La une

S'abonner à flux La une
Mis à jour : il y a 1 heure 41 min

Moustique tigre : aucune "raison objective" de s'inquiéter

jeu, 25/06/2020 - 09:00
Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière (MSPRH) a assuré jeudi qu'il n’y avait aucune "raison objective" de parler "d’alerte" concernant le "moustique tigre" expliquant que la présence de ce moustique ne signifie pas la présence automatique de maladies qu’il peut véhiculer. Dans un communiqué, le ministère de la Santé a rassuré : "la présence de ce moustique ne signifie pas la présence automatique de maladies qu’il peut véhiculer, d’autant que la dengue, le chikungunya et le Zika ne sont pas présents dans notre pays, il n’y a donc aucune raison objective à ce stade de parler d’alerte". Après analyse de la situation, a relevé la même source, le comité des experts chargé de la prévention et de la lutte contre les arboviroses a "classé notre pays au niveau 1 du plan national de surveillance et de lutte contre les arboviroses (la dengue, le chikungunya ou le Zika), ce niveau signifie que le moustique est implanté dans certaines localités". Le MSPRH a mis en place un dispositif de surveillance et de lutte contre les arboviroses transmises par Aèdes albopectus (Moustique tigre). Ce dispositif est actif du 1er mai au 30 novembre, il comprend les mesures permettant la surveillance et l’empêchement de l’apparition de cas autochtones par la détection précoce des cas importés, le suivi de l’évolution de moustiques invasifs, mais aussi la mise en œuvre de manière rapide et coordonnée des mesures de protection des personnes et de lutte contre le vecteur, indique le ministère de la Santé. Ce dispositif s’articule autour de trois axes, à savoir la surveillance entomologique visant à détecter la présence du moustique et de le surveiller en vue de ralentir la progression de son implantation géographique et de baisser la densité de sa population. Il s'agit également de la surveillance épidémiologique pour la détection précoce et le signalement sans délai des cas suspects importés et de tous les cas confirmés par le laboratoire et de la lutte anti-vectorielle qui comprend notamment la démoustication, la mobilisation sociale et les mesures habituelles de protection contre les moustiques pendant et en revenant d’un voyage en zone à risque. Le MSPRH, à travers sa cellule de veille, continuera de suivre de près l’évolution de la situation épidémiologique dans le monde et prendra au fur et à mesure, d’autres dispositions, si besoin est, a-t-on également rassuré. Le moustique tigre, appelé également Aèdes albopictus, est originaire des forêts tropicales d’Asie du Sud-est. Compte tenu du commerce international, notamment celui des pneus usagés, il a progressivement été introduit sur les cinq continents, ces trente dernières années, il a été détecté pour la première fois en Algérie en 2010. Depuis, il est implanté dans plusieurs localités et communes des wilayas du nord notamment: Oran, Blida, Alger, Tizi- Ouzou, Jijel, Bejaïa, Tipaza, Boumerdès, Skikda, Annaba et El Tarf. Le moustique tigre s’est adapté à l'environnement humain et se développe dans les eaux stagnantes, préférentiellement dans des environnements urbains et périurbains. Il pique dans la journée, principalement à l’aube et au crépuscule, le plus souvent à l’extérieur des maisons. Il est particulièrement, agressif envers l’Homme, ce moustique est actif du mois de mai au mois de novembre, il peut transmettre les virus des maladies telles que la dengue, le chikungunya ou le Zika.

Affaire Ali Haddad: 3e jour de procès, nombre d’accusés et de témoins auditionnés

mer, 24/06/2020 - 18:48
Au troisième jour du procès de l’homme d’affaires Ali Haddad, le tribunal de Sidi M’hamed a auditionné mercredi nombre d’accusés, dont les anciens ministres des Travaux publics Amar Ghoul et Abdelkader Kadi, ainsi que des témoins. Lors de cette audience, Amar Ghoul a rejeté toutes les accusations portées contre lui, indiquant au juge et au Procureur de la République avoir attribué des marchés de gré à gré simple dans les projets de l’autoroute est-ouest "en application des directives de l’ancien président de la République Abdelaziz Bouteflika et des anciens Premiers ministres". Il a ajouté que la réalisation des projets de cette autoroute avait été confiée au groupe d’Ali Haddad parce qu’il avait une certaine renommée, soulignant que la commission des marchés "ne s’est pas opposée au projet" d’autoroute. Ghoul s’est abstenu de répondre à certaines questions arguant qu’"il n’a passé qu’une année et demi au ministère des Travaux publics". Il a toutefois expliqué que la décision d’accélérer l’aménagement de l’aéroport international pour le relier à l’autoroute n’était pas celle du ministère des Travaux publics mais avait été prise lors du Conseil de gouvernement de mai 2004 dans le cadre de la préparation du sommet arabe tenu en Algérie en 2005. Lors de l’audience, l’ancien ministre des Travaux publics Abdelkader Kadi a lui aussi rejeté les accusations portées contre lui. Les accusés en liberté et des témoins, dont l’ancien ministre de la Jeunesse et des sports Mohamed Hattab, et d'anciens walis et cadres, ont été auditionnés durant la matinée. Les autres parties impliquées dans cette affaire le seront dans l’après-midi.

APN: plénière jeudi consacrée aux questions orales

mer, 24/06/2020 - 18:40
24/06/2020 - 18:40

L'Assemblée populaire nationale reprendra jeudi ses travaux en séance plénière consacrée aux questions orales destinées à nombre de membres du Gouvernement.

Selon un communiqué de la chambre basse du Parlement, les questions programmées lors de cette plénière sont réparties comme suit: deux (2) au ministre de la Justice, Garde des Sceaux, trois (3) au ministre de la Jeunesse et des Sports, trois (3) au ministre de l'Industrie, trois (3) au ministre de la Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, trois (3) au ministre des Ressources en eau , trois (3) au ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière, et trois (3) au ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité Sociale.

 

CRB: "9 milliards de centimes d'économie générés par la baisse salariale"

mer, 24/06/2020 - 17:16
La baisse salariale décidée par le CR Belouizdad (Ligue 1 algérienne de football), à hauteur de 50% pour les joueurs, staffs technique et médical, face au contexte actuel provoqué par la pandémie de nouveau coronavirus (COVID-19) et l'arrêt des compétitions, a permis au club d'économiser 9 milliards de centimes. Taoufik Korichi, directeur du pôle compétitif a affirmé : "la baisse des salaires sur trois mois nous a permis d'économiser pas moins de 9 milliards de centimes, ce qui représente pratiquement la moitié d'un budget de fonctionnement d'un club professionnel. L'accord a été officialisé en interne et même au niveau de la Ligue de football professionnel (LFP). Le CRB devient le premier club de l'élite à le faire". Outre le CRB, les deux autres de la capitale, l'USM Alger et le MC Alger, ont également décidé de procéder à une baisse salariale liée à l'interruption du championnat depuis le 16 mars. Si l'USMA a officiellement trouvé un accord avec ses joueurs à hauteur de 25%, le MCA est toujours en négociations. Avant la suspension du championnat à la 22e journée, le CR Belouizdad occupait la tête du classement avec 40 points en plus d'un match en retard, devant l'ES Sétif et le MC Alger qui comptent 37 points chacun, mais avec un match en moins pour le "Doyen". "Nous méritons le titre de champion"  Concernant la compétition, le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Kheïreddine Zetchi, a écarté mardi l'idée de désigner le champion d'Algérie dans le cas où la Ligue 1 serait définitivement arrêtée à cause du COVID-19. Appelé à réagir à cette nouvelle donne, Korichi, également porte-parole du Chabab, a refusé de le faire "tant que rien n'est encore officiel". "Je ne suis pas en mesure de réagir aux propos de Zetchi, dont la déclaration n'engage que lui-même, mais nous sommes prêts à aller jusqu'au bout pour faire valoir nos droits", avant d'enchaîner : "Nous méritons amplement le titre de champion, nous avons été réguliers depuis le début de la saison. En revanche, je salue la décision de la FAF d'inviter les clubs à se prononcer sur le sort réservé à la saison, dans le cas où la compétition serait définitivement suspendue". Durant la période de suspension de la compétition, la direction du Chabab n'a pas chômé puisque plusieurs points en relation avec l'équipe première ont été "traités et réglés", dont le volet du recrutement. "Juste après le début de la pandémie, nous avons prolongé les contrats de certains joueurs, une manière de préserver l'ossature. Concernant le recrutement, nous sommes sur le point de finaliser le dossier avec notamment des renforts au niveau de l'attaque". Enfin, et s'agissant de la préparation d'intersaison, "deux options se présentent au club : un stage en Algérie ou bien la possibilité d'aller à l'étranger si les conditions sanitaires le permettent. Pour le moment, nous n'avons retenu aucune date, du moment que le déconfinement n'a pas encore été décidé", a-t-il conclu.

Coronavirus - nouveau bilan : 171 cas confirmés, 8 décès et 118 guéris

mer, 24/06/2020 - 17:06
Cent-soixante-et-onze (171) nouveaux cas confirmés au coronavirus, 118 guérisons et 8 décès ont été enregistrés lors des dernières 24 heures, portant ainsi le nombre de cas confirmés à 12248 et celui des décès à 869, a indiqué mercredi le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus, Djamel Fourar. S'exprimant lors du point de presse quotidien consacré à l'évolution de l'épidémie, Dr Fourar a précisé que le nombre de personnes guéries a atteint 8792, dont 118 au cours des dernières 24 heures, ajoutant que 45 patients sont en soins intensifs.

Le Bluetooth toujours allumé expose le smartphone aux cyberattaques

mer, 24/06/2020 - 16:08
Laisser le Bluetooth toujours allumé peut décharger plus vite la batterie et rendre le smartphone plus vulnérable aux cyberattaques, a indiqué un spécialiste en cybersécurité. Afin d’éviter ces inconvénients, il est conseillé de le désactiver plus souvent ou de le rendre inaccessible à autrui. Les raisons pour lesquelles il est nécessaire d’éteindre le Bluetooth sur son smartphone ont été expliquées par un spécialiste d’Avast en cybersécurité. De temps en temps, le Bluetooth passe automatiquement en mode de détection pour que son utilisateur puisse se connecter à un réseau. Cette option est commode mais elle renforce le risque d’être connecté au smartphone d’autrui, potentiellement dangereux. "Si vous désactivez le régime de détection dans les réglages Bluetooth ou si vous désactivez complètement le réseau, cela évitera les tentatives d’autres appareils de vous envoyer des données ou d’être connecté à eux avec votre portable", a déclaré l’ingénieur en informatique Voytekh Botchek à l'agence de presse Sputnik. "Cependant, même si le Bluetooth reste activé, l’utilisateur doit confirmer toute action, que ce soit la réception des données ou la connexion à un autre smartphone. De telles notifications peuvent vous distraire ou vous déranger, c’est pourquoi il est conseillé de désactiver complètement cette fonction", a-t-il expliqué. Afin de mener des cyberattaques via le Bluetooth, les hackers ont besoin de savoir l’adresse-MAC, donc l’adresse physique, de l’adaptateur du Bluetooth. "Il est beaucoup plus facile de le faire si le téléphone est détectable. Il vaut mieux l’éteindre ou le rendre inaccessible aux autres appareils quand vous ne l’utilisez pas", a poursuivi le spécialiste. En outre, le Bluetooth toujours allumé peut vider la batterie plus rapidement, a averti Voytekh Botchek. APS

Accidents de la Route : 4 morts et 181 blessés durant les dernières 24 heures

mer, 24/06/2020 - 16:06
Quatre personnes ont trouvé la mort et 181 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation survenus à travers les différentes régions du pays durant les dernières 24 heures. Selon un bilan publié mercredi par les services de la Protection civile, précise que la wilaya de Constantine a enregistré le bilan le plus lourd avec 1 mort et 11 autres personnes blessées. Les secours de la Protection civile ont procédé, par ailleurs, à l’extinction de quatre incendies urbains, industriels à travers les wilayas d’Alger, Biskra, Ouargla et Boumerdès. Dans le cadre de lutte contre les feux de forêts, les unités de la protection civile ont procédé à l’extinction de 25 incendies, ayant entrainé la perte d'environ 25.5 hectares de forêt, 15 hectares de blé, 75.5 hectares d'herbes, 480 bottes de foin, 515 arbres fruitiers et 163 palmeraies. Par ailleurs, un total de 412 agents, tous grades confondus, et 60 ambulances, ainsi que 39 engins d’incendies ont été mobilisés durant la même période par la direction générale de la Protection civile pour effectuer des opérations de sensibilisation des citoyens et de désinfection générale des quartiers, dans le cadre de la lutte contre la propagation du Coronavirus (Covid-19). Selon la même source, les unités de la Protection civile ont effectué, durant cette période, 108 opérations de sensibilisation à travers 19 wilayas pour rappeler aux citoyens la nécessité de respecter le confinement et les règles de distanciation sociale, ainsi que 88 opérations de désinfection générale à travers 20 wilayas du pays. Les opérations de désinfection ont touché l'ensemble des infrastructures, édifices publics et privés, quartiers et ruelles, ajoute-t-on. La Protection civile à mise en place, en outre, des dispositifs de surveillance dans 5 sites d’hébergement destiné au confinement dans la wilaya d'Alger.

Pétrole: le panier des bruts de l’Opep frôle les 40 dollars

mer, 24/06/2020 - 15:57
Le panier de l’Opep, constitué de prix de référence de 13 pétroles bruts s'est établi à 39,85 dollars le baril, selon les données publiées mercredi par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Ce panier de référence de l'OPEP (ORB) qui comprend notamment le pétrole algérien (le Sahara Blend), a atteint 38,96 dollars lundi dernier. Il s’agit d’une importante progression enregistrée depuis le début de la crise du marché mondial de l’or noir impacté par la pandémie du Covid-19 avec la chute de la demande, que le panier des bruts de l’Opep dépasse arrive à ce niveau. Cette progression des prix des pétroles brut de l’Opep intervient est enregistrée avec la poursuite des efforts des 23 pays signataires de la déclaration de la Coopération pour enrayer la chute drastique des cours de l’or noir tombé à 16 dollars le baril, à travers l’accord portant des baisses de production, conclu lors des réunions extraordinaires de l’Opep tenues les 9 et 12 avril dernier. Cet accord porte sur une réduction de la production pétrolière de l'ordre de 9,7 millions de barils par jour (mb/j) durant le mois de juin 2020, d'une baisse de 9,6 mb/j durant juillet 2020 ainsi que d'une coupe de 7,7 mb/j du devant intervenir du 1er août à fin décembre 2020. Ces baisses seront suivies d’une réduction de 5,8 mb/j à partir du 1er janvier 2021 jusqu’au mois d’avril 2022. Pour régler le problème de la conformité, il a été décidé lors des dernières réunions de l’Opep et l’Opep+ d'adopter le mécanisme de la compensation pour les pays qui n’ont pas pu atteindre pleinement la conformité en mai et juin de l'accord du 12 avril dernier. Les pays concernés ont été invités à rattraper les écarts en juillet, août et septembre 2020. Le Comité ministériel mixte de suivi de l’accord Opep-non Opep (JMMC) qui a tenu sa 19e réunion jeudi dernier a mis en avant la nécessité d’atteindre un taux conformité de 100% pour tous les pays signataires de l’accord de coopération, relevant que le niveau global de conformité a atteint 87% en mai dernier. APS

Le Président Tebboune adresse ses condoléances à la famille du défunt Hocine Senoussi

mer, 24/06/2020 - 15:52
Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a adressé un message de condoléances à la famille du Moudjahid et colonel à la retraite Hocine Senoussi, décédé mardi des suites d'une longue maladie, a indiqué la Présidence de la République, mercredi, dans un communiqué. Le Président Tebboune a loué "les qualité du défunt et son combat lors de la guerre de libération, priant Allah le Tout-Puissant de l'accueillir en Son vaste paradis". Le Colonel à la retraite de l'Aviation algérienne et membre du Ministère des liaisons générales (MALG), Hocine Senoussi, décédé mardi à l'hôpital Ain Naadja d'Alger des suites d'une longue maladie, a été inhumé mercredi au cimetière d'El-Alia, à Alger. Les obsèques se sont déroulées en présence notamment du ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit, Tayeb Zitouni, du Conseiller à la Présidence de la République, Abdelhafidh Allahoum, de l'ancien ministre de l'Intérieur, Dahou Ould Kablia, président de l’Association des anciens du Ministère de l’armement et des liaisons générales (MALG), de moudjahidine ainsi que de ses proches. Connu pour être parmi les premiers pilotes de l'Armée de libération nationale (ALN), formé pendant la Guerre de libération nationale, le Moudjahid Hocine Senoussi s'est vu, de part son professionnalisme avéré, confier des missions de combat en Tunisie, durant la Guerre de libération, et au Moyen Orient durant la période post-indépendance. Il a été également le Directeur général de l'Office de Riadh El Feth (Oref) à la fin des années 1980, juste après la construction de Maqam Echahid (sanctuaire du martyr), monument surplombant la baie d'Alger. APS

Le BEM pour l'année scolaire 2019/2020 est "facultatif"

mer, 24/06/2020 - 12:07
Le Brevet de l’Enseignement moyen (BEM) pour l’année scolaire 2019/2020 "est facultatif", ont annoncé mercredi les services du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, soulignant qu'il "n’est plus un diplôme nécessaire pour le passage en classe supérieure". "Après sa consultation par le président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, mardi 23 juin 2020, Monsieur le Premier ministre a instruit le ministre de l’Education nationale en ce qui concerne le Brevet de l’Enseignement moyen pour l’année scolaire 2019/2020", indiquent les services du Premier ministre dans un communiqué. "Le BEM est facultatif en ce sens où, pour les élèves scolarisés, il n’est plus un diplôme nécessaire pour le passage en classe supérieure", précise le communiqué. Selon la même source, "ce passage se faisant avec une moyenne de deux (2) trimestres avec une moyenne de 9 sur 20". "Toutefois, les élèves n’ayant pas atteint la moyenne de 9 sur 20 ont la possibilité de passer le diplôme de BEM dont la note sera prise en compte pour leur passage en année supérieure", explique-t-on. "Pour les candidats non scolarisés, dont le nombre est de 23.000, le diplôme de BEM leur est nécessaire comme unique possibilité pour l’accès à toute formation professionnelle supérieure", ajoute-t-on.

Affaire Groupe Sovac: Bouchouareb condamné à 20 ans de prison ferme, Ouyahia à 12 ans et Oulmi Mourad à 10 ans

mer, 24/06/2020 - 11:47
Le tribunal de Sidi M'hamed a prononcé mercredi des peines de 20 ans de prison ferme à l'encontre de l'ancien ministre de l'Industrie, Abdeslam Bouchouareb et Fatiha Benmoussa, épouse de Mourad Oulmi, PDG du groupe Sovac qui a été condamné à 10 ans de prison ferme, et 12 ans de prison à l'encontre de l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia. Fatiha Benmoussa a été condamnée également à une amende de huit (8) millions de Da, en sus de l'émission d'un mandat d'arrêt international à son encontre. Les accusés poursuivis dans l'affaire du groupe Sovac ont été inculpés pour des accusations de corruption, notamment pour blanchiment et transfert à l'étranger de capitaux issus des revenus criminels, corruption, trafic d'influence, et pression sur des fonctionnaires publics pour l'obtention d'indus privilèges. Abdeslam Bouchouareb, en fuite, a été lui aussi condamné à une amende de 2 millions de dinars avec l'émission d'un mandat d'arrêt international à son encontre et la saisie de tous ses biens immobiliers et ses comptes bancaires. L'ancien ministre de l'Industrie, Youcef Yousfi a écopé, lui, d'une peine de trois années de prison ferme assortie d'une amende d'un (1) million Da. Même peine a été prononcée à l'encontre de Omar Boudhiab, ancien PDG de du Crédit populaire algérien (CPA).

Ali Mahmoudi : 85 % des causes des incendies de la rive sud de la méditerranée sont inconnues

mer, 24/06/2020 - 11:39
La direction générale des Forêts (DGF) s’est dotée de 80 véhicules de lutte contre les incendies, a indiqué Ali Mahmoudi, qui était mercredi matin l’Invité de la rédaction de la Chaine 3 de la radio Algérienne. Le directeur général de la GDF a précisé que ce renfort a permis de constituer dix (10) nouvelles colonnes mobiles. « Ce qui nous donne actuellement la moyenne d’une colonne pour deux wilayas en attendant d’atteindre une colonne par wilaya », a-t-il ajouté. L’invité a fait savoir que les incendies volontaires se répondent de plus en plus sur le territoire national, puisqu’à peine 20 jours depuis le début de la campagne de lutte contre les incendies, 144 feux de forêt ont été enregistrés à travers le pays détruisant 381 hectares d’arbres forestiers. Le fait saillant de ce premier bilan, dira-t-il, c’est que la seule localité de Gouraya dans la wilaya de Tipaza a enregistré 26 départs de feu. « Ce qui nous a obligé de dépêcher la directrice de la protection des forêts pour aller s’enquérir de la situation », a-t-il ajouté. Pour connaitre l’origine des feux, Ali Mahmoudi, souligne qu’un programme de coopération avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), financé par l’ambassade du Japon, a été lancé en 2019 . Selon lui, cela va nous permettre d’étudier les causes exactes de ces départs de feu. « Jusqu’à preuve du contraire, dans les pays de la rive sud de la méditerranée, notamment en Algérie, 85 % des causes des incendies sont inconnues », fait-il savoir « et là ça n’arrange pas les choses » . Contrairement aux années précédentes cette année les feux de forêt ont touché même le sud du pays, puisque, dit-il, nous avons déjà enregistré trois incendies, dans la wilaya d’Illizi, qui ont consommé plus de huit hectares , ce qui est énorme pour une cette région désertique. Il y a aussi la vallée de M’Zab qui a brulé . « C’est un phénomène nouveau à qui on assiste depuis le début du mois de juin. », a-t-il ajouté. Au passage, M. Mahmoudi a évoqué le problème de désertification en précisant que « nous avons un projet de reprise du Barrage vert sur la base d’une étude qui a été élaborée par bureau national des études pour le développement rural » . Il estime que, cette fois-ci, « c’est une version améliorée du Barrage vert vu, que le volet économique a été pris en charge ». « Nous tablons beaucoup d’espoir sur l’Office de Développement de l’Agriculture saharienne (ODAS) pour la concrétisation de ce projet », a-t-il conclu.  

Ali Mahmoudi Directeur Général des forêts

mer, 24/06/2020 - 10:56
Video Add this: Playlist:

Affaire Ali Haddad : 2e jour du procès, nombre d’accusés auditionnés

mer, 24/06/2020 - 10:34
Le tribunal de Sidi M’hamed a repris mardi la deuxième audience du procès de l’homme d’affaires Ali Haddad par l’audition de ce dernier, de membres de sa famille et des deux ex premier ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal. Lors de cette audience, Ali Haddad et ses frères, Meziane, Amor et Sofiane ont rejeté de nouveau toutes les accusations de corruption qui sont retenues contre eux dans cette affaire tout comme les autres accusés à savoir : les deux anciens premier ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal et les ex ministres Amar Ghoul, Boudjemaa Talai, Abdelkader Kadi, Abdelghani Zaalane, Abdeslem Bouchouareb, Bedda Mahdjoub, Youcef Yousfi et Amara Benyounes en plus d’anciens cadres supérieurs. Ahmed Ouyahia a réfuté toutes les accusations à son encontre, déclarant qu’il avait "traité avec les opérateurs économiques à pied d’égalité et en toute transparence". Réfutant que son épouse soit propriétaire d’une société, il a affirmé "avoir informé l’ancien Président de la République de tous ses biens". Evoquant les marchés attribués en gré à gré simple au Groupe Haddad en dépit de leurs montants faramineux, Ouyahia a expliqué qu’"en tant Premier ministre il ne faisait qu’appliquer les instructions de l‘ancien Président de la République en réunions du Conseil des ministres". Le pays "avait connu, à l’époque, une aisance financière parallèlement à la croissance des besoins des citoyens auxquels l’Etat avait fait face par un programme d’investissement public de 34.000 mds DA entre 2005 et 2014", a-t-il ajouté. Rappelant que le Gouvernement avait attribué, sous sa conduite, "près de 1.000 marchés en gré à gré simple", il a précisé avoir adressé aux membres du gouvernement une correspondance en mars 2011 leur rappelant "les instructions du Président de la République d’accélérer la réalisation des projets de développement". "Les marchés avaient été attribués en gré à gré simple en application de lئarticle 43 du code des marchés publics, régissant le caractère urgent et le besoin national marchés en gré à gré simple, " a-t-il affirmé. Concernant l’octroi de projets relatifs aux Ressources en eau à Bechar à Ali Haddad, Ouyahia a répondu que cette décision se justifiait par "la nécessité de répondre aux revendications exprimées par les citoyens de cette wilaya par des manifestations". Admettant une dissimilation concernant la politique de développement pendant les dernières 20 années, "dont moi (Ouyahia) avait fait partie", il a avancé comme argument que faiblesse des moyens de réalisation qui étaient en deçà des besoins nationaux a permis aux étrangers d’investir à hauteur de 20 mds DA par an dans tous les secteurs. De son côté, Abdelamlek Sellal a soutenu qu’il "exécutait simplement" le Plan d’action du gouvernement adopté par le Parlement, niant avoir "ordonné" l’octroi de marchés à Ali Haddad. "Après son malaise en avril 2013, le Président Bouteflika s’était un peu retiré et je me suis retrouvé dans les premières lignes de la gestion politique du pays, ce qui mئa empêché de poursuivre la mise en œuvre du programme d’équipement, notamment avec la chute des cours de pétrole", a-t-il expliqué. Affirmant qu’en dépit de sa "conviction personnelle que lئancien régime était arrivé à son bout et qu’il fallait un changement", il a soutenu que "beaucoup de choses positives avaient été réalisées en faveur du citoyen, dont des projets dans le secteur des ressources en eau qui nous ont épargné l’importation des eaux à partir de Marseille (France) et le traitement de la salinité de l’eau potable à Oran". Concernant lئexclusion du Groupe Industriel des Ciments d'Algérie (GICA) du projet du ciment à Djelfa, il a expliqué que le Groupe "s’était retiré à la demande pressante du ministre de l’industrie de l’époque Abdeslam Bouchoureb", précisant que lorsqu'il était Premier ministre "il ne soumettait aucun projet au Conseil des ministres avant son examen en Conseil du gouvernement. " Le tribunal a demandé "la présentation de l’ancien Secrétaire général du Gouvernement pour éclairage". En réponse à des questions sur la campagne électorale de l’ancien président, Sellal a réitéré que "Bouteflika s’était présenté à un 5e mandant en tant que candidat indépendant sans l’intervention d’aucun parti politique". Il a affirmé, dans ce sens, que son travail dans sa campagne électorale était "volontaire et sans aucune rémunération". Le procès se poursuit par l’audition des autres accusés.    

Sétif: une commission scientifique enquête sur la situation épidémiologique dans la wilaya

mer, 24/06/2020 - 10:18
Une commission scientifique dirigée par le président de la cellule opérationnelle chargée d'investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques, le professeur Mohamed Belhocine se trouve depuis lundi à Sétif pour s’enquérir de prêt de la situation épidémiologique dans cette wilaya suite à la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19), a-t-on appris mardi d’une source médicale. Il s’agit d’une commission scientifique spécialisée composée de médecins et spécialistes en épidémiologie dépêchée dans cette wilaya après une première commission ministérielle composée de cadres de la direction générale des services de la santé relevant du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière suite à une propagation accélérée des cas de Covid-19. La commission scientifique menée par le professeur Belhocine a entamé son travail par la visite du centre Hospitalo-universitaire (CHU), Mohamed  Abdenour Saâdna et l’unité épidémiologique et médecine de prévention du chef-lieu de wilaya où elle (la commission) a rencontré des médecins et spécialistes en la matière et écouté leurs préoccupations pour arrêter une méthode de travail devant garantir la maîtrise de cette épidémie. Selon la même source, les membres de cette commission se sont déplacés, après, à la commune d’Ain Oulmène (47km au sud de Sétif) où ils ont inspecté l’établissement public hospitalier (EPH) Mohamed Boudiaf puis vers El Eulma (27km à l’Est de Sétif). Les membres de cette commission scientifique devront se réunir avant lئachèvement de leur mission dans cette wilaya, avec les différents acteurs concernés pour écouter leurs préoccupations, difficultés et contraintes rencontrées par les staffs médicaux et paramédicaux dans la lutte contre cette pandémie, a ajouté la même source. Selon les statistiques officielles sur la situation épidémiologique dans la wilaya de Sétif, 20 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés lundi portant le nombre des cas confirmés dans cette wilaya à 919 cas. 

Crise libyenne: le chef de la Ligue arabe réaffirme son opposition à toute "intervention militaire étrangère"

mer, 24/06/2020 - 09:58
Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a réitéré mardi son opposition à toute intervention militaire étrangère en Libye. Lors d'un sommet extraordinaire par visioconférence des ministres des Affaires étrangères de la Ligue, convoquée par l'Egypte, M. Aboul Gheit a souligné qu'"aucune option militaire ne saurait ramener la paix et la stabilité dans ce pays en guerre ou apporter la victoire à aucun des camps".   De son avis, cela "en brisera même l'unité". Toutes les dispositions encadrant un cessez-le-feu doivent être "accompagnées de mesures telles que l'expulsion des combattants et mercenaires étrangers et le démantèlement des milices", a ajouté M. Aboul Gheit.

La coopération sino-algérienne, un modèle international en matière de lutte contre Covid-19

mer, 24/06/2020 - 09:06
L’ambassadeur de la République de Chine en Algérie, Li Lianhe, déclaré mardi à Alger que la coopération « constante et solide » entre la Chine et l’Algérie dans la lutte contre le nouveau Coronavirus (Covid-19) était un modèle et une référence internationale en la matière. Dans une déclaration à la presse en marge de l’inauguration du premier centre d’innovation entre la société chinoise ZTE et l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT), M. Lianhe a rappelé que « l’Algérie avait été, au début de la propagation du Covid-19 en Chine, le premier pays à lui offrir des aides d’urgence consistante en des produits médicaux et de prévention », ajoutant que « la Chine, gouvernement et peuple, n’oubliera jamais cette noble initiative ». « Et lorsque le virus s’est propagé en Algérie, la Chine est venue, à son tour, à son aide et le gouvernement chinois a fait don de plusieurs lots de produits médicaux pour la lutte contre cette pandémie », a-t-il rappelé. Soulignant l’envoi par le gouvernement chinois d’une équipe de médecins et d’experts dans le cadre de la lutte contre la pandémie, le diplomate chinois a évoqué la réunion en visioconférence entre les deux parties, algérienne et chinoise, pour mettre à profit l’expérience de la Chine dans la lutte contre le virus et faire connaitre les techniques chinoises de dépistage et de traitement. Après avoir mis en avant la réussite du Sommet extraordinaire de solidarité Chine-Afrique contre le nouveau coronavirus, tenu le 17 juin dernier, M. Li Lianhe a salué l’intervention « précieuse et importante » du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune. La déclaration commune sanctionnant ce Sommet confirme que la Chine et l’Afrique avaient pris conscience de l’importance du numérique durant la période post Covid-19, a-t-il indiqué ajoutant qu’elles vont œuvrer à l’accélération du développement de l’économie numérique en Afrique et à l’élargissement des échanges et la coopération bilatérale en matière de numérique et de télécommunications informatiques. Par ailleurs, l’ambassadeur chinois a affirmé que son pays accordait un très grand intérêt au développement des relations avec l’Algérie étant le pays le plus agissant dans le continent africain, se félicitant de l’avenir radieux du partenariat bilatéral dans le domaine des données, de télécommunications et de numérique. Depuis le début des relations sino-algériennes dans les années 60, les deux pays sont demeurés engagés aux principes du respect et d’intérêt mutuels ainsi qu’à la coopération gagnant-gagnant dans divers domaines, a-t-il souligné. Il a rappelé, à ce propos, le partenariat stratégique global existant entre les deux pays depuis 2014 précisant que l’Algérie était le premier pays arabe à avoir une relation d’un tel niveau avec la Chine. L’ambassadeur de la Chine a souligné, en conclusion, la signature en 2018 du mémorandum d’entente relatif à l’initiative la Ceinture et la Route qui a permis à cette coopération de passer à une phase plus large et plus profonde.

Le président Tebboune procède à un remaniement ministériel

mar, 23/06/2020 - 22:09
Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a signé mardi soir le décret présidentiel n 163 portant remaniement ministériel. En vertu de ce décret, sont nommés mesdames et messieurs:   -Abdelaziz Djerad : Premier ministre.  -Sabri Boukadoum: Ministre des Affaires étrangères. -Kamal Beldjoud: Ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du Territoire. -Belkacem Zeghmati: Ministre de la Justice, garde des  Sceaux. -Aymen Benabderrahme : ministre des Finances. -Abdelmadjid Attar: ministre de l'Energie. -Chems Eddine Chitour : ministre de la transition énergétique et des énergies renouvelables. -Tayeb Zitouni : ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit. -Youcef Belmehdi: ministre des Affaires religieuses et des Wakfs. -Mohamed Ouadjaout : ministre de l'Education nationale. -Abdelbaqi Benziane: ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. -Hoyam Benfriha: ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels. -Malika Bendouda: ministre de la Culture et des arts. -Sid Ali Khaldi: ministre de la Jeunesse et des Sports.  -Mounir Khaled Berrah : ministre de la numérisation et des statistiques.   -Brahim Boumzar: ministre de la Poste et des Télécommunications. -Kaoutar Krikou: ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme. -Ferhat Aït Ali Ibrahim: ministre de l'Industrie. -Mohamed Arkab : ministre des mines. -Abdelhamid Hamdane : ministre de l'Agriculture et du Développement rural.  -Kamel Nasri: ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville. -Kamel Rezig: ministre du Commerce. -Ammar Belhimer: ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement. -Farouk Chiali: ministre des Travaux publics. -Lazhar Hani : ministre des Transports. -Arezki Berraki: ministre des Ressources en eau. -Mohamed Hamidou : ministre du Tourisme, de l'Artisanat et du travail familial.  -Abderrahmane Benbouzid: ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. -Ahmed Chawki Fouad Acheuk Youcef: ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale. -Bessma Azouar: ministre des Relations avec le Parlement. -Nassira Benharrats: ministre de l'Environnement. -Sid Ahmed Ferroukhi: ministre de la Pêche et des productions halieutiques. -Abderrahmane Lotfi Djamel Benbahmad: ministre de l'industrie pharmaceutique. -Mohamed Cherif Belmihoub : ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la prospective.         -Nassim Diafat: ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des micro-entreprises. -Yacine El-Mahdi Oualid : ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'économie de la connaissance et des starts-up. -Samir Chaabana : ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la communauté nationale à l'étranger.  -Aïssa Bekkai : ministre délégué auprès du ministre du Commerce chargé du commerce extérieur.  -Hamza Al Sid Cheikh: ministre délégué auprès du ministre de l'environnement chargé de l'environnement saharien. -Salima Souakri : secrétaire d'Etat, auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, chargée du sport d'élite. -Bechri Youcef Sehairi: secrétaire d'Etat, auprès du ministre de la  Culture, chargé de l'Industrie cinématographique.  

Coronavirus: 157 nouveaux cas, 115 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24h

mar, 23/06/2020 - 17:12
Cent-cinquante-sept (157) nouveaux cas confirmés de coronavirus (Covid-19), 115 guérisons et 9 décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures en Algérie, a indiqué mardi à Alger le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus, Dr Djamel Fourar Le total des cas confirmés s'élève ainsi à 12077, soit 27,5 cas pour  100.000 habitants, celui des décès à 861 alors que le nombre des patients guéris est passé à 8674, a précisé Dr Fourar, lors du point de presse quotidien consacré à l'évolution de la pandémie du Covid-19. Il a fait remarquer que les personnes âgées de 65 ans et plus représentent  66 % du total des décès.         En outre, 29 wilayas ont enregistré des taux inférieurs au taux national, alors que 17 autres n'ont recensé aucun nouveau cas positif au coronavirus durant les dernières 24 heures. Par ailleurs, le nombre de patients ayant bénéficié du protocole de traitement en vigueur (basé sur Hydroxy-chloroquine) s'élève à 26204, a poursuivi Dr. Fourar, précisant que 37 patients sont actuellement en soins intensifs. Le Docteur Djamel Fourar a affirmé, à cette occasion, que la situation épidémiologique "nécessite la vigilance et le sens de responsabilité de la part de tous les citoyens, appelés à respecter les mesures préventives notamment le port obligatoire du masque protecteur".

Accidents de la route : 23 morts et 1351 blessés en une semaine selon la Protection civile

mar, 23/06/2020 - 16:20
Vingt-trois (23) personnes sont mortes et 1531 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation survenus durant la période du 14 au 20 juin courant à travers le territoire national, indique mardi un bilan hebdomadaire de la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de M'Sila avec deux (2) personnes décédées et 40 autres blessées suite à 25 accidents de la route, précise la même source. En outre, les mêmes services ont effectué, durant la même période, 2957 interventions pour procéder à l'extinction de 2396 incendies urbains, industriels et autres. Concernant les activités de lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19), les unités de la protection civile ont effectué, durant la même période, 785 opérations de sensibilisation à travers 48 wilayas pour rappeler aux citoyens la nécessité de respecter le confinement et les règles de distanciation sociale. Elles ont également effectué 782 opérations de désinfection générale à travers 48 wilayas, qui ont touché l'ensemble des infrastructures et édifices publics et privés, quartiers et ruelles, où la Direction générale de la protection civile a mobilisé pour les deux opérations 3321 agents tous grades confondus, 515 ambulances et 402 engins de lutte contre les incendies. APS

Pages