DrectPodcast
Algérie Politique Discours du président Bouteflika à l'occasion du double anniversaire de l'UGTA et de la nationalisation des hydrocarbures

Discours du président Bouteflika à l'occasion du double anniversaire de l'UGTA et de la nationalisation des hydrocarbures

discoursjasLe président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a prononcé ce jeudi à Arzew, dans la wilaya d’Oran, un discours à l'occasion du double anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et de la création de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), dont voici l'intégralité :

 

 

 


« Chères sœurs, chers frères,
L'Algérie célèbre deux événements marquants de son parcours pour le recouvrement de l'indépendance et le renforcement de sa souveraineté nationale, en l'occurrence l'anniversaire de la création de l'Union générale des travailleurs algériens le 24 février 1956 qui a encadré le combat des travailleurs et les a mobilisés autour de la cause nationale sous la bannière du Front de libération nationale dans le pays et en exil.

Nous célébrons aussi l'anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, le 24 février 1971, une décision historique intervenue en parachèvement de  l'indépendance économique du pays qui a ainsi recouvré sa pleine souveraineté sur l'ensemble des richesses nationales.

Je suis heureux de partager avec vous la célébration de ce double anniversaire cher à nos cœurs et durant lequel nous évoquons avec fidélité et fierté les combats de travailleuses et travailleurs algériens et leur sacrifices continus le long des années de libération et d'édification pour saluer leur efforts inestimables, leurs positions vaillantes et leur engagement au service des grands objectifs nationaux.

En ce jour mémorable, je m'incline à la mémoire des martyrs de la liberté et du devoir national, du mouvement syndical national, de ses pionniers militants, de Aissat Idir à Abdelhaq Benhamouda qui, au prix de leur vie, ont servi la patrie qu'ils ont placée au-dessus de toute considération, de toute sensibilité et de tout différend.

Tous ces martyrs qui ont payé le tribut d'une Algérie libre, unie et prospère. Je rends hommage à toutes les travailleuses et tous les travailleurs auxquels j'exprime ma considération et ma reconnaissance. L'occasion pour moi est également de dire à l'Union générale des travailleurs algériens ma gratitude et ma reconnaissance pour sa mobilisation continue au service du pays.

L'histoire de la nationalisation des hydrocarbures a été liée, sciemment et délibérément, à celle de la création de l'Union syndicale nationale pour montrer que la prise de conscience syndicale était indissociable de la prise de conscience révolutionnaire qui croyait fermement que l'indépendance devait ne pouvait être que globale et que les richesses du pays gagnaient plus en valeur en valorisant le travail et la place des travailleurs qui en sont en fait les protecteurs.

Chères sœurs,  chers frères,

Cinquante ans après le recouvrement de son indépendance nationale, notre pays a amorcé un parcours riche en réalisations et réformes avec tout ce qu'une telle entreprise implique comme défis exigeant de tous davantage d'unité, de mobilisation et d'efforts. Le peuple algérien a beaucoup souffert. Il a consenti de nombreux sacrifices pour la liberté, la paix et la stabilité. Il a œuvré sans relâche pour concrétiser le développement global en faveur de toutes les régions du pays, un développement équitable et équilibré ayant pour finalité de garantir une vie digne à tous les citoyennes et citoyens.

Vous n'êtes pas sans savoir que notre pays a été le premier à mener l'expérience démocratique pluraliste dans des conditions internes des plus  complexes qui ont coïncidé avec des mutations et des influences externes difficiles induites par une mondialisation fulgurante et envahissante.

Une étape rude et éprouvante pour le peuple algérien qui en est cependant sorti vainqueur et plus soudé sans l'aide de quiconque. Il en est effet sorti plus fort, après avoir tiré les enseignements, plus solidaire et plus tolérant dans le cadre de la concorde civile et de la réconciliation nationale, rejetant extrémisme et violence et bannissant à jamais la division et les aventures aux conséquences funestes en s'attachant davantage a son identité amazighe et  arabo-musulmane et en se tournant résolument vers la modernité et la démocratie.

Notre pays a réalisé au cours des dernières années d'importantes avancées que seul le profane ou l'ingrat seraient tentés de nier. Le pays a franchi des pas importants sur la voie des réformes politiques qui ont été consolidées par des décisions nouvelles portant sur la modernisation de l'arsenal législatif qui sera suivie par la révision de la Constitution dans l'objectif d'emboîter le pas a l'évolution somme toute normale de notre société, répondre aux attentes légitimes et, surtout, pour se mettre au diapason des mutations en cours de par le monde.

Les réformes engagées ambitionnent d'élargir la démocratie participative et représentative et de consolider les droits et libertés individuels et collectifs des citoyens de manière à conforter les fondements de l'Etat de droit et consacrer la démocratie en tant que choix irréversible.

Mesdames, messieurs,

Notre pays passe par une période d'édification et de renouveau, dans une conjoncture internationale marquée par des mutations politiques, des tensions sécuritaires, des crises économiques et des interventions étrangères. Une période sensible tant sur le plan interne qu'externe qui impose de composer avec ses exigences avec sagesse et sérénité, confiance et optimisme, à la lumière des orientations et des priorités de la stratégie nationale.

Le peuple algérien a atteint un niveau d'éveil, de conscience et de maturité qui lui permet d'appréhender les dimensions et les défis du contexte actuel. Il saisit l'importance des échéances et des engagements qui l'attendent et exprime ses revendications et ses préoccupations avec responsabilité sans succomber aux sinistres tromperies ni aux comparaisons fallacieuses qui nous ramènent à une période funeste que le peuple algérien a définitivement dépassée.

Dans le contexte du renouvellement des institutions de la République, les prochaines élections législatives revêtent une importance capitale car s'inscrivant dans le parachèvement du processus de réformes politiques. Celles-ci constituent un point d'appui solide pour les grands programmes de développement engagés et dont les effets positifs sur la vie des citoyennes et des citoyens sont palpables.

Le prochain scrutin connaîtra une large participation des partis, y compris ceux nouvellement agréés, pour donner naissance à un parlement démocratique et pluraliste. Un parlement que nous souhaitons plus représentatif, plus diversifié, plus qualifié et surtout plus à même de poursuivre sa mission législative d'adaptation et de développement du dispositif législatif du pays, notamment l'amendement de la Constitution, en adéquation avec les mutations que connaît la société, la progression des réformes politiques et les exigences du développement accéléré.

Chères concitoyennes,  chers concitoyens,

Les sociétés ne sauraient prétendre à l'essor dans un climat de verbiage, de dispersion et d'anarchie. L'essor des sociétés passe par l'opinion constructive, l'acte créateur, la cohésion et le rassemblement autour d'objectifs nationaux majeurs.

Le moment est venu d'opérer un changement qualitatif dans la mentalité et les comportements. Le moment est venu de rompre avec les mauvaises habitudes et les pratiques négatives telles que le laisser-aller, la négligence et bien d'autres vices qui ne siéent guère à un pays engagé dans un projet de développement d'envergure et une démarche de modernisation ambitieuse et qui aspire à une place de choix parmi les nations.

La réussite des élections demeure tributaire du niveau de participation des électrices et des électeurs au scrutin. Cette participation doit être le souci de tout un chacun. L'administration est, quant à elle, tenue de réunir les moyens nécessaires et les conditions idoines, mais il appartient, en premier lieu, aux partis de mobiliser de larges franges du peuple et de gagner les voix des électeurs. Le mouvement associatif a, lui aussi, une part de responsabilité en assumant son rôle vital d'encadrement et de sensibilisation des citoyens. Les médias, tous types confondus, ne sont pas en reste puisqu'ils ont pour devoir professionnel et national d'informer et de sensibiliser les citoyens à l'importance et à la portée du scrutin.

Les partis doivent être à la hauteur de cette échéance nationale, en proposant des programmes utiles et des candidates et candidats compétents et crédibles, capables d'attirer et de convaincre les électeurs et de contribuer au développement de la société et au renforcement des institutions de l'Etat.

La réussite des prochaines élections, en ce qu'elles constituent une mise à l'épreuve de la citoyenneté et de la démocratie, permettra, d'une part, de raffermir la relation entre le citoyen et les institutions constitutionnelles, de renforcer la confiance des électeurs en les élus et de conforter la crédibilité des assemblées élues, contribuant ainsi davantage à la construction et au renouveau national.

Ces élections imprimeront, d'autre part, une dynamique au processus de réformes politiques en cours pour donner la preuve d'une prise de conscience nationale et d'une avancée démocratique incontestable. Tel sera le message de l'Algérie au monde entier.

Dans le souci d'assurer des élections régulières et honnêtes, la loi électorale amendée récemment prévoit plusieurs dispositions à même de garantir la neutralité de l'administration et la transparence du scrutin. Des mesures auxquelles viennent s'ajouter la forte présence d'observateurs étrangers et une couverture médiatique nationale et internationale large et libre.

J'ai, à cet effet, donné des instructions à toutes les parties concernées, à savoir l'administration, les magistrats et les commissions de surveillance indépendantes afin que la loi soit respectée et appliquée rigoureusement, que chacun assume pleinement ses responsabilités et que toute partie qui contrevient à la loi, faillit à son devoir professionnel ou entrave la régularité des élections soit sanctionnée.

J'insiste sur la neutralité totale de l'administration et le sérieux des commis de l'Etat dans l'accomplissement de leurs missions et leur plein engagement à l'application de la loi et à la mise en œuvre des décisions de justice. La supervision judiciaire du processus électoral sera un véritable test de la crédibilité de la justice et une opportunité pour renforcer son rôle vital dans la consécration de la démocratie et la promotion des droits politiques dans la société, en garantissant la transparence du scrutin et la compétition loyale et libre entre les différentes forces politiques. Une telle démarche contribuera à la réussite des prochaines échéances politiques et permettra de mener le processus de réformes à bon terme.

Il convient également de rappeler que la loi garantit à tous le droit d'introduire des recours devant les parties compétentes qui prendront les mesures nécessaires conformément aux lois en vigueur. Le Conseil constitutionnel examinera les résultats et tranchera les recours, de manière à garantir la régularité du scrutin. Ses décisions sont sans appel et contraignantes pour tous.

Chères concitoyennes, Chers concitoyens,

Voter est un droit et un devoir constitutionnel. Un acte qui dénote d'un engagement national et d'un sens de citoyenneté et de civisme.  Je souhaite que vous y participiez pour exprimer votre libre choix et faire entendre votre voix influente. Il ne faut pas laisser les autres choisir à votre place et décider de votre avenir en votre absence.

A tous les travailleuses et travailleurs de l'Algérie, piliers d'un développement fort et solide et aux autres, agriculteurs qui sèment les graines de la prospérité en terre d'Algérie, bientôt vous serez au rendez-vous électoral comme vous êtes aujourd'hui et comme vous avez été de tout temps, mobilisés, solidaires, engagés et fidèles à votre devoir national pour exprimer votre voix et votre libre choix. La jeunesse est l'enjeu majeur de l'avenir du pays. A cette génération de l'indépendance et à ceux qui participent pour la première fois à ces élections je dirais qu'ils sont la richesse de la Nation. Porteurs des espérances du pays, ils sont les bâtisseurs d'un lendemain prometteur.

Aptes à relever le défi, comme vos prédécesseurs parmi les vaillants combattants et les martyrs, ne ratez pas cette opportunité pour prouver que vous êtes une génération plus consciente et plus engagée. Soyez au rendez-vous pour confirmer votre forte adhésion à la vie politique qui vous permettra de concrétiser vos aspirations, de participer à la promotion des principes et valeurs de la République et d'édifier la société moderne à laquelle vous aspirez.

La femme a réalisé, grâce à ses efforts, ses sacrifices et sa résistance extraordinaire pendant de longues années face à la machine meurtrière et destructive de la décennie noire, d'importants acquis dans différents domaines. Cependant, sa participation effective à la vie politique est restée en deçà des attentes. C'est pour cela que nous avons intégré à la faveur de la dernière révision de la Constitution, un nouvel article dans le sens de la +promotion des droits politiques de la femme à travers l'élargissement de ses chances de représentation au sein des assemblées élues+. Les mécanismes d'application de cette disposition, conformément à la loi organique adoptée récemment, ne représentent qu'un premier pas, compte tenu de considérations et entraves socioculturelles objectives, dans une démarche que nous comptons mener à terme pour permettre à la femme d'occuper la place qui lui sied au sein de la société et des Institutions de l'Etat.

Je voudrais à cet égard signaler que les parties en charge de l'application de cette loi organique, au niveau de l'Administration et des partis, doivent tenir compte de l'esprit et de la lettre de la Constitution qui vise essentiellement à encourager la femme à participer à la vie politique et élargir sa contribution à l'édification démocratique.

Il s'agit en effet de libérer son potentiel créatif et de conférer davantage de force et de cohésion à la famille et à la société algériennes.  Il convient donc d'impliquer la femme dans ces élections de manière à élargir sa représentation dans le prochain Parlement.

La réalisation d'un tel objectif reste dans tous les cas tributaire de la volonté et de la mobilisation de la femme que j'invite à intégrer l'action associative et partisane, tout comme je l'invite à participer massivement au scrutin. Cela lui permettra sans nul doute de multiplier ses acquis et de contribuer à la réussite des réformes et des prochaines échéances politiques. J'invite également les membres de notre communauté nationale à l'étranger, dont je salue l'engagement permanent en faveur du devoir national, à participer massivement aux prochaines élections comme ce fut le cas lors des précédentes échéances, afin d'exprimer son attachement au pays et confirmer sa fidélité habituelle et son soutien précieux et constant à l'Algérie dans son processus démocratique et de développement. L'Etat puise sa légitimité de la volonté du peuple qui exerce sa souveraineté à travers les institutions constitutionnelles qu'il choisit. Le vote est une position et un engagement qui permet d'exprimer une opinion, quelque soit l'appartenance et le choix de l'électeur. C'est un acte positif, bénéfique et important. C'est un droit et un devoir constitutionnel auquel il ne faut jamais renoncer.

Les élections nationales sont des choix politiques qui ont des dimensions importantes et des répercussions sur la vie des citoyens et le destin de la Nation.

Je demeure confiant en la sagesse du peuple algérien qui a, de tout temps, fait preuve de comportement exemplaire et relevé les défis. Un peuple fidèle à ses engagements et toujours présent lors des grands évènements pour accomplir son devoir national au service de la patrie ».