 4 juillet : fin mardi de l'opération de révision exceptionnelle des listes électorales

il y a 3 heures 16 min
L'opération de révision exceptionnelle des listes électorales, en prévision de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain, s'achève ce mardi, conformément au délai fixé par le ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire. Dans le cadre de cette opération ouverte le 16 avril dernier, le ministère de l'Intérieur a invité tous les citoyens et citoyennes non-inscrits sur les listes électorales et âgés de 18 ans révolus le jour du scrutin, soit le 4 juillet 2019, à demander leur inscription sur la liste électorale de la commune de résidence. Les électeurs ayant changé de résidence devaient, quant à eux, se rapprocher de leur nouvelle commune de résidence qui prend en charge la procédure de radiation et d'inscription.   Le nombre d'électrices et d'électeurs portés sur les listes électorales lors des élections locales du 23 novembre 2017 s'élevait à 22.883.772. Cependant, des présidents d'Assemblées populaires communales (APC) dans certaines wilayas, telles que Tizi-Ouzou, Bejaia et Tipasa, ont annoncé leur refus de procéder à la révision des listes électorales et de participer à la préparation de l'élection présidentielle, estimant que cette consultation est "rejetée" par le peuple algérien.  Des magistrats ont également annoncé leur refus de superviser l'opération électorale, affirmant qu'ils se tiennent du côté du mouvement populaire de contestation (hirak) et revendiquant une justice indépendante.     Une rencontre de concertation sur les mécanismes de la mise en place d'une instance nationale indépendante chargée de la préparation et de l'organisation de l'élection présidentielle s'est tenue lundi à Alger. Des responsables de partis politiques, de représentants de la société civile, des personnalités nationales, des juristes, notamment des constitutionnalistes, ont été conviés à cette rencontre dont les travaux se sont déroulés à huis clos. Les participants à cette rencontre ont appelé à "préserver le processus constitutionnel et électoral et son accompagnement par des mesures d'apaisement en direction de l'opinion publique", selon le document qui a sanctionné leurs travaux, et dans lequel il est précisé que l'instance nationale indépendante chargée de la préparation et de l'organisation de l'élection présidentielle sera dotée de "larges prérogatives". Plusieurs partis politiques et personnalités nationales ont décliné l'invitation de la présidence de la République à cette rencontre de concertation, considérant qu'elle n'est pas en phase avec les revendications exprimées par le hirak. Parmi les partis qui ont refusé de prendre part à la réunion figurent, entre autres, TAJ et le Mouvement populaire algérien (MPA), qui faisaient partie de l'Alliance présidentielle, le Front des forces socialistes (FFS), le Parti des travailleurs (PT), le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Talaie el Hourriyet et le Mouvement de la société de la paix (MSP). Abdelkader Bensalah, qui assume, en application des dispositions de l'article 102 de la Constitution, les fonctions de chef de l'Etat pour une durée de 90 jours, suite à la démission du président Abdelaziz Bouteflika, a signé le 10 avril le décret présidentiel convoquant le corps électoral pour l'élection présidentielle.  Selon un bilan provisoire rendu public lundi, 32 postulants ont déposé à ce jour auprès du ministère de l'Intérieur des lettres d'intention de se porter candidats à l'élection présidentielle du 4 juillet.  Lors d'un message à la nation, Bensalah, qui ne peut, selon la Constitution, se porter candidat à l'élection présidentielle, a fait part de son intention de créer, en concertation avec la classe politique et la société civile, une institution nationale collégiale, "souveraine" dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions d'organisation d'élections nationales "honnêtes et transparentes".  Le chef de l'Etat a tenu à préciser que le rôle du gouvernement et des services administratifs concernés se limitera à "soutenir et accompagner" cette institution dans l'accomplissement de ses missions "en toute liberté".  Le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), a assuré, de son côté, que l'ANP accompagnera la période de transition destinée à la préparation de l'élection présidentielle et veillera à son suivi dans "le strict respect des règles de transparence et d'intégrité et des lois de la République". Les partis de l'opposition ont toutefois exprimé leur rejet de l'installation de M. Bensalah en qualité de chef de l'Etat, estimant que cette démarche est "incompatible" avec les revendications du peuple algérien, qui réclame un changement radical du système politique et le départ des personnalités qui en sont les symboles. Les partis de l'opposition ont estimé aussi que l'approche constitutionnelle dans la résolution de la crise mènera à "l'impasse", le problème étant fondamentalement d'ordre politique.

CAN-2019 : l'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en phase finale

il y a 5 heures 6 min
La sélection algérienne de football occupe la 5e place au classement des équipes les plus chères présentes à la phase finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2019) en Egypte du 21 juin au 19 juillet, selon le site spécialisé Transfermarkt. Dans ce classement établi en tenant compte de la valeur marchande des joueurs composant chaque sélection, les Verts cumulent 141,5 millions d'euros, loin derrière le Sénégal, équipe la plus chère avec 343,5 millions d’euros, selon le portail allemand considéré comme une référence en matière de montant des transferts par les médias. La Mauritanie est dernière avec seulement 3,25 millions d’euros.                 Le classement :  1. Sénégal              343,5 millions d’euros. 2. Côte d’Ivoire        270,95 millions d’euros. 3. Egypte               184 millions d’euros. 4. Ghana               142, 70 millions d’euros. 5. Algérie               141,5 millions d’euros. 6. Nigeria               135,25 millions d’euros. 7. Maroc                129,6 millions d’euros. 8. Cameroun         111, 6 millions d’euros. 9. Mali                     92,5 millions d’euros. 10. RD Congo         66,45 millions d’euros. 11. Tunisie              42,1 millions d’euros. 12. Guinée              36,7 millions d’euros. 13. Afrique du Sud  33,63 millions d’euros. 14. Kenya               27,93 millions d’euros. 15. Zimbabwe         21,05 millions d’euros. 16. Angola              18,15 millions d’euros. 17. Bénin                17 millions d’euros. 18. Guinée-Bissau  13,75 millions d’euros. 19. Madagascar      10,43 millions d’euros. 20. Tanzanie           10,1 millions d’euros. 21. Burundi             9,5 millions d’euros. 22. Ouganda           4,23 millions d’euros. 23. Namibie             3,5 millions d’euros. 24. Mauritanie          3,25 millions d’euros.

Un colloque international sur le Sahara occidental à Amiens le 27 mai prochain

il y a 5 heures 14 min
Un colloque international sur le Sahara Occidental se tiendra les 27 et 28 mai prochain à Amiens (nord de la France), a-t-on appris mardi auprès des organisateurs. Intitulé "Le Sahara occidental : Actualités d'une question ancienne", le colloque pluridisciplinaire est organisé par l'Université Picardie Jules-Verne qui a invité des universitaires de renommée internationale, spécialistes en droit, relations internationales, histoire, politique et anthropologie. Selon un programme provisoire dont l'APS a obtenu une copie des organisateurs, plusieurs table-rondes sont prévues. La première sera consacré à la notion du territoire au cours de laquelle les participants examineront l'approche coloniale du territoire, l'approche marocaine du territoire en tant que puissance occupante, l'approche juridique de la notion du territoire et l’intérêt économique du territoire du Sahara Occidental. Les participants auront à analyser la question de "Quel gouvernement pour le Sahara Occidental ?" en examinant notamment  l'approche juridique croisée internationale et constitutionnelle de la notion de gouvernement, le Sahara Occidental dans le contexte maghrébin et l'effet en France des actes et décisions de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Le deuxième jour du colloque sera consacré à la population du Sahara Occidental sous les aspects de l'histoire de la notion de la nationalité et les changements sociaux affectant une partie de la population qui est refugiée. Les universitaires participants à ce colloque se pencheront également sur le rôle de la diaspora  sahraouie et ses soutiens et l'action de la société civile auprès des institutions européennes. Les prisonniers politiques sahraouis de Gdeim Izik n'ont pas été omis puisque l'avocate Olfa Ouled fera le point sur leur situation et leur défense. En dernière instance, la question du Sahara Occidental sera examinée au plan des institutions internationales pour se pencher sur leur rôle dans la solution du conflit. Ainsi, le colloque propose de la revisiter auprès des Nations unies, à l’Union africaine et à l'Union européenne. Ce dernier point fera l'objet d'une table-ronde pour étudier l'avenir de la question du Sahara Occidental au sein de cette institution qui accorde au Maroc des contrats commerciaux concernant les territoires occupés du Sahara Occidental, alors que la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a clairement souligné dans deux arrêtés que le Maroc et le Sahara Occidental sont deux territoires distincts et que toute transaction commerciale concernant le territoire du Sahara occidental doit être négocier avec le Front Polisario. C'est ainsi que le colloque a prévu de faire le point sur la position de la Commission européenne dans le contentieux de la CJUE et d'étudier les rapports de force et enjeux au Parlement européen. Plusieurs professeurs de grandes universités interviendront à ce colloque, dont on peut citer l'historien Pierre Vermeren (Université Paris I - Panthéon Sorbonne), l'Algérien Yahia Zoubir (Kedge Business School), la conseillère scientifique du colloque Marjorie Beulay (Université Picardie Jules Verne) et Francesco Bastagli (ancien Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Sahara Occidental et Chef de la MINURSO).

Coupe d'Algérie (demi-finales / retour) : CRB-CSC et JSMB-ESS à l’affiche

il y a 5 heures 24 min
Prévus les mercredi et jeudi, 24 et 25 avril courant, les deux matchs des demi-finales retour de la coupe d’Algérie de football seront animés respectivement à Constantine (16h00) et à Sétif (17h00) selon le programme établi comme suit :                 Mercredi 24 avril :  CR Belouizdad - CS Constantine (16h00)                  Jeudi 25 avril :  JSM Béjaïa - ES Sétif (17h00)  NB. Rappelons que la manche aller le CSC l'a emporté par la plus petite des marges (1-0) face au CRBelouizdad alors que l'ES Sétif s'est incliné face à la JSMBéjaia (2-1).

Deux éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés à Oran

il y a 6 heures 23 min
23/04/2019 - 11:40

Deux (2) éléments de soutien aux groupes terroristes ont été arrêtés, lundi à Oran, par un détachement de l'Armée nationale populaire (ANP), indique mardi le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. 

"Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détachement de l’Armée nationale populaire a arrêté, le 22 avril 2019, à Oran (2e Région militaire), deux (2) éléments de soutien aux groupes terroristes", précise la même source 

En outre, et dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, un détachement de l’Armée nationale populaire, en coordination avec les éléments de la Gendarmerie nationale, "a appréhendé à Tamanrasset (6e RM), 21 orpailleurs et saisi deux (2) véhicules, trois (3) groupes électrogènes et trois (3) marteaux piqueurs", tandis que d’autres détachements combinés de l’Armée nationale populaire"ont arrêté à In-Guezzam (6e RM), 22 contrebandiers et saisi deux (2) véhicules tout terrain, 1322 unités de produits pharmaceutiques et divers objets".

Dans le même contexte, des éléments de la Gendarmerie nationale "ont arrêté, à Tébessa (5e RM), un (1) narcotrafiquant en possession de 5.3 kilogrammes de kif traité, 400 comprimés psychotropes, ainsi que 520 cartouches et 38 kilogrammes de produits servant dans la confection de cartouches".

Par ailleurs, "11 immigrants clandestins de différentes nationalités ont été appréhendés à Tamanrasset et Tlemcen", rapporte également le communiqué.

Pétrole : le panier de l'Opep à plus de 72 dollars le baril

il y a 6 heures 29 min
Le prix du panier de quatorze pétroles bruts, qui sert de référence à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a progressé à  72,44 dollars le baril lundi, contre 70,83dollars jeudi dernier, a indiqué l'Organisation pétrolière mardi sur son site web.  Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l'Opep (ORB) comprend actuellement le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djen(Congo),Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale),Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran),Basra Light (Irak), Kuwait Export ( Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela). Le même jour,  les cours de l'or noir ont fini en hausse. A Londres le baril de Brent pour juin, référence européenne, a progressé de 2,88%, ou 2,07 dollars, à 74,04 dollars. A New York le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai, référence américaine du brut, a gagné 2,66%, ou 1,70 dollar, à 65,70 dollars. Les deux types de barils ont clôturé lundi à leur plus haut niveau depuis le 31 octobre pour le WTI et depuis le 1er novembre pour le Brent. Cette hausse intervient dans le sillage de l'officialisation par la Maison Blanche de la fin des exemptions qui permettaient à huit pays l'achat de pétrole iranien malgré des sanctions américaines. Lundi , la Maison Blanche a annoncé que le président des Etats-Unis Donald Trump a décidé de  mettre fin aux exemptions permettant à huit pays d'acheter du pétrole iranien, afin de "porter à zéro les exportations" de brut iranien. A partir de début mai, ces pays : la Chine, l'Inde et la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l'Italie et la Grèce seront exposés à des sanctions américaines s'ils continuent d'acheter du pétrole iranien. L'Arabie saoudite, chef de fil de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole(Opep) , s'est de son côté dite prête à "stabiliser" le marché après la décision américaine, et l'Irak est "prêt" à exporter 250.000 barils supplémentaires. Le président américain a promis sur Twitter que l'Arabie saoudite et d'autres pays "compenseront" la baisse de l'offre iranienne. L'Iran a jugé  "illégales" les sanctions américaines à son encontre. "Puisque les sanctions en question sont illégales dans leur principe même, la République islamique d'Iran n'avait attaché et n'attache aucune valeur ni aucune crédibilité aux dérogations accordées relativement aux dites sanctions", a indiqué le ministère des Affaires étrangères iranien dans un communiqué. L'Iran a exporté en moyenne 1,7 million de barils par jour en mars, dont près de 628.000 vers la Chine, selon l'agence spécialisée S&P Global Platts, A noter qu'une réunion de l'Opep et ses partenaires est programmée pour  juin prochain afin de discuter de la décision de renouvellement de leur accord de réduction de la production. Cette rencontre sera précédée par la quatorzième  réunion du comité ministériel de suivi Opep et non-Opep (JMMC) prévue en mai  à Djeddah en Arabie saoudite. L'Organisation et ses partenaires, à leur tête  la Russie réduisent leur production de 1,2 million de bpj à compter du 1er janvier 2019 pour six mois. Selon des données de JMMC,  la conformité globale des participants à l'accord de l'Opep a presque atteint 90% pour le mois de février 2019, contre 83% au mois de janvier. Dans son dernier rapport mensuel , l'Opep a indiqué que sa production préliminaire totale de pétrole brut s’élevait en moyenne à  30,022 Mbj en mars, une diminution de 534.000 barils par jour .

Excellence : le HBC El-Biar et le CR El-Harrouch officiellement relégués

il y a 6 heures 29 min
Le HBC El-Biar et le CR El-Harrouch ont officiellement quitté le Championnat Excellence de handball pour la Nationale 1 au terme de la saison 2018-2019, selon le classement publié mardi par la Fédération algérienne de la discipline (FAHB). Le dossier des clubs relégués en Nationale 1 était à l'étude au niveau de la FAHB, une véritable cacophonie ayant entouré l'identité des deux formations devant quitter l'élite à l'issue de la 8e et dernière journée des play-downs pour le maintien en Excellence (messieurs), après que le MB Tadjenanet, l'ES Arzew, le HBC El-Biar et le CR El-Harrouch ont bouclé le championnat à égalité de points (8). Selon une précédente explication de la FAHB à l'APS, "un alinéa du règlement en cas d'égalité de points (tiré des règlements de la Fédération internationale de handball) a été mal interprété et mal compris, surtout que les quatre équipes en question ne se sont pas rencontrées toutes durant les play-downs". "De ce fait, il faut aller jusqu'au point qui parle du plus grand nombre de buts marqués dans tous les matchs et là, sous réserves je dis bien sous réserves, c'est le CR El-Harrouch et le HBC El-Biar qui seront relégués", avait indiqué un responsable de la fédération. Dans le règlement publié par la FAHB, l'article concernant le cas d'"égalité de points" touche les "deux ou plusieurs équipes" qui se sont rencontrées en play-downs. Or, certaines équipes qui s'étaient déjà affrontées durant la première phase du championnat n'ont pas récidivé en play-downs, selon le système de compétition adopté par la fédération. Dans ce cas, c'est le plus grand nombre de buts marqués dans tous les matchs de play-downs qui a été décisif dans le classement publié par l'instance fédérale : 210 pour Arzew, 178 pour Tadjenanet, 174 pour El-Biar et 168 pour El-Harrouch, synonyme de relégation pour ces deux derniers. Ils seront remplacés par le MC Oued-Tlélat et le MM Batna, promus de la Nationale 1 après avoir dominé respectivement les groupes Centre-Ouest et Centre-Est du deuxième palier.

Conférence nationale consultative : la présidentielle maintenue au 4 juillet 2019

il y a 6 heures 41 min
En dépit du boycott quasi entier de la classe politique et des personnalités nationales prétextant l’impossible tenue des présidentielles dans les délais fixés par la Constitution suite à la vacance de la présidence de la république, la date du 4 juillet est reconduite par la conférence consultative en l’absence du chef de l’Etat sensé présider ladite réunion convoquée lundi à cet effet. C’est en présence de cinq partis – FLN, RND, ANR, El Islah, UND et quatre associations – que le Secrétaire général de la présidence  Habba El Okbi, qui a présidé au nom du chef d’Etat intérimaire la réunion de Club des pins, a proclamé le non-report de l'élection présidentielle du 4 juillet conformément à l’esprit de l’article 102 de la Constitution stipulant une transition de 90 jours suite à la démission du président de la République. Mohamed Saim y a assisté au Palais des conférences et a recueillis les propos dans cette correspondance pour la radio chaine 3.

Ligue 2 (27e journée) NC Magra- MC Saida: l'arbitre assistant Doulache suspendu 3 mois

il y a 7 heures 8 min
23/04/2019 - 10:54

L'arbitre assistant Doulache Nassim est suspendu 3 mois à partir du 22 avril 2019 pour "agression envers un joueur du NC Magra", lors du match contre le MC Saida disputé le 15 avril dernier pour le compte de la 27e journée de Ligue 2 Mobilis, a indiqué la Ligue de football professionnel (LFP) lundi.

Après l’égalisation par l’équipe MC Saïda à la 85e minute, et suite à une réclamation par les joueurs de NC Magra d’un corner, l’arbitre assistant Doulache Nacim a asséné un coup de tête au capitaine de l’équipe NC Magra Bibi Nabil, précise la LFP sur son site officiel.

La sanction a été prise ce lundi par la commission de discipline après avoir auditionné l’arbitre assistant et sur la base des images  la vidéo de l’agression. Doulache a reconnu et il  a demandé des excuses, selon la même source.

Pour mémoire, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) avait décidé le 15 avril match perdu à l'équipe du NC Magra sans attribuer de point au club adverse le MC Saida suite aux incidents survenus lors de cette rencontre.

La commission a également défalqué trois points à l'équipe du NC Magra en plus de quatre matchs à huis clos dont les deux premiers se joueront à l'exterieur de Magra.

En outre, le NC Magra devra s'acquitter d'une amende de 400.000 DA pour le NC Magra pour envahissement de terrain à l'issue de la rencontre entrainant des blessures graves aux officiels du matchs.

Préparation de la 25ème opération de relogement en faveur des habitants de la Casbah

il y a 7 heures 54 min
Les services de la wilaya d'Alger ont annoncé lundi la préparation de la 25ème opération de relogement en faveur des habitants de la Casbah, dont les dossiers sont en cours d'examen, indiquent les mêmes services dans un communiqué. Le communiqué des services de la wilaya intervient suite à l'effondrement dans la matinée d'un immeuble de 4 étages, sis rue Tamglit à la basse Casbah, ayant fait 5 morts (deux hommes de 50 et 36 ans, une femme de 26 ans et deux enfants de 7 ans et 3 mois), selon les services de la protection civile. "Les services de la wilaya rassurent les habitants de la capitale que tous les dossiers sont en cours d'examen en vue de poursuivre la 25ème opération de relogement en cours de préparation", a ajouté la même source qui a souligné que "cette préparation se déroule parallèlement à l'achèvement de la réalisation des projets de logement". Les opérations de relogement à la commune de la Casbah sont passé par plusieurs étapes dans le cadre "des grandes opérations entamées par la wilaya d'Alger depuis 2014", soit "614 familles au total" habitant la Casbah. Il s'agit notamment du relogement de 392 familles en 2014 et de 222 autres en 2018", a-t-on expliqué.    A rappeler que les services de la wilaya d'Alger ont indiqué dans un communiqué que les données de l'instance chargée du contrôle technique des constructions "démontrent que la bâtisse a été classé dans la case orange -4- après le séisme qui a frappé Alger en 2003". Suite à quoi, les services de la wilaya d'Alger ont lancé des "mesures pour reloger les familles occupant l'immeuble mais ces dernières ont refusé d'habiter dans des chalets". Les "contrats de location souscrits par les habitants de l'immeuble auprès de l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) de Bir-Mourad Rais sont arrivés à échéance en 2000", a ajouté le communiqué.

Bechar : arrestation de trois trafiquants de drogue et saisie de 52 kg de kif traité

il y a 8 heures 11 min
Trois trafiquants de drogue qui essayaient d’introduire à partir des frontières Sud-ouest du pays une quantité de 52 kilogrammes de kif traité ont été arrêtés par les éléments de la brigade régionale de lutte contre le trafic de drogue, a-t-on appris mardi de la cellule de communication et d’information de la Sureté de wilaya de Bechar. Agissant sur renseignements faisant état de l’imminente introduction d’une importante quantité de kif à travers les frontières algéro-marocaines, les éléments de la brigade précitée, en collaboration avec le secteur militaire de la troisième région militaire (3ème RM) à Bechar, ont mis en place un dispositif de recherches discret et mis la main sur 52 kg de kif qui étaient cachés dans un lieu désert à proximité de la route reliant la commune frontalière de Béni-Ounif à celle de Bechar, a-t-on précisé. Les investigations entreprises par les enquêteurs de la même brigade et de la gendarmerie nationale ont permis l’identification des trois trafiquants mêlés à cette affaire, a-t-on souligné. L’arrestation de ces trois individus a permis aussi la saisie d’un véhicule particulier qui devait acheminer la drogue vers une autre région du pays, de même qu’un montant de 180.000 DA, a-t-on signalé. Les trois trafiquants ont été présentés à la justice et mis en détention préventive par le juge d’instruction en attendant leur comparution devant le tribunal compétent, a-t-on ajouté.

Cinq morts à l'effondrement d'un immeuble à la Casbah : le procureur de la République ouvre une enquête

il y a 8 heures 11 min
Le procureur de la République près le tribunal de Bab El Oued a annoncé, lundi soir, l'ouverture d'une enquête suite à l'effondrement d'un immeuble à Alger.    "Le procureur de la République près le tribunal de Bab El Oued a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de l'effondrement de l'immeuble à la Casbah qui a fait 5 morts parmi les habitants de la Casbah", a indiqué un communiqué dudit tribunal.  Pour rappel un immeuble de 4 étages sis à la rue Tamglit à Bab el Oued s'est effondré lundi matin faisant cinq morts.   

51% des Américains favorables au renforcement du rôle de la religion

il y a 8 heures 22 min
Quelque 51% des Américains se disent favorables au renforcement du rôle de la religion dans leur pays, contre seuls 18% s'y disant opposés, selon une enquête de l'institut indépendant Pew Research Center, réalisée dans plusieurs pays et publiée lundi. Les Etats-Unis sont, avec la Grèce (51% également), l'un des pays occidentaux où la proportion est la plus forte parmi ceux interrogés dans le cadre de cette étude réalisée simultanément dans 27 pays au printemps 2018. Le poids de la religion est important aux Etats-Unis, où le président prête traditionnellement serment la main sur une bible et où la mention "In God We Trust" ("Nous croyons en Dieu") figure sur tous les billets de banque. En France, en Suède ou aux Pays-Bas, la situation est quasiment inverse à celle des Etats-Unis, avec respectivement 47%, 51% et 45% des personnes sondées se disant opposées à ce que la religion prenne une place plus importante dans la société. Parmi les 27 pays de l'étude, le Japon (15%) et la France (20%) sont ceux où la proportion d'habitants favorables à un poids accru de la religion est la plus faible. Indonésie (85%), Kenya (74%), Nigeria (74%) et Tunisie (69%) arrivent pour leur part en tête des nations dans lesquelles les sondés se disent le plus favorables à un renforcement de la place de la religion. L'étude ne fait aucune distinction entre religions. Aux Etats-Unis, la proportion monte à 61% parmi les 50 ans et plus, mais reste élevée chez les 30-49 ans (46%), et même les 18-29 ans (39%). Quant à la place actuelle de la religion dans la société, 58% des Américains estiment qu'elle est moins importante qu'il y a 20 ans aux Etats-Unis. L'enquête a été réalisée avec un échantillon représentatif d'au moins 1.000 personnes dans chaque pays étudié.  

Championnats méditerranéens : 41 athlètes algériens en stage

lun, 22/04/2019 - 17:03
Les sélections algériennes de lutte cadets et  juniors (garçonset filles) effectueront à partir de jeudi un stage au Centre de regroupement des équipes nationales de Souïdania (Alger), en prévision des Championnats méditerranéens (cadets et U-23), prévus du 2 au 5 mai à Tunis, a appris l'APS de la Fédération algérienne des luttes associées (FALA). Le staff technique national, composé des entraîneurs Bendjada Maâzouz, Zeghdane Messaoud, Hidaoui Ramdane, Sofiane Nouiga, Benrahmoune Mohamed et du Roumain Rusu Cornel, a convoqué 41 athlètes dont 8 filles pour ce stage qui se poursuivra jusqu'au 30 avril. Les athlètes algériens continuent leur programme de préparation établi par la direction technique nationale en prévision des prochaines échéances sportives dont les Championnats méditerranéens de Tunis et les Jeux africains 2019 au Maroc. Les sélections algériennes de lutte (cadets, juniors, seniors et dames) avaient décroché la 3e place par équipes aux Championnats d'Afrique à Hammamet, en Tunisie (26-31 mars) avec un total de 50 médailles (13 or, 21 argent et 16 bronze). 

Recettes douanières : hausse de plus de 2% en 2018

lun, 22/04/2019 - 14:22
Les recettes douanières de l'Algérie se sont établies à 1.026,28 milliards de dinars (mds DA) en 2018, contre 1.005,81 mds de DA en 2017, soit une hausse de 2,03%, indique, lundi, la Direction générale des douanes (DGD).     Cette légère amélioration s'explique selon, la DGD par l'augmentation de la valeur des importations exprimées en dinars durant 2018 et par rapport à l'année précédente.           En effet, les importations ont atteint 5.387,66 mds DA (46,197 mds usd), contre 5.111,30 mds DA (46,059 mds usd), soit une évolution supérieure à 5,41% de la valeur en dinars des importations. Ces recettes perçues par les Douanes ont servi à alimenter le budget de l’Etat à hauteur de 882,13 mds DA, contre 909,11mds DA, en baisse de 2,97% durant la période de comparaison. En 2018, les recettes douanières affectées au budget de l'Etat ont représenté près de 86% du total des recouvrement des Douanes. Les recettes affectées à la Caisse de Garantie et de Solidarité des Collectivités Locales (CGSCL) ont atteint 89,166 mds DA, contre 90,91 mds DA, également en légère baisse (-1,92%) durant la même période de comparaison. Selon la DGD, les recettes destinées à la Caisse Nationale des Retraites (CNR) se sont établies à 46,37 mds DA, celles destinées aux Comptes d'Affectation Spéciales (CAS), se sont redressés à 6,32 mds DA. Pour les recettes affectées aux communes, elles ont totalisé près de trois (3) mds DA durant toute l'année 2018.           Amélioration des recettes douanières les deux premiers mois 2019    Les recettes douanières se sont établies à 159,78 mds DA sur les deux premiers mois de 2019, contre 136,49 mds de DA durant la même période de l’année précédente, soit une hausse de 17,06%, selon la DGD.      Cette amélioration des recettes douanières est due à un accroissement de la valeur des importations exprimées en dinar algérien, alors que la valeur de ces importations libellées en devise (dollars) ait connu une baisse de -2,90% par rapport aux deux premiers mois de l’année précédente, due à l’appréciation de la cotation dollars/dinar.  En effet, les importations ont totalisé 867,47 mds DA (7,32 mds usd) durant les deux premiers mois 2019, contre 860,35 mds DA (7,54 mds usd) durant la même période de 2018, soit une évolution de l’ordre de +0,83% de la valeur en dinars des importations.    Cette amélioration des recettes douanières a servi à alimenter le budget de l’Etat à hauteur de 136,31 mds DA, contre 118,40 mds DA, en hausse de 15,13% durant la période de comparaison. Les recettes affectées à la CGSCL ont atteint 14,21 mds DA, contre 12,38 mds DA en hausse de 14,78% durant la même période de comparaison.                Celles destinées à la CNR se sont établies à 8,18 mds DA, contre 4,94 mds DA, en hausse de 65,64%. Quant aux recettes destinées aux CAS, elles se sont établies à près de 904 millions DA contre 550,35 millions DA, en hausse de 64,25%. Durant janvier et février derniers, les recettes affectées aux communes ont totalisé 166,61 millions DA, contre 221,27 millions DA, en baisse de près de 25% par rapport à la même période en 2018.    Cette performance des deux premiers mois de 2019 a été réalisée grâce à la maîtrise des éléments de la taxation, notamment de la taxe de la valeur ajoutée (TVA), de la valeur en douane qui servent d’assiette sur la base de laquelle sont calculés les droits et les taxes à l’importation.                                                  

Bejaia: cinq morts et sept blessés dans une collision à Laazib

lun, 22/04/2019 - 14:17
Cinq personnes ont été tuées et sept autres blessées, dont trois se trouvent dans un état grave, dans une collision frontale entre un camion semi-remorque et un véhicule utilitaire, survenue lundi sur la RN 26 à hauteur de Laazib, entre Sidi-Aich et Ifri ouzellaguene (60 km à l'ouest de Bejaia), a rapporté la Protection civile.      Les victimes, pour essentiel des travailleurs d'une entreprise locale convoyés à bord du véhicule utilitaires, ont été transférées à l'hôpital de Sidi-Aich, a-t-on indiqué, ajoutant que les blessés quant à eux souffrent de graves lésions. Les circonstances exactes de cet incident n'ont pas été déterminées dans l'immédiat, néanmoins il a été fait état d'une chaussée glissante à cause des pluies enregistrées en début de matinée.          Une enquête a été ouverte par la Gendarmerie nationale.

Effondrement d’un immeuble à Alger: deux morts (bilan provisoire)

lun, 22/04/2019 - 10:26
Un enfant âgé de trois ans et un adulte d'une trentaine d'années, ont trouvé la mort  par suite de l'effondrement d'un l'immeuble de 4 étages situé à proximité de la mosquée Ketchaoua (basse Casbah) à Alger. L’immeuble situé sur la rue Tamglit, s'est affaissé  vers 6h00 du matin a indiqué le chargé de l'information à la direction de la Protection Civile  de la wilaya d'Alger, le lieutenant Khaled Ben Khalfallah.  Les opérations de recherche d’autres victimes potentielles se poursuivent par les services de la protection civile qui ont mobilisé à cet effet 5  ambulances, soutenus par une unité d'instruction et d'entrainement de Dar El Beida.    

Cause palestinienne: Boukadoum appelle au Caire à la mise en place d'un

lun, 22/04/2019 - 10:10
Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum a mis l'accent, dimanche au Caire, sur la nécessité de mettre en place un plan d'action arabe face aux dérives qui entravent le processus de règlement de la cause palestinienne et de de faire pression sur l'administration américaine et Israël pour la reprise des négociations. Dans son intervention lors d'une réunion de la session extraordinaire du Conseil de la Ligue arabe au niveau ministériel consacrée à l'examen des derniers développements de la question palestinienne, le chef de la diplomatie algérienne a mis l'accent sur l'impératif d'"engager une réflexion autour d'un plan d'action arabe" face aux dérives qui entravent les efforts consentis pour le règlement de la question palestinienne. La conjoncture exige "de faire appel aux forces vives de la communauté internationale pour qu'elles assument leurs responsabilités historiques et faire pression sur l'administration américaine et Israël pour la reprise du processus des négociations, notamment en ce qui concerne la solution à deux Etats, conformément aux références internationales, aux résolutions de la légalité internationale et à l'initiative arabe de paix". L'étape décisive que traverse la question palestinienne exige "l'unification des rangs palestiniens en particulier et arabes en général, pour faire avorter les tentatives visant à liquider la question", a rappelé le ministre, réitérant la position "constante et permanente" de l'Algérie en faveur du peuple palestinien pour le recouvrement de tous ses droits nationaux légitimes et l'établissement de son état indépendant sur les frontières de juin 1967, un Etat "pleinement souverain avec Al Qods comme capitale". Dans ce cadre, M. Boukadoum a indiqué que les changements internationaux survenus ces dernières années, à l'instar de l'instabilité de la région arabe et du changement de la politique américaine à l'égard du conflit arabo-israelien qui a donné "le feu vert à la machine de guerre israélienne pour faire ravage et poursuivre sa politique hostile sous les regards de la communauté internationale, défiant la légalité internationale", constituent des données qui ont "amplifié les souffrances des palestiniens et anéanti les espoirs d'un règlement dont nous étions proches, sur la base d'une solution à deux Etats approuvée par toutes les parties". Le ministre a évoqué, dans ce sens, d'autres facteurs ayant eu des répercussions sur la question palestinienne, notamment que connaissent certains pays arabes et les défis multidimensionnelles rencontrés par la nation arabe ne cessant de "s'intensifier", notamment en Libye du fait des derniers développement. "L'Algérie n'a eu de cesse de mettre en garde contre leurs conséquences graves sur la sécurité et la stabilité, d'appeler au respect du principe de non ingérence dans les affaires internes et à de prôner  le dialogue afin de parvenir à une solution politique consensuelle devant préserver la souveraineté de la Libye, son indépendance et l'unité de son peuple", a-t-il ajouté. "La cause palestinienne, aussi importante et centrale soit-elle, occupe désormais une place qui est loin d'être à la hauteur des sacrifices et des souffrances du peuple palestinien frère et de sa grande volonté à édifier son Etat indépendant, avec Al-Qods pour capitale", a poursuivi le ministre. M. Boukadoum a exprimé ses remerciements au président palestinien Mahmoud Abbas qui a informé les participants, des derniers développements de la questions palestinienne, des défis rencontrés et des dangers qui la guettent et dont "les conséquences pourraient se répercuter sur notre région arabe tout entière".

Pages