La une

S'abonner à flux La une
Mis à jour : il y a 1 heure 46 min

Hassi Messaoud Expo à sa 8e édition : l'ombre de la loi sur les hydrocarbures

il y a 5 heures 33 min
La 8ème édition du Salon Hassi Messaoud Expo, Salon international des fournisseurs des produits et services pétroliers et gaziers, se tient en ce moment du 22 au 24 octobre courant dans la ville de Hassi Messaoud dans la wilaya de Ouargla. Organisée par Petrolium Industry Communication, il offre aux professionnels la prospection d’opportunités d’affaires via les rencontres directe entre professionnels nationaux et étrangers. Quelque 200 entreprises y participent dont une vingtaine étrangères exposant leur savoir-faire et services dans une multitude de métiers tels que le forage, « le work-over et services procurement & maintenance d’installations industrielles, instrumentation et contrôle industriel, lubrifiants industriels, valves et diverses activités associant dans ses étapes les différents intervenants directs et indirects », selon un communiqué de l’organisateur repris par des médias. Une édition du salon qui se tient, cette année, dans un contexte particulier marqué par les débats et polémiques sur le projet de loi sur les hydrocarbures.  Plus de détails dans le compte rendu de Amina Hadjiet, envoyée spéciale de la Radio chaine 3. 

Ligue 1 (8e journée) : duel à distance entre les co-leaders CRB et MCA

il y a 5 heures 49 min

Ph.DR

La Ligue 1 de football reprend ses droits, demain mercredi, avec le déroulement de la 8e journée, marquée par le duel à distance entre les co-leaders, le CR Belouizdad et le MC Alger. Seules équipes invaincues jusque-là depuis le début de l'exercice, le CRB et le MCA (14 pts) tenteront de préserver leur forme optimale et du coup rester en tête. Le Chabab se déplacera à l'Ouest du pays pour défier l'USM Bel-Abbès (11e, 7 pts), dont la victoire est impérative pour sortir de la  zone de turbulences. Le MCA aura, lui, rendez-vous avec le derby algérois face au NA Husseïn-Dey (11e, 7 pts), dans un match qui s'annonce équilibré et ouvert à tous les pronostics. Le MC Oran (3e, 10 pts), qui reste sur un carton à domicile face à l'USM Alger (4-0), aura à coeur de récidiver devant son public, à l'occasion de  la réception de la lanterne rouge, le Paradou AC (4 pts). Les deux autres équipes classées conjointement à la troisième place, la JS Saoura et la JS Kabylie, auront des missions diverses. Si la JSS partira largement favorite à Béchar face au NC Magra (8e, 8 pts), ce n'est pas le  cas de la JSK qui sera certainement mise à rude épreuve en déplacement par le CS Constantine (8e, 8 pts). Le CA Bordj Bou Arréridj (6e, 9 pts), surpris à domicile lors de la  précédente journée par la JS Saoura (1-2), se rendra à Alger pour affronter le champion sortant l'USMA (15e, 4 pts), confronté à une crise sans précédent qui a culminé avec le forfait dans le derby de la capitale face au MCA. Les «Rouge et Noir», sanctionnés d'une défalcation de trois points, seront contraints de sortir la tête de l'eau et renouer avec la gagne, de quoi leur permettre de quitter la zone de relégation. L'ES Sétif (11e, 7 pts), toujours sans entraîneur depuis la démission de Kheïreddine Madoui, n'aura plus droit à l'erreur lors de la réception de l'ASO Chlef (15e, 4 pts). Les Chélifiens, qui ont signé leur première victoire de la saison en dominant la JSK (1-0) il y a dix jours, tenteront de confirmer leur réveil du côté des Hauts-plateaux, même si la mission des joueurs de Samir Zaoui s'avère difficile. Enfin, l'US Biskra (6e, 9 pts) sera en appel à Aïn-M'lila pour affronter l'ASAM (8e, 8 pts) avec  l'objectif de rejoindre le podium et confirmer donc son dernier succès décroché à domicile face au CSC (2-1). APS

Irak : exsangue, soumise à une agressive concurrence étrangère, Mossoul peine à faire redémarrer ses activités économiques

il y a 5 heures 51 min
Autrefois grand carrefour commercial du Moyen Orient, Mossoul, dont la plupart des usines sont en ruine après les destructions commises par les terroristes de daesh, peine à reprendre son souffle. Grenier à grains du pays, la région de Mossoul a, selon la Banque mondiale, vu 70 à 80% de ses unités de production revendues hors du pays ou détournées pour fabriquer des armes.   La guerre a contraint des propriétaires à abandonner leurs usines faute de matières premières ou parce que leurs ouvriers qualifiés avaient grossi les rangs des déplacés. Quant à la demande, elle a plongé, les habitants pensant plus à leur survie qu'aux dépenses. Bien que soumises à une forte concurrence étrangère, certaines des entreprises qui avaient du cesser leurs activités, lorsque l’EI avait fait de la ville sa « capitale », rouvrent difficilement et progressivement et les chaînes de montage se remettent lentement en marche. Le directeur d’une petite entreprise laitière qui a investi toutes ses économies et emprunté à des proches, déclare avoir vu celle-ci détruite à « à 60% par les bombardements aériens ». Le secteur économique de la ville qui s'enorgueillissait jusqu'à l'été 2014 de ses 350 usines, dont celles de ciment produisaient plus d’un million de tonnes, alors que d’autres exportaient des fins tissus vers de nombreux pays à travers le monde, est victime d’une agressive concurrence des produits étrangers, particulièrement Chinois, moins chers, même s’ils sont de moindre qualité. L’autre problème que rencontrent les entrepreneurs désireux de relancer leur activité, est le traitement « inégal » des services publics à leur encontre.   « L'électricité est rare et pourtant notre production en dépend entièrement », déclare Hachem al-Najjar, lequel a récemment relancé sa fabrication de tuyaux, godets et autres ustensiles. Un oeil sur ses machines et ses ouvriers, il se remémore l'époque, avant 2014, où l'entreprise familiale fournissait tout le pays « facilement et en toute sécurité ». Aujourd’hui, il se plaint de la concurrence que lui imposent « les  produits venus notamment d'Iran, de Turquie et d'Arabie saoudite ». Face à ces concurrents, Abdelmoheimen al-Hamdani, patron d'usine de 45 ans, déclare qu’il lui est impossible de baisser ses prix. Ce qu'il faut, dit-il, c’est imposer des taxes sur les importations pour rendre la concurrence loyale, les producteurs locaux étant étranglés par « la flambée des loyers et des prix du transport ». Pour retrouver l'âge d'or d'avant l'EI, préconise l'économiste Khaled Hamed, il faut « des aides publiques, une rénovation des services et un système bancaire incitatif ».  Une gageure dans un pays où le système bancaire est, selon la Banque mondiale, « sous-développé ».

Salah Eddine Dahmoune : «Nous n'avons pas fermé d'églises, l'Algérie n’a pas de leçons à recevoir sur les droits de l’Homme»

il y a 6 heures 10 min
Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Salah Eddine Dahmoune a assuré lundi soir à Khenchela qu'«aucune instruction n'a été donnée pour la fermeture d’églises activant de manière légale à travers certaines wilayas du pays», soulignant que «l’Algérie n’a pas à recevoir de leçons sur les droits de l’Homme». Les services du ministère de l’Intérieur ont procédé à «la fermeture récemment d'hangars convertis en églises activant illégalement dans quelques wilayas du pays», a précisé le ministre en marge de  la mise en service d’une unité secondaire de la protection civile à la commune d’El Hamma dans le cadre d’une visite de travail de deux jours dans cette wilaya. «Douze (12) sur 49 hangars transformés en églises et activant de manière illégale ont été fermés», a ajouté le ministre, affirmant que «les mesures coercitive  nécessaires seront prises à l’encontre des gestionnaires et ceux qui fréquentant ces églises illégales». Adressant un message à ceux qualifiés de «prolixes» qui évoquent les droits de l’Homme, le ministre a indiqué que «l’Algérie n’a pas besoin de leçon dans ce domaine et est connue pour le respect de la liberté de culte dans des cadres légaux et organisés». Il  affirmé que «l’Algérie fait partie des pays pionniers dans le domaine  de respect de la liberté d’opinion et de croyance». L’Etat algérien avait financé durant ces dernières années des dizaines d’opération d’aménagement et de mise à niveau d’églises catholiques situées dans les wilayas de Tizi Ouzou, Bouira, Annaba et Oran, a rappelé M. Dahmoune. M. Dahmoune a conclu par dire que l’intervention des services du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire pour fermer les églises illégales vient suite à des plaintes déposées par des citoyens sur des activités «suspectes» dans ces hangars. Le ministre poursuivra mardi sa visite dans la wilaya de Khenchela et procédera à la mise en service d’une station d’épuration des eaux usées (STEP) dans la commune d’El Mahmel avant de visiter une exploitation agricole à Babar et lancer les travaux d’aménagement dans des zones rurales de cette même collectivité locale. APS

Météo : pluies orageuses sur le Centre, quatre wilayas sous vigilance orange

il y a 6 heures 31 min
Des pluies orageuses, accompagnées parfois de grêle avec rafales, affecteront les wilayas du Centre du pays à partir de mardi après-midi, indique un bulletin météorologique spécial (BMS) émis par l'Office national de météorologie. Il s'agit des wilayas de Tipaza, Alger, Boumerdès, Blida et Médéa, placées en vigilance orange. Les cumuls prévus atteindront ou dépasseront localement 30mm durant la validité de ce BMS en cours de mardi à 15h00 au mercredi à 03h00. Le BMS sur les wilayas de l'Ouest reste en vigueur jusqu'à 15h00 de cet après-midi, précise la même source.

Accidents de la circulation: 44 morts et 1.502 blessés en une semaine

il y a 6 heures 36 min
Quarante-quatre (44) personnes ont trouvé la mort et 1502 autres ont été blessées dans 1261 accidents de la circulation enregistrés au niveau national durant la période du 13 au 19 octobre en cours, selon un bilan hebdomadaire rendu public mardi par les services de la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau des wilayas de Relizane (5 personnes décédées et 25 autres blessées) et Sidi Bel Abbes (5 personnes décédées et 32 autres blessées), précise la même source. Durant la même période, les unités de la Protection civile ont effectué 1561 interventions pour procéder à l'extinction de 1209 incendies urbains, industriels et autres. Elles ont également effectué 5172 interventions pour l’exécution de 4472 opérations d’assistance aux personnes en danger et opérations diverses.

Syrie: Erdogan menace de reprendre l'offensive

il y a 6 heures 40 min
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti mardi que l'offensive dans le nord de la Syrie reprendrait "avec une plus grande détermination", faute d'un retrait des forces kurdes avant 19H00 GMT. "Le processus (de trêve) s'achève aujourd'hui à 22H00 (19H00 GMT). Si les promesses faites par les Américains ne sont pas respectées, l'opération reprendra avec une plus grande détermination", a déclaré M. Erdogan avant de s'envoler pour la Russie pour une rencontre cruciale avec son homologue russe Vladimir Poutine. La trêve négociée par Ankara et Washington visant à permettre à une milice kurde de se retirer de ses positions dans le nord-est de la Syrie expirera, mardi à 19H00 GMT. La Turquie a déclenché le 9 octobre une offensive dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), un groupe qu'elle qualifie de "terroriste" mais qui est soutenu par des pays occidentaux contre l'organisation terroriste autoproclamée "Etat islamique" (Daech/EI). Cette opération militaire est suspendue depuis jeudi à la faveur d'une fragile trêve négociée entre Ankara et Washington. Les deux pays avaient déclaré que cette trêve durerait "120 heures", mais n'avaient pas indiqué l'heure à laquelle elle expirerait. Cet accord vise à permettre aux YPG de quitter leurs positions situées près de la frontière turque et permettre à Ankara de mettre en place une "zone de sécurité" d'une trentaine de km de profondeur. Cette "zone de sécurité" sera longue de 120 km dans un premier temps, s'étirant des villes de Tal Abyad à Ras al-Aïn, puis sera élargie à 440 km, ont déclaré des sources militaires turques. Selon ces sources, quelque 125 véhicules ont quitté les territoires contrôlés par les YPG depuis le début de la trêve. "Nous suivons la situation de près", ont indiqué ces sources.  

Syrie: Erdogan menace de reprendre l'offensive

il y a 6 heures 40 min
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti mardi que l'offensive dans le nord de la Syrie reprendrait "avec une plus grande détermination", faute d'un retrait des forces kurdes avant 19H00 GMT. "Le processus (de trêve) s'achève aujourd'hui à 22H00 (19H00 GMT). Si les promesses faites par les Américains ne sont pas respectées, l'opération reprendra avec une plus grande détermination", a déclaré M. Erdogan avant de s'envoler pour la Russie pour une rencontre cruciale avec son homologue russe Vladimir Poutine. La trêve négociée par Ankara et Washington visant à permettre à une milice kurde de se retirer de ses positions dans le nord-est de la Syrie expirera, mardi à 19H00 GMT. La Turquie a déclenché le 9 octobre une offensive dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), un groupe qu'elle qualifie de "terroriste" mais qui est soutenu par des pays occidentaux contre l'organisation terroriste autoproclamée "Etat islamique" (Daech/EI). Cette opération militaire est suspendue depuis jeudi à la faveur d'une fragile trêve négociée entre Ankara et Washington. Les deux pays avaient déclaré que cette trêve durerait "120 heures", mais n'avaient pas indiqué l'heure à laquelle elle expirerait. Cet accord vise à permettre aux YPG de quitter leurs positions situées près de la frontière turque et permettre à Ankara de mettre en place une "zone de sécurité" d'une trentaine de km de profondeur. Cette "zone de sécurité" sera longue de 120 km dans un premier temps, s'étirant des villes de Tal Abyad à Ras al-Aïn, puis sera élargie à 440 km, ont déclaré des sources militaires turques. Selon ces sources, quelque 125 véhicules ont quitté les territoires contrôlés par les YPG depuis le début de la trêve. "Nous suivons la situation de près", ont indiqué ces sources.  

Domaine énergétique : Sonelgaz ambitionne d’investir des marchés en Afrique

il y a 6 heures 53 min
Forte d’une longue expérience et d’un chiffre d’affaire de plus de 390 milliards de dinars, la Sonelgaz ambitionne d’aller à la conquête du marché Africain de l’énergie où plus de 625 millions de foyers n’ont toujours pas accès à l’énergie électrique. Approché, mardi à Oran, où se déroule le 10ème Salon des énergies renouvelables, le PDG de cette entreprise, Zahar Boulakhras, annonce que des  discussions « très avancées » sont en cours avec des dirigeants de pays du continent sur des projets que celle-ci est susceptible de réaliser. Au journaliste de la Chaine 3 de la Radio, celui-ci explique que fort d’un savoir-faire de cinquante années, son groupe se propose d’examiner toutes les opportunités en se focalisant, dit-il, sur quatre axes principaux que sont l’expertise, la formation, les services, les équipements et l’énergie. Sonelgaz, assure-t-il, compte tenu de la longue et solide expérience acquise dans la construction de turbines, de contrôles-commande et de systèmes d’alternateurs, est à même de réaliser des centrales électriques fonctionnant au gaz ou aux énergies renouvelables, dotées d’un taux d’intégration de 60 à 70%. Il signale, par ailleurs, qu’un certains nombre d’entreprises Algériennes ayant capitalisé des connaissances dans le domaine sont, aujourd’hui, à même de se placer, elles aussi, sur le marché Africain de l’énergie, conventionnelle où renouvelable.        

Finances : Mohamed Loukal annonce une prochaine refonte du système fiscal

il y a 9 heures 37 min
Le Gouvernement s'apprête à examiner, « dans deux semaines », un projet de refonte du système fiscal, a annoncé, lundi, le ministre des Finances, Mohamed Loukal. S’exprimant devant la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale, il a indiqué que cet examen avait été rendu nécessaire pour augmenter les recettes fiscales ordinaires, dans un climat marqué par les fluctuations de la fiscalité pétrolière et la détérioration du marché pétrolier. Selon lui, cette démarche devrait permettre de réhabiliter la fiscalité, le montant des impôts non collectés s’élevant, dit-il, it actuellement à quelque 4.582 milliards DA. Le ministre a tenu à souligner que l'accroissement des recettes fiscales allait être effectué en prenant le soin de sauvegarder le pouvoir d’achat des Algériens. Faisant part de l’éventualité d’une réduction des prélèvements fiscaux sur les pensions des retraités, il a estimé qu'une telle mesure était possible, à la condition, toutefois, que les recettes du budget n’en soient pas affectées. A propos du déficit de la Caisse nationale des retraites (CNR), M. Loukal a rappelé que chaque employé couvre actuellement trois (3) retraités, alors que par le passé, c’étaient 9 travailleurs qui permettaient d’assurer la pension d’un seul d’entre eux. Ce dernier a également annoncé que le gouvernement songeait à revoir le système des subventions indirectes effectuées par le biais de la facturation du gaz, de l’électricité et du carburant, lesquelles, précise-t-il, coûtent environ 1.800 milliards de DA/an à l’Etat. Concernant, par ailleurs, une éventuelle dévaluation du Dinar, M. Loukal a affirmé que la monnaie nationale « ne reculera pas » mais qu’elle finira par  regagner son équilibre face aux autres devises, « suivant les cours des changes sur le marché ».    

Le Parlement britannique refuse de voter sur l'accord de Brexit de Boris Johnson

lun, 21/10/2019 - 19:03
Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est vu refuser lundi un vote du Parlement sur l'accord de Brexit décroché la semaine dernière à Bruxelles. En vertu du principe selon lequel un même texte ne peut être débattu plusieurs fois lors d'une même session parlementaire, le président de la Chambre des communes John Bercow a refusé que les députés votent sur l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Il faudra donc attendre l'étude des textes d'application, plus complexes, pour savoir si le Parlement britannique donne son feu vert au compromis, compliquant la tâche des Européens qui doivent se prononcer sur un possible nouveau report du divorce. La motion qu'avait présentée le gouvernement "ne sera pas débattue", a expliqué le président de la chambre des Communes John Bercow, jugeant qu'il serait "répétitif" de voter de nouveau sur le sujet. Pour éviter un "no deal" le 31 octobre, Londres a décroché un nouvel accord de divorce avec l'Union européenne la semaine dernière mais n'est pas parvenu à obtenir le soutien du Parlement britannique samedi. Les députés ont adopté, par une majorité de 16 voix, un amendement qui reporte l'approbation du Parlement, le temps que soit adoptée toute la législation nécessaire à la mise en oeuvre de l'accord de Brexit de Boris Johnson. Cet amendement avait pour but d'empêcher une sortie sans accord "accidentelle" si ces textes complexes n'étaient pas votés et promulgués à temps, selon son auteur. Le Premier ministre a par conséquent été contraint de demander un report de la date de sortie, pour l'heure prévue au 31 octobre, une requête en cours d'examen à Bruxelles. Mais le dirigeant conservateur, farouchement opposé à tout nouveau report du Brexit, initialement prévu le 29 mars et déjà repoussé deux fois, a accompagné cette demande d'une lettre expliquant pourquoi il ne veut pas de nouveau délai. Si le gouvernement ne parvient pas à faire ratifier le texte dans les temps, "un court report technique" est possible, a déclaré lundi à Berlin le ministre des Affaires étrangères allemand, Heiko Maas. Paris a de son côté répété qu'un "délai supplémentaire" ne "serait dans l'intérêt de personne". La décision devra être prise à l'unanimité par les dirigeants européens. APS

Supercoupe: le match USMA-CRB reporté à une date ultérieure par la LFP

lun, 21/10/2019 - 18:43
Le match de la Supercoupe entre le champion d’Algérie de la saison 2018/2019, l’USM Alger et le vainqueur de la Coupe d'Algérie, le CR Belouizdad, initialement programmé pour le 2 novembre au stade 5-Juillet (Alger), a été reporté à une date ultérieure, a annoncé lundi la Ligue de football professionnel (LFP). Cette dernière n'a pas précisé les raisons de ce report. Le vainqueur de cette rencontre succédera au palmarès de l'épreuve à l'USM Bel-Abbès qui avait battu le CS Constantine (1-0) lors de l'édition précédente disputée à Blida, grâce à un penalty dans le temps additionnel transformé par l'international Nabil Lamara, actuellement défenseur du MC Alger. APS

Championnat arabe des clubs (Gr.2 - 1ère J) : défaite du NB Staouéli face au Ahly Tripoli (76-93)

lun, 21/10/2019 - 18:38
Le NB Staouéli, s'est incliné face à son homologue libyen d'Ahly Tripoli sur le score de 76 à 93, en match comptant pour la 1ere journée du groupe 2 du Championnat arabe des clubs messieurs, disputé lundi à la salle Fath-Allah Al Bouazaoui de Salé (Maroc). Le deuxième match du groupe 2 opposera les Marocains de l'AS Salé (organisateur) au représentant palestinienne d'Al-Buraig Service à 19h30, alors que les Koweitiens du Club d'Al-Koweit sont exemptés de la première journée. Le représentant algérien jouera son deuxième match mardi (15h00) face au club palestinien d'Al-Buraig, avant de profiter de deux journées de repos (mercredi et jeudi). Les protégés de Yacin Ait-Kaci disputeront leur troisième rencontre face au club organisateur l'AS Salé, vendredi (19h00) avant de conclure la phase poules face au Club du Koweït, dimanche (15h00). Le groupe 1 regroupe Al Ittihad d'Alexandrie (Egypte), Monastir (Tunisie), FAR (Maroc) et Al-Almani (Soudan), tandis que le groupe 3 est composé du Club de Beyrouth (Liban), Al Ahly Sedab (Oman), El Jazira (Egypte), Al Rifaa (Bahreïn) et Al Rayyane (Qatar). Les deux premiers de chaque groupe (1, 2, 3) ainsi que les deux meilleurs troisièmes se qualifieront aux quarts de finale, prévus le 29 octobre. APS

GICA désormais premier producteur de ciment pétrolier en Afrique

lun, 21/10/2019 - 13:39
Le groupe industriel des ciments d'Algérie (GICA) est désormais le premier producteur de ciment pétrolier en Afrique, a annoncé lundi le groupe dans un communiqué. Ce type de ciment était jusque-là importé pour près de 30 millions de dollars par an, pour satisfaire une demande nationale estimée à 200.000 tonnes/an, a précisé la même source.   C'est la Société des Ciments de Ain El kebira (SCAEK), filiale du groupe GICA, certifiée aux standards de l'API (Américain pétroleum Institue), qui est en mesure de produire ce type de ciment, destiné au secteur des hydrocarbures, selon le communiqué.  L'API est un bureau d'études américain et organisme certificateur de tous les produits et solutions destinés à l'industrie pétrolière mondiale, a expliqué le groupe.  En effet, la Société des Ciments de Ain El kebira a décroché deux certifications dans le cadre de ce processus. La première certification est le «Q1» et elle concerne l'organisation et le management, selon les normes américaines. Quant à la seconde certification, ayant le code «10 A», elle est relative à la qualité de produit. «Avec un tel label, la SCAEK est la première société en Algérie et en Afrique à produire le ciment pétrolier, avec un excellent rapport qualité-prix», a noté le groupe GICA. Implantée dans la wilaya de Sétif, cette filiale du groupe GICA, qui assure une production moyenne de trois (3) millions de tonnes de ciments par an, «sera aussi en mesure d'exporter son nouveau produit aux marchés extérieurs».  «Au-delà de la réduction de la facture d'importations, la production et la commercialisation de ce nouveau type de ciment permettra également au groupe GICA d'élargir et de diversifier sa gamme de produits et de satisfaire le marché local», a affirmé le groupe industriel des ciments d'Algérie. Pour rappel, le groupe GICA qui détient 14 cimenteries, dont 13 en service, a réalisé une production de 13,6 millions de tonnes de ciments en 2018. APS

L’avocat du Polisario, Gilles Devers : L'UE ne reconnaît pas la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental

lun, 21/10/2019 - 12:16
L'avocat du Front Polisario, Me Gilles Devers, signale que les Etats Européens ont finalement reconnu clairement que le Maroc n'était pas souverain sur le territoire du Sahara occidental, dans les accords d'« extension » conclus, début 2019, entre l'UE) et Rabat. Il explique que « s’il y a extension à un territoire, c'est qu'il n'y a pas de souveraineté ». S'exprimant à l'APS, en marge la 74ème Session de la quatrième Commission de l'ONU chargée de la décolonisation, l'avocat du Front Polisario devant les instances Européennes a déclaré que les Etats Européens avaient changé leurs points de vue « et reconnu de manière claire, que le Maroc n’était pas souverain sur le territoire du Sahara occidental » Cette reconnaissance, précise-t-il, est contenues dans les décisions prises, en janvier et mars 2019, par le Conseil de l'UE sur les bases de l'arrêt du 21 décembre 2016 de la Cour de justice de l’Union Européenne (CJUE). Cet arrêt, indique-t-il, stipule, en effet, que le Maroc et le Sahara occidental sont deux territoires distincts et séparés et que le litige relève de l’application du droit international. A la suite de cette décision de justice, le Front Polisario a pris contact avec les dirigeants Européens pour leur dire sa disponibilité à négocier un accord permettant le développement du territoire dans sa globalité « ce que les dirigeants Européens ont refusé », a ajouté Me Devers. Ce dernier constate, néanmoins, que tout en maintenant leur soutien à l'occupant Marocain, les dirigeants Européens se sont engagés dans une phase de deux ans de tractations entre l'UE et le Maroc, écartant totalement le Front Polisario. Finalement, ajoute-t-il, ils ont conclu deux accords « d’extension » au Sahara occidental, le 28 janvier 2019 pour l’accord d’association, et le 4 mars 2019 pour la pêche. L’avocat signale qu’après coup, il a engagé deux nouveaux recours en justice pour obtenir l’annulation de ces accords, notant que dans le respect du droit international, l'UE ne peut rien conclure sur ce territoire sans passer par le consentement du peuple du Sahara occidental.  De l'avis de cet avocat, la décision sur l'accord de pêche de mars 2019 publiée au JO du 20 mars 2019, « ne laisse aucune place à la souveraineté ». Le Conseil affirme que cet accord ne préjuge pas du statut final du Sahara occidental, la question relevant de l’ONU, ce territoire étant « administré principalement par le Maroc ». Pour Me Devers, il est difficile d’ignorer la prise de position nette des 28 Etats Européens, force diplomatique, politique et économique de premier plan. De ce fait, prévient-il, le Front Polisario compte aller vers le développement systématique de toutes les procédures, aussi loin que possible, insistant sur le fait que les dommages causés aux Sahraouis doivent être compensés. 

Inde : Plus de 290 agents de police tués entre 2018 et 2019

lun, 21/10/2019 - 11:39
Pas moins de 292 membres de la police Indienne, y compris des forces paramilitaires, ont perdu la vie dans l'exercice de leurs fonctions, entre septembre 2018 et août 2019, annoncent des sources officielles Indiennes. Les forces de police centrales (CRPF), placés à l'avant-garde dans la lutte contre le terrorisme et les insurrections, figurent en tête de la liste avec 67 victimes, selon un rapport publié, lundi, à l’occasion de la Journée nationale de la police. La liste comprend également les 40 membres tués dans l’attentat-suicide survenu en février 2019 dans la ville de Pulwama, au Cachemire, ainsi que 41 agents de la Force de sécurité des frontières (BSF), 23 de la police des frontières Indo-Tibétaine (ITBP) et 24 de agents de police à Jammu-et-Cachemire. Il s’agit aussi de 20 membres de la police du Maharashtra, dont 15 tués dans l'explosion d'une mine anti-personnel attribuée à des maoïstes dans le district de Gadchiroli, en mai de dernier. Le bilan fait également état de 14 membres de la police des Etats de Chhhattisgarh, 12 de la police de Karnataka, 11 de la Force de protection des chemins de fer (FPR), 10 de la police de Delhi et de la police du Rajasthan. La liste comprend également des agents tués, durant la même période, parmi les forces d’intervention lors de catastrophes (NDRF), a fait savoir la même source. Au total, ce sont 35.136 agents de police à avoir été tués lors de l’exercice de leurs fonctions entre 1947 (date de l'indépendance de l’Inde) et août 2019.

BMS : pluies orageuses sur l'Ouest du pays à partir de lundi après-midi

lun, 21/10/2019 - 11:28
Des pluies orageuses, accompagnées parfois de grêle, affecteront l'Ouest de l’Algérie, à partir de ce lundi après-midi, signale un bulletin météorologique spécial (BMS) émis par l'Office national de la météorologie. Ces pluies affecteront dans un premier temps, de 18 heures jusqu’à mardi à 15 heures, les wilayas de Tlemcen, Aïn Temouchent, Oran et Sidi Bel Abbés, avec des cumuls atteignant ou dépassant localement les 60mm.  Elles atteindront, par la suite les régions de Mostaganem, Mascara, Relizane et le Nord de Naâma, entre lundi à 21h00 à mardi à 15h00. Les cumuls estimés seront de l'ordre de 30mm, précise la même source.

Fateh Ouazzani Président de RÉAGE

lun, 21/10/2019 - 11:20
Video Add this: Playlist:

Le FMI et la BM prêts à accompagner l’Algérie, à condition…

lun, 21/10/2019 - 11:17

Ph.DR

Lors de sa participation aux assemblées annuelles des deux grandes institutions financières mondiales, le Fond monétaire international (FMI) et la Banque Mondiale (BM), le ministre des Finances, Mohamed Loukal, a exprimé l’engagement du gouvernement algérien, chargé de «gérer les affaires courantes», à poursuivre les réformes structurelles primordiales, rapporte la journaliste de la radio Chaine 3. «L’une des réformes principales est celle qui engagerait l’Etat dans un modèle économique clair, économie de marché et capitalisme, avec une politique apte à protéger le pouvoir d’achat, les emplois et la solidarité avec les démunis», synthétise la journaliste. Les deux institutions financières attendent des gestes forts de l’Etat pour «accompagner» le développement économique en Algérie. L’une des réformes attendues par le FMI et la Banque mondiale, c’est «le désengagement de l’Etat de la sphère économique publique avec l’ouverture des secteurs clés à la gestion privée».     

Pages