Commerce au lendemain de l’Aid : activité moribonde, quatre jours après

Au lendemain de l’Aid et à quatre jours après, l’activité commerciale – mis à part quelques pharmacies et rares étals – sont toujours timides fermés.

En attendant des aids meilleurs, à l’association de protection du consommateur « el Amène », il est urgent de revoir le cahier des charges afin de réorganiser le commerce qui est fondamentalement au service du consommateur et non l’inverse.

 Témoignages dans le reportage de Noureddine Himed de la radio chaine 3.  

Voir aussi