La une

S'abonner à flux La une
Mis à jour : il y a 2 heures 13 min

Algérie-Pays-Bas: la convention sur la non-double imposition publié au journal officiel

dim, 28/06/2020 - 16:22
Le décret présidentiel relatif à la convention conclue entre l'Algérie et le Royaume des Pays Bas sur la non-double imposition, a été publiée au journal officiel (n 37). La convention, signée en mai 2018 au terme des travaux de la 3e session de la commission mixte de coopération économique et technologique entre l'Algérie et le Royaume des Pays-Bas, porte sur l'élimination de la double imposition en matière d'impôts sur le revenu et sur le capital et de prévenir et d'éviter l'évasion fiscale. A propos des personnes visées par cette convention, le décret précise que l'accord s'applique aux personnes qui sont des résidents d'un Etat contractant ou des deux Etats contractants. Quant aux impôts visés, la présente convention s'applique aux impôts sur le revenu et sur le capital perçus pour le compte d'un Etat contractant ou de ses subdivisions politiques ou de leurs collectivités locales, quel que soit le système de perception. "Sont considérés comme impôts sur le revenu et sur le capital, tous les impôts perçus sur le revenu global, sur le capital global ou sur des éléments du revenu ou du capital, y compris les impôts perçus sur les gains provenant de l’aliénation de biens mobiliers ou immobiliers, les impôts perçus sur le montant global des salaires payés et traités par les entreprises, ainsi que les impôts perçus sur les plus-values provenant du capital", précise l'article 2 de ce décret. Parmi les impôts actuels qui concernent l'Algérie, auxquels s'applique la convention, l'article énumère l’impôt sur le revenu global, l’impôt sur les bénéfices des sociétés, la taxe sur l’activité professionnelle, l’impôt sur le patrimoine et la redevance et l’impôt perçus sur les résultats relatifs aux activités de prospection, de recherche, d’exploitation et de transport par canalisations des hydrocarbures. En ce qui concerne les Pays Bas, il s'agit de l'impôt sur le revenu, l'impôt sur les salaires, l'impôt sur les sociétés, y compris la part du Gouvernement dans les bénéfices nets de l'exploitation des ressources naturelles prélevées, en vertu de la loi sur les mines. La convention s’applique aussi aux impôts de nature identique ou analogue qui seraient établis par l’un des Etats contractants après la date de signature de cette convention, et qui s’ajouteraient aux impôts actuels ou qui les remplaceraient, précise le décret. Les autorités compétentes des Etats contractants se communiquent les modifications significatives apportées à leurs législations fiscales. APS

Alimentation en eau potable à Bechar : une commission ministérielle évalue la situation

dim, 28/06/2020 - 15:53
Une commission du ministère des ressources en eau (MRE) conduite par l’inspecteur général du ministère, Slimane Zenagui, a entamé dimanche, une visite de travail de trois (3) jours dans la wilaya de Bechar. La commission est chargée d'évaluer la situation de l'alimentation en eau potable qui connait des perturbations à travers plusieurs collectivités notamment à Bechar, à précisé à l’APS, M.Zenagui. Ses membres auront aussi, à l’occasion de cette visite de travail, à examiner les prestations de service du secteur des ressources en eau, au titre de l’amélioration du service public, notamment au niveau de l’entreprise publique "Algérienne des eaux", a indiqué le même responsable . Plusieurs structures et projets du secteur ont été retenus au programme de la visite de cette commission, qui aura aussi à débattre de la situation du secteur des ressources en eau dans la région, avec les responsables et cadres locaux, dans la perspective de la prise de mesures adéquates pour le renforcement du secteur et l’amélioration de ses prestations, selon la même source. De son côté, le directeur local des ressource en eau, Khireddine Allal, a indiqué à cette occasion, qu’outre les plus de 36.000 M3 d’eaux distribués aux habitants de la commune de Bechar, il est prévu incessamment le rajout d’une quantité de 3.000 M3 à partir des forages de la localité de Mougheul (50 km au nord -ouest de Bechar) ainsi que de 12.000 autres mètres-cubes à partir des forages de Boussir (190 km de Bechar ) dans la but de la satisfaction de la demande en AEP des habitants de cette ville en cette période estival. Les communes de Bechar, Kenadza et Abadla ont enregistrés des perturbations dans l'alimentation en eau potable depuis le début de juin en cours, malgré les moyens mis en place et les réserves existantes notamment le barrage de "Djorf Ettorba", dont la station de traitement et l'épuration de ses eaux assure l’approvisionnement en liquide précieux des populations de ces régions, à raison de 40.000 M3/jour.

Coronavirus : plus de 10 millions de cas d'infections dans le monde

dim, 28/06/2020 - 14:51
Plus de 10 millions de cas d'infection au nouveau coronavirus ont été recensés dans le monde, dont plus de la moitié en Europe et aux Etats-Unis, selon un comptage d'agences réalisé à partir de sources officielles dimanche et d'informations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Au moins 10.003.942 cas, dont 498.779 décès, ont été recensés, notamment en Europe, continent le plus touché avec 2.637.546 cas dont 195.975 morts, et aux Etats-Unis (2.510.323 cas dont 125.539 décès). Le rythme de la pandémie continue de s'accélérer dans le monde avec un million de nouveaux cas détectés en seulement six jours. Le chiffre du nombre de contaminations ne reflète qu'une part du nombre réel de cas, de nombreux pays n'utilisant les tests que pour le traçage ou ne disposant pas de ressources suffisantes pour mener de larges campagnes de dépistage. Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par des agences auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l'Organisation mondiale de la santé.

L'ONA organise une campagne de don de sang

dim, 28/06/2020 - 14:39
Une campagne de don de sang a été lancée dimanche par l'Office national d'assainissement (ONA), en coordination avec l'Agence nationale du sang (ANS), en vue de répondre aux besoins des hôpitaux en cette matière vitale qui enregistre un "manque accru" durant la période de confinement. Dans une déclaration à l'APS, la chargée de la communication à l'ONA, Mme Meriem Ouyahia a indiqué que "cette campagne lancée aujourd'hui au niveau du siège de l'ONA ne concerne pas uniquement le personnel de l'ONA, mais elle est ouverte à tous les citoyens désirant faire don de leur sang en vue de pallier le manque accru en cette matière vitale enregistré dans les hôpitaux ces derniers mois". Depuis l'apparition de l'épidémie du nouveau Coronavirus, les hôpitaux, à travers l'ensemble du territoire national, souffrent d'un grand manque en quantités de sang, du fait de la réticence et de la crainte des citoyens de toute contamination au Coronavirus, et ce en dépit des mesures sanitaires préventives prises par les administrations des hôpitaux et des centres de transfusion sanguine fixes et mobiles, a-t-elle précisé. En cette conjoncture critique due à la pandémie, un nombre non négligeable de patients, notamment les enfants, a besoin de cette matière vitale, a-t-elle souligné. Les poches de sang collectées lors de cette opération, qui s'étendra sur une journée, seront destinées à l'hôpital Samir Zemirli (El-Harrach), a fait savoir Mme Ouyahia. Cette initiative de solidarité vise à inciter les citoyens à continuer à faire don de leur sang, en dépit de la pandémie, en vue de sauver des vies humaines, a expliqué Mme Ouyahia, rassurant quant à la prise de toutes les mesures sanitaires à cet effet. APS

La FAHB présente un protocole sanitaire au MJS en vue de la reprise

dim, 28/06/2020 - 14:24
La Fédération algérienne de handball (FAHB) a annoncé samedi soir avoir élaboré et présenté un protocole sanitaire au ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), tel qu'exigé par le département ministériel en prévision de l'éventuelle reprise de la compétition, actuellement suspendue en raison de la pandémie de coronavirus. "La Fédération algérienne de handball a remis aux services du ministère de la Jeunesse et des Sports ses propositions concernant le protocole sanitaire élaboré par les staffs médicaux de la fédération en relation avec la compétition durant la pandémie de coronavirus", a écrit la FAHB sur sa page facebook, sans plus de précisions. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, avait appelé les différentes instances fédérales lors d'une de ses sorties sur le terrain durant ce mois de juin à "proposer des protocoles sanitaires préventifs précis qui établiront les conditions nécessaires pour la reprise des compétitions". Il avait indiqué aussi que "la décision finale reviendra au MJS qui accompagnera les fédérations et sera en contact direct avec le ministère de la Santé et les autorités compétentes". Mais le Dr Mohamed Bekkat Berkani, membre de la Commission nationale de veille et de suivi de l'évolution de la pandémie du nouveau coronavirus, a réitéré vendredi sa position contre la reprise des compétitions de sports collectifs, refusant de faire courir aux joueurs "un risque inutile". "La situation épidémiologique actuelle ne prête pas encore à des rassemblements collectifs des joueurs", a-t-il justifié. Il a laissé toutefois la porte ouverte à une éventuelle reprise des sports individuels, affirmant qu'"il est possible de réfléchir à un retour en vue notamment de la préparation des Jeux Olympiques de Tokyo", reportés à 2021. APS

Le président de la Ligue d'Annaba Ahmed Mebrek n’est plus

dim, 28/06/2020 - 12:54
Le président de la Ligue régionale d'Annaba, Ahmed Mebrek, est décédé samedi des suites d'une longue maladie à l'âge de 73 ans, a annoncé dimanche la Fédération algérienne de football (FAF). Ancien joueur de Hamra Annaba puis dirigeant en club, le défunt a présidé la Ligue régionale d'Annaba depuis sa création en décembre 2002. Il a toujours œuvré pour son développement jusqu'au début de l'année 2020, lorsqu'il fut destitué de son poste par la FAF. Une décision que Mebrek avait qualifié d'"arbitraire", "brutale" et "illégale" envers un président élu, avant d'engager une procédure en justice, avec l'espoir d'être rétabli dans ses droits. Entre-temps, Mebrek était gravement tombé malade et la détérioration rapide de son état de santé l'a empêché d'aller au bout de cette procédure. APS

Le professeur Bachir Yeles Chaouch : il faut éviter les blocages quant à la lutte contre la corruption

dim, 28/06/2020 - 12:39
La révision des textes relatifs à l’applicabilité, dans les faits, des libertés publiques et à la lutte contre la gangrène illustrée par le phénomène de la corruption, se placent parmi les « nouveautés » introduites dans le nouveau projet de Constitution en cours l’élaboration. Pour M. Bachir Yeles Chaouch, membre du Comité d’experts en charge de l’élaboration du nouveau projet de Loi fondamentale, ces deux points figuraient dans la Constitution qui est en cours de refonte, mais qui en réalité ils étaient « ineffectifs ». S’exprimant, dimanche, à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio Algérienne, cet expert en Droit constitutionnel à l’Université d’Alger observe qu’il apparut indispensable de prévoir des « mesures préventives », pour éviter des possibilités de blocage des activités de lutte contre la corruption et le trafic d’influence, tributaires, à son sens, d’une stricte limite des mandats d’élus. Pour ce qui aurait trait, désormais, aux conflits d’intérêts pouvant surgir entre l’État et ses citoyens, un aspect dont il signale qu’il relève des prérogatives de la Haute Autorité de la transparence et de lutte contre la corruption, l’intervenant met en avant l’obligation des pouvoirs publics de les traiter par le biais de textes de loi, actuellement inexistants, notamment en matière d’organisation des marchés publics. C’est, tient-il à relever, l’absence de ces textes et des organes chargés de contrôler ces marchés et d’appliquer les dispositions pour les réprimer qui sont à l’origine des dérives observées jusqu’alors. Il tient, à titre d’exemple, à prévenir que la fausse déclaration en matière de commerce est désormais considérée comme un « délit de parjure » sanctionné par la loi. Parmi les institutions prévues pour mener la lutte à la corruption et le trafic d’influence, le professeur Chaouch annonce la création dans la nouvelle Constitution d’une Haute Autorité de transparence et de lutte contre la corruption par le biais de laquelle devra être garantie la transparence des marchés publics. Revenant à la Haute Autorité de transparence et de lutte contre la corruption, il précise qu’elle aura son mot à dire pour l’ensemble des textes de lois promulgués en faveur d’une bonne organisation et fonctionnement de l’économie, la question, ajoute-t-il, restant de savoir comment réussir à donner un contenu effectif à ces derniers. Une fois encore, il juge que la mise en charge de tous ces aspects négatifs passe par l’application d’une limite des mandats, à l’ensemble des élus de la République, à commencer par le Chef de l’État lui-même.

Alger : Coupure d'électricité dans les communes de Chéraga et Hammamet mardi et mercredi

dim, 28/06/2020 - 12:23
28/06/2020 - 12:23

L’alimentation en électricité sera perturbée mardi et mercredi prochains dans certains quartiers des communes de Cheraga et Hammamet (Alger), en raison des travaux de rénovation d'équipements électriques, a indiqué dimanche un communiqué de la Direction de distribution de Bologhine, relevant de la société algérienne de distribution de l'électricité et du gaz (SADEG).

Cette coupure de l'alimentation en électricité surviendra à partir de 09h00 et se prolongera jusqu'à 16h00, a-t-on précisé.

Les quartiers qui seront touchés dans ces communes durant la journée du 30 juin sont : le lotissement Calman, la cité 20 logements SPIE les Dunes, le lotissements Aissat Idir dans la commune de Chéraga, et la cité des Roses Bains romains et Bernardo dans la commune de Hammamet, indique la même source.

Tandis que les quartiers qui seront concernés par cette coupure le 1er juillet sont : la Cité 320 logements SPIE les Dunes dans la commune de Chéraga et la salle omnisport, la cité 502 logements dans la commune de Hammamet.

Pour plus d’information, la concession de distribution d’Alger (direction de distribution de Bologhine) met au service de sa clientèle le numéro 3303 et s’excuse pour les désagréments que pourrait occasionner cette coupure de l’alimentation électrique.

France : Le second tour des municipales sur fond d’inquiétudes

dim, 28/06/2020 - 12:21
Le parti du président Français se prépare à un revers aux élections municipales de ce dimanche, une situation épineuse de plus pour Emmanuel Macron à deux ans de la fin de son mandat et qui alimente des spéculations sur un remaniement gouvernemental. Les Français iront-ils voter malgré l'inquiétude persistante sur la situation sanitaire dans le pays ? Mi-mars, à quelques jours du confinement, dans une ambiance alourdie par la peur du nouveau coronavirus, seuls 44,3% d'entre eux s'étaient déplacés au premier tour, une dégringolade historique. La France a été durement frappée par le Covid-19 et a enregistré plus de 29.750 décès depuis le début de l'épidémie. Le second tour des municipales a ainsi été reporté en Guyane française où la situation de l'épidémie reste, selon le gouvernement, "extrêmement préoccupante". Cette abstention massive mi-mars n'avait pas vraiment favorisé le parti présidentiel, la République en Marche (LREM): distancé à Paris et Marseille ou Lille, forcé à des alliances avec la droite à Lyon ou Bordeaux, il n'est en position de force dans aucune ville majeure pour le second tour. "Le problème est que LREM est un parti neuf qui n'a pas d'enracinement local et qui a du mal à s'imposer comme une force. En plus, il a brouillé son image en contractant des alliances à gauche mais surtout à droite après le premier tour", pointe Jean Garrigues, historien et enseignant à l'université d'Orléans (centre). "Peut-être la défiance va s'exprimer encore plus par l'abstention que par le vote anti-Macron", ajoute t-il. Leur objectif - 10.000 places de conseillers municipaux sur les 535.000 que compte la France - est un révélateur de ses faibles ambitions. Même au Havre, ville portuaire de l'ouest du pays, le Premier ministre Edouard Philippe qui avait pourtant laissé de côté l'étiquette LREM n'est pas certain de l'emporter.

Covid-19 : intensification des contrôles pour sensibiliser les citoyens à Sétif

dim, 28/06/2020 - 12:08
Les services de la sûreté de la wilaya de Sétif intensifient leur présence sur le terrain ces derniers jours pour sensibiliser les citoyens au port du masque protecteur et les inciter à respecter les mesures préventives contre la propagation du Coronavirus, a-t-on constaté. Les éléments de la sûreté de la wilaya multiplient les sorties dans toutes les régions de la wilaya, ciblant notamment les marchés et les grands espaces commerciaux, afin de sensibiliser les citoyens au port des bavettes et de veiller à la stricte application des mesures de protection contre l’épidémie du coronavirus. Le chargé de communication de la police de Sétif, le commissaire Abdelouaheb Aissani, a indiqué à l’APS que les services de sûreté de la wilaya "ont soigneusement étudié la répartition de leurs éléments sur l’ensemble de leur territoire de compétence pour veiller à la stricte application des mesures préventives contre le Covid-19 et verbaliser les contrevenants au confinement sanitaire." Au cours des opérations de contrôle, a-t-il dit, il a été établi 2488 contraventions pour non port de bavette et ce en application du décret exécutif n 20-127 du 20 mai 2020 modifiant et complétant le décret exécutif n 20-70 du 24 mars 2020 fixant des mesures complémentaires de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus et rendant obligatoire le port de celui-ci. "Ce décret stipule que le masque de protection doit être porté par toutes les personnes et en toutes circonstances, sur la voie et les lieux publics, sur les lieux de travail, ainsi que dans tous les espaces ouverts ou fermés recevant le public, notamment les institutions et administrations publiques, les services publics, les établissements de prestations de services et les lieux de commerce", a souligné le commissaire Aissani. Visant à asseoir la culture du port de masque dans les lieux publics, ces mesures prises à l’encontre des contrevenants se veulent à la fois répressives, mais aussi sensibilisatrices des citoyens quant à l’impératif respect des gestes de protection contre la pandémie du Covid-19. Le commissaire Aissani a également fait savoir que 11423 dossiers ont été établis pour non-respect du confinement, en plus de la mise en fourrière de 171 véhicules et de 851 motocyclettes. Pour ce qui est des activités commerciales, il a révélé que 277 procès-verbaux ont été dressés à l’encontre de commerçants et de leurs clients pour non-respect des mesures de distanciation sociale à l’intérieur des magasins. Le chargé de communication de la sûreté de la wilaya de Sétif a affirmé que ces opérations ont été précédées d’une vaste campagne de sensibilisation dans les 60 communes de la wilaya ayant visé toutes les franges de la société qui a mis en avant l’importance de se plier aux mesures préventives notamment sur la voie publique et les lieux de commerce.

Réforme du système éducatif: les syndicats du secteur auront leur "mot" à dire avec les autres acteurs

dim, 28/06/2020 - 10:59
Le ministre de l'Education nationale, Mohamed Ouadjaout a assuré, samedi à Alger, que les syndicats du secteur auront, avec l’ensemble des autres acteurs aux différents niveaux d’application de la politique de l’éducation, «leur mot» à dire ,à travers les assises de diagnostic et d’évaluation autour de la méthodologie de réforme du système éducatif, prévues prochainement. Lors d’une rencontre de prise de contacts avec les représentants de huit nouveaux syndicats agréés, Ouadjaout a indiqué que le ministère «ambitionne d’asseoir la tradition de la participation effective à l’édification d’un nouveau système éducatif, dans des cadres consacrant la diversité et la différence, qui sont, pour nous, des atouts à même d’enrichir le débat et de nous permettre de bâtir un système éducatif rassembleur et consensuel». Les syndicats du secteur «auront, à ces assises, leur mot à dire, de même que l’ensemble des acteurs aux différents niveaux d’application de la politique d’éducation, sans exclure les enseignants universitaires, les représentants des secteurs de l’Enseignement supérieur et de l’Enseignement et de la formation professionnels et des établissements économiques, industriels, culturels et sociaux, a-t-il souligné. M.Ouadjaout a également affirmé, à l’occasion, que son secteur «se tient à équidistance de tous les syndicats agréés et considère que chacun d’eux peut apporter un plus et constituer une force de proposition non négligeable ». Après avoir rappelé que les assises de la réforme du système éducatif seront «l’amorce d’un dialogue national inclusif», le ministre a ajouté que le secteur ambitionnait, à travers cette démarche qui sera lancée à partir de la base (partant des établissements de l’éducation et de l’enseignement au niveau des wilayas, puis des conférences régionales pour aboutir à l’étape de la tenue des assises), de parvenir à un diagnostic commun de la situation actuelle de l’Ecole et de connaître les points forts et points faibles, et partant, formuler des avis, des propositions et une vision de l’Ecole à laquelle nous aspirons, tout en tirant profit des plus importantes approches réussies en matière de réforme de l’éducation. « Nous sommes, aujourd’hui, devant une responsabilité historique et un engagement moral envers notre Ecole et nos élèves, d’œuvrer avec certains, à réunir les conditions idoines pour l’entame de la concrétisation du projet de relance de l’Ecole algérienne, à travers le perfectionnement et l’amélioration du système éducatif, au diapason des exigences du développement durable», a indiqué le ministre qui s’adressait aux représentants des syndicats. Le Premier responsable du secteur a saisi , en outre, l’opportunité de la rencontre pour réaffirmer sa disponibilité et celle de son secteur à travailler, de concert avec tous les partenaires, au nombre de 20 à ce jour, en toute «transparence», en se mettant à l’écoute des préoccupations et questions soulevées, en vue d’une recherche «commune» des solutions à même d’y remédier dans le cadre d’«un dialogue sérieux et responsable ». Il a, dans ce contexte, fait état de la volonté de resserrer les rangs de l’ensemble du corps enseignant et des partenaires sociaux afin de "réaliser notre aspiration commune à l’amélioration du niveau de l'école algérienne et de la consécration du pluralisme syndical, ce qui aura un impact positif sur le dialogue social, en favorisant un climat social serein et stable qui permettra de poursuivre les efforts de développement socioéconomique du pays".   Lors de la rencontre, le Syndicat des inspecteurs de l'éducation nationale (SIEN), le Syndicat national des personnels de l’intendance de l’Education (SNPIE), le Syndicat national des superviseurs et des adjoints de l’Education (SNSAE), le Syndicat national des superviseurs de l'Education, le Conseil national autonome des directeurs de lycée (CNADL), le Syndicat national autonome des conseillers de l'Education (SNACE), l’organisation algérienne des professeurs de l’Education et le Syndicat national des directeurs des établissements primaires (SNADEP) ont reçu la mouture relative aux assises envisagées aux fins de débat et d’enrichissement. Le ministère de l'Education nationale a annoncé récemment un projet de réforme du système éducatif à travers des assises de diagnostic et d'évaluation pour l'amorce d'un dialogue national inclusif visant à tracer une feuille de route pour une réforme profonde du secteur avec la participation de toutes les parties concernées. Les principaux axes de ces assises sont l'évaluation des anciennes réformes initiées dans le secteur de l'éducation, la méthodologie de réforme et les niveaux d'analyse et de synthèse des rapports, sachant que la mouture comporte également les réponses aux préoccupations soulevées par les syndicats et les partenaires lors des rencontres bilatérales organisées avec le ministre du 20 février au 12 mars dernier.

Etats-Unis : une personne tuée par balle au cours d'une manifestation dans le Kentucky

dim, 28/06/2020 - 10:04
Une personne a été tuée et une autre blessée par balle, dans la nuit de samedi à dimanche, au cours d'une manifestation dans la ville américaine de Louisville, dans l'Etat du Kentucky, ont déclaré les autorités locales. Des rapports faisant état de coups de feu tirés au Jefferson Square Park sont arrivés vers 21h, heure locale (1h GMT dimanche), après quoi le personnel du département du shérif du comté de Jefferson est arrivé sur le site et a trouvé les deux victimes blessées. Les représentants des forces de l'ordre étaient en train de pratiquer des gestes de sauvetage sur l'une des deux victimes, un homme, lorsque celui-ci a fini par succomber sur place. La seconde victime a été hospitalisée pour des blessures qui ne mettent pas sa vie en danger. Ce parc a été l'épicentre de manifestations contre la mort de Breonna Taylor, une technicienne médicale d'urgence afro-américaine de 26 ans qui a été tuée par balle par la police en mars.

Le Président Tebboune adresse ses condoléances à la famille du défunt le moudjahid Belaïd Abdesselam

sam, 27/06/2020 - 20:12
Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a adressé samedi à la famille du moudjahid et ancien chef du Gouvernement, Belaïd Abdesselam, un message de condoléances et de compassion, dans lequel il a salué son long parcours de militantisme au sein du mouvement national, durant la glorieuse Guerre de libération et au service de l'Algérie indépendante, indique un communiqué de la Présidence de la République. "Suite au décès de feu moudjahid et ancien chef du Gouvernement, Belaïd Abdesselam, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a adressé un message de condoléances et de compassion à la famille du défunt, ses proches et ses compagnons moudjahidine, dans lequel il a salué son long parcours de militantisme au sein du mouvement national, durant la glorieuse guerre de libération et au service de l'Algérie indépendante", lit-on dans ce communiqué. "Dans son message, le Président de la République a exprimé ses sincères condoléances et compassion, priant Dieu le Tout-Puissant d'accueillir le défunt en son vaste Paradis et de prêter à sa famille et ses compagnons patience et réconfort", conclut-on de même source. APS

Coronavirus : 283 nouveaux cas, 136 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h

sam, 27/06/2020 - 17:14
Deux cent quatre-vingt-trois (283) nouveaux cas confirmés de Coronavirus (Covid-19), 136 guérisons et 7 décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures en Algérie, a indiqué samedi à Alger, le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus, Dr Djamel Fourar . Le total des cas confirmés s'élève ainsi à 12968, soit 29,5 cas pour 100.000 habitants, celui des décès à 892 alors que le nombre des patients guéris est passé à 9202, a précisé Dr Fourar, lors du point de presse quotidien consacré à l'évolution de la pandémie de la Covid-19. Il a, à ce propos, fait remarquer que les personnes âgées de 65 ans et plus représentent 66% du total des décès. En outre, 29 wilayas ont enregistré des taux inférieurs au taux national, alors que 9 autres n'ont recensé aucun nouveau cas positif au coronavirus durant les dernières 24 heures. Selon la même source, 24 wilayas ont enregistré entre 1 et 5 cas, tandis que 15 wilayas ont notifié plus de cinq cas chacune. Par ailleurs, le nombre de patients ayant bénéficié du protocole de traitement en vigueur (basé sur Hydroxy-chloroquine) s'élève à 30345, a poursuivi Dr Fourar, précisant que 49 patients sont actuellement en soins intensifs. Le Docteur Djamel Fourar a affirmé que la situation épidémiologique actuelle exige de tout citoyen vigilance et observation des règles d'hygiène et de distanciation physique, rappelant l'obligation du respect du confinement et du port des masques. Il a aussi appelé à veiller à la santé des personnes âgées notamment celle souffrant de maladies chroniques. APS

Décès de l'ancien chef du gouvernement Belaïd Abdesselam

sam, 27/06/2020 - 14:46
Le moudjahid et ancien chef du Gouvernement, Belaïd Abdesselam est décédé à l'âge de 92 ans, a-t-on appris samedi auprès du ministère des Moudjahidine. Né en 1928 à Aïn El Kebira dans la wilaya de Sétif, le défunt fut parmi les premiers militants du mouvement national. Il a été l'un des membres fondateurs de l'Association des étudiants musulmans nord-africains en France (1951-1953) et membre fondateur de l'Union des étudiants musulmans algériens en 1953. Feu Belaïd Abdesselam a rejoint le maquis en 1955 et prit part, en compagnie d'un groupe d'étudiants, à la fondation de l'Union générale des étudiants musulmans d'Algérie (UGEMA), contribuant ainsi au lancement de l'appel à la grève des étudiants, le 19 mai 1956. Il rejoint, par la suite, le commandement de la révolution dans la base ouest où plusieurs missions lui ont été confiées. En 1958, le défunt s'est vu attribuer plusieurs missions au sein du Gouvernement provisoire, en qualité d'assistant du ministre des Affaires sociales et culturelles, avant d'être nommé en 1961 comme collaborateur dans le Cabinet du GPRA, puis chargé des Affaires économiques, juste après le cessez-le-feu. Au lendemain de l'indépendance, le regretté est resté au service de la patrie, en occupant de hauts postes de l'Etat dont chef de la délégation algérienne dans les accords algéro-français sur les hydrocarbures, Directeur général (DG) de la Sonatrach (1964-1965), ministre de l'Industrie et de l'Energie (1965-1977), ministres des Industries légères (1977-1979), et enfin chef du Gouvernement (1992-1993). Plusieurs publications dans des revues politiques, économiques et historiques sont également à l'actif du défunt. En cette douloureuse circonstance, le ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit, Tayeb Zitouni a adressé, à la famille de Belaïd Abdesselam, ses sincères condoléances et sa profonde compassion, priant le Tout-Puissant de l'accueillir en Son vaste paradis, et de prêter sa famille et ses proches patience et courage. APS

AIBA : les Championnats du monde juniors 2020 reportés à 2021

sam, 27/06/2020 - 12:00
La Fédération internationale de boxe (AIBA) a proposé la date se situant entre le 10 et le 24 avril 2021, pour abriter les Championnats du monde juniors (Garçons et Filles), qui initialement devaient se dérouler en avril 2020 à Kielce (Pologne) et qui furent finalement reportés à cause de la pandémie du nouveau coronavirus. L'AIBA avait envisagé de reprogrammer ces Mondiaux pendant l'été ou l'automne 2020, mais devant la persistance de la pandémie, elle n'a pas eu d'autre choix que de les reporter d'une année entière, surtout qu'elle tenait beaucoup compte de la forme physique des pugilistes et de leur préparation pour cette compétition. En effet, si ces Mondiaux 2020 avaient été juste décalés à août ou septembre prochain, les boxeurs n'auraient peut-être pas disposé de suffisamment de temps pour bien se préparer, eux dont le début de saison a déjà été considérablement perturbé par la pandémie. "Le report de ces Mondiaux à avril 2021 devrait permettre à tout le monde de bien se préparer, y compris les organisateurs, pour proposer un événement de qualité" a espéré le président par intérim de l'AIBA, le Marocain Mohamed Mostahsen. APS

Criminalité : prêt de 100 interpellations à Alger et Mostaganem

sam, 27/06/2020 - 11:06
Les forces de police des sûretés de wilaya d’Alger et de Mostaganem ont procédé à l'interpellation de 93 présumés auteurs impliqués dans divers délits, indique samedi un communiqué de la Direction générale de la Sureté nationale (DGSN). "Dans le cadre de la lutte contre la criminalité, notamment la détention et le trafic de stupéfiants, les forces de police des sûretés de wilaya d’Alger et de Mostaganem, ont mené des opérations de recherches à travers leurs secteurs de compétence, ce qui a permis l’interpellation de (93) présumés auteurs impliqués dans divers délits", précise la même source. En effet, les forces de police de la sûreté de wilaya d’Alger ont effectué récemment des opérations de police dans plusieurs quartiers de la capitale, lesquelles se sont soldées par la récupération de (3.802) comprimés psychotropes, une quantité de cannabis traité, et des armes blanches et l’arrestation de (92) mis en cause impliqués dans ces divers délits. Dans le même contexte, les éléments de la police judiciaire relevant de la sûreté de wilaya de Mostaganem, ont interpellé (01) présumé auteur dans une affaire de trafic de psychotropes lors d’un point de contrôle à l’entrée de la ville, et ont récupéré (3.108) comprimés, ajoute le communiqué de la DGSN. APS

Barrage sur le Nil : l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan s'accordent pour reporter la mise en eau de l'ouvrage

sam, 27/06/2020 - 09:04
La présidence égyptienne a annoncé vendredi que l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan s'étaient entendus pour reporter la mise en eau d'un gigantesque barrage construit par l'Ethiopie sur le Nil, et objet d'un conflit entre les trois pays. "Un accord final légalement contraignant et visant à prévenir toute action unilatérale, y compris la mise en eau du barrage, va être envoyé au Conseil de sécurité des Nations Unies afin qu'il y soit examiné lors de sa réunion de lundi sur la question du Grand barrage de la renaissance", ont indiqué les services du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok a pour sa part déclaré dans un communiqué qu'il avait été "convenu que la mise en eau du barrage serait reportée jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé". Ses services ont indiqué que des commissions techniques des trois pays allaient mettre sur pied un accord dans les deux semaines. "Le Soudan est l'un des principaux bénéficiaires du barrage, mais aussi l'un des grands perdants si les risques ne sont pas limités, c'est pourquoi il rappelle à l'Egypte et à l'Ethiopie la nécessité absolue de trouver une solution", a ajouté M. Hamdok. Cette avancée est survenue après une réunion en urgence et en visioconférence du Conseil exécutif de l'Union africaine, présidée par le chef de l'Etat sud-africain Cyril Ramaphosa. La tension était montée ces derniers temps entre le Soudan, l'Ethiopie et l'Egypte alors que l'Ethiopie avait annoncé son intention de procéder au remplissage du réservoir du Grand barrage de la Renaissance (Gerd), après l'échec de négociations tripartites. L'Egypte, qui considère ce projet comme une menace "existentielle", a appelé la semaine dernière le Conseil de sécurité à intervenir. Une nouvelle réunion du Conseil doit avoir lieu lundi. Si l'Ethiopie voit le barrage de 145 mètres de haut comme essentiel à son développement et à son électrification, le Soudan et l'Egypte craignent qu'il ne restreigne leur accès à l'eau. Le Nil, qui coule sur quelque 6.000 km, est une source d'approvisionnement en eau et en électricité essentielle pour une dizaine de pays d'Afrique de l'Est. L'Egypte tire 97% de ses besoins en eau de ce fleuve.

Covid-19 : 2500 tests de dépistage par jour à travers le territoire national

ven, 26/06/2020 - 17:54
Le directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie, Dr Fawzi Derrar a indiqué que 2.500 tests de dépistage du coronavirus par jour étaient réalisés à travers les différentes régions du pays. Dans une déclaration à l'APS, Dr Derrar a précisé que l'Institut Pasteur d’Algérie s’employait à augmenter le nombre de laboratoires dans les différentes wilayas, notamment celles enregistrant une recrudescence des cas de Covid-19, annonçant par là même l’ouverture, la semaine prochaine, de deux (2) laboratoires à Annaba et Sétif pour répondre à la demande, sachant que ces deux wilayas ont bénéficié d’une structure sanitaire analogue depuis l'apparition de l'épidémie. L'Institut Pasteur d’Algérie "accompagne également les nouveaux laboratoires en termes de formation et d'orientation afin d’assurer une couverture équitable à travers les différentes régions du pays", a-t-il dit. Et d’ajouter que ces deux nouvelles structures porteront à 29 le nombre de laboratoires réalisant le dépistage du coronavirus à travers le territoire national, dont certains relèvent de l’Institut Pasteur d’Algérie et d’autres d’établissements hospitaliers ou universitaires, soulignant que leur nombre augmentera à l’avenir. Concernant la sensible hausse des cas d’infection au coronavirus enregistrée ces derniers jours, l’expert a dit que cette situation à laquelle d’autres pays sont également confrontés est due au fait que "le virus n’a pas complètement disparu". Certains pays qui avaient levé le confinement, comme l’Allemagne, ont d’ailleurs été contraints de reconfiner à cause de l’apparition de nouveaux foyers, a-t-il poursuivi. Il a appelé, dans ce cadre, les citoyens à davantage de vigilance et de prudence "tant que le virus n'a pas complètement disparu et que des cas sont encore enregistrés", des cas, a-t-il dit, dus au " non-respect des règles essentielles , notamment, le respect de la distanciation physique et le port de la bavette dans les lieux publics. Autre facteur ayant contribué à la hausse sensible du nombre de cas, ces derniers jours, est l'enregistrement de cas de familles, entre 16 et 17 % du total des cas annoncés, et ce en raison de l'organisation de certains regroupements et fêtes, en dépit de " toutes les mises en garde adressées par les pouvoirs publics et les experts sur danger de l'épidémie de Coronavirus, a-t-il regretté. Des comportements qui sont à l'origine "de l'aggravation de la situation", a-t-il relevé avant d'ajouter, d'autre part, qu'il était "nécessaire, à l'heure actuelle, de chercher les modes à même de faire face à ce danger, particulièrement, suite au constat fait sur la poursuite de la prolifération de ce virus dans le monde". Le spécialiste a également appelé, avec insistance, à " faire preuve de prudence et de vigilance, avec application draconienne des mesures de prévention et mesures barrières, qui demeurent l'un des facteurs essentiels aidant à la préservation de la société". Pour M. Derrar, le meilleur moyen d'aider les personnels de la santé, équipes médicales et paramédicales, ainsi que les laboratoires, tous en première ligne, réside en " l'application des mesures principales de lutte contre le virus, en vue d'assurer la poursuite de la mission de fournir des prestations de qualité en matière de santé". APS

Pages