La une

S'abonner à flux La une
Mis à jour : il y a 23 min 37 sec

L'ARAV condamne "la diffamation médiatique" et l'exploitation immorale" des enfants via les réseaux sociaux

mar, 06/04/2021 - 21:06
L'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) a condamné, mardi dans un communiqué, "la diffamation médiatique et l'exploitation immorale" des enfants via les réseaux sociaux, appelant les utilisateurs des médias audiovisuels et les usagers des médias alternatifs au respect de la loi. "L'Autorité de régulation de l'audiovisuel a suivi avec une vive inquiétude la question de la diffamation médiatique et l'exploitation immorale, via les réseaux sociaux, de l'enfant Chetouane Saïd qui a été mêlé à des marches de protestation et poussé à brandir des slogans politiques qu'il n'est pas en mesure de saisir vu son jeune âge", condamnant de telles pratiques qui visent essentiellement à tromper l'enfant et à manipuler ses sentiments et ses émotions". Dans ce contexte, l'autorité a rappelé le communiqué rendu public le 02-06-2020 dans lequel elle a appelé à protéger l'enfant de toute forme d'atteinte qu'il pourrait subir du fait de contenus médiatiques qui ne prennent pas en compte sa spécificité. L'ARAV a indiqué poursuivre le constat de plusieurs dérapages dangereux exercés sur les mineurs en les impliquant dans des mouvements de protestation à caractère politique", appelant les médias audiovisuels et alternatifs ainsi que les parents à respecter la loi 15-12 qui garantit à l'enfant son droit à la protection de tous les préjudices". Après avoir plaidé pour "le respect des lois de la République et la convention internationale sur les droits de l'enfant", l'ARAV a tenu à rappeler aux parents la nécessité "de veiller à la protection de leurs enfants de toute forme d'exploitation et à ne pas les engager dans des questions et sujets quelque que soit leur forme ou contenu, afin de garantir leur bonne éducation et élever une génération imprégnée de valeurs qui inculquent en eux le véritable sens de patriotisme". L'ARAV a appelé à "préserver l'enfant de toute forme d'atteinte contre son intégrité physique et morale", exprimant sa détermination à réguler la scène médiatique audiovisuelle tant à travers les chaînes audiovisuelles que par internet. (APS)

Ramadhan 2021 : les horaires de travail fixés

mar, 06/04/2021 - 16:06
Les horaires de travail applicables dans les institutions et administrations publiques seront modifiés, à l'occasion du mois sacré de Ramadhan, indique mardi la Direction générale de la Fonction publique et de la Réforme administrative, dans un communiqué. Pour les wilayas d'Adrar, Tamanrasset, Illizi, Tindouf, Béchar, Ouargla, Ghardaïa, Laghouat, Biskra, El Oued, Timimoune, Bordj Badji Mokhtar, Ouled Djellal, Béni Abbès, In Salah, In Guezzam, Touggourt, Djanet, El M'Ghaier et El Meniaa, les horaires de travail sont fixés du dimanche au jeudi, de 7h30 à 14h30.   Pour les autres wilayas, ils sont fixés de 8h30 à 15h30, ajoute la même source, soulignant que les horaires habituels de travail reprendront après la fête de l'Aïd El Fitr.

AG élective de la FAF : Amar Bahloul annonce sa candidature

mar, 06/04/2021 - 14:45
Le membre du Bureau fédéral sortant de la Fédération algérienne de football (FAF) Amar Bahloul, a annoncé officiellement sa candidature pour la présidence de l'instance fédérale, en vue de l'assemblée élective (AGE), prévue le 15 avril, a appris l'APS mardi auprès de l'intéressé. "Après mûre réflexion, j'ai décidé officiellement de me porter candidat. L'adoption à la majorité des bilans moral et financier a énormément pesé sur ma décision", a indiqué Bahloul. La commission de candidatures, installée lundi peu après le déroulement des travaux de l'assemblée générale ordinaire (AGO), présidée par le président de l'US Chaouia Abdelmadjid Yahi, a fixé du 6 au 9 avril à minuit, la période pour le dépôt des candidatures. "Mon projet consiste à rassembler l'ensemble de la famille du football algérien, je suis prêt à discuter avec l'opposition, que j'inviterai à s'asseoir autour d'une table dans l'intérêt du football national. Je suis un rassembleur, je ne vais exclure personne", a-t-il ajouté, soulignant qu'il comptait déposer son dossier jeudi. Avant d'enchaîner : "Mon projet s'articule sur trois axes : rassemblement, continuité et optimisation". Bahloul s'est engagé également "à apporter des correctifs aux insuffisances constatées dans le domaine organisationnel de la FAF, lors du précédent mandat sur tous les plans". Enfin, concernant ses chances de succéder à Kheïreddine Zetchi, le natif d'El-Tarf se dit "confiant". "Mes chances ? Je reste confiant, je pense que j'ai des atouts à faire valoir, mon vécu et mon expérience et toutes mes sorties sur le plan médiatique seront pour moi un avantage non négligeable pour essayer d'avoir l'insigne honneur de diriger le football algérien". Le président sortant de l'instance fédérale, Kheïreddine Zetchi, a décidé de ne pas briguer un deuxième mandat, lui qui avait été élu le 20 mars 2017 en remplacement de Mohamed Raouraoua.  Outre Bahloul, d'autres noms se sont positionnés pour reprendre la présidence de l'instance fédérale à l'image de Walid Sadi, Mohamed El-Morro, ou encore l'ancien international Antar Yahia, resté toutefois évasif sur la question.  

Accidents de la route: 35 morts et 1.474 blessés au cours de la semaine écoulée

mar, 06/04/2021 - 11:14
Trente-cinq (35) personnes ont trouvé la mort et 1.474 autres ont été blessées dans 1.229 accidents de la circulation survenus à travers le territoire national au cours de la semaine écoulée (du 28 mars au 3 avril), indique un bilan hebdomadaire rendu public mardi par la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de M'sila avec trois (03) personnes décédées et 51 autres blessées dans 35 accidents de la route, précise la même source. Concernant les activités de lutte contre la propagation du coronavirus, les unités de la Protection civile ont effectué durant la même période 176 opérations de sensibilisation à travers le territoire national, rappelant aux citoyens la nécessité de respecter le confinement et les règles de distanciation physique, ainsi que 171 opérations de désinfection générale ayant touché l'ensemble des infrastructures et édifices publics et privés et les zones d'habitation. Par ailleurs, les secours de la Protection civile ont effectué 1.125 interventions pour procéder à l'extinction de 743 incendies urbains, industriels et autres. Ils ont également effectué 4.127 opérations d'assistance aux personnes en danger et opérations diverses.

Foncier industriel : Bacha insiste sur la levée des obstacles

mar, 06/04/2021 - 11:06
Le ministre de l’Industrie, Mohamed Bacha, a relevé lundi à Annaba, "la nécessité d’œuvrer à lever les obstacles entravant l’exploitation du foncier industriel disponible dans certaines zones industrielles en proposant des solutions réglementaires efficaces pour promouvoir l'investissement productif". Au cours de son inspection de l’extension de la zone industrielle de la commune de Berrahal, dans le cadre d’une visite de travail dans cette wilaya, le ministre a précisé que les difficultés d’ordre juridiques soulevées au niveau de cette zone industrielle (extension) de 367 ha, "trouveront une solution dans un cadre légal permettant la levée des entraves et assurant la relance de l’exploitation de ce capital important de foncier industriel". Le ministre de l'Industrie a ajouté que la promotion de l'investissement "nécessite la conjugaison des efforts de toutes les parties afin de lever les obstacles et assurer les conditions requises à la réussite de l'acte d'investissement", soulignant que l’exploitation efficiente de la zone industrielle de Berrahal (extension) nécessite de "réunir les conditions d'une exploitation légale et effective de cette zone". La zone industrielle de Berrahal (extension) englobe trois (3) parcelles de terrain importantes dont une parcelle de 167 ha destinée à l’investissement dans des activités de sidérurgie et qui pose actuellement un problème d’ordre juridique du fait qu’une décision de saisie a été prononcée par les instances judiciaires. Des équipements pour un montant de 80 millions de dollars ont été acquis pour ce projet d’investissement dans des activités de sidérurgie, a indiqué le directeur local de l’industrie lors de la présentation d’un exposé sur les volets techniques relatifs à la mobilisation d’assiettes foncières pour l’investissement dans cette zone. Le ministre de l’Industrie, Mohamed Bacha, accompagné du ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des micro-entreprises, Nassim Diafat, a également visité une exposition dédiée aux micro-entreprises activant dans la wilaya d’Annaba. A cette occasion, le ministre s’est enquis du potentiel des jeunes dans le domaine de l'investissement dans certaines activités liées à la sous-traitance industrielle, appelant les jeunes entrepreneurs à recourir à la numérisation pour moderniser et développer leurs activités.

A une semaine du Ramadhan : un relâchement sur les mesures sanitaires est constaté

mar, 06/04/2021 - 11:01

Le nombre des cas de contaminations quotidiennes du Covid-19, repart légèrement à la hausse. A un peu plus d’une semaine du mois Sacré de Ramadhan, un relâchement sur le respect des gestes barrières a été constaté, dans les lieux publics. C'est le cas, par exemple, au marché d’Hussein Dey.

Chaine: Tags:

Ali Aarrass raconte le calvaire des prisons marocaines

mar, 06/04/2021 - 10:53
C’est la fin du cauchemar pour Ali Aarrass. Ce quinquagénaire, natif de Melilla et détenteur de la double nationalité maroco-belge, est enfin de retour en Belgique, après avoir subi les pires sévices, 12 années durant, dans les geôles marocaines. La mésaventure d’Ali Aarrass commence en 2004, lorsqu’il décide de quitter la Belgique, où il résidait depuis 29 ans, pour un retour aux origines, vers sa ville natale, Melilla, cette enclave espagnole proche de la ville marocaine de Nador. Le 1er avril 2008, il est arrêté par les autorités espagnoles. « Les agents de la Guardia Civil m’ont abordé dans la rue, prétextant une infraction au code de la route. Après coup, j’ai compris qu’ils me suivaient depuis longtemps », raconte Ali Aarrass. Le soir même, il est présenté devant un juge qui ordonne son transfert vers Madrid, où il sera placé en isolement.   C’est le célèbre magistrat Baltasar Garzon qui est chargé de statuer sur le sort d’Ali Aarrass, soupçonné de terrorisme. Mais la justice espagnole ne trouve rien de concluant et n’engage aucune poursuite judiciaire contre lui. Pour autant, Ali Aarrass n’est pas libéré et, à la demande des autorités marocaines, il est extradé vers le Maroc en 2009, malgré de nombreuses grèves de la faim et la mobilisation d’Amnety International.   A Rabat débute le cauchemar « Qui êtes-vous ? Combien de frères et de sœurs avez-vous ? Où sont cachées les armes ? » Les questions pleuvent tout comme les coups. Pendant ce qu’il lui a semblé être quatre jours, Ali Aarrass subi cet interrogatoire ponctué des pires sévices et humiliations. « La tête plongée dans un seau d’eau, chocs électriques, viols par introduction d’objets… Je ne pouvais plus supporter la douleur. Alors j’ai inventé une histoire. » Malheureusement pour Ali Aarrass, il ne pouvait pas y avoir d’armes au lieu indiqué. Les tortures se sont poursuivies jusqu’à lui arracher une histoire qui ressemble assez à « des aveux », pour permettre aux autorités marocaines de le condamner à 12 ans de prison ferme. Mais Ali Aarrass continue de clamer son innocence. Avec l’aide de codétenus libérés avant lui, il fait sortir de sa prison, des dessins qui témoignent des tortures qu’il continuait de subir, notamment dans la prison de Salé. Des représailles à cause de la mobilisation internationale menée par sa sœur, depuis la Belgique. Après avoir purgé la totalité de sa peine, Ali Aarrass est finalement libéré alors que le monde est plongé dans la pandémie de Covid 19. A cause de la suspension du trafic aérien, il lui faudra attendre encore 3 mois au Maroc, avant de pouvoir retrouver ses proches et sa vie d’homme libre en Belgique.

L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines

mar, 06/04/2021 - 10:52
Les unités de l'Armée populaire de libération sahraouie (APLS) ont mené lundi de nouvelles attaques visant les positions des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mehbes tout au long du mur de sable, selon un communiqué du ministère de la Défense sahraoui. "Les unités de l'APSL ont bombardé des retranchements de l'armée d'occupation dans la région de Tnouched dans le secteur de Mehbes", précise le 145e communiqué rapporté par l'agence de presse sahraouie (SPS). L'APLS a mené également des attaques ciblant les forces de l'occupation dans les régions d'Akouira, Ould Ablal, Laaked et Akrara Achadida (secteur Mehbes). Les attaques des combattants de l'APLS continuent de cibler les positions des soldats d'occupation, qui ont subi des pertes humaines et matérielles considérables le long du mur de la honte", conclut le communiqué du ministère de la Défense sahraoui. (APS)

Elaboration des cahiers de charges pour investissement dans le secteur culturel

mar, 06/04/2021 - 10:47
La ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda a fait état, lundi soir, de l'élaboration des cahiers des charges relatifs à l'investissement dans le secteur de la culture, dont l'exploitation des espaces et des sites archéologiques ainsi que des salles de cinémas et la création de théâtres privés. S'exprimant au terme des travaux du Forum de l'économie culturelle (3 au 5 avril), la ministre a affirmé que la gestion du théâtre privé fera l'objet d'un décret exécutif déposé au Secrétariat général du Gouvernement. Lors de la présentation des conclusions du forum, Mme Bendouda a annoncé plusieurs décisions pour redynamiser la production culturelle et artistique, dont le lancement du projet cinématographique dans la ville de Timimoune, sur une superficie de 7 hectares, outre l'ouverture imminente du complexe de cinéma composé de 3 salles dans la wilaya d'Oran et celui d'Ouled Fayet à Alger. Dans le même contexte, la ministre a dévoilé également la création d'une école de formation cinéma à Constantine et de l'académie des arts à Tizi Ouzou dans le cadre d'un plan visant à relancer l'industrie cinématographique, ajoutant la création prochaine d'une plateforme numérique pour la distribution de la production cinématographique et une autre pour la commercialisation des œuvres d'art. La première responsable du secteur a réaffirmé que son département ministériel accordait une attention particulière aux projets relatifs à l'industrie cinématographique des opérateurs privés. "Un mécanisme exécutif de haut niveau multisectoriel est en cours de préparation sous la supervision du Premier ministère, lequel sera chargé de la mise en œuvre et du suivi de la stratégie nationale de l'économie de la culture et des arts", a-t-elle annoncé Elle a également fait état de l'ouverture prochaine d'un bureau d'investissement culturel au niveau du ministère, qui aura pour mission l'accompagnement et l'orientation des auteurs de projets et des investisseurs privés. Par ailleurs, la ministre a mis en avant l'importance de la culture en tant que "composant de l'identité nationale globale", "catalyseur de l'économie" et également "alternative" parmi les options de diversification de l'économie nationale.

Le traitement de colis postaux est passé à 50.000 colis par jour

mar, 06/04/2021 - 10:38
L’opérateur public Express mail service (EMS) qui traitait 2000 colis postaux par jour est passé à 50.000 colis depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19, soit une évolution significative. Le ministère de la Poste et des Télécommunications, Brahim Boumzar, a déclaré : "L'EMS est passé de 2000 colis postaux traités quotidiennement à 50.000. C'est une évolution à plus de 500%". Boumzar en marge d'une visite d'inspection qu'il a effectuée au niveau des centres de tri et de traitement de courriers postaux dans la wilaya d'Alger, affirmant que l'augmentation des envois est liée à la fermeture de l'espace aérien à cause de la crise sanitaire du coronavirus. Le ministre a souligné que la situation s'est "nettement améliorée" dans les centres de tri durant ces derniers mois, précisant qu'au mois de décembre 2020 "près de 50.000 colis postaux étaient en instance d'envoi et aujourd'hui, les colis postaux sont traités dans la même journée". Boumzar s'est félicité de l'"amélioration" de la situation après des "instructions et des recommandations" qu'il avait données lors d'une visite inopinées effectuées en décembre 2020. Il a mis l'accent sur la nécessité de la transcription de l'adresse sur l'enveloppe qui doit être "claire" et respectant les normes définies dans ce domaine. Le ministre a tenu à rassurer les clients de l'opérateur public que les colis postaux sont "bien traités et sécurisés" avec le concours des services des Douanes algériennes. "Nous comptons organiser des campagnes de sensibilisation au profit des jeunes, en collaboration avec les Douanes algériennes pour leur expliquer quels sont les produits autorisés et interdits à acheminer via le réseau EMS", a souligné le ministre qui a insisté sur l'encouragement du e-commerce en vue de donner plus d'opportunités d'emploi aux jeunes. Le ministre a réitéré, par la même occasion, l'engagement de son département ministériel à accompagner les opérateurs activant dans le créneau du tri et du traitement de colis et courriers postaux, affirmant que son rôle est de créer un climat "favorable et incitatif". Par ailleurs, le ministre a visité les sièges de deux opérateurs privés spécialisés dans le transport et la logistique, notamment FedEx et DHL, où il a insisté sur la formation des jeunes dans les métiers de la logistique.

Abdelouahab Ziani, président de la CIPA : Il faut réfléchir sur une fiscalité intelligente

mar, 06/04/2021 - 09:23
«Réfléchir sur une fiscalité intelligente qui puisse ramener tout le monde sur scène », suggère Abdelouahab Ziani, président de la Confédération interprofessionnelle des producteurs et industriels Algériens (CIPA). Invité, mardi matin, de la rédaction de la Chaine 3 de la Radio Algérienne,  celui-ci, pense qu’il faut alléger  la fiscalité  et avoir plus de concertation avec les entreprises pour trouver un model qui puisse arranger toutes les parties.  Il n y a pas assez de concertation, estime t-il en précisant que la dernière loi de finance a été faite sur mesure. « Habituellement le patronat est concerté par rapport à une fiscalité. Nous sommes quand même un producteur de fiscalisé pour le trésor publique », dit-il. Pour lui, si une fiscalité est dans un seule sens,  « nous perdrons les encaissants dans le réel et ils partiront dans le marché parallèle », regrette t-il en ajoutant que  « c’est pour cela que je dis qu’il faut travailler ensemble pour réduire la fiscalité et l’élargir et trouver un chemin juste pour tout les algériens ».   Le président de la CIPA est également revenu sur la réunion qui a regroupé les opérateurs économiques et le président de la République Abdelmadjid Tebboune portant sur la concrétisation du plan de relance économique. Il fait savoir que le chef de l'Etat a insisté sur la concertation et de se mettre autour d’une table pour trouver des solutions. En tant qu'opérateur économique, « la CIPA est prête à relever le défi », poursuit-il.   Selon lui, on doit revoir le système et les dispositifs actuels, notamment celui des marchés publics, ainsi que celui du travail. Pour M. Ziani, il faut une mise à jour pour toutes les lois  afin de les adapter à la difficile conjoncture à laquelle est confrontée l’Algérie. Pour ce qui a trait, en particulier, à la révision du Code des marchés publics, l’invité propose de donner « la préférence » aux sociétés algériennes. À propos du Code du travail, il faudrait, précise t-il  tout revoir, afin de ne pas susciter des querelles entre les entreprises, les employés et les institutions. Au dernier lieu, le président de la CIPA, estime que  l’État devrait  protéger les opérateurs économiques en les aidants à produire et surtout à amener les Algériens à consommer les produits locaux et contribuer, ainsi, « à sauver l’emploi et à créer de la richesse au pays », conclut-il.      

Annaba : 28 blessés dans une collision entre un bus et un semi-remorque

mar, 06/04/2021 - 08:04
Vingt-huit  personnes ont été blessées lundi dans une collision entre un bus de transport suburbain desservant la ligne entre Annaba et la circonscription administrative Draâ Errich et un  semi-remorque, a indiqué un communiqué de la cellule de communication de la direction locale de la Protection civile. La même source a précisé que le bus en provenance de Draa Errich, à bord duquel se trouvaient 46 personnes, est entré en collision avec un semi-remorque sur la RN 44, à proximité de la cité Oued Nil. Les services de la Protection civile ont mobilisé 10 ambulances pour transférer les blessés, âgés entre 12 et 82 ans, dont neuf (9) hommes et 19 femmes à l’hôpital Ibn Rochd, a souligné le communiqué, détaillant que la plupart des blessures sont "légères" à l’exception du chauffeur du bus et de deux passagères qui souffrent de blessures de divers degrés. Les services de sécurité compétents ont ouvert une enquête pour déterminer les causes exactes de cet accident.      

Birmanie: 564 morts lors des manifestations

mar, 06/04/2021 - 08:00
Le nombre de morts parmi les manifestants contre le coup d'Etat militaire en Birmanie est passé à 564, a affirmé l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (indépendante), par voie de communiqué publié, lundi. La même source a indiqué que le bilan était passé de 550 à 564 après l’enregistrement de nouvelles victimes, samedi et dimanche, tombées sous les balles des forces sécuritaires lors des manifestations contre le coup d'Etat qui a eu lieu début février. Le 1er février à l'aube, des commandants de l'armée en Birmanie ont perpétré un coup d'Etat militaire, suivi de l'arrestation de hauts responsables du pays, dont le Président, Win Myint, et la présidente du Conseil d’Etat, Aung San Suu Kyi. A la suite du coup d'Etat, des manifestations populaires ont eu lieu dans tout le pays contre les putschistes et l'administration militaire a annoncé l’instauration de la loi martiale dans 7 régions des villes de Yangon et de Mandalay.

Complexe sidérurgique de Bellara : vers l’exportation de 300.000 tonnes de fer

mar, 06/04/2021 - 07:57
Le complexe sidérurgique de Bellara (wilaya de Jijel) de la Société algéro-qatarie de sidérurgie (Algerian Qatari Steel) prévoit d’exporter 300.000 tonnes de fer au cours de cette année vers l’Europe, le Canada et certains pays arabes, a indiqué lundi son directeur général adjoint, Chaïb Setti Sofiane. Dans une déclaration à la presse, en marge de la cérémonie organisée à l’occasion de l’obtention par la Société de la certification internationale de qualité ISO 9001 et l’arrivée de la société à un (1) million d’heures de travail sans incidents, le même responsable a fait état de la signature de trois conventions avec des partenaires étrangers pour l’exportation d’environ 300.000 tonnes de fer vers l’Europe, le Canada et plusieurs pays arabes. Il a affirmé, en outre, que le complexe passera à l’étape d’exportation ‘‘durant l’année en cours’’ au travers de plusieurs opérations successives surtout que le marché local connait "une saturation" en cette matière d’environ 30 %. Attribuant l’augmentation des prix locaux du rond à béton en dépit de sa "disponibilité" à la hausse du cours du minerai de fer sur le marché international à hauteur de 70 %, le même responsable a souligné que ce produit représente 65 % des composants du fer. Le même responsable a également relevé que l’obtention par la Société algéro-qatarie de sidérurgie de la certification ISO 9001 constitue une reconnaissance de "la conformité du produit local aux normes mondiales". De son côté, Youcef Ahmed El Mohannadi, directeur général de la Société algéro-qatarie de sidérurgie, a considéré que le fait que celle-ci ait atteint 1 million d’heures de travail sans incident constitue un "couronnement" des efforts déployés par les travailleurs et l’application de la direction chargée de la sécurité et de l’environnement des normes internationales en matière de sécurité sur les lieux de travail. Ce responsable a également affirmé que la santé, la sécurité et l’environnement en plus de la qualité représentent "les plus importants fondements de la politique générale du complexe".

Energie renouvelables: les capacités installées en croissance de 50% en 2020 dans le monde

lun, 05/04/2021 - 19:10
Plus de 260 gigawatts (GW) de capacité en énergies renouvelables ont été mis en place en 2020 à travers le monde, soit une croissance 50% plus rapide que celle qui avait été enregistrée en 2019, a indiqué lundi l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA). Selon l'Agence, l'année 2020 a été une année "record" pour les nouvelles capacités en énergies, et ce, malgré le ralentissement économique dû à la pandémie de COVID-19. Les statistiques annuelles publiées par l'IRENA en 2021 sur les capacités en énergies renouvelables montrent que ces dernières ont considérablement augmenté par rapport au total des nouvelles capacités de production énergétique installées et ce, pour la deuxième année consécutive. Plus de 80% de toutes les nouvelles capacités d'électricité mises en place l'an dernier exploitent des sources d'énergie renouvelables. Le solaire et l'éolien comptent pour 91 % de ces nouvelles capacités. La croissance relative des énergies renouvelables s'explique en partie par le fléchissement, en termes nets, de la capacité de production d'électricité à partir de combustibles fossiles en Europe, en Amérique du Nord et, pour la première fois, en Eurasie (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Fédération de Russie et Turquie). Au total en 2020, 60 GW de capacités nouvelles à base de combustibles fossiles ont vu le jour, contre 64 GW l'année précédente, ce qui montre que le tassement de l'expansion des combustibles fossiles se poursuit. L'augmentation de la capacité installée (de 10,3 %) dépasse les projections de long terme qui tablaient sur une croissance plus modeste d'une année sur l'autre. A la Fin de l'année 2020, la capacité mondiale de production d'énergie de sources renouvelables s'élevait à 2799 GW, l'hydroélectricité se tenant toujours en tête (1211 GW), bien que le solaire et l'éolien rattrapent rapidement leur retard. Les deux sources variables d'énergies renouvelables qui ont dominé l'expansion des capacités en 2020 sont les nouvelles installations solaires (127 GW) et éoliennes (111 GW). Ce sont la Chine et les Etats-Unis d'Amérique qui ont connu la croissance de marché la plus marquée et ce dès 2020. La Chine, qui est d'ores et déjà le plus vaste marché des énergies renouvelables au monde, s'est dotée l'an dernier de 136 GW de capacité supplémentaire, pour l'essentiel en énergies éolienne (72 GW) et solaire (49 GW). Les Etats-Unis d'Amérique se sont dotés quant à eux de 29 GW de capacité énergétique de sources renouvelables l'an dernier, soit une augmentation 80% plus rapide qu'en 2019, et répartie entre le solaire (15 GW) et l'éolien (env. 14 GW). L'Afrique a poursuivi sur la voie d'un développement régulier avec de nouvelles capacités qui ont vu le jour sur le continent à hauteur de 2,6 GW, soit un peu plus qu'en 2019. L'Océanie est restée la région à la croissance la plus rapide (+ 18,4%), bien qu'elle ne représente qu'une petite fraction de la capacité mondiale et que presque toute cette expansion ait eu l'Australie pour théâtre. " Ce que ces chiffres révèlent, c'est une histoire tissée de résilience et d'espoir. Malgré les défis et l'incertitude qui ont plané sur 2020, les énergies renouvelables sont devenues une source d'optimisme fondamental pour un avenir meilleur, plus équitable, résilient, propre et juste ", a déclaré le Directeur général de l'IRENA, Francesco La Camera. APS

Signature de trois conventions de partenariat entre le groupe américain Halliburton et des universités algériennes

lun, 05/04/2021 - 19:01
Trois conventions de partenariats entre le groupe américain de services pétroliers "Halliburton" et l'Université des Sciences et de la Technologie Houari-Boumediene (USTHB) (Alger), l'Université M'Hamed Bougara de Boumerdes et l'Université Kasdi Merbah de Ouargla ont été signées lundi à Alger. Il s'agit de "donations en logiciels multi-domaines: géoscience, réservoirs management, solutions sismiques, géologie, production et économie", a précisé le vice-président de "Halliburton Energy Services Inc", Ahmed Hami lors de la cérémonie de signature. Les conventions signées avec les trois universités consistent à mettre à la disposition du corps enseignant et étudiant, les solutions développées par "Halliburton Landmark" afin de mettre en pratique les connaissances théoriques dans les différents projets pédagogiques et de recherche, a-t-il expliqué. Selon ce responsable, le programme "Halliburton Landmark University Grant Program", développé par sa compagnie en collaboration avec les trois universités, vise à "aider les entreprises à encourager les étudiants en fournissant les meilleures ressources d'apprentissage et de formation en associant les connaissances académiques à la vie pratique". Il a estimé, à ce titre, que le programme développé par sa compagnie dans le cadre du rapprochement entre les universités et les entreprises "aidera les scientifiques et les ingénieurs algériens à façonner leurs futures carrières au sein d'Halliburton ou ailleurs dans l'industrie pétrolière". Ce programme, a-t-il poursuivi, est composé de "dons de logiciels éducatifs pour les trois universités algériennes". Le représentant du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique à cette cérémonie, Seif-Eddine Amara, s'est félicité de l'initiative d'Halliburton, soutenant que "ce don aidera à faire progresser les étudiants dans leur cursus universitaire et aller vers une formation de qualité". "Le défi pour nous, ce n'est pas de continuer à former utile en encourageant ce genre d'initiatives", a-t-il affirmé, exhortant les compagnies intéressées par ce type de partenariat à se rapprocher du ministère de l'Enseignement supérieur pour "développer, ensemble, des programmes de partenariat". Dans un message lu en son nom lors de la cérémonie de signature des trois conventions, le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a affirmé que l'initiative d'Halliburton "permettra d'offrir un espace de partage, d'apprentissage et de développement pour les utilisateurs, chercheurs et professionnels". Il a estimé que cette initiative "peut constituer un moteur et un canal pour les énergies d'aujourd'hui et de demain pour s'orienter vers l'économie du savoir, les startups et l'innovation". Il a relevé, en outre, que la compagnie nationale Sonatrach et ses associés ont pu bénéficier des services et des technologies offerts par Halliburton. De son côté, le chargé d'affaires à l'ambassade des Etats-Unis à Alger a fait état d'un "certain nombre de programmes similaires" qui seront lancés prochainement avec des universités, des centres de recherche, ainsi qu'avec des organisations à but non lucratif et des associations. APS

Mali : le gouvernement ne ménage aucun effort pour mettre en œuvre l'Accord d'Alger

lun, 05/04/2021 - 15:05
Le gouvernement malien ne ménage aucun effort pour mettre en œuvre l'Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d'Alger, a déclaré, lundi à Alger, le ministre malien des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Zeïni Moulaye. "Le gouvernement malien ne ménage aucun effort pour tenir ses engagements et particulièrement ceux liés à l'Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d'Alger", a assuré Zeïni Moulaye dans son allocution d'ouverture lors de la 16ème session du comité bilatéral stratégique Mali-Algérie. "La mise en œuvre dudit accord, inscrite en priorité dans la feuille de route de la Transition, demeure l'une des préoccupations de son excellence Monsieur, Bah N'daw, président de la transition, chef de l'Etat et du Premier ministre, chef du gouvernement, Moctar Ouane", a également expliqué le ministre malien. L'Accord pour la paix et la réconciliation signé en 2015, après plusieurs rounds de négociations tenus à Alger, a été signé par le gouvernement malien et plusieurs groupes armés réunis au sein de la Coordination des mouvements de l'Azawad. D'autre part, le ministre malien a tenu à préciser qu'en dépit du contexte difficile, le processus de paix au Mali a enregistré des avancées significatives en grande partie grâce à l'Algérie. "La présente session est une belle occasion d'évaluer les recommandations de la précédente qui s'est tenue le 17 juin 2019, à Bamako, de mesurer les progrès réalisés, les obstacles rencontrés et envisager de nouvelles perspectives", a-t-il souligné. Par ailleurs, Zeïni Moulaye a sollicité l'accompagnement du gouvernement algérien pour la réussite de la Transition "sur deux dimensions cruciales", à savoir " la sécurité et les élections générales". Le ministre malien a assuré, en outre, que son pays comptait faire de la coopération avec l'Algérie une "priorité absolue". APS

Une caravane de solidarité du CRA dès mardi à travers toutes les wilayas du pays

lun, 05/04/2021 - 15:02
Une caravane de solidarité s'ébranlera mardi à 11h à partir de la SAFEX pour acheminer des aides dans les 58 wilayas du pays dans le cadre des activités du Croissant rouge algérien (CRA) à l'occasion du mois de Ramadhan, a indiqué lundi à Alger la présidente du CRA, Saida Benhabilès. "Une caravane de solidarité démarrera demain mardi à 11h à partir du siège de la Société des foires et expositions (SAFEX) pour se rendre dans les 58 wilayas du pays", a indiqué, Mme Benhabilès, qui était l'invitée du Forum du quotidien Le Courrier d'Algérie, en compagnie du secrétaire général du CRA, Ahmed Mizab, rappelant que cette campagne de solidarité a débuté depuis deux semaines. Dans le même sens, elle a ajouté que le CRA s'est fixé l'objectif d'apporter aide et assistance à quelques 10.000 familles dans le cadre de ses activités de solidarité durant le mois sacré. "Le CRA, qui a entamé la campagne d'aide et d'assistance aux familles démunies jeudi dernier à partir du village de Djebabara (Blida), impacté par le terrorisme durant la décennie noire, compte atteindre le chiffre de 10 000 familles à aider à travers les 58 wilayas du pays dans le cadre de ses actions de solidarité à l'occasion du mois de Ramadhan", a précisé Mme Benhabilès. Mme Benhabilès n'a pas avancé de chiffres concernant la quantité des aides à distribuer ou à acheminer, expliquant à ce propos que le "le CRA ne bénéficie pas de budget de la part des pouvoirs publics, mais plutôt de dons qu'il redistribue". Au sujet des listes des familles bénéficiaires, la présidente du CRA a affirmé qu'elle "ne fait pas confiance aux listes établies par les APC car ces dernières exigent des bénéficiaires une attestation de non affiliation à la sécurité sociale", faisant observer qu'il y a des "personnes indélicates, travaillant à leur compte sans qu'elles ne soient déclarées à la Sécurité sociales et qui, en plus, veulent bénéficier des aides du CRA". "Nous préférons faire appel aux associations des jeunes quand il s'agit d'établir les listes des bénéficiaires dans les grandes villes, alors que nous recourrons aux notables, imams et comités des villages quand il s'agit d'aides à distribuer dans les zones déshéritées", a ajouté Mme Benhabilès, faisant observer que le CRA "respecte la dignité des familles démunies". En outre, Mme Benhabilès a indiqué qu'une quantité de 70 tonnes de dattes sera acheminée mercredi prochain vers les camps de réfugiés sahraouis en prévision du mois de Ramadhan. Relevant que la stratégie adoptée par le CRA depuis 2014 consiste à axer ses actions sur les zones déshéritées ou zones d'ombre, elle a souligné que le Croissant rouge algérien s'est également engagé à coopérer avec les autorités sanitaires dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie du Coronavirus, ciblant ainsi, a-t-elle précisé, les bénévoles du CRA, atteints du Covid-19, les sans domicile fixe (SDF) algériens et les migrants. "Le CRA a lancé un appel au Comité international de la Croix-Rouge, à la Fédération internationale des Croix-Rouge et Croissant-Rouge ainsi qu'à l'Organisation internationale des migrations (OIM) pour nous octroyer des vaccins destinés à cette frange de la population" (les bénévoles du CRA, atteints du Covid-19, les SDF algérien et les migrants). Par ailleurs, Mme Benhabilès a rendu hommage à l'Armée populaire nationale qui, a-t-elle dit, accompagne le CRA dans ses actions, notamment le transport aérien des aides destinées aux zones du Sud du pays et aux autres pays. APS

Bilan Bourse d'Alger : forte baisse d’activité en 2020

lun, 05/04/2021 - 13:58
La Commission d'organisation et de surveillance des opérations de Bourse (COSOB) constate une forte baisse des échanges en Bourse en 2020, estimée à -64,83%. L’année 2020 était une année exceptionnelle, « marquée par  la crise sanitaire, la crise économique et des transitions multiples », indique le rapport annuel de la Cosob. L’organisme a mis à profit ce temps mort pour engager un travail de modernisation de l’ensemble des textes juridiques encadrant l’activité et « accompagner les efforts du gouvernement dans la  modernisation et la diversification des sources de financement au profit de  l'économie nationale, notamment le financement de l'innovation à travers  les start-up », précise, dans ce rapport, le président de la Cosob, Abdelhakim Berrah.   Une année 2020 qui a également servi à la mise en place d'un laboratoire financier (FinLab). Sa mission est « d’accompagner la place financière d'Alger dans son effort d'innovation, de coaching, d'informatisation, et de  digitalisation », relève Abdelhakim Berrah.   Lutte contre la corruption : 37 demandes d'enquêtes traitées Toujours au cours de cette année 2020, la COSOB a été appelée à participer à la lutte contre le blanchiment d’argent et les transactions douteuses. Ainsi, la Cosob a reçu plus de 37 demandes d'enquêtes, dans le cadre des investigations déclenchées par les autorités  judiciaires sur des personnalités influentes, des hauts fonctionnaires, ainsi que  des hommes d'affaires, ayant potentiellement bénéficié d'indus privilèges. « Ces demandes d'enquêtes portent sur des actifs détenus par près de 370  personnes présumées », indique le rapport annuel, qui précise que « grâce à l'exploitation du registre central des actionnaires et des informations et documents transmis par les teneurs de compte conservateurs de titres, a répondu à toutes ces demandes dans des délais  dépassant, rarement, les trois jours.» Pour autant, la COSOB s’attend à une année 2021 « prometteuse ». Un optimisme possible grâce à L'annonce, par le gouvernement « du projet d'introduction en Bourse de deux banques publiques et d’entreprises relevant du secteur public marchand.»

Pages