Culture

Chlef : la deuxième édition des Journées de la chanson amazighe du 15 au 17 août à Béni Houa

 La deuxième édition des journées de la chanson  amazighe a eu lieu  le 15 août et se poursuivra jusqu'au 17 au jardin public de la commune de Béni Houa dans la wilaya de Chlef.

Organisée par l’association  culturelle Tifaouine, l’événement réunit des artistes ,des associations et des poètes,  qui sont venus de différentes régions du pays pour vibrer le public de cette ville côtière .Parmi les groupes, et les artistes  qui ont participé  à ces journées, on cite , entre autre :  l’artiste Ali ibahiyen, le groupe « Iyourayen»,le groupe Tifaouine, ….etc.  

Clôture du colloque sur la toponymie algérienne : promouvoir les noms des lieux et des régions

Les travaux du colloque national sur la toponymie algérienne, organisé  à Jijel par le Haut commissariat à l’amazighité (HCA), du 26 au 29 juillet 2015 , se sont achevés, par l’adoption d’une série de recommandations  ayant pour objectif de réhabiliter et promouvoir les noms des lieux et des régions en Tamazight.

Pour plus détails sur ces recommandations, écoutez le reportage réalisé par Rabie Hamouda sur ce lien  

Le Mzab, une leçon d’architecture...

Par Rabie HAMMOUDA

Les mozabites ont créé les villes actuels de la vallée du Mzab entre le début du onzième siècle et la deuxième moitié du seizième siècle, à la lumière des enseignements tirés de l’expérience des ksours encore plus anciens : ‘’Talazdit’’ en 674, ‘’Awlawal’’, ‘’Agherm n’wadday’’, ‘’ Boukyaou’’, et ‘’Mourki’’. Et  selon des règles de l’urbanisme parues dans le manuscrit d’Abou El Abbas  ‘’El kisma oua aussoul el araadin’’ premier écrit de l’histoire du genre.

Le réalisateur Slimane Boubkeur à la Deux : « Le comédien Bouaraba est malade, nécessitant un générateur respiratoire en urgence »

Le comédien algérien d’expression amazigh  Bouaraba Mohand Ouidir, appelé communément  Dda Bélaîd  est  atteint d’une insuffisance respiratoire  qui nécessite un générateur respiratoire pour compenser le manque d’oxygène   dont il souffre, a  déclaré  ce matin le réalisateur Slimane Boubekeur sur les ondes de la Deux.

Pour que   Dda Bélaîd  retrouve son état de santé et renoue avec le cinéma, Slimane Boubekeur lance un appel aux âmes charitables pour  lui offrir cet appareil d’autant qu’on est à la veille   de  l’Aîd El Fitr

Le journaliste-écrivain Nourddine Louhal, invité de Tala Izilan .Entretien

Par Nora Sahi

Dans cet entretien accordé à la radio Chaîne Deux, le journaliste-écrivain  Nourddine Louhal est revenu longuement sur  son dernier livre intitulé « Les Jeux De Notre Enfance », publié aux éditions ANEP ,  où il a développé le concept du jeu traditionnel et moderne  et son rôle dans l’éducation de nos enfants.

Pour rappel , ce livre a été traduit en Tamazight par le Haut commissariat à l’amazighité.

 Plus de détails, écoutez l’intégralité de l’entretien sur ce lien .

Fête de l’indépendance et de la Jeunesse : le parcours d'une femme courage La moudjahida Alem Saliha

À l’occasion de la Fête de l’indépendance et de la  Jeunesse, le 5 juilliet 2015, nous vous proposons d’écouter le témoignage de moudjahida  Alem Saliha sur son parcours pendant la Révolution.

 Entretien réalisé par Mansouri

L’intégralité de l’entretien sur ce lien

Lancement de la tournée nationale de Takfarinas à l’occasion de la fête du 5 juillet (Interview)

Dans une interview à la radio Chaine Deux, Takfarinas revient sur la tournée nationale qu’il effectuera le 4 juillet, à partir de l’esplanade de Riad Elfeth, à l’occasion de la fête de la Jeunesse et de l’Indépendance.

Takfarinas sera également l’invité de la Deux, jeudi 2 juillet 2015 de 23h à 01h00.

Pou plus de détails, écoutez l’intégralité de l’interview, réalisé par khecheni,  sur ce lien.   

Athmane Ariouet, une référence du cinéma algérien. Portrait par Chahra

Athmane Ariouet , un grand comédien  algérien, est né le 28 septembre 1948 à Barika, dans la wilaya de Batna . Il a entamé son parcours dans l’art  en 1971. Il a joué  ensuite des rôles dans différents films, on peut citer : Famille Comme les Autre, Beni Hendel, Le Docteur du Village, Le Retour, Er-roubla……..

Le public  algérien  se souvient particulièrment de  ses  rôles dans : Cheikh Bouamama (1984) et  dans l’inoubliable film  comique Le Clandestin (1991).

Journée de l'artiste : un hommage au défunt Cheikh Allaoua Zerrouki

A l'occasion de la journée de l’artiste, la commune d'Amalou, située dans la région de Seddouk , en partenariat avec le Festival culturel local des Arts et des Cultures Populaires de la wilaya de Béjaia, a rendu  un vibrant  hommage  à Allaoua Zerrouki ,le  maitre de la chanson  Chaâbi d’expression amazighe . Cet hommage aura lieu le  8  et le 09 juin.

Pour plus détails,   écoutez l'intégralité sur ce lien.

Azzeddine Meddour, un monument du cinéma algérien d’expression amazighe. Portrait par Chahra

    Dans ce portrait, Chahra revient sur le parcours du défunt cinéaste Azzedine Meddour.  

  Il fait parti des meilleurs cinéastes algériens, il est l’auteur d’Adrar n Baya (La Montagne de Baya), un film historique, réalisé en 1997.

   Diplômé de l’université de  Moscou  ( Russie), Azzedine Meddour avait produit plusieurs téléfilms pour le compte de  la télévision Algérienne tels que : La fillette et le Papillon, Djurdjura, Le chacal doré  ... etc

    Écoutez l’intégralité du portrait sur ce lien

Taleb Rabah, un grand artiste de la chanson amazighe .Portrait

Par  Chahrazed Ait Mouhoub

L’artiste-chanteur Taleb Rabah est l’un  des piliers   de la chanson amazighe, d’expression kabyle.   Il est né en 1930 au village de Tizit, dans la commune d’Illilten, daïra d’Iferhounen   (Tizi-Ouzou).

Durant sa carrière,  Taleb Rabah a côtoyé des grands maitres de la chanson kabyle tels que :   Slimane Azem,Cheikh EL Hesnaoui………etc.

Selon Boujemaa Rabah, qui a rendu visite à son domicile, joint par téléphone, durant l’émission Tirgwa n Yedles, Taleb Rabah est  affaibli  par la maladie.

Art culinaire : Lamliyyen l’incontournable plat mozabite de laylat 10 et laylet 20 ramadan. (Recette traditionnelle)

Par Rabie HAMMOUDA

Aflah TIZOUGGAGHINE,  est un travailleur infatigable qui s’est converti à l’art culinaire, après ses études universitaires.

A ses débuts Aflah ne savait même pas cuire des œufs. En passant par le chemin de la formation, une formation pédagogique initiale affirmée par une expérience professionnelle très solide, Aflah est aujourd’hui un cordon bleu.

Dans cet entretien il revient sur les difficultés de ses débuts, son ambition et sa détermination qui lui ont permis de réussir dans cette profession .

Pages