13e jour de campagne électorale : les chefs de partis en faveur du développement économique

Si le pays est en crise, c’est à cause de la dépendance de notre économie des hydrocarbures. C’est ce qu’affirme la majorité des candidats à la députation. Pour tirer l’Algérie de cette situation, ils plaident en faveur d’un développement économique basé sur l’industrie, l’agriculture et le tourisme.     

Le FNA à Tiaret et Djelfa

Le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, a une nouvelle fois accusé les partisans du boycott de vouloir «détruire l’Algérie». Dans son discours au meeting de Tiaret, il appelé à élire des députés "convaincus" de l’intérêt suprême du pays pour rester fidèles aux sacrifices des chouhada et aux moudjahidine. Dans ce contexte, il a précisé que les députés du parti "défendront les acquis des citoyens et rejetteront les lois qui ne servent pas l’intérêt de l’Algérie et du peuple». Pour M. Touati les citoyens doivent s’associer à l’"édification d’une Algérie forte pour sortir de la crise économique dont souffre le pays".

El Islah à Mila et Jijel

A Mila où il a animé son meeting, le président du Mouvement El Islah, M. Filali Ghouini, a indiqué que sa formation politique œuvre à «valoriser le génie algérien et les compétences nationales». Du haut de sa tribune il clamé que le pays «n’a pas besoin des expériences étrangères». Considérant que «l’Algérie traverse une rude épreuve dans une conjoncture internationale difficile",  M. Ghouini a insisté sur la nécessité de préserver l'"intérêt national, la stabilité et la sécurité du pays". A Jijel, Ghouini a appelé au renforcement des pouvoirs et prérogatives du Président d’APC. «Le président de l’APC n’est pas un fonctionnaire, c’est un élu du peuple», déclare-t-il.

Le FM à Tlemcen et Oran

Le président du Front El Moustakbel, Abdelaziz Belaïd, est revenu, ce vendredi à Oran, sur la situation du pays en plaidant en faveur d’un programme d’urgence de redressement de la situation économique et sociale, basé sur l’éthique politique et bannissant l’argent sale de l’activité politique".  "Nous œuvrons pour la continuité et travaillons pour préserver l’indépendance du pays et donner un sens à la justice", a-t-il indiqué. M. Belaid  a insisté, particulièrement, sur le développement humain et la place que doit occuper le citoyen au sein de la société. 

NAB à Mila

Le représentant de l’Union pour En-Nahda-Adala-Bina, Abdallah Djaballah, a plaidé, depuis Mila, en faveur d’ «un développement global et diversifié qui libère le peuple des répercussions négatives de la dépendance à l’égard de la rente pétrolière». Il a, également, appelé à la préservation de l’argent public et la réforme de l’administration et la justice. A propos de la représentativité, L’Union pour En-Nahda,Adala-Bina a "adopté une charte du parlementaire" pour la faire respecter à ses élus, affirme Djaballah.

El Karama à Khenchela

Le président du parti El Karama, Mohamed  Benhamou a déclaré, à partir de Khenchela, qu’il est temps de procéder au changement en choisissant les candidats les plus «aptes à représenter les électeurs et défendre leurs intérêts». Appelant les citoyens à sanctionner la «médiocrité politique», le leader d’EL Karama à loué la politique de l’Etat algérien sous l’impulsion du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, essentiellement dans le domaine de la préservation de la sécurité du pays et sa stabilité grâce aux efforts déployés par l’Armée nationale populaire et les différents services de sécurité.

Le FAN à Bouira

Le président du Front de l’Algérie nouvelle (FAN), Djamel Benabdeslam a appelé les citoyens à ne pas déserter le terrain politique. «Le citoyen, insiste-t-il, ne doit pas démissionner de la scène et de l’acte politiques, il doit voter, car les prochaines législatives sont cruciales dans la mesure où elles consolideront davantage l’unité du peuple algérien et permettront de donner un nouveau souffle au développement aux niveaux local  et national». M. Benabdeslam a considérer que le chef de l’Etat a souder davantage les rangs des Algériens et Algériennes avec l’officialisation du Tamazight.

Le PNSD à Tébessa

Pour Mohamed Cherif Taleb, président du Parti national pour la solidarité et le développement (PNSD), il est temps «de créer des régions de libre échange entre l’Algérie et la Tunisie qui constitueraient un vrai plus sur le plan économique». Se disant "très optimiste" concernant les listes des candidats de sa formation, "dans une wilaya militante et historique", il a assuré que sa liste regroupe "des compétences et des cadres universitaires capables d’interagir avec les citoyens et plaider leur cause".

Le PNA à Tissemsilt

Le secrétaire général du parti national algérien (PNA) de l’alliance El-Feth, Youcef Hamidi, a appelé «à la moralisation de l’exercice politique dans notre pays», précisant que sa «formation politique ne participera pas au délit d’achat des consciences à l’instar de partis qui tentent de faire échouer les législatives du 4 mai prochain en procédant à la vente des listes électorales à coups de milliards ».

Le PJ à Souk Ahras

Le président du parti des jeunes (PJ), Hamana Boucherma, a appelé vendredi après-midi, à Souk-Ahras, que ceux qu’il a décrits comme des spéculateurs de la politique de laisser l’Algérie vivre dans la paix et la stabilité en s’appuyant sur ses honorables enfants ainsi que ses richesses, considérant que le peuple algérien en a assez de ces spéculateurs qui continuent d’acheter les consciences. Après avoir fait part de son regret quant à la réalité du développement dans plusieurs wilayas de l’Est du pays, en dépit des sacrifices consentis durant la guerre de Libération nationale, M. Boucherma a ajouté que celles-ci n’ont pas reçu leur part de croissance. 

Le FNJS à Souk Ahras

S’exprimant au cours d’un meeting à Souk Ahras, Le président du Front national pour la justice sociale (FNJS), Khaled Bounedjma a rendu hommage à l’Armée nationale populaire (ANP) et tous les services de sécurité pour leurs efforts dans la préservation de la stabilité et la sécurité du pays. Appelant certains partis à ne pas exploités la guerre de libération nationale en défiant ces organisations à gagner «les voix du peuple en présentant des programmes susceptibles d’améliorer le pouvoir d’achat et de réduire le taux de chômage". 

TAJ à Oran

Le président de Tajamoû Amel El Djazair (TAJ),  Amar Ghoul, a appelé à consolider Oran au rang de pôle industriel méditerranéen. Lors de son meeting à Es-Senia (Oran), Ghoul a estimé que les "grandes réalisations concrétisées dans le cadre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, ont donné de bons résultats". Evoquant les grands axes du programme de son parti, Amar Ghoul a expliqué que chaque wilaya du pays fait l’objet d’un programme économique et de développement spécifique qui prend en charge les besoins de ses populations.

Le RCD à Boumerdes

Le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas s’est engagé, à Boumerdes, de militer pour l’amélioration du pouvoir d’achat des citoyens et propose de «revoir à la hausse la bourse des étudiants proportionnellement aux revenus des parents». Dans cette perspective, il préconise la suppression des subventions aux produits de large consommation qui, selon lui, «vident les caisses de l’Etat. S’adressant à son assistance en Tamazight, Mohcine Bellabas a expliqué que les subventions doivent profiter uniquement aux personnes qui ont en vraiment besoin. Parmi ces catégories vulnérables, le leader du RCD désigne les vieilles personnes qui doivent, réclame-t-il, bénéficier d’une pansions de «minimum vieillesse».

Le PT à Guelma

Lors de son meeting animé, ce vendredi à Guelma, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louiza Hanoune a affirmé à devant ses militants que sa formation deviendra, bientôt, une force politique du pays. Dans ce sens, la première dame du PT soutient que la majorité parlementaire peut basculer», en exhortant les militants et sympathisants de sa formation à profiter de «l’opportunité des élections législatives». Cet événement, dira-t-elle, peut se transformer en «une dynamique politique, un volcan de combativité».       

Le RND à Tlemcen et Oran

A la conquête de la Tlemcen, wilaya acquise au FLN, le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a misé sur des candidats «jeunes et honnêtes» de son organisation. Lors de son meeting, ce matin, M. Ouyahia a souligné que le RND est «un parti novembriste fondé par les enfants de chouhada et de moudjahidine jaloux de leur pays». Il a assuré que sa formation politique est «fermement attachée au principe de défendre la stabilité du pays». Pour sa deuxième halte à Oran, M. Ouyahia a appelé à un dialogue national sur l’économie et les réformes et à une décentralisation dans la gestion du pays. il a réclamé, entre autres, la privatisations des entreprises «défaillantes». 

L’ANR à Relizane

A Relizane, le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), Belkacem Sahli, a organisé une rencontre de proximité avant d’entamer son meeting. Lors de ses discussions avec les jeunes de cette ville, M. Sahli a appelé ces derniers à poursuivre «la mission des chouhada pour faire de notre pays un Etat démocratique». Lors de meeting, il a ensuite souligné que parmi les objectifs du prochain scrutin figurait l’élection de députés "en mesure d’accompagner et d’encadrer le mouvement social dans les communes et wilayas".

MSP à El Tarf, Hkenchela et Tébessa

«Nous comptons axer notre programme sur le développement de l’agriculture», a déclaré, à El Tarf, le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrezak Mokri, représentant de l’Alliance MSP-Front du changement (FC). Il cite, entres autres, le développement de l’élevage des vaches laitières pour en finir avec la dépendance et les importations du lait. Revenant sur le prochain scrutin, Mokri a estimé que la "transparence et le libre choix des futurs députés demeurent les seuls critères pour déboucher sur un Parlement légitime".

Le MPA à Ain Defla

Le président du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounès, a imputé, vendredi à Aïn Defla, le problème de l’économie nationale à l'«absence d’exportation hors hydrocarbures». Pour le leader du MPA, des réformes économiques sont nécessaires à condition qu’elles prennent en ligne de compte la justice sociale, appelant à lutter contre la corruption et le régionalisme. Au sujet de l’agriculture, il a expliqué que l’absence de main d’œuvre dans ce créneau d’activité a influé négativement sur ce secteur. 

National, Politique